[Limoges/La Zad est Partout] Rassemblement de soutien aux inculpé.e.s suite à l’expulsion du jardin potager – Vendredi 24 mai à 10h devant le tribunal

Bonjour à tout.e.s,

Procès des 3 Camille qui ont protesté contre l’expulsion du jardin de la LimoZAD (lieu de vie et de lutte contre la LGV, l’aéroport de NDDL et son monde mortifère), le 24 mai à 10h devant le tribunal de Limoges (Place d’Aine), Repas de soutien sur place à prix libre et Vegan.

Certain.e.s des Camille risquent des peines de prison et condamnations. Venez pour apporter votre soutien ! Diffusez l’information autour de vous.

Toute forme de solidarité est la bienvenue, ici ou ailleurs la ZAD est partout !

Ne laissons pas les flics, l’Etat et la justice nous dicter nos vies ! Non à la répression, aux violences policières et à l’aéroport de Notre- Dame-des-Landes et à son Monde !!!

Afficher le tract (format PDF)

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

Transmis par mail, 12 mai 2013

[Limoges/La ZAD est partout] Expulsion violente du 19 bis rue de la Corderie (07/05/2013) – Solidarité avec les 6 ‘Camille’ poursuivi.e.s !

La Limozad a été expulsée avec violence du 19 bis rue de la Corderie ce matin. Six Camilles sont appelés à comparaître devant le TGI mercredi. Quatre d’entre eux sont en GAV.

Réunion ce 8 mai, à 20h00 au Jardin de l’Evêché devant la Grande Fontaine

[Posté le 07/05 dans les commentaires de l’article Limoges sème sa ZAD dimanche 14 avril 2013]

Expulsion violente du collectif ZAD 87 ce matin à Limoges

Les altermondialistes qui occupaient illégalement un terrain boulevard de la Corderie à Limoges ont été évacués manu militari par les forces de l’ordre ce matin.

zad871

Vive altercation entre quelques militants de ZAD 87, un mouvement contre l’accaparement des zones et des terres agricoles, et les policiers.

Ces derniers  ont tenté d’empêcher notre journaliste de filmer la scène.

Après l’interpellation de militants, une pelleteuse a déblayé le terrain. Selon les forces de police, plusieurs agents auraient été blessés lors de cette expulsion.

Le tribunal de grande instance de Limoges avait ordonné lundi l’évacuation des 13 personnes de ZAD 87 qui occupaient depuis la mi-avril le 19 bis boulevard de la Corderie, terrain appartenant au conseil régional du Limousin.

Voir la vidéo de Fr3 Limousin

Leur presse bétonneuse – Fr3 Limousin (Martial Codet-Boisse), 07/05/2013 à 12h28

[Etats-Unis] Le consulat grec tagué en représailles des expulsions des squats Villa Amalias et Skaramaga à Athènes – San Fransisco, 9 janvier 2013

San Francisco: le consulat grec tagué

Combattons le fascisme! Diffusons l’Anarchie!

Dans la nuit du 9 Janvier, nous avons peint à la bombe la façade et l’écusson du consulat grec à San Francisco. Nous aurions fait plus, mais malheureusement, il y a un appartement au-dessus du consulat. Ce souci de la vie est quelque chose que nos ennemis fascistes ne partagent pas.

Plus tôt ce matin, sous la direction de la droite PM Samaras et son ministre de l’Ordre public, la police grecque a expulsé la réoccupation du squat Villa Amalias, puis expulsé le squat Skaramaga. Cela a suffi à susciter notre colère et cette modeste action est de montrer la solidarité avec nos camarades lointains. Il y a assez de documentation de la collaboration entre le gouvernement grec et le parti fasciste Golden Dawn. Villa Amalias a été expulsé en raison de son emplacement spécifique à Athènes, à la frontière entre le territoire fasciste et le quartier immigré. Il est impératif que la lutte contre le fascisme s’intensifie face à cet assaut.

Cette action a pris trois heures de nos vies. Nous comprenons que les gens se sentent tristes et sans espoir, mais nous tenons à vous rappeler qu’il est facile d’agir. La rage peut être libérée, la tristesse peut se changer en joie. Nous encourageons les gens à planifier des manifestations contre les consulats et les ambassades grecques, cibler des sociétés grecques, et se ruer sur n’importe quelle cible qui soit digne d’attaquer. Faire plus que nous, mieux que nous, et de combattre jusqu’au bout.

