[1er mai en Allemagne] Tours d’horizon des manifs et actions directes à Frankfort, Hambourg et Berlin

A Franckfort, une marche des fascistes du NPD était prévue en ce premier mai. La mobilisation antifasciste ne s’est pas fait attendre et des milliers de manifestant.e.s ont pris les rues afin de la saboter. Pour un militant antifasciste, c’est la première fois depuis 2002 que la marche néo-nazie n’a pas pu avoir lieu, malgré que les flics aient tout tenté pour qu’elle ait lieu. Les antifascistes évoque une répression d’une rare violence, et dénombrent 56 personnes blessées (essentiellement lié à l’utilisation massive de gaz au poivre), 4 personnes ont été hospitalisées dont deux pour fracture du bras.

22665462,19350318,dmFlashTeaserRes,IMGL4423+Kopie

L’objectif d’empêcher la marche du NPD est atteint. Par ailleurs, à Hanau, plus de 150 néo-nazis ont pu marché dans la ville: la police étant débordé, les antifascistes ont attaqué leur cortège. Des affrontements entre fascistes et jeunes migrants ont eu lieu un peu plus tôt dans la journée.

Au final, il y a eu une trentaine d’arrestations parmi les les antifascistes.

La police justifie la répression en partie par rapport à des actes de vandalisme perpétrés la veille du 1er mai:

Dans la nuit du mardi 31/04 au mercredi 01/05/2013 à Roedelheim, plusieurs banques de la caisse d’épargne ont eu leurs vitrines brisées, une voiture a été également vandalisée. Plusieurs tags et faits destructions ont été constatées dans le secteur.

Traduit librement de la presse allemande (Frankfurter Online.de), 02/05/2013

A Hambourg:

Le rassemblement avait lieu en début de soirée à la gare Altona et les affrontements ont débuté immédiatement. Les flics se sont fait attaquer à coups de bouteilles, de pétards et quelques bleus ont été blessés. La police anti-émeute a utilisé canons à eau et gaz lacrymos. Les organisateurs ont rapidement appelé à la dispersion.

Sous la devise «Le prolétariat n’a pas de patrie« , environ 1.400 participants se sont rassemblées devant la « Rote Flora« , avant de partir vers la gare Altona. Des escouades anti-émeute accompagnaient le cortège. Peu de temps après le départ, il y a eu des incidents avec des jets de pétards et des bouteilles. Les fonctionnaires ont été attaqués depuis des appartements d’immeubles avec des pierres, indique le porte-parole la police d’Hambourg.

Certaines personnes ont scandé: « Tout Hambourg déteste la police« . On pouvait lire sur les banderoles du cortège anticapitaliste « Contre l’exploitation et l’oppression » ou encore « Combat l’impérialisme dans chaque pays ».

Pour ce 1er mai, 1600 policiers étaient mobilisés, et dans un premier temps 8 manifestants ont été arrêtés pour ‘vandalisme’.

Plus tard dans la soirée, plusieurs foyers d’incendies ont nécessité l’intervention des pompiers aux alentours du centre militant « Rote Flora », où se déroulait « la Nuit de Walpurgis »: deux personnes ont été arrêtées.

Traduit librement de la presse allemande (Frankfurter Online.de), 01/05/2013

A Berlin

Tard dans la soirée du 1er mai, environ 40-50 personnes sont parties en manif sauvage éclair depuis la rue Karl Marx à Neukölln. Les vitrines d’une banque ‘Santander’ et d’un magasin ‘H&M’ ont été explosées, permettant au prolétaire de se servir dans le magasin de fringues. De plus, un tag ‘souviens-toi de Savar‘ a été inscrit sur la façade, en mémoire aux ouvriers du textile de Savar, village du Bangladesh, où le 24 avril dernier 304 d’entre eux ont perdu la vie lors de l’effondrement d’un bâtiment.

Des barricades ont été montés à travers les rues avec des matériaux de construction. Une banque de la filiale ‘Rossmann’ a même reçu quelques pierres, avant que la foule disparaisse dans la nuit.

