[International] Campagne de solidarité avec les espaces libérés et les compagnon-ne-s anarchistes du 2 au 12 février 2013

Campagne de solidarité avec les espaces libérés et les compagnon-ne-s anarchistes dans le monde

Nous  appelons à une campagne internationale d’action directe en solidarité avec les espaces libérés, du 2 au 12 février 2013. Cet appel ne doit pas s’arrêter à quelques actions, cela doit être beaucoup plus qu’une simple réponse à la répression. C’est un appel pour tous les anarchistes/anti-autoritaires à se battre maintenant.

Cliquer sur l'image pour accéder au blog (source)

Cliquer sur l’image pour accéder au blog (source)

Si c’est l’attaque frontale contre le milieu anti-autoritaire/anarchiste par l’État grec qui était à l’origine de cet appel, d’innombrables exemples dans le monde entier nous montrent que la police, les autorités municipales et les grandes entreprises coopèrent très bien ensemble, attaquant des structures de solidarité et pacifiant la société à un niveau transnational. Au cours des dernières semaines et mois, dans des parties du monde où les populations souffrent d’un appauvrissement systématique et de l’extension de projets de gentrifications, les attaques de l’État/Capital contre les mouvements radicaux ont augmenté, y compris la répression contre des formes concrètes de résistance telles que l’occupation de terres, projets autogérés, occupation de siège de compagnies, ou des actions de  grève. Ainsi nous considérons important de connecter nos luttes à travers le monde, et de lutter ici et maintenant. Des actions en réponse aux attaques contre des lieux squattés pourraient être l’étincelle pour vous. Agir dans la rue et laisser courir son imagination pour propager le message de la résistance active.

Nos compagnon-ne-s sont toujours emprisonné-e-s partout dans le  monde. Beaucoup de nos espaces autogérés sont attaqués ou expulsés, notre infrastructure est assiégée, et nos médias de contre-information sont censurés ou confisqués. Lorsque nous exprimons nos idées en public des robots armés en uniformes rodent partout. Des machines de surveillance suivent chacun de nos pas, et l’État compte sur le soutien d’une foule de  fascistes armés… Mais notre combat existentiel va au delà de la simple défense d’espaces concrets.

Alors il est temps de dire assez au défaitisme permanent. La guerre sociale est menée indépendamment des expulsions ou des arrestations. Il n’y a pas de frontières dans nos cœurs. Pour chaque projets détruits deux nouveaux doivent apparaître quelque part dans le monde. Pour chaque compagnon-ne en taule nos actions doivent parler d’elles-même.

Réveillez-vous, impliquez-vous, soyez sauvages.
Guerre à la guerre des puissants !

POUR UN FÉVRIER NOIR !

[Montréal] « Une université libre au milieu d’une société capitaliste s’apparente à une salle de lecture dans une prison » – 22 novembre 2012

Dans le cadre de la grève étudiante internationale une journée de grève fut voté dans plusieurs asso pour le 22 novembre et une manifestation regroupant plusieurs milliers de personnes s’est tenu à Montréal.

Source: Sabotage Media, 25 novembre 2012

[NDDL] La mairie de Poitiers attaquée en solidarité avec les expulsé.e.s de la ZAD ! Fil-info des expulsions: 16 et 17 octobre 2012

action de solidarité avec les expulsées de la ZAD

Cette nuit, les façades de la Mairie de Poitiers ont été redécorées à la peinture. En grosses lettres, 3 phrases :

 » non aux expulsions à NDDL « 

 » non à l’aéroport « 

 » expulsons le ps « 

Solidarité avec les expulsées de la ZAD !
Tenez bien, tenez bon !

