[Etats-Unis] Sabotage ferroviaire en solidarité avec les résistants du Grand Jury – Oregon, nuit du 1er au 2 mai 2013

SabotageTard dans la nuit du 1er mai, nous avons saboté une ligne ferroviaire dans l’Oregon centrale pour interrompre le flux de marchandises. Le Capital dépend plus que jamais de la métropole, du flux constant de produits, de services, de capitaux, d’informations et toute interruption de ce flux est une petite victoire. Nous avons fait cette action en solidarité avec tous ceux qui font face aux enquêtes, à l’emprisonnement et à la répression dans le Nord-Ouest.

Comme nous devenons plus dangereux, le danger l’est aussi bien pour nous, mais nous n’allons pas battre en retraite devant ceux qui veulent nous contrôler. Nous avons fait cette action en connaissant très bien l’ampleur de la répression politique dans le Nord-Ouest du Pacifique actuellement. Non pas parce que nous voulons montrer notre refus de nous soumettre ou notre rage  à l’État; à eux, nous n’avons rien à leur dire. Nous avons agi parce que notre amour pour nos compagnons dépasse de loin notre peur de la répression, et parce que l’amour est une action, pas un sentiment.

Cette action a été rapide et facile. En utilisant du fil de cuivre avec les extrémités dénudées, nous avons enveloppé les deux extrémités du fil autour du rail et enterré la section du milieu. Cela envoie un signal parasite lorsqu’il y a un train sur les rails, ce qui retarde tout autre mouvement jusqu’à ce que le blocage soit désactivé.

En solidarité avec ceux qui résistent au grand jury, ceux qui sont sous le coup d’enquête, et ceux qui, face aux médias et  aux enquêtes de police massives, arrivent quand même à apporter un peu de destruction dans les rues de Seattle.

De AnarchistNews, 02/05/2013 à 21h04 – En collaboration avec Contra-info

[1er mai en Allemagne] Tours d’horizon des manifs et actions directes à Frankfort, Hambourg et Berlin

A Franckfort, une marche des fascistes du NPD était prévue en ce premier mai. La mobilisation antifasciste ne s’est pas fait attendre et des milliers de manifestant.e.s ont pris les rues afin de la saboter. Pour un militant antifasciste, c’est la première fois depuis 2002 que la marche néo-nazie n’a pas pu avoir lieu, malgré que les flics aient tout tenté pour qu’elle ait lieu. Les antifascistes évoque une répression d’une rare violence, et dénombrent 56 personnes blessées (essentiellement lié à l’utilisation massive de gaz au poivre), 4 personnes ont été hospitalisées dont deux pour fracture du bras.

22665462,19350318,dmFlashTeaserRes,IMGL4423+Kopie

L’objectif d’empêcher la marche du NPD est atteint. Par ailleurs, à Hanau, plus de 150 néo-nazis ont pu marché dans la ville: la police étant débordé, les antifascistes ont attaqué leur cortège. Des affrontements entre fascistes et jeunes migrants ont eu lieu un peu plus tôt dans la journée.

Au final, il y a eu une trentaine d’arrestations parmi les les antifascistes.

La police justifie la répression en partie par rapport à des actes de vandalisme perpétrés la veille du 1er mai:

Dans la nuit du mardi 31/04 au mercredi 01/05/2013 à Roedelheim, plusieurs banques de la caisse d’épargne ont eu leurs vitrines brisées, une voiture a été également vandalisée. Plusieurs tags et faits destructions ont été constatées dans le secteur.

Traduit librement de la presse allemande (Frankfurter Online.de), 02/05/2013

A Hambourg:

Le rassemblement avait lieu en début de soirée à la gare Altona et les affrontements ont débuté immédiatement. Les flics se sont fait attaquer à coups de bouteilles, de pétards et quelques bleus ont été blessés. La police anti-émeute a utilisé canons à eau et gaz lacrymos. Les organisateurs ont rapidement appelé à la dispersion.