Traduit librement de l’allemand de linksunten.indymedia.org, 02/05/2013 à 20h45

Un black bloc anticapitaliste réunissant 500 personnes ont manifesté ce 1er mai: attaques de banques et de flics notamment…

Un compte-rendu de la manif en allemand sur indymedia linksunten

Quelques images et traces de la manif (du tagesspiegel.de):

2-format35 (1) 2-format35 (2) 2-format35 (3) 2-format35 (6) 2-format35 (7) 2-format35 (8) 2-format36 (1) 2-format35 (10) 2-format36

2-format36 (2) 3-format35 (1) farbanschlag2_42194827

Le 1er mai s’est prolongé à Berlin

Dans la nuit du 2 au 3 mai 2013, des attaques à la peinture et avec des pierres ont visé plusieurs édifices dans Berlin: les vandales ont agi dans les secteurs de Steglitz, Locust Valley, Lichtenberg, Pankow et rue de la reine Elizabeth à Charlottenburg. 

farbanschlag3_42194727

‘Berlin Job Center’ , le siège du SPD (soce’dém’), entre autre, en ont fait les frais.

Le "Job Center" de Charlottenburg

Le « Job Center » de Charlottenburg

Siège du SPD

Siège du SPD

Siège du SPD

Siège du SPD

Siège du SPD

Siège du SPD

Le Centre d’emploi à Lichtenberg a été bombardé de pierres, de peinture et des tags longs de plusieurs recouvraient la devanture. Malgré qu’un citoyen ait alerté les flics, personne n’a été arrêté.

le "job center" de Lichtenberg

le « job center » de Lichtenberg

A noter qu’une personne a été arrêtée lors de l’attaque du pôle emploi à Charlottenburg. Elle a été interpellée par les flics avec un sac rempli de pavés. Concernant les autres attaques, les vandales s’en sont sorti.e.s sans problème.

Sabotage ferroviaire

Par ailleurs, dans la nuit de mercredi à jeudi, des câbles de la S-Bahn ont été incendiés. Le trafic ferroviaire entre Potsdam et Berlin a été fortement perturbé jeudi, avant d’être rétabli en fin de journée. La police soupçonne les milieux autonomes d’extrême-gauche et anarchiste.

reparatur-s-bahn_42189727 anschlag-bahn_42189627

Traduit librement de la presse allemande – bz-berlin.de, 03/05/2013 à 11h51

Des photos du 1er mai à Stuttgart et Berlin

[Mulhouse] Caméra de surveillance vandalisé et feux de voitures – Nuits des 1er, 2 et 3 avril 2013

Caméra vandalisée : une deuxième filme la scène

Depuis quelques jours, une caméra de vidéo-protection de la ville de Mulhouse, située rue Saint-Nazaire, subit des actes de vandalisme. Lundi soir, un groupe d’individus a installé, sous cette caméra, des pneus avant d’y mettre le feu. Une patrouille de police s’était rendue sur place, mais trop tard. Mardi soir, des cailloux ont été lancés sur l’installation. Cette fois, la scène a été filmée par une autre caméra, installée non loin. Une patrouille de la brigade anticriminalité du commissariat de Mulhouse s’est immédiatement rendue sur place et les policiers ont arrêté un jeune. Ce dernier a d’abord nié les faits en bloc. Sauf que devant les preuves qui lui ont été montrées, il a bien été obligé d’avouer. Surtout qu’il avait déjà été mis en cause pour le même type de faits, commis en décembre 2012. Les policiers ont également retrouvé sur lui un téléphone portable volé. Hier soir, ce Mulhousien de 18 ans était toujours en garde à vue au commissariat de Mulhouse.

Feux de voitures

Les pompiers ont éteint une voiture en feu, lundi vers 19 h, rue de Quimper à Mulhouse.

Dans la nuit de lundi à mardi, ils ont été appelés pour une autre voiture incendiée, rue de Turenne à Mulhouse.

Dans la nuit de mardi à mercredi, vers minuit, les pompiers d’Illzach se sont rendus pour les mêmes raisons, rue des Jonquilles, dans leur commune.

Leur presse – L’Alsace.fr, 04/04/2013 à 05h00

[Dijon] La police accueillie aux cocktails molotov, la poukav citoyenne travaille – Soirées des 17 et 18 février 2013

Cocktails Molotov sur la police : 5 arrestations à Dijon

Lorsque dimanche soir, les pompiers étaient intervenus rue Joliot-Curie, où un local à poubelles venait d’être incendié, ils avaient essuyé, ainsi que les policiers qui les accompagnaient, des jets d’objets divers : pied de lampe, morceaux de table, pièces de mobilier.

