[Bordeaux] Le centre de rétention incendié… et hors-service – 7 mai 2013

Incendie au centre de rétention de Bordeaux

En pleine cérémonie d’hommage, un incendie est parti d’une chambre du centre de rétention administrative, hier

La cérémonie en hommage aux policiers commençait à peine, vers 11 h 30 hier, quand un Égyptien de 24 ans, actuellement placé au Centre de rétention administrative (CRA) de Bordeaux, a mis le feu à son matelas. Situé au sous-sol du commissariat central de Bordeaux, le CRA a vite laissé échapper une épaisse et odorante fumée qui s’est propagée sur l’esplanade très fréquentée.

L’alarme s’est déclenchée et un des fonctionnaires de la Police aux frontières, qui gère le CRA, a immédiatement porté secours à l’Égyptien. Mais ce dernier s’était enfermé dans sa chambre. Le policier est parvenu à l’en sortir, non sans respirer la fumée provoquée par l’incendie. Très rapidement sur place et ne voulant pas interrompre la cérémonie, les pompiers ont fini de circonscrire le feu, déjà attaqué par le personnel du PC de sécurité. Les lieux ont été ventilés. Pris en charge, le policier a été légèrement blessé du fait des émanations. Mis à l’écart dans une autre cour, il avait du mal à retrouver son souffle et toussait pour dégager ses bronches. Il a été évacué à l’hôpital pour des examens de contrôle.

Le retenu a quant à lui été brûlé au visage et intoxiqué. Le temps de leur intervention, les pompiers l’ont enveloppé dans une couverture de survie et ont appliqué un linge humide sur ses joues.

Le CRA occupe 450 mètres carrés dans les locaux de l’hôtel de Police. Réservé aux hommes, il a une capacité d’accueil de 20 personnes réparties dans cinq chambres de quatre lits. À leur disposition, deux espaces sanitaires, deux salles de détente avec téléviseurs à écran plat dont une sert à la restauration, une cour conçue pour lutter contre le sentiment de cloisonnement, trois cabines téléphoniques, une machine pour changer de l’argent, un espace dédié aux visites (consul, avocats, proches), une salle de la Cimade, une unité médicale. Et la possibilité de garder librement cigarettes, briquets et autres effets.

Hier, sept étrangers se trouvaient dans le CRA au moment de l’incendie. L’Égyptien est toujours hospitalisé. Les six autres ont été mis en sécurité et transférés au CRA de Toulouse. Celui de Bordeaux est fermé jusqu’à nouvel ordre. L’enquête privilégierait l’acte volontaire.

Leur presse – OuestFrance.fr (Florence Moreau), 08/05/2013 à 10h02 

[Etats-Unis] Evasions du centre de rétention de Farmville (Virginie) – 22 avril 2013

[Etats-Unis] Evasions du centre de rétention de Farmville – 22 avril 2013

Deux hommes se sont évadés du centre de détention de Farmville (dans l’Etat de Virginie) lundi après-midi. Des étrangers sont enfermés dans ce centre pour le compte du service de l’immigration et de la douane (Immigration and Customs Enforcement – ICE), une branche du Département de la sécurité intérieure.

Juste avant 15h deux hommes, un Mexicain et un Belizien, ont escaladé une clôture de la cour et ont rampé sous une porte côté ouest du centre, alors qu’ils étaient dehors en promenade.

Le service de police de Farmville et le bureau du shérif du comté se sont joints à la chasse à l’homme aux côtés des flics du centre. Pas de bol, ils ne sont pas en position d’interpeller les deux évadés : “Sans un crime commis, les polices locale et d’Etat ne peuvent pas arrêter les sujets” a déclaré le chef de la police de Farmville.

Les détenus du centre de Farmville ne sont pas enfermés pour des violations des lois locales ou nationales, mais pour des violations du droit de l’immigration que les agents de la police locale et d’Etat ne peuvent pas mettre en application. A part demander poliment aux deux hommes de revenir au centre, les officiers sont impuissants, à moins qu’ils soient suspectés d’un autre crime.