Sous la devise «Le prolétariat n’a pas de patrie« , environ 1.400 participants se sont rassemblées devant la « Rote Flora« , avant de partir vers la gare Altona. Des escouades anti-émeute accompagnaient le cortège. Peu de temps après le départ, il y a eu des incidents avec des jets de pétards et des bouteilles. Les fonctionnaires ont été attaqués depuis des appartements d’immeubles avec des pierres, indique le porte-parole la police d’Hambourg.

Certaines personnes ont scandé: « Tout Hambourg déteste la police« . On pouvait lire sur les banderoles du cortège anticapitaliste « Contre l’exploitation et l’oppression » ou encore « Combat l’impérialisme dans chaque pays ».

Pour ce 1er mai, 1600 policiers étaient mobilisés, et dans un premier temps 8 manifestants ont été arrêtés pour ‘vandalisme’.

Plus tard dans la soirée, plusieurs foyers d’incendies ont nécessité l’intervention des pompiers aux alentours du centre militant « Rote Flora », où se déroulait « la Nuit de Walpurgis »: deux personnes ont été arrêtées.

Traduit librement de la presse allemande (Frankfurter Online.de), 01/05/2013

A Berlin

Tard dans la soirée du 1er mai, environ 40-50 personnes sont parties en manif sauvage éclair depuis la rue Karl Marx à Neukölln. Les vitrines d’une banque ‘Santander’ et d’un magasin ‘H&M’ ont été explosées, permettant au prolétaire de se servir dans le magasin de fringues. De plus, un tag ‘souviens-toi de Savar‘ a été inscrit sur la façade, en mémoire aux ouvriers du textile de Savar, village du Bangladesh, où le 24 avril dernier 304 d’entre eux ont perdu la vie lors de l’effondrement d’un bâtiment.

Des barricades ont été montés à travers les rues avec des matériaux de construction. Une banque de la filiale ‘Rossmann’ a même reçu quelques pierres, avant que la foule disparaisse dans la nuit.

Traduit librement de l’allemand de linksunten.indymedia.org, 02/05/2013 à 20h45

Un black bloc anticapitaliste réunissant 500 personnes ont manifesté ce 1er mai: attaques de banques et de flics notamment…

Un compte-rendu de la manif en allemand sur indymedia linksunten

Quelques images et traces de la manif (du tagesspiegel.de):

2-format35 (1) 2-format35 (2) 2-format35 (3) 2-format35 (6) 2-format35 (7) 2-format35 (8) 2-format36 (1) 2-format35 (10) 2-format36

2-format36 (2) 3-format35 (1) farbanschlag2_42194827

Le 1er mai s’est prolongé à Berlin

Dans la nuit du 2 au 3 mai 2013, des attaques à la peinture et avec des pierres ont visé plusieurs édifices dans Berlin: les vandales ont agi dans les secteurs de Steglitz, Locust Valley, Lichtenberg, Pankow et rue de la reine Elizabeth à Charlottenburg. 

farbanschlag3_42194727

‘Berlin Job Center’ , le siège du SPD (soce’dém’), entre autre, en ont fait les frais.

Le "Job Center" de Charlottenburg

Le « Job Center » de Charlottenburg

Siège du SPD

Siège du SPD

Siège du SPD

Siège du SPD

Siège du SPD

Siège du SPD

Le Centre d’emploi à Lichtenberg a été bombardé de pierres, de peinture et des tags longs de plusieurs recouvraient la devanture. Malgré qu’un citoyen ait alerté les flics, personne n’a été arrêté.

le "job center" de Lichtenberg

le « job center » de Lichtenberg

A noter qu’une personne a été arrêtée lors de l’attaque du pôle emploi à Charlottenburg. Elle a été interpellée par les flics avec un sac rempli de pavés. Concernant les autres attaques, les vandales s’en sont sorti.e.s sans problème.

