[Grèce] Révolte dans plusieurs prisons depuis le 13/09/2012 : Emeute à Korydallos le 23/09/2012

La mobilisation de masse dans les prisons grecques (depuis le 13/09) – Rébellion dans la prison de Koridallos (23/09)

Depuis le 13 Septembre 2012, les détenus dans les prisons grecques effectuent une nouvelle mobilisation de masse, qui concerne les règlements juridiques ainsi que les conditions de vie dans les cellules de l’enfer. La résistance comprend l’abstinence alimentaire dans la prison et d’autres formes de protestation. Dans certains établissements, les prisonniers sont en grève totale, en s’abstenant de salaires journaliers, tandis qu’ils mènent une grève partielle dans d’autres. En outre, dans certaines prisons la participation des détenus à la mobilisation est totale, alors qu’elle est partielle dans d’autres.

Le dimanche soir (23/09) – peu de temps après la manifestation de solidarité des membres de la famille, amis et sympathisants, qui avait été appelé à 17h00 en dehors des hommes de prison Koridallos – les détenus sont révoltés, luttent non seulement pour leur dignité, mais aussi pour les besoins élémentaires de survie. En particulier dans l’aile E, où les prisonniers ont refusé de retourner dans leurs cellules au moins jusqu’à 22h00, les escadrons anti-émeutes du MAT ont pris d’assaut la zone tampon (qui sépare la prison du quartier résidentiel avoisinant) tirant des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes.

Plus tôt dans l’après-midi, environ 50 personnes se sont rassemblées en solidarité et avons séjourné dans le parc de la rue Grigoriou Lambraki pendant un certain temps, avant de réussir à atteindre un endroit proche de l’aile prison C (où l’on voit que de loin sur les rassemblements Nouvel An). Une fois que les prisonniers ont senti la présence de soutiens, ils ont commencé à scander des slogans, a frappé les barreaux et les portes, et brûlés plusieurs objets qu’ils ont jeté par les fenêtres.

Chants entendu:
«La solidarité est l’arme du peuple, guerre à la « guerre des patrons »,
«Donner à nos enfants leurs droits …»,
«La passion pour la liberté est plus forte que toutes les cellules de prison!

Plus précisément, les soutiens ont monté une allée à l’autre côté de la prison des femmes, tourné vers la droite et à gauche les terrains de football et de l’école derrière, jusqu’à ce qu’ils soient à seulement 50 mètres de la clôture extérieure. Une escouade de police n’a pas empêché la manif, afin que les gens ont protesté dans une position élevée, étant en contact direct avec les prisonniers au combat. Les détenus ont mis le feu aux vêtements, draps, couvertures, etc, serraient les poings à l’intérieur des cellules, chantaient et sifflaient très fort, les manifestantEs ont scandé des slogans pour la liberté. Cinq à six têtes par cellule de prison étaient visibles (on doit se demander comment ils arrivent même à dormir ou se déplacer dans un espace aussi étroit).

La marche est restée au même endroit pendant une demi-heure, et quand les soutiens ont commencé à quitter les prisonniers, ils brûlaient encore des feuilles et criant des slogans, et ont soulevé leurs poings en signe de salut. On auraient cru qu’ils allaient démanteler les barreaux de la prison de leurs propres mains.

Une mutinerie a eu lieu vers 19h30 dans les bâtiments de la prison de Koridallos, avec les grandes sections B et C ailes en flammes, et un feu dans la cour d’une aile. Les premières négociations entre certains détenus et l’administration suivie, mais la situation était déjà très tendue. Peu de temps après, une foule de forces de répression sont arrivés dans la prison (escadrons anti-émeute, des unités de motos, véhicules de patrouille, etc), que la police était en état d’alerte et en attente pour l’intervention du proc’.

À environ 20h00, les gardiens ont fermé les portes de l’aile D et l’aile A a été également verrouillé à 21h00. Dans ce dernier cas, les prisonniers étaient restés une heure de plus sortir de leurs cellules, parce que l’administration a tenté de verrouiller les portes une heure plus tôt que prévu, et plusieurs détenus ont résisté à ces actes. Au 21h40, les hommes dans les ailes B et C ont été contraints de retourner dans leurs cellules, aussi.

Cependant, l’agitation régnait dans l’aile E, avec la grève qui continue. Les prisonniers ont saccagé et détruit presque tout dans ce quartier. Ils ont même glissé dans la zone tampon et ont commencé à lancer une pluie de pierres qui sont tombées sur la rue, à l’extérieur de la clôture prison. Des dizaines de humanguards avec des matraques et des casques couru pour réprimer l’émeute. A 21h30 l’alarme avait déjà sonné. Selon des rumeurs non confirmées qui circulaient à l’époque, et depuis de nombreuses arabophones sont incarcérés dans l’aile E, la rage peut avoir été déclenchée par les nouvelles de la répression d’une manifestation contre avant de musulmans à midi, à Omonia, dans le centre d’Athènes (en fait, une manifestation religieuse contre les anti-islam film tourné aux Etats-Unis que « offense le Prophète Muhammad ‘). Bientôt, les premiers gaz lacrymogènes ont été tirées par les flics et résonnait dans la région. Unités anti-émeutes qui ont été déployées dans la zone tampon de la prison a déclenché de violentes attaques, afin d’étouffer la rébellion des prisonniers dans l’aile E, à partir de laquelle il a également été dit qu’il y avait des tentatives d’évasion.

De 23h00 jusqu’à 01h00, à la fois le quartier (qui a également été submergé par des produits chimiques) et les prisons étaient sous un état de siège par les forces de police en masse, tandis que plusieurs prisonniers criaient « Foutons le feu partout »…. Dans le périmètre extérieur des installations, il y avait toutes sortes de flics qui ont essayé à plusieurs reprises d’infliger la peur aux résidents: à chaque fois que les gens étaient debout sur leurs balcons, les porcs criaient après eux, en disant que si les prisonniers sortaient ils les tueraient, qu’il y aurait des perturbations, que leurs maisons seraient endommagées, et ainsi de suite.

Plusieurs habitants sont restés sur les balcons des immeubles voisins malgré l’intimidation. A 03h00, les gens ont entendu des coups de feu: les gardiens de prison qui patrouillaient à l’extérieur ont tiré environ 10 coups de feu en l’air. Peu de temps après, les émeutes se sont terminée. Mais la lutte des prisonniers continue …

Prochain rassemblement de solidarité en dehors des prisons de Koridallos
Dimanche 30 Septembre à 17h00

Satisfaction immédiate des demandes des prisonniers

Solidarité avec les otages de l’Etat dans cette lutte
La liberté de tous les hommes et les femmes emprisonnés dans les donjons

Voir une vidéo de la mobilisation anti-carcérale

Traduit de l’anglais de Contra-info, 26 septembre 2012

5 réflexions sur “[Grèce] Révolte dans plusieurs prisons depuis le 13/09/2012 : Emeute à Korydallos le 23/09/2012

  1. Pingback: [Grèce] Révolte dans plusieurs prisons depuis le 13/09/2012 : Emeute à Korydallos le 23/09/2012 | Mouvement. | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s