Mardi, la personne mexicaine a été arrêtée par les membres du bureau des opérations d’application et d’expulsion de l’ICE. L’autre court toujours.
Son nom et sa description ont été diffusés dans la presse américaine, avec un appel à contacter la hotline de l’ICE pour transmettre des informations…

Info tirée d’un article de journaflic qui appelait à balancer le fugitif par Sans papiers ni frontières, 2 mai 2013

[Publication] Brochure ‘Au Centre du volcan’ (Réédition 2013 par Ravage Editions)

Aujourd’hui est plus que jamais le temps du mépris. Penser pouvoir s’évader de la vie quotidienne est folie. Et puis, un évadé solitaire finirait de toute façon par mener une triste vie. Vouloir justement détruire la prison pour libérer tout le monde est une barbarie. De quel droit nous immiscerions-nous dans la vie des autres ? Et pourtant. Pourtant, il y a ce point où dérapent le désespoir et l’angoisse de n’avoir que des perspectives incomplètes et provisoires. Où tous deux se renversent dans la détermination d’être soi-même comme individu, sans atermoiements, d’identifier les moyens et les fins, et de fonder la souveraineté de la révolte sur le néant. Quand nous atteindrons ce point, si ce n’est déjà le cas, saurons-nous quoi faire ? Ou bien ferons-nous demi-tour pour retourner à ce que nous ne connaissons que trop bien ?

Sans-titre-8

Cliquer sur la couverture pour télécharger la brochure (PDF A5 page/page)

Ravage Editions

[Luxembourg] Des flammes contre l’enfermement

Plusieurs feux se sont déclenchés dans plusieurs prisons au Luxembourg. 

A la prison de Schrassig:

  • samedi 30 mars 2013:

Un incendie s’est déclaré à Schrassig

SCHRASSIG – Pour des raisons encore inconnues, un petit incendie s’est déclaré ce samedi dans la buanderie du centre pénitentiaire de Luxembourg. Personne n’a été blessé.

Plus de peur que de mal ce samedi au centre pénitentiaire de Schrassig. Aux alentours de 16h, un incendie s’est déclaré dans la buanderie. L’alarme s’est tout de suite déclenchée. Heureusement, il n’y avait personne dans le local à ce moment-là. Les secours de Sandweiler, Niederanven et Schuttrange sont rapidement intervenus et tout est rentré dans l’ordre.

À noter qu’il ne s’agissait pas d’un gros incendie mais plutôt «d’un feu sans flamme qui avançait très doucement», explique la police, contactée par L’essentiel Online. Toujours selon la police, «ce serait peut-être des draps mouillés qui aurait chauffé», mais les causes exactes restent encore à éclaircir.

Leur presse carcérale – L’Essentiel.lu, 30 mars 2013 à 20h11

  • Dimanche 21 avril 2013:

Incendie volontaire à Schrassig

Un détenu a délibérément mis le feu à sa cellule dimanche soir à la prison de Schrassig.

Suivant la police, l’homme se serait servi de ses vêtements et du papier pour incendier sa cellule, dimanche soir vers 18h45.  Il a été amené  à l’hôpital d’Esch-sur-Alzette pour intoxication par la fumée.

Leur presse carcérale – LeQuotidien.lu, 22/04/2013 à 15h08

Au centre fermé pour mineurs de Dreiborn, le 23 avril 2013:

Mardi 23 avril vers 11h30, un incendie s’est déclaré dans l’atelier de menuiserie du centre rééducatif pour jeunes délinquants de Dreiborn.

Les dégâts matériels sont considérables, malgré l’intervention rapide des pompiers.

La cause de l’incendie reste inconnue et la police mène l’enquête.

124b8606ecf97c862e2697b9824158c8f341f0d8 3227cf52bfb92341a062fd662b1551f8b504ebb6 d773bcf2933f54140021e7a7825edf79810d00f6

Traduit librement de la presse luxembourgeoise – wort.lu (de), 23/04/2013 à 13h50

[Chili] Actualisation judiciaire sur les anarchistes arrêtées le 28 mars dernier à Temuco

 

Chili : Actualisation judiciaire sur les compagnonnes du 28M de Temuco

Salutations indomptables à distance, salutations sauvages à tous/toutes pour diffuser la situation des filles prisonnières ici dans la prison de Temuco.