Sabotage ferroviaire

Par ailleurs, dans la nuit de mercredi à jeudi, des câbles de la S-Bahn ont été incendiés. Le trafic ferroviaire entre Potsdam et Berlin a été fortement perturbé jeudi, avant d’être rétabli en fin de journée. La police soupçonne les milieux autonomes d’extrême-gauche et anarchiste.

reparatur-s-bahn_42189727 anschlag-bahn_42189627

Traduit librement de la presse allemande – bz-berlin.de, 03/05/2013 à 11h51

Des photos du 1er mai à Stuttgart et Berlin

[Etats-Unis] Sabotages solidaires à New-York et à Seattle – Soirées des 17 et 19 septembre 2012

Seattle: attaque de la Bank of America

Durant la nuit du 19 Septembre, nous avons attaqué la Bank of America. La fente pour mettre la carte dans le DAB a été collée et l’écran cassé, et 3 fenêtres de la banque ont été brisées.

Cela a été fait en solidarité avec Matt Duran et les autres résistant-e-s au Grand Jury, mais aussi ceLLESux qui font actuellement face à la répression en Italie.

Il est temps maintenant d’attaquer.

Toujours un pas en avant, un pas en arrière jamais.

Pas de compromis avec l’État et le capital.

Des anarchistes

Source: Anarchist News, 20 septembre 2012 à 14h48

New-York: sabotage du rail en solidarité avec les anarchistes du nord-ouest

Le 17 Septembre, sous le silence de la nuit, nous avons saboté une voie ferrée au nord de New York. Avec des gants de travail standard, nous avons pris un morceau de fil de cuivre de gros calibre et on l’a attaché d’une piste à une autre, ce qui a perturbé le relais de signal.

Cela a rendu temporairement la voie inutilisable.

Nous l’avons fait en solidarité avec nos camarades anarchistes dans le Nord-Ouest, en particulier Matt Duran. Courage à tou-te-s ceLLESux qui continuent de nous inspirer.

Il est maintenant temps d’attaquer.

Des Anarchistes contre le mouvement linéaire

Source: Anarchist News, 17 septembre 2012 à 02h41

[Yonne] Sabotage sur la ligne SNCF suite à la section d’un câble – 25 juillet 2012

SNCF: 60.000 personnes et 200 TGV retardés après un acte de malveillance

Un câble a été volontairement sectionné; le retour à la normale n’interviendra pas avant le début de soirée…

Coup dur pour la SNCF, surtout en cette période de vacances. Le trafic dans le Sud-est est très perturbé. Les TGV dans le sens Paris-Sud-Est accuseront des retards pouvant aller jusqu’à une heure et demie jusqu’en milieu d’après-midi, jeudi, en raison d’un acte de malveillance, un câble ayant été sectionné dans l’Yonne, a annoncé la SNCF. le retour à la normale est prévu pour 19h.

Environ 60.000 passagers, dans 200 TGV au total, sont touchés par ces retards sur l’axe Paris-Lyon, a annoncé la SNCF. Les retards vont d’une heure à une heure trente et touchent quasiment tous les TGV du sud-est et du Rhin-Rhône, a précisé la compagnie.  La Société nationale a porté plainte auprès de la gendarmerie après ces faits, survenus mercredi soir. Le câble a été sectionné sur la commune de Vaumort, dans l’Yonne, a-t-on précisé.

«On a travaillé toute la nuit et on continue»

En début de soirée mercredi, les systèmes automatiques de sécurité, détectant un problème, avaient bloqué les trains à environ 90 km au sud de Paris. La SNCFa alors dû détourner des trains sur des voies alternatives à la Ligne grande vitesse (LGV), provoquant des retards de 30 minutes à près de trois heures sur l’axe Paris-Lyon.

Tous les TGV Sud-Est, desservant notamment Lyon, Marseille, Perpignan, Barcelone ou encore Genève, sont concernés. «On a travaillé toute la nuit et on continue» pour rétablir un trafic normal, ajoute-t-on à la SNCF. Les voyageurs peuvent se renseigner sur les retards à prévoir pour leur train sur le site de la SNCF.

Leur presse – 20 minutes.fr, 26/07/2012

[Espagne] Les mineurs en lutte: blocages de routes et de voies ferrées dans les Asturies et sabotage ferroviaire à Gijon – 21 juin 2012

Les mineurs du charbon reprennent la ‘lutte’ au vingt-cinquième jour de grève

Le vingtième cinquième jour de grève contre les coupes dans le secteur du charbon a maintenu les blocages aujourd’hui dans les Asturies sur les lignes ferroviaires de (l’entreprise) Feve entre Le Berrón et Laviana et entre La Felguera et El Entrego alors qu’à 10 heure, elles ont été rétabli, le reste des incidents de communications variaient.

