[Etats-Unis] Semaine internationale de solidarité avec les 5 de l’OTAN du 16 au 21 mai 2013

Le 16 mai 2012, les flics de Chicago ont attaqué un appartement dans le quartier de Bridgeport de Chicago dans une tentative bien trop commune d’effrayer les gens en marge des protestations imminentes contre le sommet de l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord). Avec arme au poing, les policiers ont arrêté 11 personnes dans ou autour de l’appartement et rapidement plusieurs d’entre eux ont disparu dans les entrailles du vaste réseau de centres de détention de Cook County (Illinois).

Après quelques jours, certaines choses ont été éclaircies: 2 des «militants» arrêtés étaient en fait des policiers en civil de Chicago qui avait visé les militants réels de l’arrestation, 6 d’entre eux ont été illégalement détenus et libérés à la dernière minute possible avant une action en justice pourrait être prises pour forcer leur libération, et 3 avaient été accusés de faux prétextes, d’accusations de terrorisme à motivation politique. Ces trois-là – Brent Betterly, Brian Jacob Church, Jared Chase – sont désormais connus sous le nom « des 3 de l’OTAN ». Ils ont finalement été accusés de 11 chefs d’inculpation, y compris de soutien matériel au terrorisme, complot en vue de commettre des actes terroristes, et la création de cocktails Molotov. Ils risquent jusqu’à 40 ans de prison et l’on s’attend à subir un procès en Septembre. Leurs avocats ont récemment déposé une motion visant à rejeter les accusations de terrorisme pour anti-constitutionnalité.

Deux autres militants de la région de Chicago – Mark Neiweem et Sebastian Senakiewicz – ont également été arrêtés en préventive. Mark a été arrêté lors d’un « spectaculaire » assaut policier alors qu’il sortait d’un restaurant. Il a été accusé d’avoir sollicité des matériaux pour un engin explosif et risque jusqu’à 30 ans de prison; La date de son procès n’a pas encore été fixée. Sebastian a été arrêté chez lui lors d’une autre perquisition spectaculaire et soupçonné de menace terroriste pour avoir prétendument affirmé qu’il avait des engins explosifs et voulait les utiliser lors de la convention. Risquant jusqu’à 15 ans de prison suivie de l’expulsion vers sa Pologne natale après avoir purgé sa peine, il a  refusé de coopérer à la négociation de sa peine en novembre dernier. Il a été condamné à 4 ans de prison avec une recommandation de 4 mois en camp d’entraînement. Il devrait commencer ses procédures d’immigration immédiatement après avoir purgé sa peine.

Comme le premier anniversaire de ces préventives, arrestations à caractère politique se rapproche, nous appelons à une semaine d’actions de solidarité et des collectes de fonds pour les 5 de l’OTAN. Tous les cinq accusés ont été incarcérés depuis leur arrestation en mai dernier. Soit prise en otage en prison est extrêmement coûteux pour les prisonniers, car ils sont obligés d’acheter tous leurs produits d’hygiène, écrire et accessoires, de la nourriture supplémentaire pour compléter les parties famine qui leur est donné chaque jour, et d’autres nécessités de base de commissaire de la prison à des prix exorbitants. Les frais de défense juridique pour les avocats sont également élevés, que leurs avocats travaillent dur pour les aider à sortir de prison et il y a une tonne de preuves à passer au crible et autres préparatifs à faire.

Vous pouvez en savoir plus sur leur cas en visitant notre site internet : nato5support.wordpress.com.

Au mois de mai, en solidarité avec les 5 de l’OTAN !

Envoyez-nous un courriel à nato5solidarity(A)gmail[point]com pour nous faire savoir ce que vous avez prévu et ensuite nous envoyer des CRs et photos !

L’affaire des 5 de l’OTAN sont liés par quelques traits communs. Les gens du monde entier se sont réunis pour protester contre le rôle de l’OTAN dans le monde entier et les dépenses et opérations militaires, le penchant de l’organisation étant de tuer des civils sans motif dans l’intérêt de ses Etats-membres, en particulier des États-Unis et de son mépris pour les droits de l’homme. En outre, les agents de police en civil de Chicago ont ciblé et emprisonné des militants en raison de leur appartenance politique, qui fait partie d’une tendance plus générale de la répression contre les militants politiques, dans laquelle la charge militants comme des terroristes est une des nombreuses stratégies utilisées pour faire taire la dissidence et de démanteler les communautés militantes . D’autres affaires récentes, dans lesquelles des militant.e.s ont été visé.e.s, comprennent les 4 de Cleveland, l’affaire des militants écologistes et vegan, et les résistant.e.s  au Grand-Jury du Nord-Ouest du Pacifique (Voir le site internet).