Lundi, lors d’une nouvelle intervention pour un nouvel incendie allumé au même endroit, policiers et pompiers avaient été accueillis cette fois par des jets de cocktails Molotov.

Depuis les coursives du 5 e étage

Mais un imposant dispositif d’investigations avait été mis en place par les enquêteurs du groupe de voie publique de la sûreté départementale : ils savaient que ceux qui s’en étaient pris aux gardiens de la paix et aux pompiers avaient lancé leurs projectiles depuis les coursives du 5 e étage du bâtiment Réaumur, et ils disposaient de quelques informations obtenues par l’enquête de voisinage.

Et enfin, des témoins avaient parlé. Si bien que les enquêteurs avaient identifié cinq jeunes gens, tous domiciliés dans le quartier, tous déjà connus de la police et de la justice, tous âgés de 18 à 19 ans.

Interpellés à l’aube

Mardi, à l’aube, au cours d’une opération mobilisant des policiers du groupe de voie publique, de la brigade criminelle et de la brigade d’atteinte aux biens de la sécurité publique, trois des jeunes gens étaient interpellés à leur domicile, conduits dans les locaux du commissariat central et placés en garde à vue. Deux autres les rejoignaient au cours de l’après-midi.

Au cours de leurs auditions, les cinq jeunes gens auraient nié avoir lancé des objets ou des cocktails Molotov sur les pompiers et les policiers, mais certains auraient reconnu s’être trouvés dans les coursives de l’immeuble.

Le service départemental d’incendie et de secours, la police national et le bailleur social Dijon Habitat ont déposé plainte.

Un véhicule incendié

Les cinq jeunes gens, qui sont poursuivis pour les feux de poubelles, les jets de projectiles et, pour deux d’entre eux, pour avoir incendié un véhicule dans la rue Joliot-Curie le dimanche, devaient être présentés au procureur de la République dans la soirée d’hier. L’un d’entre eux pourrait être conduit directement à la maison d’arrêt pour trois mois : il faisait l’objet d’une peine d’emprisonnement avec sursis prononcée dans le cadre d’un autre dossier.

Leur presse – Le Bien Public.com (G. D.), 22/02/2013 à 09h55

[Nouvel An] Comme une odeur de braise pour 2013 ….

Mise-à-jour le 07/01/2013 à 00h02:

Saint-Sylvestre: une classe d’école et des voitures brûlées dans les AM

C’est le bilan sombre de la Saint-Sylvestre… Si la nuit du réveillon a été relativement calme dans les Alpes-Maritimes,  les forces de l’ordre enregistraient quelques faits de délinquance.

C’est le cas notamment dans le quartier de l’Ariane à Nice, où un incendie est survenu dans une salle polyvalente de l’école primaire « Les lauriers roses ». Celle salle a été endommagée par un engin incendiaire et les dégâts sont importants.

Incendie école des lauriers roses

L’origine est inconnue. S’agit il d’un engin lancé contre les forces de l’ordre ou d’un acte visant délibérément l’établissement? Une enquête est ouverte.

Voitures brûlées dans les Alpes-Maritimes

Dans un premier bilan à mi-journée, Nice-Matin dénombrait 14 voitures brûlées dans le département: cinq à Nice dans les quartiers de l’Ariane, les Moulins et Louis Braille, 5 à Cannes et 4 à Fontan une petite commune du Mentonnais.

Après un nouveau comptage, le préfet faisait finalement état de 26 voitures, dont neuf« par propagation ».

200 interventions de pompiers à Nice

Les sapeurs-pompiers, qui sont intervenus près de 200 fois à Nice, ont également été la cible de jets de projectiles.

Les forces de l’ordre ont été massivement présentes avec près de 300 policiers et gendarmes.

Contrôles routiers

Une soixantaine d’automobilistes ont par ailleurs été contrôlés en état d’ivresse et deux sous l’emprise de stupéfiants.

Leur presse de l’ordre – Nice Matin (D.C), 01/01/2013 à 16h54

Incidents du réveillon à Nice: cinq mineurs devant la justice

Lors des incidents qui ont émaillé la nuit de la Saint Sylvestre à Nice, six mineurs ont été interpellés par la police nationale avec l’aide des caméras de la ville pour certains d’entre eux.