Comme l’ont informé des sources de Renfe, les blocages qui ont touchés ce matin cette compagnie dans la Principauté ont donné quelques incidents mais sans gravité, où le plus important s’est déroulé à Ciaño, par le placement d’un arbre sur un caténaire.

Sur la ligne Oviedo – El Entrego, les trains ont été rétablis de la capitale asturienne à La Felguera bien qu’il reste interrompu entre cette localité et El Entrego depuis 9h30.

Sabotage à Gijón

De plus, Renfe précise qu’un « sabotage » a été constaté à la station d’Olloniego sur la ligne C-1 Gijón-Puente de los Fierros par la section de fils d’un caténaire qui a rendu hors service la circulation entre 7h20 et 9h00 la station d’Olloniego. Les trains ont circulé par une autre voie.

Quant à Feve, qui a aussi subi de brèves blocages aux premières heures sur les trajets Oviedo-Infiesto et Gijón-Le Berrón, affirme toujours que la circulation des trains entre Le Berrón et Laviana fonctionne.

Le bilan des blocages de la circulation sur le réseau routier de la Principauté a enregistré des actions de piquets de grève sur la N-632 […]

D’autres interruptions du trafic se sont produites sur l’AP-66, l’AS-16 et la N-634.

L’homme de 40 ans arrêté hier pour avoir tiré des roquettes contre un hélicoptère de la Garde civile, a été incarcéré à la caserne Rubin à Oviedo et doit être mis à la disposition de la justice aujourd’hui.

Traduit de l’espagnol de leur presse – El Economista.es (EFE), 21/06/2012 11h29

[Espagne] Les mineurs en lutte: affrontements à El Bierzo et à Cinera (Leon) – 19 juin 2012

Bataille à El Bierzo

Pas de trêve dans la «lutte» entre les mineurs et les forces anti-émeute de la Garde civile. Un jour de plus de blocage sur l’A-6, cette fois à Villafranca del Bierzo, qui ont provoqué des images d’une véritable bataille rangée.

Sur la route les mineurs ont barricadé avec des pneus, alimenté avec de l’huile et l’essence. Avec l’arrivée des policiers anti-émeute à quelques mètres de l’autoroute, on a de nouveau vécu des scènes de lutte ouverte entre les forces de sécurité et les mineurs.

 Leur presse espagnole – Leonoticias, 19/06/2012

Affrontements entre la police et les mineurs dans le nord de l’Espagne

CIÑERA, Espagne – La localité espagnole de Ciñera (nord) a recommencé à être ce mardi le centre d’affrontements entre plus de 200 mineurs et des policiers anti-émeute, qui ont essayé d’enlever en vain les barricades placées sur une route.

Les incidents de ce type se sont multipliés dans ces derniers jours, marquant un durcissement des mobilisations des mineurs dans une grève illimitée pour protester contre une réduction de 63 % des aides publiques cette année ce qui, selon les mineurs, condamne le secteur.

Quelques affrontements avaient éclaté vendredi dernier dans cette localité de 1.000 habitants et de ses environs, en causant sept blessés.

Quand la police est intervenue ce mardi, la localité s’est convertie en un champ de bataille, avec de nombreux habitants venant en aide aux manifestants pour échapper aux forces de l’ordre.

Les mineurs, tous cagoulés ou cachant leurs visages derrière des foulards, ont lancé des engins pyrotechniques et ont jeté des pierres sur la police.

En réponse, la police, protégé par des casques, gilets pare-balles et des boucliers, ont tiré des balles en caoutchouc et ont lancé des gaz lacrymogènes sur les manifestants.

Après avoir joué durant une demi-heure au chat et la souris dans les rues de Cinera, la Garde Civile s’est finalement regroupée et a abandonné, harcelés par les mineurs qui  leur ont lancé des pétards et des grosses pierres.

Plus tôt, les manifestants avaient mis le feu à des barricades sur la route et les voies ferrées reliant Gijon dans le nord de l’Espagne à Madrid.