Beaucoup de ces prisonniers ont besoin de votre soutien financier et de votre solidarité aussi. Une semaine d’actions du 24 avril au 1er mai 2013 est appelé en solidarité avec les résistant.e.s au Grand Jury du nord-ouest du Pacifique, ainsi qu’une journée de solidarité le 19 mai en soutien aux 5 de Tinley Park. Et ne pas oublier le 11 Juin 2013, la Journée internationale de solidarité avec les prisonniers anarchistes de longue date Eric McDavid et Marie Mason.

Faire de ce printemps et de cet été un moment de solidarité avec les 5 de l’OTAN et toutes les cibles de la répression étatique!

En toute solidarité,

Comité de Défense des 5 de l’OTAN

Pour plus d’informations sur les 5 de l’OTAN, retrouvez-nous sur Facebook: “Free the NATO5!”

Nous suivre sur Twitter à l’adresse @FreeNATO5, et inscrivez-vous pour notre liste de diffusion des annonces en envoyant un email vide à nato-5-announce-subscribe@lists.riseup.net.

Traduit de l’anglais (Anews, 23/03/2013) en collaboration avec Contra-info

[NDdL/Sème ta ZAD] Manif de mise en culture – Samedi 13 avril 2013

Accéder au matériel militant mis en ligne

Accéder au matériel militant mis en ligne

Appel

Depuis le 16 octobre, la résistance déterminée à l’opération d’expulsion de la ZAD incarne un espoir : celui que nos vies, nos habitats, nos champs ne soient plus broyés par les logiques marchandes et par les visions stériles de l’aménagement du territoire. Plus de 200 comités locaux de solidarité ont fleuri ces derniers mois, et ici où là, du bocage nantais aux autres zones à défendre, nous voulons de nouveau envisager des victoires.

Le 17 novembre, nous avons montré que malgré l’invasion policière, ils ne pourraient pas vider la ZAD de ses habitant-e-s et que nous pouvions être 40 000 à revenir et reconstruire. Début janvier, une assemblée agricole lançait un appel à projets sur les terres de la ZAD expropriées par Vinci pour remettre en place les potagers détruits et les démultiplier avec l’arrivée de nouveaux et nouvelles paysan-ne-s. Vergers, blés, légumineuses, poules et potagers…une dizaines d’initiatives s’élaborent d’ores et déjà.

Le début du mois d’avril sera un moment charnière : la fin de la « commission de dialogue » proposée par le gouvernement pour « mieux expliquer la nécessité de l’aéroport » signifiera le retour possible d’opérations d’expulsions de grande ampleur. En face, la dynamique d’occupation de la ZAD, relancée le 17 novembre dernier, se tourne à présent vers des projets agricoles destinés à s’implanter dans la durée. La remise en culture, en masse, des terres expropriées sera notre manière de tirer le trait sur un dialogue fantoche – et de célébrer les quelques mois passés à (re)construire, malgré l’incessante occupation militaire des routes du bocage. Cette manifestation sera aussi une manière de prendre de l’avance sur d’éventuels travaux en allant s’installer sur une partie des terres menacées à court terme.

Cette manifestation sera le fruit de ce qui se compose progressivement entre des paysans et des occupant-e-s venu-e-s s’installer pour défendre la zone : défrichage et occupation des terres maraîchères du Sabot en mai 2011, défense de la ferme du Rosier puis de la Châtaigne à l’aide de plusieurs dizaines de tracteurs enchaînés en novembre, occupation in extremis avant sa destruction de la ferme de Bellevue fin janvier… Au-delà de ces quelques dates emblématiques, la régularité des assemblées agricoles ainsi que les complicités nouées au quotidien, aussi bien autour d’un repas que derrière une barricade, ne cessent d’invalider les catégories fermées dont use le pouvoir pour qualifier et diviser les opposant-e-s au projet d’aéroport.