L’un a été laissé libre mardi soir à l’issue de son audition par les enquêteurs de la Brigade de répression des actions violentes. (BRAV). Les cinq autres ont vu leur garde à vue être prolongée jusqu’à ce mercredi matin. Le parquet de Nice a ouvert une information judiciaire pour « violences sur personnes dépositaire de l’autorité publique, rébellion en réunion avec armes et destruction de biens par incendie ».

Quatre de ces mineurs seront convoqués afin d’être mis en examen et un cinquième, davantage impliqué que les autres au vu des investigations, a été déféré ce mercredi.

Le parquet a requis un mandat de dépôt à son encontre et le juge des libertés et de la détention doit statuer sur son sort tard dans la soirée.

Leur presse – Nice Matin, 02/01/2013 à 17h58

Incidents du réveillon à Nice: un mineur écroué

Le mineur présenté au parquet de Nice mercredi soir et soupçonné d’être impliqué dans les violences urbaines au cours de la nuit de la Saint Sylvestrea été mis en examen pour « violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique , rébellion en réunion et avec armes et dégradations ».

Il a été placé en détention provisoire conformément aux réquisitions du parquet de Nice.

Déja connu des services de police pour des vols à la portière, il est soupçonné d’avoir allumé des feux de poubelle et lancé des engins incendiaires contre les forces de l’ordre. Quatre autres mineurs sont poursuivis pour ces mêmes faits mais laissés libre.

Leur presse – Nice Matin, 03/01/2013 à 11h10

__________________________________________________________

Strasbourg Réveillon du nouvel an

Échauffourée au Neuhof, calme relatif dans les autres quartiers

Le réveillon du nouvel an s’annonçait plutôt serein sur Strasbourg. Si avant minuit, quelques incidents avaient été signalés dans le quartier de Hautepierre et à Hoenheim, c’est au Neuhof que policiers et jeunes résidents se sont affrontés une fois le cap de la nouvelle année franchi.

image (2)

Une voiture et une camionnette ont été brûlées rue Schach vers 0h15, obligeant les forces de l’ordre à intervenir malgré les pétards lancés dans leur direction. Casqués et protégés par leur bouclier, les fonctionnaires ont chargé à plusieurs reprises les groupes récalcitrants qui s’étaient formés sur la voie publique. Ils ont ensuite ouvert la voie aux pompiers. Les incendies étaient éteints un quart d’heure après avoir été allumés. Des jets de pétards, parfois depuis les immeubles, en direction des voitures et des passants ont néanmoins perduré durant quelques dizaines de minutes.

Vers 0h35, c’est une fourgonnette rue du Rhin-Tortu, dans le quartier de la Meinau, qui s’embrasait sur un parking. Les pompiers étaient sur place une dizaine de minutes plus tard. Au même moment, ils intervenaient également à Neudorf, rue de Bâle, pour un léger incendie sur une terrasse d’un immeuble.

Sur les coups de 2h du matin, un calme relatif baignait l’agglomération strasbourgeoise.

Nuit calme côté gendarmerie

La police a procédé à de multiples arrestations cette nuit pour des conduites en état alcoolique, des jets de pétard, des incendies de véhicule, des outrages et des rébellions ou encore des violences urbaines. Les gardes à vue étaient nombreuses ce matin au commissariat.

les-pompiers sont intervenus rue Schach,  à Strasbourg, pour des incendies de voitures

les-pompiers sont intervenus rue Schach, à Strasbourg, pour des incendies de voitures

Côté gendarmerie, la nuit a été calme sur la circonscription de la compagnie de Strasbourg. Quelques feux de poubelle ont été à déplorer mais aucun incendie de voiture. Plusieurs cambriolages ont été commis dans le secteur de Fegersheim. Enfin, les militaires ont sanctionné deux conduites en état d’ivresse.