Source: Indymedia Nantes, 17 octobre 2012

Flash info sur les expulsions de ce mercredi 17 octobre 2012:

- 15:37 : départ des flics des fosses noires vers le sabot. demande de renfort

- 15:21 : les keufs sont au carrefour de Fosse noir/Sabot, la groupe automedia cherche des gens qui veulent bien aller la bas pour témoigner un peut plus vivent que les infos factuelles // the cops are at the crossroad Fosse noir / Sabot, the automedia team is searching people who wants to give a bit more living reports than the factual news they dispatch

- 15:17 : il y a des gens qui viens juste de se faire charger vers les Planchettes // people juste got charged by cops vers the Planchettes

- 15:07 : retour au calme, un arbre couché sur la route vers la bas // its back calm around the Phare, a tree is lying on the street around there

- 14h58 : le dispositif a arreté d’avancer, les gens derrière les barriacades // the cops stopped to go forward, people are behind the barricades

- 14:48 : il y a des dispositifs de policiers qui se misent en place en face de Phare Ouest et la chêvrerie, ils dirige a pied vers la Phare Ouest, le dispositif semble comme ce matin // there are cops arriving in front of the Phare Ouest vers the Chêvrerie

- 14h32 : la barricade de la Saulce invite de les joindre la bas, l’access possible, mais il y a aucune urgence…

- 14h19 : Gros convois venant de NDDL vers les Ardillères avec : nombreux camions, des manitous, des utilitaires

- 14h05 : Barrage filtrant sur la route de la Gaité : 3 fourgons et 5 véhicules plus légers. 6 fourgons sont sortis de la zone par la route des Ardillères vers la Paquelais.

- 13h54 : les flics à la barricade nord de la Saulce sont repartis

- 13h47 : barrage de flics sur la route du Tertre, des deux côtés du Tertre (la voie est libre entre Ardillières et chêne des Perrières). Il n’y a personne au Limimbout. Les flics entrés dans la forêt de Rohanne en sortent

- 13:37 : Les flics ont mis un barrage en place sur la route entre Ardillières et Vigneux, à la hauteur de la forêt de Rohanne. Certains sont entrés dans la forêt

- 13h15 : les keufs qui sont entrés dans Phare ouest sont repartis

- 13h10 : il y a des infos d’avant qui n’avaient pas été transmis : *12h20 : Bel Air : accompagné par 10 camions de gendarmes, la maison a été barricadée avec des plaques Anti-squat *Gaité : La Gaité est encore debout, il y a une pelleteuse, mais ils ont mis des plaques Anit-Squat *12h30aux Ardillières barrage de contrôle, laisse sortir mais pas rentrer dans la Zone *12h26 : Pré Faillit : 15 camions CRS vers là-bas, des CRS se cachent dans le jardin *12h40 barrage aux Planchettes encore sur place 12h36 : 10 fourgons de keufs sortent de la Zone direction le Temple *12h35 ça circule entre La Boissière et Notre dame des Landes

- 12h52 : 5 à 7 fourgons de CRS entrent dans le chemin vers le Far Ouest, une quinzaine de keufs à pied avec des boucliers entrent dans le lieu, les autres restent derrière // 5 up to 7 riot cops are entering the way towards the Phare ouest, 15 cops with shields are entering inside, others stay behind

- 12h50 : LES FLICS SE DIRIGE DANS LE PHARE OUEST ! // the cops entering in the Phare Ouest

- 12h47 : 5 fourgon CRS sur la route entre Paquelais direction Planchettes, au hauter de Phare Ouest et Chêvrerie avec les sirenes allmuées, ils avance doucement // 5 riot cop vans are between Paquelais in direction Planchettes, at the level of Phare Oest and Chêvrerie

- 12h35 : 10 camion CRS sont a la sorti de la Paquelais au Niveau de bois // there are 10 cop vans at Paquelais at the level of the forrest

- 12h30 : a midi la destruction est encore en cours, les flics empêcher les manifestants de s’approcher au lieu de destruction // midday, the destruction of the Planchettes isn’t finished, the cops prevent people to get closer

- 12h20 : la destruction de Planchettes dans les medias 😦 sadness and rage…

- 12h : Info général : Il y a la possibilité de se reposer, boire une tasse de thé et sécher a coté d’un feu à la sécherie / Fosse noir // there is a possibility to rest a bit, drink some tee and get dried at the comfortable fire at the « Sécherie »/Fosse noires

- 11h55 : la barrage au chêmin de suez est parti, il y a une manifestation qui se dirige direction Planchettes // there is no road blocking anymore at the chêmin de suez, a demonstration is heading towards the Planchettes