Ce qui se joue aujourd’hui à NDDL rappelle et renouvelle l’histoire dense de certains mouvements paysans locaux au cours des décennies passées : liens forts avec les grèves et mouvements de 68, actions directes face aux diktats de l’industrie, occupations de terre contre les « cumulards »…

Forte de ce terreau, la manifestation du 13 avril, en écho à la journée mondiale des luttes paysannes en appelle à une communisation des terres et des pratiques. Nous entendons par là:

  • une forme de partage en porte à faux avec les grandes concentrations agricoles et les freins posés à l’accés au foncier pour les projets d’installation paysanne.
  • l’entraide, la mutualisation de moyens, d’outils, mais aussi les possibilités d’installations collectives
  • un dialogue fécond entre savoir-faire agricole traditionnel et pratiques expérimentales, entre professionnel-le-s et paysan-ne-s hors-cadre.
  • des réflexions communes autour de la question alimentaire : sur une production autonome en rupture avec les logiques agro-industrielles, sur les liens possibles avec Nantes et ses habitant-e-s.
  • la capacité de relier la question agricole à des formes de vie, d’habitat et à des luttes sociales.

En pratique il s’agira, le 13 avril, de partir outils en mains en plusieurs cortèges depuis les bourgs alentours et de converger sur la ZAD pour se redéployer en direction des différents projets et chantiers agricoles. Au programme et suivant les facteurs hydrométriques : plantation de vergers, de haies et de bosquets aromatiques, pose de ruches, défrichage, repiquage de semis, installation de structures (serres, cabanes à outils…), drainage des terrains, nettoyage des fossés, réparations des clôtures détruites durant les affrontements et balisage des chemins forestiers… Seront aussi prévus des foires aux semences, des expositions de variétés anciennes et aujourd’hui clandestines, des discussions et ateliers autour des pratiques agricoles – et en soirée, des fêtes, bals et banquets.

Nous invitons donc à cette occasion tou-te-s les opposant-e-s au projet d’aéroport à se mobiliser. Venez fêter le retour du printemps et montrons-leur qu’ici comme ailleurs, nous ne voulons ni de leur aéroport ni du monde qui va avec. Rendre fertile ce qu’ils veulent rendre stérile, là est notre force.

(Une liste de besoins plus précis liés aux diverses installations sera transmise quelques semaines avant la manifestation)

En résumé :

  • 10h00 RDV fourche en main pour plusieurs cortèges depuis les bourgs alentours pour aller occuper les terres et commencer les chantiers
  • à midi, chacun-e est invité à amener une tarte à partager.
  • le soir, bal et banquets

(plus d’infos pratiques, sur les RDVs, besoins matériels, l’accueil et autres à venir sur le site : zad.nadir.org/semetazad)

 contact : semetazad[At]riseup[point]net

[Besançon/Tract] Loi Fioraso: la gauche à l’assaut du service public d’enseignement et de recherche

Un compte-rendu de la journée de lutte universitaire du jeudi 21 mars 2013, date à laquelle la « commission sécurité » devait passer vérifier l’état des locaux du bâtiment Arsenal.

Trouvé sur les murs de la faculté de lettres

Trouvé sur les murs de la faculté de lettres

Le syndicat de la CNT 25 a sorti un tract sur la loi Fioraso:

Tract (recto) distribué lors de l'AG  du 28/03/2013 sur le site d'Arsenal

Tract (recto) distribué lors de l’AG du 28/03/2013 sur le site d’Arsenal

Tract (verso) distribué lors de l'AG  du 28/03/2013 sur le site d'Arsenal

Tract (verso) distribué lors de l’AG du 28/03/2013 sur le site d’Arsenal

Transmis par mail, 30/03/2013

[Besançon/Université] Jeudi 28 mars 2013 : grève, rassemblement et AG

Jeudi 28 mars, Tous-tes en grève pour défendre nos conditions d’étude et de travail

Nous étudiants et personnels de l’Université de Franche-Comté, réunis en assemblée générale le jeudi 21 mars, après avoir discuté des dispositions du projet de loi du Ministère de l’Enseignement et de la Recherche et de la situation locale, exigeons, avec les organisations syndicales SNASUB-FSU, SUD Éducation et SUD Recherche EPST, SNPREES-FO, FERC-SUP CGT et SNTRS CGT, AMEB, CNT-25 ainsi que le Front de lutte étudiant, présents à l’assemblée générale :

  • l’abandon du projet de loi sur l’enseignement supérieur et la recherche ,
  • l’abandon du projet de loi relatif aux écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE),
  • l’abrogation de la LRU

Et sur le plan local:

  • L’abandon du projet d’établissement unique Université de Bourgogne-Franche-Comté, quelle que soit sa forme,
  • Des solutions concrètes aux problèmes posés dans les formations déjà mutualisées, qui témoignent des mauvaises conditions d’études engendrées par le projet de fusion.
  • La réhabilitation immédiate des locaux de l’Arsenal, Granvelle, etc., et en attendant la mise à disposition de locaux décents. De manière générale nous dénonçons le manque de moyens et de personnels qui nous permettraient travailler dans des conditions correctes, conséquence directe de la LRU, et que la nouvelle loi vient aggraver,
  • La réouverture de tous les TD supprimés, notamment en histoire.

