[La police assassine] Les 4 flics assassins jugés « responsables de la mort de Mohamed Boukrourou mais pas pénalement » – Justice pour toutes les victimes !

Les quatre policiers mis en examen pour homicide involontaire après la mort de Mohamed Boukrourou ne seront pas jugés. Un non-lieu a été prononcé. Malgré des faits accablants.

Feu Mohamed Boukrourou

Le 12 novembre 2009, Mohamed Boukrourou mourrait dans un fourgon de police.

Mort dans un fourgon de police

Quelques minutes plus tôt, ce père de famille sans histoire menaçait de porter plainte contre le pharmacien chez qui il venait acheter ses médicaments. M Boukrourou refusa la marque de médicaments que ce dernier voulait lui vendre. Le ton est monté, le pharmacien a appelé la police. Un quart d’heure plus tard, les policiers entraient dans la pharmacie. La suite, son frère Abdelkader nous la racontait en 2009 :

Quinze minutes plus tard, quatre fonctionnaires de police sont arrivés et ont directement interpellé mon frère. Ils ont voulu le faire sortir de l’officine, mais celui-ci a refusé. Ils ont donc usé de la force pour le sortir. Pour contester cette violence, Mohamed s’est assis pacifiquement. Les quatre policiers ont alors décidé de le menotter et de le traîner jusqu’au fourgon. C’est alors que la violence a redoublé. Ils se sont acharnés sur mon frère qui en est ressorti une heure plus tard mort. Voyant qu’il ne bougeait plus, les policiers ont appelé les pompiers et le Samu qui n’ont pu que constater le décès.

Lire – « Mohamed avait un morceau de la joue arraché »

Malgré des faits accablants, un non-lieu

Deux ans et demi plus tard, les quatre policiers sont mis en examen pour « homicide involontaire », ce qui indigna la famille qui espérait voir les fonctionnaires traduits devant une cour d’assises.

Selon elle, des éléments factuels accablent les policiers. Le défenseur des droits lui-même a conclu que « les policiers ont fait un recours inadapté et disproportionné à la force à l’encontre de M. [Mohamed Boukrourou], qui a été victime d’un traitement inhumain et dégradant au sens de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme. »

Il recommanda par ailleurs que « les quatre policiers mis en cause fassent l’objet d’une procédure disciplinaire, et il a formulé une série de recommandations générales sur la formation et la déontologie de la police », comme le rappelle Amnesty International sur son site.

« Responsables, mais pas pénalement »

Pourtant, c’est un non-lieu, demandé par le procureur chargé de l’affaire, qui vient d’être prononcé. Très en colère après cette décision de justice, les proches de Mohamed Boukrourou ne comptent pas en rester là. Ils ont annoncé faire appel.

Interviewé par France 3 Franche-Comté, Randall Schwerdorffer, l’avocat des policiers, se dit satisfait du jugement et indique que « ce qui est arrivé n’est pas du fait des policiers, en tout cas pas pénalement du fait des policiers ». Les quatre policiers seraient donc, selon leur avocat, responsables de la mort de M. Boukrourou. Mais pas « pénalement » responsables. Déclaration surréaliste et choquante.

Amnesty International : « Notre vie est en suspens »

Amnesty International s’inquiète de ces décès aux mains de la police. Outre le décès de Mohamed Boukrourou, l’ONG revient sur quatre autres morts qui posent question.

Abdelhakim Ajimi, décédé le 9 mai 2008, à Grasse après avoir été maîtrisé par des policiers lors de son arrestation.

Abou Bakari Tandia, ressortissant malien, mort le 24 janvier 2005 suite à sa garde à vue au commissariat de Courbevoie au cours de laquelle il tombe dans le coma.

Lamine Dieng, français d’origine sénégalaise, mort le 17 juin 2007, suite à son interpellation à Paris après une altercation.

Ali Ziri, retraité algérien de 69 ans, mort le 9 juin 2009, suite à interpellation à Argenteuil.

Rendez-vous sur le site d’Amnesty International pour télécharger l’étude : France. «Notre vie est en suspens».

Les familles des personnes mortes aux mains de la police attendent que justice soit faite.

Source: A toutes les victimes, 18 décembre 2012

[Paris] Slogans solidaires contre la répression et les porcs en uniforme qui assassinent

Dernière balade nocturne avant la rentrée des classes

Un peu en retard sur l’appel lancé par Contra-Info contre la répression, on est sorti dans la nuit pour caresser les murs de Paris.

Bien qu’on ait cessé de croire au grand soir, on se lève encore de bon matin pour postilloner sur les façades ternes de la vieille capitale : murs blancs, peuple muet !