- 11h24 : La Réunion de Sabot est fini, un groupe de gens se dirige vers le Nord, le Héli se troouve maintenant assez bas vers lz Zone au tour de Fosse noires chêmin de sueze // the meeting at the Sabot is finished, there is a group of people who is going towards the nord in direction of the Ardellières, the helicopter is now flying really down at the region west Fosse noires / chêmin de sueze

- 11h12 : il y a 30 fourgon de flics vers la Zone en tour de Tertre ou ils sont en train de detruire la maison :(, ils sont aussi positioné au bout de chêmin de sueze et au Chênes de Perrières, la destruction de Planchettes est confrimé par les medias. At the Sabot all seems calm, mais il y a le Héli qui turn vers le Phare Ouest // there are 30 cop vans in the region around the Tertre where they actually destroy the house :(, there are positioned at the end of the Chemin de sueze and at Chênes de Perrières, the destruction of the Planchettes got confirmed by the medias :(, at the Sabot it seems quiet but the helicopter is turning over the Phare Ouest

- 11h05 : Selon la préfecture de Loire-Atlantique ils agit de « la sécurisation physique des sites » et de « protéger les entreprises qui vont intervenir » // The Prefecture of Loire Atlantique is announcing that the situation is a « physic securisation of the Zone and protecting the companys which are destroying the houses

- 11h : Info génerale : les envahisseurs se sont comfortablement, logistiquement installés a la Gaité // General Info : the invaders installed themselves comfortably and logistically at the Gaité

- 10h50 : vers le Sabot on a vu un convoi de fourgons accompagné par un voiture avec un truc de radar sur le toit qui se dirige doucement en direction nord, le Hélico se balade sur la Zad // from the Sabot has been reported a convoy of cop vans with a car which carrys some sort of radar on the roof, driving slowly in the direction north, the helicopter is turning over the Zad

- 10h48 : les paysans de coin demande de refermer les clotures après avoir ouvert, notamment la ou il y a des bêtes. actuellement il y certain d’ouvert et c’est pas cool // the farmers of the region ask to close the fences of the fields after opening, mostly those where are animals. there are actually some opened which is not cool

- 10h40 : barrage policier croisement Temple de Bretagne, Paquelais, Fay en venant de NDDL. Convoi 10 camions gendarmes mobiles avec une voiture banalisée vu au Sabot allant vers le sud. // Police blocking/controlling at the crossroad Temple de Bretagne, Paquelais, Fay de Bretagne coming from Notre dame des Landes. A convoy of 10 military vans and a civil car have been seen at the Sabot heading in direction south

- 10:05 : il y le proposition de se réunir a 11h au Sabot pour discuter, si possible ramener l’eau et bouf, il avais 10 camions dirigé vers le Nord direction Fosse noir, selon les medias les destructions des maisons ont commencé Rassemblement a Paris en solidarité // there is the proposition to meet up in the Sabot to discuss, bring water and food, 10 cop vans seen driving to the north direction Fosse noires/ Planchettes, medias saying that the destruction of the houses started 😦 , there is demo in Paris in front of the ministery of environment

- 9h55 : Le Saboteurs demandent de l’eau et nourriture et renfort // people in the Sabit asking for water and food and people to support

- 9h52 : selon nos Infos EDF devrais couper l’elec de 3 maisons ce matin, dans l’ordre : les Planchettes, Tertre et après Pré Faillit // following our informations, the EDF has to shut down the electricity in 3 houses this morning : Les Planchettes, Tertre, Pré Faillit

- 9h50 : le fourgon de Vigneux ont fait demi tour en direction 4 voies // the cops in Vigneux turned back on the highway

- 9h30 : au Sabot ce calme, mais ils demande de renforce au barricade, 1 fourgon de gendarme et 3 fourgon de CRS au Bourg de Vigneux de Bretagne // at the Sabot it’s calm but they ask for support to come to join the barricades, 1 Military van and 3 riot cop vans are at Vigneux de Bretagne ( close to the La saulce barricade )

- 9h20 : les fourgons à la Saulce sont partis, un convoi a été vu vers les Planchettes // the cop vans at barricade la Saulce left, cops convoy has been seen vers Le Planchette

- 9h15 : 2 fourgons de flics sont côte nord de barricades de la Saulce, reste calme // 2 cop vans are at the north side of the barricade La Saulce