1, 100, 1000 Villa Amalias ! Défendons tous les squats !

Vive l’anarchie !

Brigada-Maricones

PS: Nous sommes hellas faible aux États-Unis, mais nous essayons de ne pas l’être =)

Traduit de l’anglais d’Indybay (10/01/2013 à 12h21) par Le Chat Noir Emeutier, 11/01/2013 à 13h36

[Paris] Le Parti Communiste travaille… soirée du 19 décembre 2012

parisien

 

Toutes les infos sur Luttes de logement, 23 décembre 2012

[Notre-Dames-des-Landes] La ZAD est partout… la preuve !

Paris, 4 novembre

*PS, gare à tes fesses !* *On dirait qu’ZAD gêne…* En ce 1er week-end de novembre, des militant-e-s parisien-ne-s sont allé-e-s décorer quelques sections d’arrondissement du PS… et oui, la ZAD est partout !

________________________________________________________________

Cologne, 2 novembre

En solidarité avec La ZAD qui est expulsée depuis le 15 Octobre, nous avons embelli la façade du réseau Axians NK et ses entreprises collabos à Von der Wettern Str. 15 au Business Park de l’aéroport de Cologne avec des bombes de peinture et tagué à proximité de la gare Frankfurter Str. avec un message clairement visible à touTEs les passantEs:

Aucun Aéroport à Nantes! Vinci / Stoppons Vinci et Axians! Vive La ZAD

Axians est une société affiliée de la société de « constuction » Vinci, qui est entre autres responsables de l’expulsion de La ZAD.

[traduit de l’anglais de linksunten Indymedia]

_______________________________________________________________________

Bruxelles, 31 octobre

Vinci, deuxième

Ce soir, lors d’une manifestation « festive », sur les vitres des entrées (2 sur 3) d’un des plus grand parkings Vinci à Bruxelles, on pouvait lire :

« Non à l’Ayraultporc », « Non aux expulsions », « Vinci dégage », « solidarité », « ultras Z(A)D », …

Même des jeunes du quartiers ont voulu s’exprimer sur les vitres « libérées », et on y voyait des noms de quartiers, des messages anti-flics, des messages en arabes et même des prénoms …

Solidarité avec les compagnons de la ZAD, ce que vous faites est HISTORIQUE !!!

________________________________________________________________

Paris, 31 octobre 2012

En soutien avec la ZAD, voici ce que ça donne à Paris, sur le local du PS parisien, rue Alexandre Dumas.

Ndlr: Cette permanence est celle que les médias de masse ont évoqué le jour même de la découverte de l’attaque du local PS de Besançon  

Annemasse : tag, nuit du 30 au 31/10

Tags à l’huile de vidange sur La SMTP Vinci d’Annemasse :

Prend Zad dans ta gueule

Lâchez rien ! on sera présent le 17

________________________________________________________________

Arles, dans la nuit du 25/10 

Les locaux du Ps ont été saccagés dans la nuit de mardi à mercredi. On peut lire une inscription :

« La ZAD : mon peuple survivra. On fait voler le PS en éclats »

Voir toutes les actions solidaires décentralisées: péages gratuits, manifs, etc…

Toutes les infos ici: http://zad.nadir.org/spip.php?article372

[Paris] Expulsion du squat au 141 rue de Charonne, quelques heures après son ouverture – Soirée du 4 novembre 2012

Dimanche 4 novembre une nouvelle occupation au 141 rue de Charonne (11e) était rendue publique et expulsée dans la foulée.

À 22h, un important dispositif policier (encore) expulsait et embarquait la trentaine de personnes à l’intérieur. Elles sont toutes sorties après un contrôle d’identité, sauf 2 qui ont été mises en garde à vue.

Par ailleurs, plusieurs personnes ont été blessées lors des charges policières.

Plus d’infos très vite.

Source: Luttes de logement, 5 novembre 2012

Paris : une cinquantaine de mal logés expulsés d’un immeuble vétuste

Une cinquantaine de personnes, dont dix enfants, ont été expulsées dimanche soir vers minuit d’un immeuble de la rue de Charonne, dans le XIe arrondissement de Paris. Ces familles occupaient depuis plusieurs jours un immeuble vétuste parisien appartenant à un bailleur social pour tenter d’obtenir un logement, selon le collectif des «Mal-logés».