Pour toutes ces raisons, nous appelons tous-tes les étudiant-es et les personnels de l’UFC :

  • à se mettre en grève le jeudi 28 mars (les absences ne seront pas comptabilisées)
  • à participer avec les personnels de l’éducation en lutte contre la réforme des rythmes scolaires, au rassemblement à midi devant le rectorat
  • à participer à l’Assemblée générale qui aura lieu le 28 mars à 14h amphi N2 à l’Arsenal,
  • à organiser des réunions dans tous les départements pour évoquer les problèmes spécifiques et chercher des solutions.

Télécharger le tract au format PDF

Pour plus d’informations sur le projet de réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche 

Transmis par mail, 27 mars 2013

[Rennes] Journée de solidarité avec l’anarchiste Henry Zegarrundo incarcéré à la prison de San Pedro à La Paz (Bolivie) – 30 mars 2013

Le collectif « Brûle ta banque » organise ce samedi 30 mars une journée de solidarité avec Henry Zegarrundo.

Le 29 mai 2012 à La Paz, capitale de la Bolivie, une vague de perquisitions est menée par la FELCC (force spéciale de lutte contre le crime), lors de laquelle treize personnes sont embarquées. De délation en délations, il ne reste que cinq inculpés, accusés d’un certain nombre d’attaques incendiaires ou explosives contre l’administration pénitentiaire, le vice-ministère de l’environnement, une caserne militaire, banques et entreprises entre 2011 et 2012.

Parmi eux, Henry Zegarrundo est le seul à être resté digne de son éthique anarchiste face à l’Etat et ses sbires, rejetant toute forme de délation et d’innocentisme. Il est toujours incarcéré à la prison de San Pedro à La Paz.

Pour plus d’infos sur l’histoire, une brochure a été réalisée, Chronique d’un chemin callouiteux.

Dès 15 heures, apéro poétique au canal saint martin, devant le bistrot Le Bon Accueil. Lecture de textes et discussions.

Dès 19 heures, au bar La Bascule (2, rue de la Bascule, métro Anatole France, Rennes)

Concert à prix libre et punch de soutien!Les Fausses Notes (punk musette), French Caen Camp (Hip hop culotté) et la Dernière Mesure (RnB: Rap n`Bières) puis mix Rocksteady.

Les fonds récoltés seront reversés aux proches d’Henry qui organisent sa défense et sa sortie de prison.

Transmis par mail, 27 mars 2013

De nombreux articles (du plus ancien au plus récent) à propos d’Henry Zegarrudo et de la répression des anarchistes en Bolivie publiés par Contra-info:

[Besançon & ailleurs] Mobilisations antifascistes de ce samedi 23 mars 2013

Ce samedi 23 mars, environ 400 personnes ont manifesté dans les rues de Besançon pour dénoncer les récentes agressions racistes et fascistes commises par des néo-nazis au centre de la ville.

100_7668

Appelée entre autres par le Collectif Antifasciste de Besançon, la CNT, l’AMEB, l’Initiative Communiste-Ouvrière et SOS Racisme ainsi que par de nombreuses personnes non-organisées et révoltées par les agissements de nostalgiques de la terreur fasciste, la manifestation est partie place de la Révolution. Après avoir traversé les rues du centre-ville, la manifestation s’est dirigée vers la Porte Rivotte où des agressions ont récemment eu lieu.

Malgré les provocations de quelques nazillons, très vite protégés par les CRS, la manifestation s’est déroulée normalement sous les slogans antiracistes et antifascistes.

En fin de manifestations, un militant du Collectif Antifasciste de Besançon a pris la parole pour rappeler les différentes agressions commises ces derniers mois par des néo-nazis à Besançon. Un militants de l’Initiative Communiste-Ouvrière est intervenu pour dire que dans le contexte de la crise, du chômage et de l’austérité, l’extrême-droite, mais aussi Sarkozy hier ou Valls aujourd’hui tentaient de diviser les travailleurs en stigmatisant les immigrés, les Arabes ou les Rroms, et qu’il était nécessaire de travailler à l’unité dans nos entreprises et nos quartiers face au racisme, aux licenciements et à la misère.