- 9h07 : Par des sources sures, on apprends que EDF a été réquisitionné par la préfecture pour couper l’électricité de deux maisons, un ce sure sera les Planchettes // We’ve been told from a secure source that EDF has been mobilised to cut the electricity in 2 houses, one of them is surely the Planchettes

- 9h03 : un autre convoi d’engins de travaux (dont engin de levage) ont été vu allant en direction des Planchettes ou plus loin

- 8h45 : les flics devant le Sabot sont reparti !? Ils ont du mal se coordonner ce matin.. // the cops in front of the Sabot left, they seem to have some coordination troubles this morning…

- 8h25 : un convoi de flics s’est arrêté au niveau du sabot et semble s’équiper // a convoy stopped outside the Sabit and seems to get ready

- 8h20 : un convoi de camion-benne, pelleteuse, semi-remorque, arrive aux Planchettes, sous bonne escorte, les Planchettes sont encore eclairées par un spot// a convoy with a trash camion, digger and a road semi-trailer are arriving at the Planchettes, under a big escort, big spots ighting on the Planchettes

- 8h00 : un très grande convoi de flics est passe devant le Sabot direction Ardillières, pas des flics vers la barricade de La Saulce // a really big convoi of cop vans just passed in front of the Sabot in direction Ardellières, still no cops at the barricade of le Saulce

- 7h35 : les flics sont partis de la barricade de la Saulce direction Vignuex // cops qre leaving at the barricade at the Saulce in direction Vignuex

- 7h15 : convois de flics en direction de la Paquelais // cops convoi coming from direction Paquelais

- 7h : demande de monde au Sabot // call for support at Sabot

- 6h50 : 20 camions vers les Planchettes, et voitures barrant des croisements ( fosses noires et chévrerie) arrivée de 10 camions à la barricade de la Saulce // 20 cop vans vers the Planchettes, cars are blocking the street crosses ( Fosse noires et Chêvrerie ), 10 cop vans arrived at the barricade at La Saulce direction Vignuex

- 5h20 : pas de mouvement de flics pour l’instant au niveau du Sabot. Pour rappel : entre 60 et 80 camions de gendarmes se sont garés sur la route entre le Sabot et la Paquelais dans la nuit. // no cops movement for the moment around the Sabot. Torecall : betweens 60 and 80 military vans are parked on the road between Sabot and Paquelais

Toutes les infos mises-à-jour sur Zone à Défendre

Quelques photos de l’expulsion de ce matin:

La destruction de la ZAD commence! Une première maison détruite et d’autres qui suivrent, résistons!

A noter que la radio 107.7, appartenant au groupe VINCI (qui est constructeur du projet), a été piratée par des militant.e.s de la ZAD hier:

Voir les résumés de l’expulsion de la journée d’hier (16/10/2012)

Ouverture du squat politique autogéré « Le Mât-Noir » à Caen

Nouveau squat politique autogéré à Caen !!!

17/12/2011

Le MÂT-Noir EST ouvert !

L’arrivée à Caen de la ligne à grande vitesse (le TGV) et le réaménagement de la Presqu’île vont être pour les promoteurs immobiliers l’occasion de spéculer et donc de s’enrichir encore plus sur le dos d’une bonne partie de la population. Les politiciens au pouvoir, en relation étroite avec les professionnels de l’aménagement et de l’immobilier, planifient consciemment ces changements qui auront des impacts directs sur nos vies : hausse des loyers et du coût de la vie dans les quartiers du port et de la gare notamment, sécurisation de l’espace public, aseptisation accrue du peu de vie locale qu’il reste… Demain ce sera pire, alors que c’est déjà laborieux de se loger et de vivre décemment aujourd’hui. C’est pourquoi nous avons ouvert ce lieu, au 26 avenue de Creuilly.

Ce lieu était vide depuis bien longtemps et n’attendait qu’à revivre. Nous l’avons donc occupé ! Cet endroit est le domicile de plusieurs personnes depuis plusieurs jours, et n’est donc pas expulsable sans procédure judiciaire.