Pour saluer et remercier de la solidarité démontrée, nous voulons laisser quelques informations actualisée du procès judiciaire qui va venir pour les trois filles accusées* de “détention, pour leur fabrication, d´explosifs et placement de ceux-ci”:

-La défense des filles (2 avocats particuliers et un commis d’office) n’a rien pu faire jusqu’à présent par rapport aux vérifications du dossier, parce que le bureau du procureur fait retarder sa remise à la défense pour vérifier les preuves, les déclarations, les prélèvements de sang et les expertises réalisées jusqu’à présent par la Dipolcar et l’OS-9.

-Nous comprenons que cette situation est un subterfuge utilisé par l’État afin de pouvoir ainsi retarder un possible appel par rapport à la prison préventive des filles qui nous le rappelons est de 5 mois. Cette situation nous l’avons déjà vu dans d’autres montages comme le “Caso Bombas” ou bien les compagnons du “Caso Security”, qui jusqu’à aujourd’hui n’ont pas reconnu les délits dont ils sont accusés.

Jusqu’à maintenant c’est l’information que nous voulions faire passer, nous espérons qu’elle sera diffusée a travers les différents médias de contre-information, nous comptons sur eux comme outils de diffusion et d’attaque.

Salutations fraternelles à distance.
Liberté sans conditions pour Roxana, Yaritza et Ariadna !!
Nous sommes partout, hurlant pour la liberté !!

* NdT : Les deux autres personnes incarcérées, Silvana et Jota Pe, accusé-e-s de trafic de stupéfiant, ont obtenu le 5 avril l’assignation à résidence nocturne le temps de l’enquête (3 mois).

 

 Traduit de l’espagnol (blog de soutien aux anarchistes chilien.ne.s  arrêté.e.s le 28/03/2013 à Temuco) par Contra-info, 22/04/2013

[Suisse] Mutinerie à la prison de Champ-Dollon, en réaction à la grève des matons – Genève, 8 avril 2013

Mutinerie à la prison de Champ-Dollon

A la suite du débrayage des gardiens, survenu ce lundi matin, 53 détenus ont refusé de réintégrer leurs cellules après le repas de midi. La police a dû intervenir.

Journée houleuse à la prison de Champ-Dollon. A 10h30, quelque 170 gardiens débrayaient pour protester contre les effets de la surpopulation carcérale sur leurs conditions de travail. Deux heures plus tard, 53 détenus refusaient de réintégrer leurs cellules après leur repas.

41 d’entre eux cédaient à 13h30, après des discussions avec le personnel de la prison. Douze autres, en revanche, se barricadaient dans leur étage. Après un ultimatum, la police est intervenue à 15h10. Les mutins ont été placés au cachot.

Vue plongeante sur la manifestation des gardiens

Le bâtiment des détenus a commencé à bouger lorsque les gardiens ont manifesté devant l’établissement voisin de la Brénaz, aux alentours de onze heures. Des cris s’échappent des cellules, qui donnent sur le lieu de rassemblement. Le personnel revient dans la prison de Champ-Dollon à 11h15, soit un quart d’heure après l’horaire prévu. «La distribution des repas a pris du retard», explique Constantin Franziskakis, le directeur de l’établissement.

Après avoir mangé, à 12h30, deux demi-unités, l’une regroupant 41 détenus, l’autre douze, refusent de rentrer en cellule. «Nous nous y attendions un peu, les détenus nous avaient avertis vers midi. Dès ce moment, la police était avertie», poursuit le directeur.

Une pétition, signe avant-coureur

A 13h30, le groupe de 41 prisonniers accepte de baisser pavillon. «L’usage de la contrainte n’a pas été nécessaire», précise-t-il. Ces détenus, par ailleurs, avaient des revendications. «Ils nous avaient déjà adressé une pétition qui réclamait des améliorations matérielles. Je ne pouvais rien faire pour leur donner satisfaction.»