Als image

Leur presse – DNA.fr, 01/01/2013 à 11h26

Nouvel AN Violences urbaines

Bilan inquiétant sur Mulhouse

Tous les signes avant-coureurs laissaient présager un nouvel an difficile. Les pires prévisions se sont réalisées avec un bilan en termes de violences urbaines qui ne fait que conforter l’impérieuse nécessité de voir Mulhouse et certains quartiers passer en ZSP…

C’est sans doute la première fois que l’on a vu un pompier les larmes à l’œil aux urgences racontant ses interventions dans les quartiers livrés à quelques poignées de casseurs. Pour eux pas de fête mais uniquement cette envie de détruire et de s’attaquer aux symboles de la République et de l’autorité. Le pompier énumère les callaissages, les cocktails Molotov lancés sur les véhicules en interventions et les deux véhicules pompiers très endommagés (vitres totalement détruites).

En mode « violences urbaines » aux urgences

Même aux urgences le personnel est presque en état de sidération. Le Dr Bruno Goulesque chef de service aux urgences au centre hospitalier de Mulhouse évoque le travail difficile de ses propres équipes sur le terrain : « nous sommes rentrés cette nuit dans certaines zones en mode violences urbaines avec un accompagnement systématique des véhicules du SAMU 68 ou du SMUR par les forces de l’ordre dans le centre-ville notamment ».

Une soixantaine de voitures incendiées directement ou par propagation

Sur l’ensemble de la nuit du réveillon une soixantaine de véhicules ont été incendiés soit directement soit par propagation… un bilan en nette hausse par rapport à l’an dernier où seules une quarantaine de voitures avaient été détruites. Sur le secteur mulhousien près de 250 policiers et mobiles étaient déployés et il a fallu faire appel aux renforts d’une demi-compagnie de CRS supplémentaire postée à Colmar peu après minuit ; en effet des pics de violences étaient enregistrés de manière simultanée sur le Drouot, les Coteaux, le secteur Briand et Bourtzwiller. Au final il a été procédé à une vingtaine d’interpellations (dont quatre pour des ivresses publiques manifestes).

Les gardes à vue concernent aussi bien des simples outrages mais aussi pour certains des faits plus sérieux qualifiés de « participation à des attroupements armés et des violences volontaires aggravées ».

Au parquet de Mulhouse, on confirmait ce matin « qu’effectivement la nuit avait été très agitée avec des situations particulièrement tendues dans certains quartiers. Mais ce qui est inquiétant c’est surtout ce phénomène de violence urbaine qui a démarré très tôt le 31 décembre avec les premiers incendies de véhicules dès 18 h et surtout la fin de cet épisode… tard le 1er janvier. On était plutôt habitué à des violences concentrées autour de minuit et qui s’estompaient vers 2 heures du matin. Là, des voitures brûlaient encore vers 6 heures. »

Leur presse – DNA.fr (Alain Cheval), 01/01/2013 à 13h51

_____________________________________________

Nouvel an. Débordements à Nantes et à Notre-Dame-des-Landes

Malgré la pluie battante, les forces de l’ordre et les secours ont été mis à contribution, cette nuit, pour faire face à quelques débordements, principalement à Nantes et à Notre-Dame-des-Landes, au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre.

Quelque six cents gendarmes et policiers étaient mobilisés en Loire-Atlantique, détaillait lundi soir, autour de 23 h, Patrick Lapouze, directeur du préfet, au poste de commandement de l’hôtel de police de Nantes.

Sur le site du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, entre 22 h et 3 h du matin, les gendarmes ont subi les assauts d’un groupe d’opposants, du côté du chemin de Suez, non loin des cabanes de la Chataigneraie.

Fusées de détresse

« Sporadiquement, des fusées de détresse et autres projectiles ont été tirés en direction des gendarmes mobiles », expliquait un enquêteur, ce mardi matin. Pour autant, ajoute-t-il, aucun blessé n’est à déplorer.

À Nantes, les pompiers ont dû sortir à de nombreuses reprises, en particulier pour des incendies de voiture. Pour l’heure, le bilan des opérations n’a pas été communiqué.

Leur presse – OuestFrance.fr, 01/01/2013

[Vallauris] Emeute dans le quartier de la Zaïne (nuit du 5 au 6/11/2012): relaxe des deux jeunes poursuivis au tribunal de Grasse – 11 décembre 2012

Pompiers et policiers caillassés quartier de la Zaïne à Vallauris

Cela faisait longtemps que le quartier des Hauts-de-Vallauris (ex-Zaïne) n’avait pas fait parler de lui pour de tels incidents…

Dans la nuit de lundi à mardi, une dizaine de jeunes ont caillassé à de multiples reprises les policiers et pompiers qui intervenaient sur trois incendies de voiture.