Nous souhaitons aussi y mettre en place des activités publiques, ouvertes à tous et toutes, gratuites ou à prix libre (tu donnes ce que tu peux, ce que tu veux) : ateliers divers, projections, débats, réunions de divers collectifs, diffusion de brochures et journaux subversifs, bouffes… C’est donc un lieu où nous essaierons de se réapproprier nos vies, de se transmettre des savoirs les un-es les autres, de créer, de modifier nos modes de vie et d’expérimenter d’autres rapports sociaux plus libres et plus égalitaires, sans hiérarchie et non marchands. Le collectif d’occupants et d’occupantes est indépendant de tout parti ou syndicat.

Si nous avons ouvert cet espace, c’est aussi pour créer des moments de coordination et de rencontres pour nous organiser de façon autonome et prendre part aux luttes sociales.

N’hésitez pas à venir nous voir, à proposer des activités, filer un coup de main, bouquiner ou boire un café !!!

Faites circuler l’info et à bientôt !

Le Mât-Noir, 26 avenue de Creuilly, 14 000 CAEN (près du jardin des plantes)

la_mauvaise_herbe[arobase]no-log[point]org

Le communiqué (en PDF)

Source: Indymedia Grenoble

Sources (photos): http://forum.resistances-caen.org/nouveau-squat-politique-autogere-a-caen-t3562.html

[MONTREUIL] Communiqué des occupant.e.s de la Maison Qui Pue suite aux tentatives d’expulsion du week-end dernier

« Ce que nous refusons, c’est votre enfer »

Du jour au lendemain, sentir que notre petit monde s’écroule, et avec lui toutes nos habitudes. Et avec lui, encore, toute une vie passée qui se transforme en souvenir, où l’on se surprend à vouloir retrouver des photos dont l’on se fichait pas mal auparavant. Et avec lui, enfin, la peur d’être dispersés, la peur d’une nouvelle galère, la peur de devoir tout reprendre à zéro. Notre maison s’est faite attaquer, à plusieurs reprises. Devant la menace, nous avons dû évacuer nos affaires. Et nous nous sommes sentis trop en danger pour y retourner. À présent, des amis, des voisins, des connaissances nouvelles ou anciennes se préoccupent de la maison, la sécurisent. Les attaques peuvent recommencer : le soi-disant simple propriétaire veut à tout prix récupérer son bien.

Les débuts de la propriété, ce fut cela : un type avec un papier dans la main, accompagné d’hommes de main, qui débarque sur un champ ou dans une maison et déclare : ceci est à moi. Aux débuts de la propriété, il a fallu que des salauds se présentent, les armes à la main. En allant contre l’évidence, ils dirent : non, la terre n’est pas à ceux qui la travaillent, pas plus qu’une maison n’est à ceux qui l’habitent.

Nous ne sommes pas naïfs. Nous savions qu’un jour ou l’autre un type allait se présenter et exiger de nous, grâce à la puissance d’un simple bout de papier, que nous nous en allions. Ce lieu, nous l’avions trouvé abandonné, la porte ouverte, il y a presque quatre ans, et nous savions qu’un jour quelqu’un allait se saisir du bout de papier qui va avec. Et reprendre la maison.

Des dizaines de personnes sont passées par cette maison, pour des périodes plus ou moins longues, et un groupe stable d’habitants s’est dégagé avec le temps. Les loyers sont tellement élevés, l’accès à un logement décent est si difficile, que nous sommes des dizaines, voire des centaines de milliers à nous entasser, à passer de canapés en canapés. La concurrence pour le travail, ainsi que ses conditions actuelles, font que celles et ceux qui, pour de multiples raisons, ne trouvent pas la force de rentrer comme des dingues dans ce jeu sont de plus en plus nombreux. Cette maison s’est offerte pour une partie de ces gens-là, c’est-à-dire nous-mêmes. Un toit gratuit, ainsi que la possibilité de vivre à plusieurs, nous a permis de faire face à cette réalité ensemble, de ne pas nous laisser broyer individuellement. Nous nous disions : l’amitié, la solidarité, l’hospitalité sont des valeurs sur lesquelles nous pouvons compter face à la machine économique. Face aux rêves brisés, face aux vies niquées, face aux dépressions qui minent les relations à l’intérieur de cette société.

