[Contre-culture] Actus de Prince Ringard et quelques ouvrages pour mieux combattre le fascisme

L’AUTODAFE : UNE SPECIALITE DES NEONAZIS.

MIEUX CONNAÎTRE L’EXTRÊME DROITE POUR MIEUX LA COMBATTRE

En 2012 les fascistes du Bloc Identitaire brûlent mes bouquins en live et ils accompagnent leur vidéo d’un discours raciste, islamophobe et homophobe. L’événement est anecdotique mais un petit historique sur l’autodafé s’impose. L’autodafé remonte à l’Antiquité, il réapparaît sous l’inquisition et il atteint son apogée dans l’Allemagne de Hitler et dans l’Italie de Mussolini. Le geste de brûler des livres se cristallise au sein de l’extrême-droite et l’autodafé rejoint dans la forme comme dans l’esprit les profanations de lieux de culte, (pour mémoire le cimetière de Carpentras). Ce n’est pas une simple provocation, c’est un acte fasciste assumé et un encouragement à la haine raciale. C’est aussi le signe fort de l’appartenance à un groupe.

Mieux connaître l’extrême-droite, pour mieux la combattre : Les ouvrages suivants me paraissent essentiels (Edition Syllepse) :

  • « La Galaxie Dieudonné”……………………………… Briganti/Dechot/Gautier
  • “Les extrêmes-droite en France”…………………… J-Paul Gautier
  • “Un Trotskiste dans l’enfer nazi”………………… Jean-René Chauvin
  • “Le train des fous……………………………………… Pierre Durand
  • “Fascisme et grand capital”…………………………. Daniel Guérin
  • Les Kapos d’Autschwitz……………………………… Charles Liblan

En vrac :

Heureux d’apprendre que ma nouvelle : “La fille des Aurès” est traduite en langue arabe (La fille des Aurès se trouve dans mon livre « La mémoire du chien« ).

Notre compil ALERTA ANTIFASCISTA sort en digi-pack avec un livret. Le dessin de jaquette est l’oeuvre de Nolly. L’album sera disponible en juillet. Le morceau le plus ancien date de 1962, c’est une chanson sur la guerre d’Algérie. Le plus récent date de 2008. “Libertad” et “La peste brune” on été réenregistrées en raison d’une prise de son moyenne sur les bandes originales trop anciennes.

On a passé un grand moment en Belgique et il est évident que nous reviendrons en 2014 à Gand, Bruxelles et Liège avec une petite escale à Lille, affaire à suivre.

Au mois de mai ça fera 13 concerts en Suisse, en Bretagne, dans le Sud et dans l’Est pour environ 7000 kms. C’est beaucoup, mais quand on aime on ne compte pas.

A demain sur la lune.

JC/Mousse.

contact[At]princeringard[pt]lautre[pt]net

www.princeringard.lautre.net

06 26 48 50 93

Transmis par mail, 6 mai 2013

[Besançon] Agression néo-nazie lors du concert de Prince Ringard au bar Ze Muzic All – Soirée du 25 janvier 2013

Un témoignage à propos de l’agression fasciste de vendredi soir (25/01/2013) publié sur le mur facebook de Bison Teint:

« Ce soir du vendredi 25 janvier 2013, j’offrais à ma fille, 5 ans et demi, son premier concert avec papa, dans le Ze Muzic All à Besançon avec Prince Ringard, chanteur populaire et femme orchestre.

Tout se passe super bien, elle dance avec un copain plus jeune, le public est hétéroclite, jeune comme moins jeune écoute le concert qui débute à 20h, tout en chantant la reprise de Léo Ferré, « les anarchistes » pour se terminer sous les applaudissements de tout le public vers 21h30.

Elle est heureuse de sa soirée, avec tous les amiEs qui la chatouillent, la papouillent, lui offrent des sirops et vie une soirée privilégié avec son papa dans une période difficile après l’opération de sa soeur, me demande de partir car elle est fatiguée. C’est alors qu’au moment de partir, une personne entre en furie dans le bar, paniquée, en criant « des nazis, y a des nazis, ils gazent tout le monde dehors », ma réaction a été simple, j’ai pris ma fille et me suis réfugié au fond du bar, afin de pouvoir l’isoler s’il y avait un débordement. Heureusement ils sont partis plus vite qu’ils sont arrivés.