Ces incendies avaient visiblement été allumés afin d’attirer les autorités dans la cité.

Deux hommes ont été interpellés et placés en garde à vue.

Leur presse – Nice Matin.com, 06/11/2012 à 16h00

Émeutes de Vallauris: double relaxe à Grasse

Dans la nuit du 5 au 6 novembre dernier, C’était l’émeute. Comparution ce lundi à Grasse de deux des dix présumés auteurs soupçonnés d’avoir caillassé à de multiples reprises les policiers et pompiers qui intervenaient notamment sur trois incendies de voiture.

« On passait par là, on a regardé, c’est tout » explique à la barre du tribunal correctionnel de Grasse, ce lundi, Alexandre et Hedi. « On était là au mauvais endroit au mauvais moment » résument ces deux Vallauriens de 22 ans, soupçonnés d’avoir participé aux émeutes des Hauts-de-Vallauris dans la nuit du 5 au 6 novembre dernier.

Cette nuit-là, la police et les pompiers sont requis à quatre reprises dans la cité, de 22 heures à 4 heures du matin le lendemain, pour des dégradations sur le portail d’une résidence, une voiture incendiée et des jets de pierre, béton et morceaux de trottoir sur les forces de l’ordre.

Ce 5 novembre à 22 h 15, Alexandre et Hedi font la fermeture du snack d’un ami, puis montent dans sa Fiat qui s’arrête au Hauts-de-Vallauris.

L’éclairage public est hors service, les caméras de vidéosurveillance de la ville ont toutes été dégradées. Le quartier est plongé dans le noir.

Lors d’un tir de flash-ball, le visage d’un des émeutiers est « éclairé par une lampe torche » explique l’un des fonctionnaires de police présent cette nuit-là et qui est formel : il s’agit d’Alexandre.

« Ensuite la Fiat est passée à proximité de nous, j’ai reconnu ceux qui nous avaient jeté les pierres » indique à la barre ce même policier qui ce soir-là donne le signalement des deux émeutiers présumés à ses collègues de la brigade anticriminalité.

Un an de prison ferme requis par le parquet

« Vous étiez sur place peu après 22 heures et vous avez été interpellés vers 1 heure du matin. Qu’avez-vous fait pendant 3 heures ?» leur demande la procureure adjointe Céline Raignault.

« On a fait des tours en voiture avec la Fiat » répondent les prévenus contre lesquels le parquet requiert un an de prison ferme, «assorti, éventuellement, d’un mandat de dépôt à la barre ».

« Un policier ça peut aussi se tromper. Ça n’a pas une super vision permettant de voir à 15 mètres dans le noir» plaide l’avocat d’Hedi, Me Thomas Jean, qui ajoute : « Les pompiers ont indiqué que les auteurs des jets de pierres avaient le visage dissimulé par une cagoule. Mon client n’en avait pas » avant de demander la relaxe. Même demande de Me Magali Di Crosta, conseil d’Alexandre.

Relaxe confirmée par le tribunal, présidé par Marc Joando.

Leur presse – Nice Matin.com, 11/12/2012 à 07h17

[Belgique] Liège burning

Le beau art de l’incendie

LIEGE – Des groupes de jeunes gens ont répandu des centaines de poubelles boulevard Sainte-Beuve à Liège, dans la nuit de mardi à mercredi. Ils y ont ensuite mis le feu, provoquant une odeur nauséabonde. Les pompiers de Liège ont dû employer des lances à haute pression pour éteindre les flammes et protéger les voitures en stationnement.  La chaussée a été ensuite dégagée afin que la circulation reprenne son cours normal. (20/9/2012)

LA LOUVIERE – Petite fête au cocktail Molotov: trois voitures brûlées dans la cité des Loups, dans la rue René Margritte (16/9/2012).

LOT – Pendant la nuit, une Mercedes a été incendiée dans cette commune de riches près de Bruxelles

Source: Suie & cendres

[Roye] Des pandores pris à partie lors d’une opération de « surveillance renforcée » – Nuit du 25 au 26 août 2012

ROYE (80) Affrontements entre jeunes et gendarmes : six interpellations

Quatre véhicules ont brûlé dans la nuit de samedi à dimanche à Roye.