La route a été coupée en plusieurs endroits avec des rails, des pierres, des branches et des troncs d’arbres, et la circulation a été interrompue entre Gijón et León.

« Nous ne cesserons pas. Ils se lasseront avant nous », disent plusieurs mineurs.

Le lundi, des dizaines de milliers de mineurs et leurs familles ont défilé à León et dans la ville asturienne de Langreo, près d’Oviedo, et plusieurs villes ont été paralysés au cours d’une grève générale appelée par les syndicats de mineurs.

Leur presse – AFP (espagnol), 19/06/2012 

Photos: Leonoticias (19/06/2012)

Une vidéo qui montre que la police anti-émeute abandonne la ville de Cinera face à l’offensive des mineurs:

Nouveaux affrontements entre mineurs et policiers au 23è jour de grève

Les mineurs en sont à leur 23ème jour de grève et continuent les affrontements. La police a chargé contre un groupe qui coupait la route à Ciñera, (Léon). Les mineurs ont aussi réussi à interrompre à plusieurs moments la ligne ferroviaire qui unit le Léon et les Asturies.

En attendant, des centaines de femmes de mineurs se déplacent en ce moment vers Madrid pour demander que les aides soient à nouveau versées au secteur.

Appel contre la «violence»

Le directeur général de la police, Ignacio Cosidó, a lancé un appel à la responsabilité des mineurs qui sont en grève illimitée pour la défense du maintien du secteur afin d’éviter des actions de protestation qui «sont manifestement illégales et complètement violentes. »

A des questions des journalistes après la présentation de la nouvelle organisation de la police nationale, Cosidó a salué le professionnalisme et la compétence des agents qui assurent la sécurité du public avant les émeutes ayant lieu ces dernières semaines dans le conflit minier.

Il a souligné « qu’il y a des actions qui vont clairement au-dela de la protestation et qui sont inacceptables », et qu’il a défendu les actions de la police contre ces actes « avec un mélange d’intelligence et de fermeté ».

Cosidó a souligné que le critère policier à suivre est celui de l’accomplissement « strict » de la légalité et que la police n’a jamais généré « un plus grand problème auquel elle a essayé de résoudre ».

Leur presse espagnole – El Economista.es (EFE/Atlas), 19/06/2012

Galerie de photos de la bataille de Cinera de ce mardi 19 juin 2012

Mobilisation des femmes de mineurs:

[Québec] Bilan des perturbations contre le Grand Prix, du Forum économique international des Amériques et de la répression de l’Etat policier – Montréal, du 6 au 12 juin 2012

Montréal: mise à jour du 6 au 12 juin – perquisitions et arrestations, perturbations du Grand Prix, etc.

mise à jour sur les récents événements lors de la fin de semaine du Grand Prix dans le soulèvement sur le territoire usurpé et violé que nous nommons le Québec.

6 juin

Des lettres avec de la poudre blanche signées «Forces Armées Révolutionnaires Québécoises»

Depuis le 6 juin, plus d’une cinquantaine de lettres contenant de la poudre blanche et un communiqué signé «Forces Armées Révolutionnaires Québécoises» ont été reçues dans plusieurs bureaux de ministres, dont celui de Charest, et d’autres députés du parti Libéral et de la CAQ, les deux parti ayant fait adopter la Loi 78. De plus les bureaux de plusieurs médias, entreprises et institutions capitalistes ont été ciblés, causant des évacuations partout au Québec. Les lettres dont le communiqué prétendent qu’elles contiennent de l’Anthrax on jusqu’à maintenant révéler détenir du bicarbonate de soude.

Il y a apparemment deux textes différents qui ont été reçus et l’un d’eux a été publié par les médias. Un pdf est téléchargeable sur leur serveur: http://fr.canoe.ca/sections/fichier/frq-1339021546.pdf

7 juin – jour d’ouverture du Grand Prix

Les manifestations ont continué chaque jour même si le Pouvoir rapporte l’essoufflement du «mouvement étudiant» après chaque manif. Les mobilisations massives qui se concentraient à Montréal ont laissé place à des foules plus petites, mais plus fréquentes et diffuses. Des assemblés populaires se sont formés à certains endroits, celles et ceux qui restent en confrontation avec le Pouvoir apprennent à se connaitre. Avec la venue du Grand Prix de F1 et les menaces de perturbation qui se sont intensifiés de nouveau, l’État Policier voulait envoyer un message clair; «on vous a à l’oeuil et on viendra vous chercher.»