On nous dira : votre vision est trop noire, il y a des chances pour tous. Mais ce que nous avons vécu ne fait que confirmer cette appréhension du monde. Si le type qui a attaqué a agi pour lui-même, pour avoir son propre pavillon, on ne peut que s’interroger sur la morale de l’intérêt personnel qui ronge cette société, morale qui veut que l’intérêt prime sur toute considération des personnes — car il n’a jamais réellement voulu discuter avec nous. Et si le type qui a attaqué l’a fait pour son biz, pour revendre par la suite comme le veut son métier d‘agent immobilier, on ne peut que questionner ce qu’est, plus généralement, la réalité du travail aujourd’hui : ne serait-ce pas, bien souvent, écraser les autres pour se faire sa place ? On ne peut croire, en tout cas, que cette situation est isolée. En haut, les puissants affirment chaque jour la validité de cette morale. Au commissariat, un flic de base a expliqué au « propriétaire » qu’il aurait dû faire cela cagoulé. Tous les flics présents le justifiaient, se mettaient à sa place. Eux aussi auraient été prêts à acheter un lieu occupé, et à virer les habitants à coups de barre. Comme le disait un autre flic : “quand on a un crédit sur le dos, on fait avec ce qu’on peut”. L’endettement individuel — qui fait échos à l’effondrement des garanties collectives — semble pouvoir justifier la guerre de tous contre tous.

La crise économique que nous vivons a pour conséquence d’accentuer les clivages, et pas seulement entre les classes. Entre ceux d’en bas, les petits, il y a aussi de graves divergences. D’un côté, il y a ceux qui acceptent les lois de l’économie comme des lois naturelles et font leurs la morale du “chacun pour soi et peu importent les conséquences” qui va avec. De l’autre, il y a ceux qui disent : nous ne nous en sortirons qu’ensemble, il n’y a qu’ensemble que nous parviendrons à refuser la loi de l’argent, du travail qui tue, le règne du vice et de la petite méchanceté. Comme le disait une personne solidaire aux assaillants : “ce que nous refusons, c’est votre enfer, et vous ne parviendrez pas à nous faire cesser de croire dans la beauté et la puissance de la solidarité”.

Comme le montre le soutien qui nous est apporté aujourd’hui — face aux attaques, face aux menaces qui pèsent sur nous — nous savons que nous sommes loin d’être les seuls à porter ces valeurs. Des habitants de nombreux autres squats sont venus à notre secours, ainsi que des voisins. Des sans-papiers, des précaires, des chômeurs, des salariés un peu plus installés se sont montrés à nos côtés. Des gens ordinaires, comme nous, qui refusent la loi du plus fort. L’urgence, plus que jamais, est de construire les liens pour faire face à la barbarie de l‘économie.

Des habitants de la MQP/Kipue/Maison Qui Pue, 74 rue des caillots

Source: Indymedia Paris, 28 juillet 2011

Voir l’article précédent sur les agressions qui ont visé ce squat le week-end dernier

[NOTRE-DAME DES LANDES] Résumé de la manifestation du 27 juillet 2011

communiqué envoyé à la presse suite à la manifestation du 27 juillet

Le 27/07/11

Pour diffusion immédiate

Ce 27 juillet, à l’aéroport de Nantes-Atlantique, plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées pour une manifestation festive contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et les expulsions qui y sont liées.

Banderoles, slogans, plantation de légumes, sandalettes, défilé d’avions par une compagnie de clowns, etc. Ambiance champêtre et bruyante dans le hall 1 !

Des personnes qui chantaient devant les bureaux d’AGO (Aéroport Grand Ouest) ont alors été chargées, gazées, piétinées, frappées au sol par les forces de l’ordre, provoquant la colère et renforçant la détermination des opposant-e-s au projet d’aéroport.

Plusieurs interpellations ont eu lieu, ainsi que de nombreux-ses blessé-e-s dont trois hospitalisé-e-s qui mettront plusieurs mois à se rétablir.

Nous, collectifs et individu-e-s qui appelions à ce rassemblement, dénonçons la violence inouïe déployée à l’occasion de cette manifestation commune et exigeons la libération et l’arrêt des poursuites visant les interpellé-e-s.

Signataires : des occupant-e-s de la ZAD, Coordination des associations et mouvements politiques opposés au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, Acipa, Alternatifs, Breizhistance, CNT Vendée, DAL, NPA, Union syndicale Solidaires.