La suite du compte-rendu de cette manif sur Solidarité Ouvrière

Besançon : Rassemblement anti-raciste et anti-fasciste

Le collectif anti-fasciste de Besançon organisait une manifestation dans la rue. Selon l’association, 6 agressions néonazis auraient été perpétrées depuis le début de l’année.

manifestation_anti_fascisme

Ici, des clients frappés et gazés à la terrasse d’un café. Là, un jeune agressé dans la rue. Là encore une agression au cours d’un concert. Pour le collectif anti-fasciste de Besançon, pas de doute. Des groupuscules néonazis se sont installés dans la capitale Comtoise. Pour dénoncer ces faits, le collectif a organisé une manifestation, ce samedi après-midi.

Entre 200 et 400 personnes ont défilé dans la rue.

Voir la vidéo

Leur presse locale – Fr3 F-C, 24/03/2013 à 09h26

Manifestation sous tension

Une quinzaine d’individus sont venus faire de la provocation, hier, face au cortège antifasciste.

Sans tomber dans la dramatisation, beaucoup craignaient le terme de la manifestation antifasciste, hier rue Rivotte ; là où a eu lieu le gazage d’une dizaine de clients d’un bar en février dernier.

Finalement hier, c’est à hauteur de la rue de la bibliothèque le cortège est monté en pression lorsqu’une dizaine d’individus, encagoulés pour certains, sont venus se livrer à des actes de provocation qui auraient pu vite dégénérer si la police n’était intervenue très rapidement pour cloisonner les deux camps et disperser les éléments perturbateurs. Par sécurité, des renforts ont d’ailleurs aussitôt été demandés. Et c’est accompagnés de policiers solidement casqués et harnachés que les manifestants partis de la place de la Révolution ont pu terminer leur parcours porte Rivotte après être passés par la place Saint-Pierre, la place des Droits de l’homme et la place Grandvelle.

Une montée en puissance inquiétante

Pour le coup, les organisateurs du collectif antifasciste bisontin (CAB) ne pouvaient trouver meilleure démonstration des dangers qu’ils entendent aujourd’hui dénoncer en décidant de poser le problème ouvertement sur la place publique afin de faire réagir l’opinion et les autorités.

Ce qui les inquiète, c’est la montée en puissance des actes de violence de groupuscules se revendiquant ouvertement de l’idéologie d’extrême-droite. Quand il ne s’agit pas de théories nazies ou négationnistes avec vente de matériel sur le web.

Jeunesses nationalistes révolutionnaires. Werwolf sequania. Leur nom est connu. Leurs agressions aussi. Depuis début janvier, on en dénombre au moins six. Et certaines sont même filmées et diffusées sur internet. Hier, ils étaient deux cents selon la police, plus de quatre cents selon les organisateurs à être descendus dans la rue pour dire « non ».

Si les heurts ont pu être évités, deux individus ont en revanche été interpellés munis de matraques télescopiques et de bombes lacrymogènes. Ils devront répondre prochainement de leurs actes devant le parquet.

antifaBesak antifaBesak2

Leur presse locale – L’EstRépu, 24/03/2013 à 08h50

_________________________________________________________________________________

A Chartres de Bretagne contre une réunion des identitaires:

Chartres-de-Bretagne. Mobilisation contre une réunion d’identitaires

À l’appel de plusieurs organisations de gauche, plus de 300 personnes ont manifesté, dans le calme, hier à Chartres-de-Bretagne (35), contre la tenue d’une réunion du groupe identitaire régionaliste Jeune Bretagne.

REN_1303234328.jpg

Cette association organisait, dans cette commune touchée par la crise économique (à travers l’usine PSA Citroën de La Janais), une conférence intitulée « Que faire face à la crise sociale européenne ? ». Les manifestants de gauche souhaitaient dénoncer « l’idéologie d’extrême droite identitaire ». En effet, la conférence regroupait, entre autres, des membres de l’organisation italienne néo-fasciste CasaPound, du syndicat nationaliste flamand NSV, du mouvement français d’extrême droite Riposte laïque ou encore du Parti socialiste unitaire national-européen (Psune). « Nous sommes 227 et c’est un succès pour un tel rassemblement » expliquait hier Yann Vallerie, président de l’association Jeune Bretagne. Après avoir défilé dans les rues, les manifestants de gauche se sont rendus sur la place de la Mairie pour des prises de paroles. « Je condamne les idéologies d’extrême droite qui véhiculent des propos xénophobes et violents et qui viennent exploiter la crise économique et sociale », a expliqué le maire de la commune, Philippe Bonnin. Alors que la réunion de Jeune Bretagne devait prendre fin hier, vers minuit, de nombreux gendarmes étaient présents pour éviter tout débordement, notamment aux abords du lieu de rassemblement situé sur un terrain privé.