Le spectacle commence: perquisitions et arrestations

Le 7 juin dès 6h am, en ce jour d’ouverture des festivités entourant le Grand Prix, les flics ont mené une série de perquisitions en lien avec les actions survenues dans le métro de Montréal, à l’Université de Montréal et au bureau de l’ex-ministre de l’Éducation Line Beauchamp. 11 personnes étaient visées par des mandats ayant été émis faisant suite à l’enquête selon les porcs. Six personnes ont été arrêtées pendant la journée. Les médias déjà préparés pour le spectacle ont mis l’accent sur l’une d’entre elles, Yalda, étant la fille du député Amir Khadir, du parti gauchiste Québec Solidaire chez qui les flics cherchaient essentiellement des vêtements noirs.

Perturbation du cocktail d’ouverture et des festivités du Grand Prix

Pendant toute la journée le SPVM, la SQ et des services de sécurité privés ont été déployés massivement dans le centre-ville et dans le quartier St-Henri ou se tenait le luxueux cocktail d’ouverture, Des rassemblements de plusieurs centaines de personnes se sont formés en fin de journée et ont successivement tenté de s’approcher et perturber les évènements quadrillés par les flics, donnant lieu à des affrontements près du cocktail d’ouverture et plus tard près de la rue Crescent au centre des festivités du Grand Prix. À un moment un groupe a été pris en souricière et les flics ont fait des arrestations arbitraires sur la foule encerclée. Plusieurs ont formé une chaine humaine pour tenter d’empêcher les arrestations et finalement les flics ont laissé la foule se disperser.

S’affrontant au gaz, matraques et bombes assourdissantes, les perturbations ont continuer jusque vers minuit.

Il y a eu 37 arrestations selon les flics.

watch?v=OefrsZa374s

La journée du 7 juin 2012

8 juin – jour 2 du Grand Prix

L’état de siège par les forces de l’ordre continue en s’intensifiant chaque jour. Chaque jour plus de flics et chaque jour plus de profilage. Les personnes portant le carré rouge sont interdis d’accès aux sites des festivités du GP. D’autres rassemblements ont eu lieu pendant la journée dont un contre la répression policière et en solidarité avec le Bahreïn.

Au palais de leur justice

Au palais de justice de Montréal, des six personnes, deux femmes et quatre hommes, ciblées lors de l’opération policière de la veille cinq se sont fait refuser leur remise en liberté et une des jeunes femmes, Andréa, fut libérée sous conditions.
Xavier, Yalda, Simon, Mathieu, Andréa et Zachary – que nous nommons ici pour facilité la solidarité et la compréhension de la suite de leur affaire – font face à différentes accusations dont introduction par effraction, méfait de plus de 5000$, de vol de moins de 5000 $, déguisement dans un dessein criminel, complot, agression d’une photographe dans les couloirs du palais de justice, intimidation d’un membre du Parlement, voies de fait sur un flic et faire craindre un acte terroriste, cette dernière étant la même accusation contre celles et ceux de l’affaire bombes fumigènes.

2e soirée de perturbations des festivités

Pendant la soirée des foules de plusieurs centaines de personnes se sont déplacées dans le centre-ville et plusieurs affrontements ont encore eu lieu jusque dans la nuit autour de la rue Crescent au centre des festivités. Les flics ont tiré de gaz et de balles de plastique sur un fond de pop, de néon et d’autos de luxe et la présence de millier de touristes. Une foule a même réussi à entrer sur Crescent et à défiler avec des casseroles et en scandant des slogans anticapitalistes et antisexistes entre les Lamborghini et les jeunes femmes sexualisées faisant la promotion de diverses cochonneries. Il y a aussi eu quelques affrontements entre manifestant-e-s et douchebags fans de F1 pendant la soirée.