Constantin Franziskakis, directeur de la prison de Champ-Dollon

Constantin Franziskakis, directeur de la prison de Champ-Dollon

Des détenus «qui voulaient en découdre»

Les douze autres hommes, en revanche, n’ont aucune revendications, mais profitent de l’occasion pour «mettre le bazar», et se barricadent derrière la porte de leur couloir, bloquée avec divers objets. Un ultimatum leur est lancé. Ils passent outre. A 15h10, la police intervient. «Il s’agissait de détenus déterminés, qui voulaient en découdre», décrit Constantin Franziskakis.

Aucun blessé

L’intervention n’a causé aucun blessé, ni parmi les forces de l’ordre, ni parmi les détenus. Les douze récalcitrants ont été conduits en cellule forte par les gardiens. Une procédure disciplinaire est par ailleurs engagée à l’encontre de leurs 41 collègues.

Leur presse carcérale – 20minutes.ch (Jérôme Faas/Thomas Piffaretti), 08/04/2013 à 18h54

[Belgique] En lutte contre la construction d’une maxi-prison dans le nord-est de Bruxelles

L’État belge prévoit la construction d’une méga-prison de 1200 places dans le nord-est de Bruxelles. C’est un appel à la rébellion. A partager et à diffuser largement !

Source: Indymedia Bruxelles

En lutte !

Contre la construction d’une maxi-prison et tout ce qui nous opprime

L’État veut construire 13 nouvelles prisons, dont une au nord de Bruxelles, à Haren. Soi-disant pour fermer St gilles et Forest. Ce projet nous fout la rage ! La taule de Haren sera la plus grande prison jamais construite en Belgique. Elle pourra enfermer au moins 1200 personnes, et concentrera la plupart des régimes carcéraux qui existent : des femmes, des mineurs, des prévenus en attente de jugement, des personnes sous internement psychiatrique. Et même un tribunal pour ne plus avoir à faire de transferts.

Nous luttons contre ce projet parce que les taules nous font horreur, que nous ne voulons d’aucune prison, pas même des nouvelles hyper modernes et des mensonges d’humanisation qui vont avec. Ils veulent nous endormir avec leur discours, mais une cage reste une cage. Les prisons, servent à enfermer ceux qui nuisent au pouvoir. Ils sont privés de leur liberté de mouvement et parqués comme des chiens, cachés derrière des murs, pour bien nous faire comprendre ce que ça coûte de pas respecter les lois. Régulièrement, des personnes sont torturées par les matons qui se croient tout permis. La loi couvre les tabassages, et les scandales qui éclatent de temps à autre le prouvent bien. L’Etat se garde le monopole de la violence pour nous maintenir sous contrôle et que nous restions de bon petits citoyens obéissants et travailleurs. Et les autres finiront au trou!

Nous ne luttons pas pour «  dénoncer les mauvais traitements  », ni exiger de meilleurs conditions de détention, une meilleure police ou un capitalisme moins brutal. On n’a aucun espoir que l’Etat nous écoute, on n’a rien à attendre ni à demander. Que ce soit en Grèce ou en Espagne, y’a des milliers de gens dans les rues, qui expriment leur dégoût et leur colère, et l’Etat leur envoie les keufs et multiplie les mesures d’austérité. En vrai, la répression devient de jour en jour plus présente, et le pouvoir lui, renonce à aucun de ses projets pour faire toujours plus de fric. On licencie des milliers de personnes d’un côté, et on construit des taules de l’autre. La crise c’est pas dans le sécuritaire, on pourra devenir maton, vigile, ou contrôleur! Mais si on mange pas de ce pain là, et qu’on choisit la débrouille en marge de la loi, ce sera p’têt les anciens collègues de boulot qui auront les clés de notre cellule…

