[Métallos d’ArcelorMittal en lutte] Emeute à Strasbourg – 6 février 2013

Dégradations, interpellations, gaz lacrymogènes : les « Arcelor » ont manifesté dans une ambiance tendue à Strasbourg

Une manifestation de salariés d’ArcelorMittal venus de France, de Belgique et du Luxembourg s’est déroulée mercredi dans une atmosphère tendue aux abords du Parlement européen de Strasbourg, où la police a fait usage de gaz lacrymogènes.

arcelorStras3

dégradations, interpellations, une personne blessée

Des centaines de salariés des sites européens d’ArcelorMittal ont réclamé mercredi dans une atmosphère tendue à Strasbourg le soutien des députés européens, au moment où le géant mondial de l’acier annonçait des pertes colossales. La police, qui avait interdit des voies d’accès aux abords du Parlement européen, a fait plusieurs fois usage de gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants tentant de forcer le passage, dont une poignée lançaient des pierres et des bouteilles.

arcelorStrasLes abris en verre de plusieurs arrêts de tramway et de bus, ainsi que des panneaux de signalisation ont été dégradés. Trois manifestants ont été interpellés et un journaliste de l’AFP a été témoin de l’évacuation d’un autre sur une civière, un salarié belge blessé selon ses collègues par les forces de l’ordre. Les métallos avaient convergé depuis des sites d’ArcelorMittal de Florange et Gandrange (Moselle), Schifflange (Luxembourg) et Liège (est de la Belgique). Ces derniers devaient fournir le gros des troupes, les syndicats belges ayant annoncé plus de 1.200 personnes parties de Liège, mais de nombreux cars ont été arrêtés selon eux sur le trajet par les forces de l’ordre.; Casques sur la tête, les salariés de Florange arboraient une banderole intersyndicale portant l’inscription: « L’acier lorrain vivra », et des autocollants: « Touche pas à mon usine ».

manif5_1« L’industrie sidérurgique est en train d’être massacrée par un prédateur, Mittal. La question que nous voulons poser aux députés européens, c’est: +combien de dizaines de milliers d’emplois supprimés faudra-t-il encore avant que l’Europe bouge?+ », a déclaré à Edouard Martin, de la CFDT de Florange, avant de rencontrer des députés. Pour son collègue belge Jean-Luc Rader, secrétaire régional du syndicat belge FGTB Métal, les parlementaires doivent comprendre « qu’il y a un problème avec l’industrie en Europe ».

Communiqué de la préfecture du Bas-Rhin

arcelorStras4Une manifestation non déclarée a été organisée ce jour devant le Parlement Européen, à l’initiative de syndicats de sidérurgistes belges. Suite aux informations fournies faisant état de risques de violences à l’image de celles intervenues en Belgique le 29 janvier dernier, et afin de prévenir des actions violentes contre le Parlement Européen et d’autres administrations publiques, il a été décidé, sur réquisition du Procureur de la République de Strasbourg, de procéder à la fouille systématique et préventive des autocars en provenance de Liège. 23 autocars ont donc été interceptés et fouillés.

arcelorStras5Ont été saisis :

  • un dispositif de brise tympans et 12 pastilles d’explosifs
  • 2 bonbonnes de gaz
  • 1 grenade artisanale à billes
  • 40 kg de boulons de grosse taille et de ferraille coupante
  • 66 fumigènes
  • 147 pétards de types K2 à K4 (interdits à la vente et à l’usage sauf par des artificiers professionnels)
  • des pots de peinture et de nombreuses ampoules remplies de peinture.

Arrivés sur le site du Parlement, le millier de manifestants présents se sont opposés immédiatement aux forces de l’ordre en protection qui ont été la cible de quelques éléments particulièrement violents et déterminés à blesser et à casser. Les forces de l’ordre ont été exposées pendant plusieurs heures aux jets de projectiles divers et d’éléments de mobilier urbain. Douze gendarmes et policiers ont été blessés par ces projectiles.

Afin de préserver et de protéger les institutions publiques environnantes et de maintenir les manifestants à distance du centre ville et des populations qui auraient été exposées aux agissements d’une minorité d’individus violents, les forces de l’ordre ont répliqué en utilisant des gaz lacrymogènes et quatre tirs de flash ball. Deux blessés ont été recensés chez les manifestants, l’un à l’abdomen, l’autre au visage.

De nombreux éléments de mobilier urbain ont été détruits dans le quartier du Wacken. Plusieurs individus ont été interpellés et des procédures judiciaires ont été rédigées.

Leur presse – France3 Alsace (M.C. avec AFP), 06/02/2013 à 20h54

France: quatorze blessés dans les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre à Strasbourg

Douze gendarmes français et deux manifestants ont été blessés mercredi lors des affrontements entre les forces de l’ordre et les métallos rassemblés devant le Parlement européen à Strasbourg, selon le premier bilan établi par la préfecture du département du Bas-Rhin.

Venus de Belgique, du Luxembourg et de France, quelque 1500 métallos d’Arcelor Mittal, numéro un mondial de l’acier, ont manifesté mercredi après-midi devant le Parlement européen pour protester contre la fermeture d’usines et la stratégie du groupe sidérurgique.

A peine les manifestants arrivés à proximité du Parlement européen, des incidents se sont produits entre les métallos et les forces de l’ordre, présentes pour sécuriser les accès aux institutions européennes en faisant barrage aux manifestants.

En réaction aux jets de projectiles divers contre les forces de l’ordre pendant plusieurs heures d’un face-à-face, ces dernières ont répliqué en utilisant des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Selon un communiqué de la préfecture publié dans la soirée, « de nombreux éléments de mobilier urbain ont été détruits dans le quartier du Wacken », où se situe le siège du Parlement européen, et « plusieurs individus ont été interpellés ».

Les autorités du département ont indiqué qu’il s’agit d' »une manifestation non déclarée », qui « a été organisée à l’initiative de syndicats de sidérurgistes belges ».

Selon le bilan officiel, 40 kg de boulons de grosse taille et de ferraille coupante, des bonbonnes de gaz, des pétards K2 et K4 (interdits à la vente et à l’usage sauf par des artificiers professionnels) ont été saisis dans les autocars des manifestants belges contrôlés par les forces de l’ordre françaises sur le trajet de Strasbourg.

Leur presse – french.peopledaily.com (Xinhua), 07/02/2013

Seize blessés, quatorze du côté des forces de l’ordre, deux du côté des manifestants : c’est le bilan des échauffourées qui ont éclaté ce mercredi après-midi à proximité du parlement européen à Strasbourg. Environ 1500 salariés d’ArcelorMittal étaient venus de Belgique, de France et du Luxembourg pour manifester leur mécontentement et défendre l’avenir de la sidérurgie en Europe.

des-echauffourees-ont-eclate-entre-les-metallos-et-les-forces-de-l-ordre-photo-jean-marc-loos arcelorStras6 arcelorStras7 arcelorStras8 arcelorStras9 arcelorStras10 arcelorStras11Leur presse locale – L’Alsace.fr (Photos Jean-Marc Loos), 06/02/2013 à 19h16

Tous les articles liés à la lutte des métallos d’Arcelor

2 réflexions sur “[Métallos d’ArcelorMittal en lutte] Emeute à Strasbourg – 6 février 2013

  1. Pingback: [Résistons Ensemble no117] Semaine de mobilisation contre les violences policières du 15 au 23 mars 2013 | Le Chat Noir Emeutier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s