Il y aurait eu 12 arrestations selon les sbires du pouvoir, quatre avec charges criminelles

La journée du 8 juin 2012

9 juin – jour 3 du Grand Prix

Les flics sont en grand nombre au centre-ville et dans le métro Bérri. La ligne jaune menant aux courses de qualification de la F1 est bondé de flics, de deux à cinq par wagons, des dizaines sur les quais. On fait du profilage politique. On arrête, interroge et fouille les gens qui portent un carré rouge ou les personnes qui ont l’air moindrement jeune. Les hélicoptères bourdonnent dans le ciel pendant toute la journée. Des agents sont posté sur des toits au centre-ville.

Quelques manifestations ont eu lieu pendant la journée mais c’est la 47e manif de nuit qui en a fait baver au flics. Malgré l’antiémeute qui bloquait systématiquement toutes les rues vers Crescent, plusieurs centaines de personnes ont réussi à se faufiler rapidement entre les véhicules sur Sainte-Catherine pour finalement atteindre Crescent ou des affrontements éclatent, les clôtures sont arrachées, les flics poivrent. La foule est dense au centre-ville et les centaines de flics armés de gaz, bombes et balles de plastiques du SPVM et de la SQ perdent rapidement le contrôle aux foules qui, se dispersant et se regroupant tout au long de la soirée, paraissent en mutation constante entre une foule de touristes curieux et manifestants enragées. L’air devient vite lourd de gaz et on peut voir les méchants-casseurs-masqueésavecdesintentionscriminelles-agentsprovocateurs-blackblocs aider plusieurs personnes en leur versant du maalox dans les yeux comme s’était vue dans les smogs de gaz de Victoriaville. Le plus la soirée avance le plus les escadrons d’antiémeute semblent totalement désorganisé, se croisant en sens contraire, allant dans n’importe quel sens. Des panneau, clôtures et conteneurs ont été renversé dans la rue. Plusieurs autopatrouilles ont été vandalisées et des vitrines ont été fracassées. Un hôtel fut attaqué après que les flics y ont pris refuge avec une personne arrêtée. Les affrontements ont duré jusqu’à environ 1h am.

28 arrestations selon les porcs, 14 avec charges criminelles.

 watch?v=a6T-ml8wCRE

watch?v=WKcZkdHnnNA

Compilation vidéo de la fin de semaine

Les mobilisation du 9 juin 2012

10 juin – dernier jour du Grand Prix

L’intensification de l’État Policier

Encore plus que la veille, les flics sont déployés au centre-ville, dans le métro et sur les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame où se trouve la course de F1, à pied, en cheval, à vélo, en auto, en hélicoptère et en bateau. Le profilage est encore plus intense et systématique que la veille. Sur les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame les gens sont fouillés de force à la sortie du métro et les gens se font expulser des parcs plus ou moins près de la piste et renvoyé vers le métro. Dans le réseau de métro les personnes qui portent un carré rouge ou quelques vêtements noir sont arrêtées, fouillées et interrogées. ensuite soit expulsées ou gardées en détention sans accusations pendant des heures dans des autobus nolisés ou des cellules. Les flics indiquent et arrêtent aléatoirement des personnes qu’ils disent avoir vu dans une manifestation ou qui leur semble avoir un «comportement suspect». La Démocratie s’expose maintenant pleinement et sans scrupule en tant que ce que nous avons toujours su qu’elle est: la même vieille merde qui étend son contrôle totalitaire au nom des intérêts immédiat d’une élite crasse à travers la doctrine de la sécurité.

Les flics ont déclaré que 34 personnes ont été arrêtées et une 40aine de personnes ont été expulsé des îles pendant la journée, mais d’après les témoignages le nombre est sans doute beaucoup plus élevé et peut-être même des centaines de personnes ont été expulsés des îles et du métro ou détenues provisoirement sans recevoir d’accusation. Dans un témoignage parmi plusieurs autres, une femme rapporte qu’elle fut expulsée du métro pour avoir lu des passages du roman 1984 dans un wagon de métro et qu’en suite elle a passé plusieurs heures dans une cellule sans accusation pour avoir osé retourner prendre le métro.