Encore une rentrée des classes placée sous les auspices de la guerre aux pauvres.

Une première pensée pour tous les parents à la rue et sans papiers qui se battent pour scolariser leur enfants : scolarité obligatoire mon cul ! Même si on ne croit pas trop dans les vertus émancipatrices de l’école, c’est quand même cool quand les enfants peuvent passer leur journée avec d’autres enfants…

Une seconde pensée pour les étudiants du Chili et du Québec qui se battent bougrement bien contre l’Etat. On est bien heureux aussi que le bastion de Polytechnique à Athènes reste un lieu d’agitation. Et on chie sur l’Etat grec et les nazis d’Aube Dorée qui remettent au goût du jour les pogroms contre les étrangers !

Une troisième pensée va vers nos frères et soeurs des cités, pour les familles des vies volées par la police et pour ceux qui résistent au quotidien contre les porcs qui occupent nos quartiers. Solidarité avec les émeutiers d’Amiens !

Une autre pensée pour les copines et copains des squats de l’Est parisien, du 260, de la Cité Aubry et de Florian, pour que les huissiers s’étouffent avec leurs cravattes et que les keufs s’électrocutent avec leurs tasers !

Sans oublier les ouvriers de PSA qui ont promi de faire la guerre à la rentrée. En espérant qu’ils seront au moins aussi énervés que les mineurs espagnols !

Aux entaûlés, aux roms, aux sans papiers, aux CAFards, aux Pussy Riot et à tous ceux que cette société débecte !

Ca fait des mois que la mèche a pris feu un peu partout dans le monde. Nous avons voulu être solidaires de tout ce qui gronde au diapason de nos luttes !

 

Et nous récidiverons tant que faire se pourra.

Nique la BAC, nique la SDAT !

Source: Indymedia Paris, 23 août 2012

[Belgique] Action au consulat de France à Bruxelles pour exiger justice concernant la mort de Mohamed Nourredin le 7 juillet dernier à Calais – 1er août 2012

Quelques photos et vidéo de l’action au consulat français à Bruxelles

A l’instar du rassemblement du 17 juillet devant l’ambassade de France à Londres et de l’occupation du consulat de France à Dusseldorf le 20 juillet, nous occupons l’ambassade de France, ce mercredi premier août à partir de 11 heures pour protester contre les circonstances de la mort de Mohamed Noureddin le 07 juillet dernier à Calais.

Noureddin a été retrouvé dans le canal à Calais après s’être fait violemment interpellé par la police. Aucune autopsie n’a été réalisée et aucun témoignage des amis avec lesquels il était n’a été recueilli. La police après avoir modifié plusieurs fois la version officielle, a classé le dossier comme mort accidentelle.

Cette mort comme de nombreuses autres à Calais, est la conséquence d’une politique d’immigration criminelle qui tue chaque année des milliers de personnes aux frontières Européennes, ici et ailleurs.

Nous refusons ces morts ainsi que la criminalisation des sans papiers, nouveaux boucs émissaires d’une société en crise, d’un système raciste.

Comme à Calais, Londres ou Düsseldorf, nous exigeons que les autorités Françaises clarifient sans délai les circonstances exactes de la mort de Noureddin.

Plus largement, nous revendiquons le droit à la circulation et l’installation pour tous les êtres humains quel que soit leur origine.

Source: Indymedia Bruxelles, 1er août 2012

[Justice pour Mohamed Nourredin] Les porcs travaillent lors de la manif en mémoire du migrant mort noyé à Calais – 7 août 2012

Calais 7 août manifestation justice pour nourdin/ violences policières, 5 arrestations.

Communiqué de presse : Calais le 7 août 2012

JPEG - 8.2 ko

Cet après-midi un rassemblement a eu lieu à Calais pour comémorer la mort suspecte de Nurredin Mohamed le 7 juillet dernier.

La manifestation a commencé dans une ambiance calme et a traversé le centre-ville. Quelques manifestants sont montés sur le Beffroi et ont accroché une banderole : “JUSTICE POUR NURREDIN”

La police les a brutalement arrêtés puis s’en est pris aux manifestants qui étaient restés en bas sur le parvis de la mairie.

Une personne a été jetée au sol, immobilisée, frappée par 6 policiers. L’un deux a pris un djembé pour le frapper à la tête. Ce manifestant a ensuite été relâché, il a dû être conduit à l’hôpital où il a eu trois points de suture.

Un autre manifestant a été plaqué violemment au sol par 6 CRS. L’un deux est monté debout sur ses deux chevilles pendant qu’un autre lui assénait des coups de poings dans le dos. Et que deux autres CRS lui étiraient les bras.