Rejoints par les associations qui les soutiennent

D’après des témoins, la police a sorti de force un militant. Toutes les familles ont quitté les lieux. «Il n’y a aucune proposition de relogement ou d’hôtel. Nous allons essayer de nous débrouiller et de leur trouver un endroit où dormir», assurait un responsable d’association, contacté par téléphone alors qu’il disait être emmené pour un contrôle d’identité. Une source policière a confirmé l’intervention et ne signalait pour sa part aucun incident vers 0 h 30.

@bonheurdesmodes sur twitter: »Je sais pas c’qui se passe mais on dirait une manifestation à 23h rue #LeonFrot rue de #Charonne »

«Ceux qui habitent ici sont là pour demander que leurs dossiers de logement soient pris en compte alors qu’ils sont pour l’instant ignorés des mairies», nous expliquait un peu plus tôt dans la soirée un porte-parole.

L’immeuble, vétuste et destiné à la démolition selon ce dernierr, appartiendrait à la Semidep (Société d’économie mixte immobilière interdépartementale de la région parisienne), qui a une mission de bailleur social mais aussi de construction, de réhabilitation, de rénovation d’ensembles immobiliers. «La police est aux abords de l’immeuble et ça pourrait ne pas durer longtemps», anticipait un militant sur place en début de soirée.

Depuis mercredi 31 octobre et ce jusqu’au 15 mars, la traditionnelle trêve hivernale protège les locataires défaillants de l’expulsion. Cette règle ne s’applique pas aux réquisitions d’immeuble vide.

Leur presse – LeParisien.fr (Antonin Chilot), 05/11/2012 à 07h25

Ci-dessous un article sur les logements vides sur Paris intra-muros:

Jeudi Noir organise une tournée des logements vides de Paris

LOI DUFLOT – A la veille de la trêve hivernale, Jeudi Noir et l’association pour le droit au logement (DAL) organisaient une visite des immeubles parisiens vides. Ils demandent à l’Etat de les réquisitionner pour en faire des logements.

Un somptueux hôtel particulier de 1500 mètres carrés sur la place des Vosges vide depuis 1965. À deux pas de la place de la République, 5000 mètres carrés de bureaux vides depuis 2010. L’ancien QG de campagne de François Hollande, au 59 rue de Ségur (7ème), vide lui aussi. La capitale abriterait ainsi plus de 120.000 logements vacants et plus du double d’immeubles de bureaux, selon Jeudi Noir et le DAL. « Et ça alors que 130.000 personnes sont en attente de logement sur Paris », dénonce Jean-Baptiste Eyraud, le président du DAL. Il faut lancer un grand plan de réquisition des logements vides ! »

« Un non-sens économique »

Pour démontrer l’absurdité de la situation, les associations ont emmené quelques journalistes à la découverte des immenses logements vacants qui parcourent les rues de Paris. « Ici, on se trouve devant l’immeuble d’une grande fortune de France, inoccupé depuis 1996, annonce Jean-Marc Delaunay, membre de Jeudi Noir, au croisement de la rue de Turenne et de la rue de Bretagne (IVe). La mairie a voulu faire des travaux en 2004 car l’immeuble était en trop mauvais état. Du coup la propriétaire l’a refait à neuf. Mais il reste vide. »

Des bâtiments comme celui-ci, Jeudi Noir en a recensé des centaines dans la capitale. « On laisse des logements vides pour spéculer, explique Jean-Marc Delaunay. On va payer un maitre-chien à l’année pour surveiller les lieux alors que si le propriétaire mettait son bien à disposition des foyers admissibles au DALO, il recevrait un loyer de la part de la préfecture. Laisser des logements vacants, c’est un non-sens économique ! »

Même si tous les logements vacants ne sont pas habitables en l’état, l’Insee en a dénombré 2,39 millions à travers tout le territoire en 2011. Cécile Duflot a annoncé samedi dernier qu’elle n’excluait pas de mettre en oeuvre la procédure de réquisition, procédure jusque-là très peu utilisée. Les logements doivent appartenir à une personne morale et être vides depuis au moins 18 mois.