On est tellement scotché dans la survie que c’est dur de capter ce qui se trame. Et ça, c’est tout sauf un hasard. On est tellement moins dangereux abruti par le taf, la télé et les pubs! Obligé de trouver du fric, de travailler pour payer notre vie de galérien, notre loyer toujours trop cher pour un espace minuscule, notre bouffe pleine de poisons. On nous bourre le crâne jusqu’à ce qu’on trouve ça normal de passer notre vie à taffer et à se consoler en achetant des télés, des portables et des fringues. On veut nous dresser à coup de propagande. Citoyens par ci, intégration par là, droit de vote, «  liberté  » de manifester, «  liberté  » de s’exprimer. On nous a tellement répété que la démocratie c’était mieux que la dictature qu’on n’ose même plus réfléchir à ce que ça veut dire «  liberté  » . Mais qu’est ce qu’on attend  ? Des gens torturés à mort par les keufs, ou qui se font tabasser salement en manifs, y’en a déjà. Des caméras pour nous surveiller, y’en a déjà. Et des flics avec des uniformes de toutes les couleurs à tous les coins de rue pour que ça fasse pas trop peur aux touristes, aussi. Y’a tout un paquet de prisons qui se prépare! Tout est mis en place pour qu’on accepte bien gentiment de faire tourner ce monde de merde.

Y a pas de mot suffisant pour décrire ce qu’on subit tous les jours. Tout le monde en bave, c’est chacun pour soi alors que tout le monde galère. Mais tant qu’on est vivant, on a la possibilité de reprendre sa vie en main. Comme en Egypte ou en Tunisie, un petit accrochage peut embraser la ville. Tous les pouvoirs gardent bien en tête que ça peut péter d’un moment à l’autre. Ceux qui ont la puissance et le fric ne sont pas prêts à lâcher leurs privilèges. Ils font tout pour écraser les possibilités de révolte, parce qu’ils savent très bien que leur pouvoir n’est pas indestructible. Ils voudraient canaliser nos rages pour qu’on respecte les « lois » et « la démocratie », et qu’on perde notre temps avec des partis politiques ou des syndicats, à faire semblant d’améliorer le quotidien. C’est juste une façon de plus pour qu’on reste calme, et que toute cette colère qu’ils créent ne se transforme pas vraiment en menace. Mais on n’a pas besoin de ça. On n’a pas besoin de chef, pour nous dire quoi faire et comment, même si on arrête pas de nous faire croire que la hiérarchie c’est indispensable. On peut décider pour nous mêmes. On peut très bien s’organiser, en se rencontrant, et même en petit nombre, discuter de tout ce qui peut être fait.

Parce que cette nouvelle taule va pas seulement nous compliquer la vie.

Parce qu’elle va aussi rajouter une couche de souffrance, puisque ce sera 1200 personnes en plus dans les cages de l’Etat.

Parce que la vie s’annonce de plus en plus difficile, et que de plus en plus de personnes vont se retrouver avec la menace de la taule au dessus de leur tête.

Parce que le pouvoir a besoin de cette taule pour nous faire peur et qu’on se tienne tranquille.

Cette prison ne sera pas construite sur notre résignation. Ce chantier peut être empêché, mais surtout, le pouvoir est partout autour de nous, et partout où il est, il peut être attaqué. Il n’y aura jamais assez de flics pour surveiller tout qui permet à la ville de nous étouffer. Soyons ingouvernables, et attaquons tout ce qui nous détruit!

Extrait du journal Hors-Service n°35 – journalhorsservice.blogspot.fr

Télécharger le tract 4 pages au format PDF

Source: Brèves du désordre, 27 mars 2013

[Prison de Lille-Sequedin] Suite à l’évasion d’un braqueur…. les matons flippent, les détenus trinquent – 16 avril 2013

Après l’évasion de Redoine Faïd, ambiance tendue à la prison de Sequedin

Parloirs suspendus, travaux de remise en état, tensions avec les détenus… La prison de Sequedin est encore loin d’un retour à la normale, 4 jours après l’évasion de Redoine Faïd.

Les détenus de la maison d’arrêt de Sequedin ont été privés de parloir aujourd’hui mardi. Et ce sera le cas au moins jusque vendredi. Une situation qui crée forcément de la frustration et de la tension. Selon un détenu qui appelé France 3 Nord Pas-de-Calais de sa cellule, les hommes d’une unité spéciale pénitentiaire ont même du intervenir cet après-midi à coups de flashballs, bombes lacrymogènes et matraques.