Ce manifestant a été emmené au poste de police. Cinq personnes sont donc à cette heure placée en garde à vue. Nous sommes profondément choqués par la violence de la police alors que rien dans le déroulement de la manifestation ne la laissait prévoir.

Nous resterons mobilisés jusqu’à ce que nous obtenions JUSTICE et VERITE sur la mort de Nurredin.

No Border

Hier vers 21h, le militant violemment interpellé parmi les manifestants était libéré. Il aurait provoqué un traumatisme crânien et 2 jours d’ITT à un de nos gardiens de la paix. Le procureur a décidé qu’il devrait venir se présenter au commissariat avec témoins des faits, photos et vidéos, pour décider des suites à donner à la plainte du policier.

Les 4 activistes qui étaient montées en haut du beffroi dans un groupe de touristes, et avaient déployé la banderole géante JUSTICE POUR NOUREDIN sont toujours en garde à vue ce mercredi 8 août 12h.

D’après la presse locale, la municipalité veut porter plainte étant donnés « les moyens déployés pour réparer les conséquences de cet acte ».

Des pompiers spécialisés, du Grimp, venus de Marquise, Marck, Vitry en Artois.. Berf toute une équipe départementale de pompiers appelés en renfort pour une simple banderole…

Les effectifs de sécurité et de secours sont mobilisés dans le région en l’honneur des JO. IL faut bien qu’ils trouvent de l’occupation….

Mais une fois de plus, nous avons eu droit à une répression disproportionnée face à une manifestation pour réclamer justice et enquête sur la mort d’un soudanais mort noyé il y a un mois.

Sur la banderole, pas d’insultes, juste appel à justice.

Des interpellations musclées, violentes, des gardes à vue, et sans doute des procès à la clef.

Commentaire

  • Le 8 août 2012 à 20h14

les 4 activistes ont été libérées vers 14h avec des rappels à la loi

Source: Indymedia Lille, 8 août 2012

Infos en anglais: http://calaismigrantsolidarity.wordpress.com/

[Justice pour Mohamed Nourredin] Les porcs travaillent lors de la manif en mémoire du migrant mort noyé à Calais – 7 août 2012

Calais 7 août manifestation justice pour nourdin/ violences policières, 5 arrestations.

Communiqué de presse : Calais le 7 août 2012

JPEG - 8.2 ko

Cet après-midi un rassemblement a eu lieu à Calais pour comémorer la mort suspecte de Nurredin Mohamed le 7 juillet dernier.

La manifestation a commencé dans une ambiance calme et a traversé le centre-ville. Quelques manifestants sont montés sur le Beffroi et ont accroché une banderole : “JUSTICE POUR NURREDIN”

La police les a brutalement arrêtés puis s’en est pris aux manifestants qui étaient restés en bas sur le parvis de la mairie.

Une personne a été jetée au sol, immobilisée, frappée par 6 policiers. L’un deux a pris un djembé pour le frapper à la tête. Ce manifestant a ensuite été relâché, il a dû être conduit à l’hôpital où il a eu trois points de suture.

Un autre manifestant a été plaqué violemment au sol par 6 CRS. L’un deux est monté debout sur ses deux chevilles pendant qu’un autre lui assénait des coups de poings dans le dos. Et que deux autres CRS lui étiraient les bras.

Ce manifestant a été emmené au poste de police. Cinq personnes sont donc à cette heure placée en garde à vue. Nous sommes profondément choqués par la violence de la police alors que rien dans le déroulement de la manifestation ne la laissait prévoir.

Nous resterons mobilisés jusqu’à ce que nous obtenions JUSTICE et VERITE sur la mort de Nurredin.

No Border

Hier vers 21h, le militant violemment interpellé parmi les manifestants était libéré. Il aurait provoqué un traumatisme crânien et 2 jours d’ITT à un de nos gardiens de la paix. Le procureur a décidé qu’il devrait venir se présenter au commissariat avec témoins des faits, photos et vidéos, pour décider des suites à donner à la plainte du policier.

Les 4 activistes qui étaient montées en haut du beffroi dans un groupe de touristes, et avaient déployé la banderole géante JUSTICE POUR NOUREDIN sont toujours en garde à vue ce mercredi 8 août 12h.

D’après la presse locale, la municipalité veut porter plainte étant donnés « les moyens déployés pour réparer les conséquences de cet acte ».

Des pompiers spécialisés, du Grimp, venus de Marquise, Marck, Vitry en Artois.. Berf toute une équipe départementale de pompiers appelés en renfort pour une simple banderole…

Les effectifs de sécurité et de secours sont mobilisés dans le région en l’honneur des JO. IL faut bien qu’ils trouvent de l’occupation….

