[Israël] Mutineries dans au moins 4 prisons et émeutes partout suite à la mort d’un prisonnier palestinien – 2 avril 2013

Affrontements après la mort d’un Palestinien détenu en Israël

mutineriesIsraelUn prisonnier de haute sécurité palestinien purgeant une peine de prison à vie en Israël est mort hier à l’âge de 64 ans d’un cancer, suscitant de vives réactions chez les Palestiniens, dont le président a imputé ce décès au gouvernement israélien.

Le décès de Maisara Abou Hamdiyeh a immédiatement déclenché des mouvements de protestation, notamment des jeunes, dans au moins quatre établissements pénitentiaires où sont détenus des prisonniers politiques palestiniens. Des renforts israéliens ont été dépêchés sur place. Des heurts ont aussi éclaté à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie, ville natale d’Abou Hamdiyeh, et à Jérusalem-Est, à l’entrée de la Vieille Ville, où la police a tiré des grenades assourdissantes sur une cinquantaine de jeunes Palestiniens. Cinq manifestants ont été interpellés à Jérusalem. Des jets de pierres ont été signalés ailleurs en Cisjordanie. À Gaza, un groupe armé a ouvert le feu en direction du sud d’Israël, selon des témoins qui ont fait état du tir de trois mortiers.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a accusé le gouvernement « arrogant et intransigeant » du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu d’être responsable de la mort du détenu, décédé à l’hôpital Soroka de Beersheva (sud d’Israël), où il avait été transféré durant le week-end. « La présidence palestinienne tient le gouvernement de Netanyahu responsable », a déclaré le porte-parole de M. Abbas, Nabil Abou Roudeina. Le Premier ministre Salam Fayyad a appelé à une commission d’enquête internationale dans les prisons israéliennes. Un responsable gouvernemental israélien a reproché aux Palestiniens, sous le couvert de l’anonymat, de recourir au « langage de la confrontation plutôt qu’à celui de la paix et de la réconciliation ».

Abou Hamdiyeh, un ex-général des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne, avait été arrêté en 2002 et condamné à la prison à vie en 2007 pour tentative de meurtre. Il était accusé d’avoir participé au recrutement d’activistes qui devaient commettre un attentat dans un café de Jérusalem en 2002, selon le service pénitentiaire israélien (IPS). L’IPS a confirmé le décès dans un communiqué en soulignant qu’une procédure de remise en liberté était en cours en raison de la détérioration de l’état de santé du détenu. « Il y a une semaine, les médecins ont indiqué qu’il était dans une phase terminale et l’administration pénitentiaire avait demandé à la commission des libérations de le relâcher, mais cette procédure n’avait pas abouti », a précisé le service pénitentiaire.

Abou Hamdiyeh, très malade depuis le début de l’année, s’était plaint de violentes douleurs à la gorge en août dernier avant qu’un cancer ne soit détecté. Selon le club des prisonniers palestiniens, qui défend leurs intérêts, quelque 25 Palestiniens souffrent de cancer et 18 autres de graves maladies chroniques dans les prisons d’Israël. Dénonçant un « crime vicieux », le ministre palestinien des Prisonniers Issa Qaraqaë, rappelant que 207 Palestiniens étaient décédés en détention depuis 1967, a appelé à une grève générale et une journée de deuil mercredi dans les Territoires. Le mouvement de protestation des prisonniers palestiniens, dont certains observent une grève de la faim intermittente depuis des mois, doit également se poursuivre aujourd’hui. Les principaux mouvements palestiniens, le Fateh et le Hamas islamiste, ainsi que l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) ont accusé Israël de négligence médicale et dénoncé le « meurtre prémédité » d’Abou Hamdiyeh.

Leur presse – AFP via lorientlejour.com, 03/04/2013

Israël: Affrontements après la mort d’un Palestinien en prison

Des mouvements de protestation de détenus palestiniens ont éclaté ce mardi dans plusieurs prisons israéliennes après la mort des suites d’un cancer d’un prisonnier dont Israël avait rejeté les demandes de libération pour raisons de santé.

Condamné à la prison à vie en 2002 pour avoir recruté l’auteur d’un attentat à la bombe avorté contre un café de Jérusalem, Maïssara Abou Hamdeïa, 64 ans, est le deuxième Palestinien à mourir en détention en Israël cette année.

Mahmoud Abbas pointe l’ «intransigeance» du gouvernement israélien

Il s’est éteint mardi dans un hôpital du sud d’Israël, a dit un porte-parole des services pénitentiaires. Un processus de libération anticipée, réclamé de longue date par les Palestiniens, avait été entamé la semaine dernière lorsque les médecins avaient diagnostiqué son cancer en phase terminale.