Leur presse – LeTélégramme.fr, 24/03/2013

__________________________________________________________________________

A St-Etienne contre la venue de LePen:

Le président d’honneur du Front National, Jean-Marie Le Pen, était dans la Loire ce samedi 23 mars. Une manifestation contre sa venue a été organisée le jour même dans les rues de Saint-Etienne.

Ils étaient des centaines à défiler dans la Grand’rue. Le rendez-vous a été donné à 15h place Jean Jaurès. Les manifestants ont ensuite rejoint l’hôtel de ville puis la place du Peuple.

a0e7183ee0af33351ebc5ee61503032b_800_533. af65d7f179de10f8b3f318e04837155f_440_293.Leur presse – Zoom d’ici via Solidarité Ouvrière, 23/03/2013

[Etats-Unis] Récits de manifs anti-police/anti-capitaliste à Portland et à Oakland – Soirée du 15 mars 2013

Résumé de la marche du 15 mars lors de la journée contre la police à Portland

La nuit dernière, un groupe d’environ 75 personnes s’est rassemblé au parc Holladay. Curieusement nous avons attendu 15 bonnes minutes avant de commencer la marche.

Beaucoup d’entre nous ont voulu prendre la rue, mais le déploiement absurde de flics à vélos, à cheval et police anti-émeute durant la marche a été dissuasif. Nous avons déambulé dans le centre-ville en scandant: « La police est l’armée de riche », « Portland, Le Caire, Grèce, Nique la Police », « Nique ces flics nous n’en avons pas besoin, ce que nous voulons, c’est la liberté totale». Les gens dans les bars et les voitures ont applaudi en soutien, nous répondant en criant « Fuck the Police ».

Beaucoup de gens plus jeunes étaient ravis et n’avaient jamais participé à une telle manifestation anti-capitaliste/anti-police, dire à quel point c’était excitant. La manif n’a pas été aussi bruyante que certains l’auraient souhaité (aucune attaque et une courte occupation d’une rue). Nous avons eu énormément de soutien de gens du secteur, même inspiré les jeunes dans nos propres rangs, en espérant poursuivre sur cette lancée. Il y avait aussi une armée de policiers. Espérons voir plus de gens et moins de police la prochaine fois. Pensées aux camarades arrêtés en masse à Montréal.

Nique la police. Nique l’ordre capitaliste qu’ils appliquent.

(A)

Traduit de anarchist news, 18/03/2013

Résumé de la manif du 15 mars à Oakland

D’abord nous commençons par exprimer notre solidarité avec les 250 personnes (et plus) arrêtées lors de la manif contre la brutalité policière à Montréal

Vers 21h, un petit groupe d’anarchistes d’environ 30-35 personnes est descendu dans les rues, des drapeaux noirs et des banderoles où on pouvait lire «Fight B(A)CK» et «anti-capitaliste anti-police. » Nous avons marché au sud à Broadway, en scandant « A-Anticapitalista», «No Justice No Peace Fuck The Police» et «ACAB! Tous les flics sont des bâtards. » Nous avons un détour vers le poste de police d’Oackland (OPD) à la 7ème et à Broadway, où nous avons été confrontés à une dizaine de policiers anti-émeute. Les flics semblaient être sur la défensive, donc après quelques minutes nous nous sommes dirigé.e.s vers Franklin nord. « FTP » a été marqué en gros sur une banque Chase, et certaines de ses vitres ont été brisées. Plusieurs distributeurs automatiques de billets ont été vandalisés sur Franklin, le Oakland Tribune a eu certaines de ses fenêtres brisées. Union Bank avait sa porte d’entrée brisée, certaines fenêtres de la Bank of California ont également été brisées. Mais il s’agit d’une liste non exhaustive d’actions, nous en sommes sûrs.[…]. Aucune arrestation nous a été rapportée.

Nous tenons à remercier les camarades qui se sont présentés, le NLG pour nous avoir prêté un observateur judiciaire.Beaucoup d’amour et de solidarité à tous ceux qui manifestent contre le système, aujourd’hui ou un autre jour.

Traduit de Bay Area Radical Action Committee, 18/03/2013