Début de la trêve hivernale le 1er novembre

Pendant la visite, Linda, regarde avec colère la liste des logements vides égrenés par les militants. Cette jeune mère de famille de 28 ans a été expulsée la semaine dernière du logement qu’elle occupait avec son mari et son jeune fils dans le XVIIe arrondissement de Paris. « Nous avons été arnaqués, on était pas sur le bail. La police nous a mis dehors le 24 octobre, raconte la jeune femme. Depuis, des amis nous prêtent de l’argent pour aller à l’hôtel. On nous a même dit d’aller dormir à l’hôpital avec mon fils parce qu’il n’y avait de place nulle part. Quand je vois ces immeubles, je suis furieuse. »

Le 1er novembre, la trêve hivernale débute dans tout le pays. Elle interdit aux propriétaire d’expulser leurs locataires, même en cas de procédures judiciaires, avant le 15 mars prochain. Seuls les « squatteurs » qui n’ont donc pas de contrat de location sont expulsables. A Paris, 400 appels sur les 1200 reçus par le Samu social chaque soir restent sans solution.

L’hôtel de Coulanges, places Vosges (4ème arrondissement). Cet hôtel particulier de 1500 mètres carrés est vide depuis 1965. Photo : CSLD/Metro

Leur presse – MétroFrance.com, 31/10/2012 à 15h57

[NDDL] Résistance aux expulsions de la ZAD et attaques solidaires contre le PS, Vinci et autres entreprises destructrices

Le local du PS tagué et recouvert de peinture rose à Limoges dans la nuit du dimanche 21 au lundi 22 octobre 2012:

La fédération PS de la Haute-Vienne taguée en rose

La fédération PS de la Haute-Vienne, située boulevard de la cité a été entièrement recouverte de rose dans la nuit de dimanche à lundi. Des dégradations découvertes ce matin et qui n’ont, pour l’instant, pas donné lieu à une plainte au commissariat de police.

« C’est la première fois que de tels faits sont commis sur la permanence » nous indiquait-on. Le ou les auteurs ont également inscrit à la bombe « Expulsons les socialistes ».

Un acte fermement condamné par la fédération locale de l’UMP, ce lundi matin, via un communiqué :

« L’UMP de la Haute-Vienne, trop souvent victime de tels faits, rappelle que les permanences des partis politiques sont les premiers instruments nécessaires à l’expression de la démocratie et qu’à ce titre elles doivent être respectées. »

Leur presse – Le Populaire.fr, 22/10/2012 à 10h29 via Brèves du Désordre

Futur aéroport de Nantes : guérilla sur le web

Le bureau du procureur voit s’accumuler plaintes et signalements depuis le début de l’opération menée à Notre-Dame-des-Landes.

Une poignée d’opposants radicaux tente d’envenimer la situation. Après les tags visant Jean-Pierre Fougerat, député-maire PS de Couëron, de nouvelles intimidations suscitent l’indignation de la population.

Le local du parti socialiste à Rezé a été vandalisé dans la nuit de lundi. Des faits similaires sont déplorés à Rennes et à La Roche-sur-Yon.

« Un climat de petite violence, détestable et inadmissible, s’installe », s’inquiète une source proche du dossier. Publication vendredi d’une liste « de sociétés collabos », les hôtels ayant accueilli les forces de l’ordre qualifiés de « porcheries »… « C’est un appel à peine masqué à des exactions » pointe un représentant de l’État.

Force est de lui donner raison. Et de partager quelques craintes. « Notre rage n’est pas aménageable ! » ose un militant extrémiste sur un site complaisant envers les taggueurs ayant sévi à Couëron

Leur presse – Presse Océan.fr, 24/10/2012 à 10h34

Des attaques solidaires contre les locaux du PS ont également eu lieu à Paris et à Poitiers.

REPORTAGE-Scènes de « guérilla rurale » à Notre-Dame-des-Landes

Des militants s’opposent au projet d’aéroport

Ils convergent de toute l’Europe

Affrontements sporadiques dans les champs

NOTRE-DAME-DES-LANDES, Loire-Atlantique 25 octobre (Reuters) – D epuis plus d’une semaine, les champs boueux de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) sont le théâtre d’une « guérilla rurale » entre les opposants au projet d’aéroport et quelque 500 gendarmes et policiers, déployés pour sécuriser la démolition d’une dizaine de maisons occupées illégalement depuis plusieurs années.