«Le gouvernement israélien a par son intransigeance et son arrogance refusé de donner suite aux efforts palestiniens pour sauver la vie du prisonnier», a déclaré le président palestinien, Mahmoud Abbas, à des membres du Fatah à Ramallah.

Des affrontements ont éclaté à Hébron, ville natale de Maïssara Abou Hamdeïa, en Cisjordanie, et dans plusieurs prisons, dont celle de Ramon, dans le sud d’Israël, où selon la porte-parole trois détenus et six gardiens ont reçu des soins après avoir inhalé du gaz lacrymogène.

Leur presse – Reuters via 20minutes.fr, 02/04/2013 à 15h32

[Strasbourg] Mobilisation en solidarité avec le peuple palestinien les 21 et 24 novembre 2012

Le Chat Noir Emeutier reçoit et transmet:

En solidarité avec le peuple palestinien, le réseau des Communistes Libertaires Autonomes appelle à manifester ce mercredi 21 novembre à 18h et ce samedi 24 novembre à 15h place Kleber sur Strasbourg.

Voir/Télécharger le tract des CLA en format PDF

PALESTINE VIVRA PALESTINE VAINCRA. IL N’Y A PAS DE PAIX SANS JUSTICE

Le massacre continue à Gaza. L’opération « Pilier de Défense » n’est qu’une phase supplémentaire dans la politique d’occupation coloniale et raciste du peuple palestinien par l’Etat fasciste d’Israël. Il ne s’agit pas d’une guerre, mais de la destruction d’un peuple par la 3e puissance militaire mondiale.

Nous souhaitons la paix, une cohabitation pacifique entre les différents peuples de la terre palestinienne, mais nous condamnons ceux qui disent la souhaiter dans les conditions actuelles. Il n’y a pas de négociation ni de paix possible dans la terreur quotidienne de la réalité d’occupation militaire, de colonialisme et de blocus impérialiste. Il y a bien un occupant et un occupé, un oppresseur et un opprimé, un agresseur et une victime. Face à un colonisateur, il ne peut y avoir qu’un résistant. Nous sommes solidaires de toute résistance palestinienne, qu’elle soit pacifique ou armée. Cette résistance armée n’est pas homogène, elle est multiple et variée, et nous la soutenons en tant que telle. Face au colonialisme et à l’occupation militaire, il n’y a qu’intégrité, dignité et courage à prendre les armes pour se défendre.

Il n’y a rien à attendre des Etats occidentaux, ni du gouvernement PS français ni de l’Europe, qui sont fondamentalement complices de l’Etat fasciste Israëlien. Nous n’attendons rien du Droit International ni de l’ONU qui se décrètent seuls à décider de la vie et de la mort des peuples du monde, incapables d’appliquer leurs résolutions de façade.

Pour l’autodétermination des peuples.

Pour une Palestine libre et indépendante.

HALTE AU MASSACRE IMPERIALISTE

Communistes Libertaires Autonomes

[Paris] Non à la venue de l’extrême-droite israelienne: rassemblement ce 31 octobre 2012 à 18h30 Place de l’Opéra

Non à la venue de Netanyahu

PALESTINE VIVRA !

Rassemblement de protestation
Le mercredi 31 octobre à 18h30
Place de l’opéra. Paris

Faire circuler rapidement

 Mailing-list, 31/10/2012

[ISRAEL] Manifestation au checkpoint de Qalandiya contre le mur et le régime d’apartheid imposé par l’Etat israëlien – Solidarité avec les palestiniens !

Israël : des manifestants dénoncent le mur de séparation sept ans après l’avis de la CPI

Des centaines de manifestants se sont massés au checkpoint de Qalandiya, pour dénoncer le “Mur de la honte”.

Palestiniens ou étrangers, ils sont venus célébrer le septième anniversaire du jugement de la Cour Pénale Internationale, décrétant illégal la construction de la barrière de séparation israélienne.

Une décision suivie par une résolution de l’ONU enjoignant Israël à respecter l’avis de la Cour.

Des heurts ont fini par éclater entre les manifestants et les soldats israéliens.

Les groupes de défense des droits de l’homme dénoncent la situation d’enclavement dans laquelle se trouvent plus de 60 000 Palestiniens à cause du mur.

Pour les autorités israéliennes, il s’agit d’une protection contre l’intrusion de terroristes. Depuis 2002, date du début de sa construction, elles estiment que la barrière a permis de réduire considérablement le nombre d’attentats.

Voir la vidéo ici

Leur presse – Euronews, 09/07/2011