Mais une fois de plus, nous avons eu droit à une répression disproportionnée face à une manifestation pour réclamer justice et enquête sur la mort d’un soudanais mort noyé il y a un mois.

Sur la banderole, pas d’insultes, juste appel à justice.

Des interpellations musclées, violentes, des gardes à vue, et sans doute des procès à la clef.

Commentaire

  • Le 8 août 2012 à 20h14

les 4 activistes ont été libérées vers 14h avec des rappels à la loi

Source: Indymedia Lille, 8 août 2012

Infos en anglais: http://calaismigrantsolidarity.wordpress.com/

[Besançon] Quelques affiches solidaires contre la répression (3) – 9 août 2012

Vu que les luttes sont nombreuses, la solidarité doit s’exprimer le plus possible étant donné le harcèlement quotidien des Etats contre celles et ceux qui combattent pour un monde sans domination, sans exploitation, pour l’Anarchie.

Quelques affiches solidaires contre la répression collées ce jeudi 9 août 2012 à Besançon:

[Grèce] Actions contre la répression à Athènes

Athènes, Grèce : Actions de contre-information

Dans le contexte de l’appel de Contra Info pour dix jours d’actions contre la répression nous avons menés les actions suivantes jusque maintenant :

Nous avons mis une banderole sur la place d’Exarchia en solidarité avec les anarchistes poursuivis dans le cadre de l’opération répressive “Ardire” qui a été lancé par les autorités italiennes le 13 juin 2012. Si les carabiniers et procureurs pensent qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent avec la vie de nos compagnons, ils se trompent lourdement. Ils nous trouveront en face d’eux : en Italie, Suisse, Allemagne, Grèce et partout où ils osent étendre leurs tentacules.

VOUS NE FEREZ PAS CE QUI VOUS EST COMODE* AVEC NOS COMPAGNONS – SOLIDARITÉ POUR NOS COMPAS – DE LA MERDE POUR L’OPÉRATION ARDIRE, ITALIE (* jeux de mots avec le nom de l’inquisiteur Manuela Comodi)

À la grille principale de l’École Polytechnique sur la rue Patission nous avons accroché une banderole contre les Jeux Olympiques de Londres, maintenant en cours. On peut y lire : “Écrasons les OlymPORCS et les branleurs capitalistes – Incendie et feu sauvage pour les idéaux olympiques –  Brûle, Londres, brûle”… Les idéaux olympiques puent l’argent, la militarisation et la répression.

Nous n’oublions pas les compagnons, qui, malgré le super-spectacle mis en place par les flics, militaires et médias de masse, vont de l’avant et crachent à la face de la société de consommation. N’oublions pas aussi la Coupe du Monde de 2014 et les Jeux Olympiques de 2016 à Rio de Janeiro tout comme le besoin d’organiser un campagne internationale contre les déplacements de populations opprimés qui vivent dans les favelas brésiliennes.

Sur le pont pédestre au-dessus d’une autoroute principale dans le centre d’Athènes, nous avons placé une banderole en solidarité avec les membres emprisonnés de la Conspiration des Cellules de Feu – Fédération Anarchiste Informelle / Front Révolutionnaire International. Leur courage et détermination nous rendent plus forts. De par ce simple geste nous leur envoyons nos salutations révolutionnaires les plus chaleureuses.

Nous avons aussi peint des slogans en solidarité avec les anarchistes emprisonnés et persécutés à travers le monde. Nous envoyons toute notre force à Luciano Pitronello dont le procès est en cours ces jours-ci à Santiago de Chili, à Mario López, incarcéré dans les cellules de la démocratie mexicaine et à Felicity Ryder qui est aujourd’hui en cavale, poursuivi dans la même affaire que son frère captif Mario.

En réponse à l’appel pour des actions pour l’affaire de la mort du réfugié Soudanais Noureddin Mohamed à Calais le 7 juillet 2012, nous avons fait des pochoirs sur les murs d’Exarchia. Dans le cas de Noureddin se réfléte celui de milliers d’immigrants anonymes et de réfugiés qui perdent leurs vies en tentant de pénétrer l’impénétrable Forteresse Europe. Nous n’oublions ni ne pardonnons. Feu à toutes les frontières !

Ces actes symboliques qui se tinrent les trois premiers jours d’août à Athènes sont du moins notre contribution à une guerre faisant rage chaque jour dans les rues. Les jours d’actions contre la répression continuent…

En avant compagnons ! En arrière balances !

Source: Contra-info (fr), 6 août 2012