Les tirs de gaz lacrymogènes des forces de l’ordre répondent ainsi épisodiquement aux jets de projectiles dont ils sont la cible de la part de ces 150 à 200 militants anticapitalistes, qui convergent de toute l’Europe depuis des semaines pour combattre « ce projet d’aéroport et le monde qui va avec », selon le résumé de l’un d’entre eux.

Parmi leurs récents faits d’armes, ces derniers ont réussi à pirater localement les ondes du 107.7 FM – réservées aux radios autoroutières du groupe Vinci, concessionnaire du futur équipement – pour y diffuser leurs informations. Ces militants radicaux ont aussi fait tomber des arbres au milieu des routes pour entraver le passage des engins de chantier et des véhicules de gendarmerie.

« Il n’est pas question de rivaliser avec toute leur armée, mais de les ennuyer le plus possible », explique Christelle, une squatteuse arrivée il y a deux ans sur la « zone d’aménagement différé » (Zad) du futur aéroport, qu’elle et les autres opposants ont rebaptisée « zone à défendre ».

VISAGE MASQUÉS

Si certains de ses camarades évoluent le visage masqué par des T-shirts ou des écharpes, c’est pour se prémunir du « fichage généralisé » et des « risques juridiques » qu’ils encourent, explique la jeune femme. « La préfecture cherche à criminaliser le mouvement pour mieux le réprimer », dit-elle.

Sept opposants ont ainsi déjà été placés en garde à vue depuis le début des expulsions, le 16 octobre dernier. L’un d’eux a notamment fait l’objet d’une convocation devant la justice en janvier 2013 pour « participation à un attroupement armé », dit la préfecture de Loire-Atlantique.
Tous rejettent sur l’Etat la responsabilité des « violences » dont ils sont accusés, et rejettent l’appel au calme lancé par le préfet.
« Sous l’Occupation, ce sont les résistants qu’on traitait de terroristes », dit François, un cuisinier de 24 ans.
« On ne leur lance que des épis de maïs et des carottes », affirme Julien, 31 ans, arrivé sur la Zad il y a dix jours en provenance de Toulouse, où lui et sa compagne ont pris part à une « lutte » similaire contre l’expulsion d’un « centre social auto-géré ».
Les forces de l’ordre, de leur côté, disent avoir été la cible « de pierres, de bouteilles et de cocktails molotov », d’après la préfecture.

Ces squatteurs, qui occupaient des fermes et terrains rachetés par les pouvoirs publics ou Vinci, ont reçu ces derniers jours le soutien de paysans locaux, opposants historiques à l’aéroport et pas encore expulsables de leurs terres. Tenants d’une ligne plus modérée, ces derniers les approvisionnent en nourriture ou les hébergent dans leurs granges.

Selon la préfecture, les expulsions de ces squatteurs se justifient par l’imminence des travaux préparatoires à la future desserte routière de l’aéroport, qui doivent démarrer en janvier prochain. Ceux de l’aéroport à proprement parler doivent débuter en 2014, pour une mise en service en 2017.

La construction et la concession de l’équipement, situé à 30 km au nord de Nantes, ont été confiées au groupe Vinci, qui évalue son coût à 560 millions d’euros. Il en déboursera 320, le reste étant payé par l’Etat (125,5 millions d’euros) et les collectivités locales (115,5 millions d’euros).

Le projet, dont les écologistes, le MoDem et le Parti de Gauche réclament l’abandon, est porté par l’Etat et soutenu par les élus socialistes locaux, dont le Premier ministre et ancien député-maire de Nantes Jean-Marc Ayrault.

Leur presse – Les Echos.fr (Reuters – Guillaume Frouin), 25/10/2012 à 10h43

Quelques vidéos des affrontements de ces derniers jours sur le site de Notre-Dame-des-Landes:

Vidéo de la manif solidaire avec la ZAD à Nantes le 20/10/2012 dernier:

Pour finir, un court-métrage publié à l’origine sur Vimeo par le groupe GROIX:

Reportage à diffuser sans modération sur la résistance aux expulsions sur la ZAD, avec un témoignage vibrant et poignant d’une habitante de la ZAD !