Parallèlement, les travaux de remise en état et de sécurité sont en cours. Les conséquences de l’évasion spectaculaire samedi de Rédoine Faïd sont donc encore bien palpables. Les surveillants continuent de réclamer une fouille généralisée de la prison.

Témoignages d’ex-détenus, de famille de détenus, de syndicalistes, d’un détenu depuis l’intérieur de la prison : le reportage d’Alice Rougerie et Bertrand Théry fait le point sur la situation à la maison d’arrêt de Sequedin ce mardi.

Voir la vidéo de FR3

« Ça nous dérangeait fortement que des parloirs se déroulent alors que tout n’est pas réparé, qu’on n’est pas sûrs que la structure de l’établissement est intacte  après l’explosion, qu’il n’y a plus aucun produit dangereux, ni arme dans l’établissement », a déclaré Nicolas Caron, secrétaire national FO-Pénitentiaire.

Selon lui, les parloirs ne devraient pas reprendre avant « le milieu de la semaine prochaine ».Le représentant régional de l’Ufap/Unsa Justice, Étienne Dobremetz, juge « impératif » qu’il y ait une fouille générale de la prison pour « envoyer un message, une réponse à la population pénale » alors que les agents « ne se sentent pas en sécurité » et sont encore « trop choqués, trop sous tension ». La fouille générale « est une opération qui est examinée », a seulement indiqué M. Jégo. »Notre objectif, c’est bien évidemment de remettre dans les meilleurs délais,quand l’ensemble des problèmes de sécurité seront réglés, les parloirs en route », a-t-il souligné.

Conséquence de l’absence de parloirs mardi, « il y avait un peu de tensions cet après-midi, les détenus traînaient un peu des pieds pour rentrer dans leurs cellules à l’issue des promenades, mais ça reste maîtrisé », a remarqué Nicolas Caron.

Leur presse carcérale – Fr3 Nord-Pas-de-Calais, 16/04/2013 à 19h29

[Nantes/La prison tue] Un mort de plus à la nouvelle prison – 11 avril 2013

Troisième suicide à la nouvelle prison de Nantes

Un détenu est mort après s’être pendu, jeudi 11 avril, dans la nouvelle maison d’arrêt de Nantes, ce qui porte à trois le nombre de suicides dans cet établissement, inauguré en juin 2012, en trois semaines, ont confirmé l’Observatoire international des prisons (OIP), la CGT pénitentiaire et le parquet de Nantes.

Le détenu est passé à l’acte mercredi alors qu’il était seul, son codétenu étant parti en promenade. Il a été retrouvé pendu aux barreaux de sa cellule vers 15 h 30, selon la CGT pénitentiaire. Le parquet de Nantes précise que l’homme, pris en charge mercredi après-midi dans un état critique, est mort jeudi en fin de matinée.

Agé de 23 ans, le détenu venait de Nice, où il purgeait à l’origine sa peine, mais il n’avait pas respecté son régime de semi-liberté. Il avait été interpellé pour évasion au début de mars à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et incarcéré à Nantes.

« ASSEZ FRAGILE »

L’homme était « assez fragile », mais n’avait pas donné de signe avant-coureur laissant présager un suicide, selon les éléments de l’administration pénitentiaire transmis au parquet.

A la fin de mars, un détenu de 44 ans s’était déjà suicidé par pendaison dans sa cellule de cette prison ultramoderne. Le parquet avait alors précisé qu’il n’avait pas invoqué ses conditions de détention dans une lettre expliquant son geste. Un détenu de 25 ans avait été retrouvé pendu une semaine auparavant, le premier suicide dans cet établissement.

Leur presse carcérale – LeMonde.fr (AFP), 11/04/2013 à 17h27

[Metz/La prison tue] Les matons travaillent – Soirée du 31 mars 2013

Metz : décès en prison, les secours appelés par un détenu

Une information judiciaire a été ouverte à Metz après qu’un détenu de 57 ans a succombé à un malaise en prison, malgré l’intervention des secours appelés… par un autre détenu avec son téléphone portable.

Les faits remontent au soir du 31 mars, dimanche de Pâques. Constatant que son compagnon de cellule faisait un malaise, un détenu a appelé un surveillant en appuyant sur l’interphone de service, selon Le Républicain lorrain qui révèle l’affaire dans son édition de mercredi.