Qui sont ces représentants du front national, de la troisième voie, du bloc identitaire, des nationalistes, des national socialiste, … qui débarquent sur un concert et gazent les gens gratuitement, acte recherchant certainement la gloire auprès de leur camarade idéologique, au risque de blesser gravement quelqu’un, car il va sans nul doute, que si il n’y avait eu personne devant l’entrée, ils auraient gazé à l’intérieur du bar, or les gazes peuvent être mortel pour un enfant. Qu’ont t’ils obtenu, une gloriole absurde, il serrai d’ailleurs étonnant de les voir revendiquer leur acte publiquement, le courage politique n’étant pas leur apanage habituel.

Témoignage de plus sur les exactions de ces bas du fronts à Besançon, nombreuses vidéos et photos montrent ces personnages tenir le pavé, inquiétante descente aux enfers de cette ville qui perd l’auréole si magnifique à une époque.

Bref, j’ai eu peur, très peur, ma fille c’est posée beaucoup de questions, mais tout va bien, sauf l’envie de me promener à Besançon. »

BESANÇON : AGRESSION NÉONAZIE À LA PORTE D’UN CAFÉ-CONCERT

Besançon. « Une nuée de moineaux. Ils sont repartis comme ils sont arrivés, d’un pas rapide et ont gazé tout le monde sans dire un mot… Enfin si, ils ont lâché : ici on est chez nous » témoigne Sandra Rué, la gérante de « Ze music all », un café-concert ouvert depuis l’automne et situé 18, rue Rivotte.

Elle était au bar lorsque la dizaine d’individus « crâne rasé, bombers » soit la tenue du parfait petit néonazi ont débarqué « au moment où un client sortait pour aller fumer une cigarette. En tout, il y avait une demi-douzaine de personnes dehors. J’ai vu un nuage de gaz entrer dans le café en même temps que quelqu’un hurlait,

« les nazis, les nazis, ils nous gazent. J’ai sauté par au-dessus du comptoir… »

Les agresseurs s’enfuyaient déjà.

«Je les ai interpellés et l’un m’a dit sans se retourner on reviendra avec des cocktails Molotov.»

Vendredi soir, le café accueillait un concert de Prince ringard.

«Apparemment il y a un problème. Ce matin j’ai croisé un jeune du quartier qui était blessé au visage. Il m’a dit qu’il venait d’être agressé par le même genre de crânes rasés.»

En juin dernier, le collectif antifasciste de Besançon a publié sur son blog « fafwatch » (sic!) deux vidéos mises sur YouTube par des membres de la mouvance néonazie locale, dans lesquels ont voit un groupe identique s’en prendre très violemment à des personnes, à une terrasse de bar et au niveau du pont Denfert-Rochereau. Ces exactions qui n’ont pas donné suite à une plainte s’étaient apparemment produites vers le mois d’avril.

La révélation par le collectif antifasciste d’une enquête assez fouillée sur les possibles connexions des auteurs de ces violences a, par contre, elle, engendré une plainte actuellement en cours d’instruction par le commissariat de Besançon.

Leur presse locale – L’Est Répugnant (Fred JIMENEZ), 26/01/2013 à 15h53

Quelques précisions à propos de l’article de presse reproduit ci-dessous:

Le journaleux n’hésite pas à affirmer, sans vérifier ces sources (comme d’hab!), que fafwatch f-c et le Collectif Antifasciste de Besançon ne font qu’un….

Concernant le choix des personnes de ne pas porter plainte, c’est normal, vu que les fafs jouissent d’une impunité de la part de la police. Ce n’est pas ici qu’on ira pleurer à propos la collaboration entre crânes rasés et uniformes. D’après de nombreuses sources, le centre-ville grouillait de keufs hier soir (25/01/2013), or l’article ci-dessus précise qu’une autre personne s’est fait agressée dans Besançon…  

Mise à jour 28/01/2013 à 09h00:

La personne agressée en marge du concert durant la soirée aurait reçu des coups de couteaux au visage. De plus, de nombreuses sources ont confirmé une autre agression des fachos sur un adolescent dans le quartier Rivotte le lendemain matin (26/01/2013). Ce que l’on peut dire, c’est qu’il avait la gueule en sang. Il est plus que probable que les néo-nazis aient plein pied dans le quartier Rivotte, et qu'(au moins) un des nervis fascistes y habite. 

Donc prudence à vous, faites tournez l’info, et organisons la riposte.

N’hésitez pas à envoyer vos témoignages à l’adresse mail lechatnoiremeutier[AT]riseup[point]net

No Pasaran !