Des manifestations ont encore une fois défilé dans les rues jusqu’en soirée. Des centaines de personnes se sont réunis pour la 48e manif de nuit consécutive. Pour une 4e soirée de suite des affrontements ont éclaté. Des balles de peinture ont été lancé sur des véhivules de flics et des vitrines ont été fracassés dont celles la Caisse de dépôt et de placement du Québec alors qu’une bande de déchets parasitaires, dont le gouverneur de la Banque du Canada et le président de la Banque de France, se trouvait à l’intérieur pour une réception. Des autopatrouilles ont aussi été vandalisées.

Les flics rapportent 12 arrestations pendant la soirée dont trois avec des charges criminelles.

watch?v=civ8B6W0c4M

La journée du 10 juin 2012

11 juin

Un jeune homme, Mathieu G. a été arrêté sur l’autoroute alors qu’il était en route avec sa famille pour les funérailles de sa sœur. Il a aussitôt été amené en détention l’empêchant de se rendre aux funérailles avec sa famille. Il a été arrêté en lien avec les arrestations du 6 juin.

Au palais de justice de Montréal deux des arrêté-e-s du 6 juin, Simon et Xavier, ont été remis en liberté sous conditions

Début du Forum économique international des Amériques

Plusieurs rassemblements sous haute surveillance par le SPVM et la SQ ont eu lieu en marge du premier jour du Forum économique international des Amériques où se rencontrent quelques-unes des pires merdes de la planète pour parler de comment ils vont faire pour tou-te-s nous violer encore plus intensément.

Des foules bruyante ont marché dans les rues du quartier des affaires en scandant des slogans anticapitalistes et antiflics. Une vitrine de l’UQAM a été fracassée en soirée.

Deux arrestations selon les flics.

12 juin

D’autres otages de l’État remis en liberté conditionnelle

Au palais de leur justice de Montréal, Yalda, Zachary, Mathieu G. et Mathieu M. ont été remis en liberté sous conditions.

Yalda est accusée des saccages des bureaux de l’ex-ministre de l’éducation Line Beauchamp et de l’Université de Montréal lors d’une occupation en avril dernier, ainsi que de voies de fait sur une photojournaliste du Journal de Montréal au palais d’injustice en mai.

Zachary est accusé du saccage à l’Université de Montréal.

Yalda et Zachary ont été remis en liberté sous les conditions suivantes :
verser un dépôt de 2000$ et un engagement de 10 000$, se rapporter à la police aux deux semaines, avoir en tout temps une copie de leur feuille de condition, s’abstenir de se trouver à moins de 300 mètres d’une institution gouvernementale, un cégep ou une université, respecter un couvre-feu de 22h à 6h, interdiction de se présenter au palais de justice à moins d’y avoir été convoqué et interdit de participer à une manifestation déclarée illégale ou «non paisible». Lors des manifestations «paisibles», ils ne pourront pas avoir de sac à dos ou se masquer.

Dans le cas de Yalda, il lui sera en plus interdit de se trouver à moins de 500 mètres de la photojournaliste.

Mathieu G. et Mathieu M. sont accusés de méfait de plus de 5000 $, de complot et de déguisement dans le but de commettre un acte criminel en lien avec les sacs de briques lancées sur les rails de métro le 16 avril dernier.

Ils ont été remis en liberté sous diverses conditions. Entre autres, de verser un dépôt de 2000 $, respecter un couvre-feu, interdiction de manifester, interdiction de s’approcher à moins de 300 mètres d’un métro, d’un cégep ou d’une université et interdiction d’entrer en contact avec quiconque possède un casier judiciaire ou fait actuellement face à la justice, sauf les membres de leur famille ou pour le travail.

Les accusé-e-s ont été applaudis à leur sortie, dehors une foule s’était rassemblé pour les accueillir.

Revendication du sabotage de voies ferrées près de Farnham dans le cadre des actions nationales contre le Forum économique international des Amériques

Solidarité avec tou-te-s les révolté-e-s dans la rue et dans les cages de l’État!
La lutte ne peut que continuer!

Sabotage Media, 17 juin 2012