Mais aucun surveillant n’est venu malgré les cris du codétenu, paniqué. Un homme incarcéré dans une autre cellule aux étages supérieurs a entendu ces cris et a alors appelé les pompiers avec le téléphone portable qu’il détenait illégalement.

Les pompiers, arrivés sur place quelques minutes après à la surprise du personnel pénitentiaire, n’ont pu que constater le décès. L’autopsie a révélé une mort de cause naturelle, selon le procureur de Metz, Pierre-Yves Couilleau.

Une information en recherche des causes de la mort a été ouverte la semaine dernière, et confiée à un juge d’instruction. Elle devra notamment déterminer si le personnel pénitentiaire a tardé à intervenir, et si l’interphone était défaillant. Certains proches du dossier s’interrogent et regrettent déjà le délai « d’intervention qui semble un peu long. Même si on ne peut pas savoir si la victime aurait pu être sauvée dans le cas contraire ».

Leur presse carcérale – LeParisien.fr (AFP), 10/04/2013 à 07h36

Décès à la prison de Metz-Queuleu : les secours appelés par un détenu

Un détenu est mort, il y a quelques jours, dans sa cellule de la maison d’arrêt de Metz-Queuleu. Son corps sans vie a été retrouvé après un appel téléphonique passé par un autre détenu. Une information judiciaire est ouverte.

Derrière les hauts murs des prisons, les téléphones portables servent à beaucoup de choses. A tuer le temps, à maintenir un lien avec l’extérieur, à gérer son trafic de drogue. Dorénavant, ils sont aussi utilisés pour prévenir les secours quand un problème en cellule survient…

Pour comprendre, il faut revenir au dimanche 31 mars. Dans une cellule du troisième étage de la maison d’arrêt de Metz-Queuleu, un homme découvre son codétenu en souffrance. Le quinquagénaire va mal. Il n’est pas encore minuit, le détenu appuie sur l’interphone pour alerter le surveillant de garde. Aucune réponse. Il se lance alors dans un bouche-à-bouche approximatif. À défaut, il hurle, crie au secours. Ses appels à l’aide résonnent jusqu’aux étages supérieurs. Un autre détenu décide d’agir et compose le numéro des pompiers avec un portable qu’il n’est pas censé détenir. Le centre de traitement de Saint-Julien-lès-Metz considère cet appel suffisamment crédible et alarmant pour envoyer une équipe de sauveteurs de Metz. Les surveillants de la maison d’arrêt tombent des nues en voyant arriver les pompiers. Logique, le personnel pénitentiaire ne sait pas ce qui se déroule au troisième étage.

Une dizaine de minutes plus tard, les secours sont auprès de la victime. Cet homme de 57 ans est mort. Un décès de cause « naturelle d’après l’autopsie », indique le procureur de la République de Metz, Pierre-Yves Couilleau. Une information en recherche des causes de la mort a été ouverte la semaine dernière, et confiée à un juge d’instruction. Pour poursuivre les analyses toxicologiques, toujours longues, et surtout faire la lumière « sur les circonstances de ce décès », selon le patron du parquet. Les services de la Sûreté départementale ont été saisis pour mener les investigations et les auditions.

Une défaillance technique ?

Certains proches du dossier s’interrogent et regrettent déjà le délai « d’intervention qui semble un peu long. Même si on ne peut pas savoir si la victime aurait pu être sauvée dans le cas contraire ».

La directrice de la maison d’arrêt de Metz n’a pas souhaité répondre à nos questions. Mais d’après certaines sources, une défaillance technique serait avancée par la direction et le personnel présent pour expliquer que personne n’ait répondu à l’appel au secours passé à l’interphone. L’enquête lèvera le doute sur ce sujet.

En attendant, ce décès rappelle celui de Vincent Winderstein le 22 décembre 2011. Son corps sans vie avait été retrouvé alors que le trentenaire avait signalé un malaise quelques heures plus tôt. La famille avait déposé plainte avec constitution de partie civile.

Leur presse carcérale – Le Républicain Lorrain (K. G.), 10/04/2013