Dans la nuit du 25 au 26 août à Roye, un groupe de 20 personnes a agressé verbalement et physiquement par des jets de pierres et de bouteilles des militaires de la gendarmerie en opération de surveillance renforcée.

Ces militaires ont dû faire usage de lacrymogènes pour se dégager. Ces mêmes individus ont également incendié des véhicules en stationnement.

L’enquête visant à confondre les auteurs et les meneurs se poursuit activement. Dans ce cadre, 50 militaires des compagnies de Montdidier, de Péronne et de l’escadron départemental de sécurité routière de la gendarmerie ont procédé, ce jeudi matin, à l’interpellation de six personnes en lien avec les évènements,dont les meneurs présumés, indique la préfecture de la Somme dans un communiqué.

Une cellule de veille de la délinquance mise en place

Afin de mener des actions de prévention de la délinquance et de garantir la tranquillité publique dans le secteur de Roye, le sous-préfet de Montdidier a décidé d’installer, en lien avec le maire, une cellule de veille de la délinquance. Elle se réunira pour la première fois le 19 septembre 2012, précise la préfecture.

Cette cellule associera gendarmerie, municipalité et police municipale de Roye, ainsi que les acteurs locaux concernés : commerçants, chefs d’entreprises, responsables associatifs et bailleurs sociaux.

Leur presse – Le Courrier Picard, 30/08/2012 à 17h50

ROYE De nouveaux incidents

Dans la nuit de samedi à dimanche, une trentaine de jeunes s’est affrontée aux gendarmes. Quatre voitures ont été brûlées.

Du chahut, des barrières de sécurité que l’on jette, en pleine nuit. Et des événements qui dégénèrent. On ne savait pas encore très bien, hier en fin de journée, ce qui a pu déclencher l’affrontement entre une trentaine de jeunes et les gendarmes.

Dans la nuit de samedi à dimanche, entre 2 et 3 heures du matin, les fauteurs de troubles ont incendié quatre voitures, boulevard du Général-Leclerc : deux directement et deux par propagation des flammes, en face du Crédit-agricole et de l’ancienne discothèque Le Rex. Plusieurs individus ont été interpellés et placés en garde à vue. L’enquête se poursuivait, hier soir.

Sur place, certains habitants s’interrogent à haute voix sur le lien avec le match de football qui opposait plus tôt dans la soirée l’US Roye-Noyon à l’AC Amiens (l’un des clubs du quartier nord). Un lien que récuse catégoriquement le maire, Jacques Fleury, en vacances mais informé avec précision.

Le rapprochement avec les événements du 15 août à Amiens-Nord vient aussi à l’esprit. «Il y en a ici qui voudraient faire pareil. C’est juste de la provocation », commente une Royenne d’une cinquantaine d’années.

Cet effet de «contagion », le maire ne peut l’exclure. «On peut toujours imaginer que certains ont envie de se faire connaître par le biais de ces faits désagréables. C’est justement pour cela qu’il ne faut pas leur faire trop de publicité », prévient l’élu, qui évoque«quelques imbéciles ayant envie de casser ».

La mairie a participé, mercredi, à une réunion avec les gendarmes et le sous-préfet, pour évoquer les réponses à apporter en cas de problème.

Il y a une semaine, dans la nuit du samedi au dimanche, un groupe de jeunes éméchés avait causé des dégradations à la porte de la mairie et insulté les forces de l’ordre.

Quatre personnes avaient été entendues lundi, trois avaient reconnu l’outrage et une la détérioration. Elles répondront en octobre de leurs actes devant la justice.

Leur presse – Le Courrier Picard (Anne Despagne et Claudine Delaire), 27/08/2012

ROYE Deux jeunes en prison

Après les affrontements avec les gendarmes, puis l’incendie de plusieurs voitures, commis le 26 août, quatre jeunes Royens comparaissaient en fin de journée devant le tribunal d’Amiens. Les peines : un an dont six mois avec sursis, mandat de dépôt pour Jérémy Villain ; un an ferme, mandat de dépôt pour Marvin Lejeune ; cinq mois avec sursis pour Anthony V. et huit avec sursis pour Grégory L., tous deux titulaires d’un casier vierge.

Leur presse – Le Courrier Picard, 31/08/2012