Voir le tract d’appel à cette manif et les mobilisations à venir

ZAD, 27 juillet 2011

Sérieux incidents à Nantes-Atlantique

Les CRS ont repoussé les jeunes manifestants qui ont tenté d'accéder aux bureaux de la direction de l'aéroport, à Nantes-Atlantique.

Les CRS ont repoussé les jeunes manifestants qui ont tenté d’accéder aux bureaux de la direction de l’aéroport, à Nantes-Atlantique.

Il y a eu plusieurs blessés et des interpellations, hier à Nantes-Atlantique, où manifestaient des opposants au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

15 h 15. Entre 200 et 300 manifestants pénètrent dans le hall de Nantes-Atlantique. Des gendarmes mobiles gardent les accès aux pistes. Les manifestants ont amené de la terre et des végétaux, dont ils font un parterre. « Vinci veut expulser les squatters de Notre-Dame-des-Landes ; ces derniers vont s’installer ici ! » Les opposants au projet d’aéroport scandent : « Ni avions, ni expulsions ! » Des clowns, agitant des ailes d’avions, circulent dans le hall sous le regard étonné, voire inquiet, des passagers en attente de départ. Assez vite, les écrans sont recouverts d’autocollants et le sol de slogans.

15 h 30. Plusieurs dizaines de manifestants, jeunes, grimpent à l’étage où se trouvent les bureaux de la direction d’Aéroports du grand Ouest, une filiale du groupe Vinci, désormais gestionnaire de Nantes-Atlantique et retenu pour construire le nouvel aéroport. Ils se retrouvent face à une quinzaine de CRS qui les repoussent. Ces derniers appellent des renforts et avancent, faisant usage de lacrymogènes et de leurs matraques. C’est dans ces premiers moments qu’une jeune femme est sérieusement blessée. Alors que les CRS poursuivent leur progression, des chariots à bagages sont envoyés en leur direction et des extincteurs vidés.

16 h 10. Les CRS terminent l’évacuation des locaux et prennent position devant les accès, rejoints par les gendarmes. Repoussés à l’extérieur, les manifestants réclament la libération de quatre des leurs. Des organisateurs, membres de la coordination, rappellent les raisons de cette action. « Nous avons bon espoir d’arrêter le projet d’aéroport. Alors, tant qu’il ne sera pas allé jusqu’au bout, nous refuserons la démolition des maisons achetées par l’État et le conseil général. Nous soutenons ceux qui squattent les maisons inoccupées », explique Michel Tarin. « C’est la première fois qu’un de nos manifestants finit à l’hôpital. La violence des forces de l’ordre n’était pas justifiée », dénonce Julien Durand, porte-parole de la coordination des opposants. « Dans l’avenir, nous prendrons nos précautions. Notre action s’inscrit dans la non-violence. Nous ne voulons pas nous retrouver avec d’autres blessés. » Une nouvelle manifestation est prévue le 17 août devant le tribunal de Saint-Nazaire, où sont convoqués les squatters dans le cadre de la procédure d’expulsion.

19 h. Les manifestants interpellés sont libérés. La préfecture fait état de trois manifestants et de cinq fonctionnaires blessés. Dans un communiqué, Jacques Auxiette, président socialiste de la Région, pointe « un nouvel acte irresponsable et un dérapage inacceptable ! » Il ajoute : « S’il est clair que ceux qui ont mené l’attaque contre l’aérogare ne sont en rien les représentants des populations concernées, il est important que ceux et celles qui s’opposent à ce projet dans les cadres légaux et républicains dénoncent ces actes de violence. »

20 h. Le directeur de l’aéroport tire un premier bilan. Il fait état de « dégradations importantes ». Il parle de personnels « traumatisés ». Restaurant et bar de l’aérogare restent fermés mercredi soir. Il y aura dépôt de plainte, affirme François Marie. Côté trafic aérien, les conséquences s’avèrent minimes. « Il y a eu quelques retards. Pendant une heure, les passagers qui arrivaient sont restés dans les avions puisque nous ne pouvions assurer leur débarquement dans la sérénité. Ceux qui devaient embarquer ont attendu. »

22 h. Jean-Philippe Magnen, vice-président Europe Écologie de la Région, tient un tout autre discours que Jacques Auxiette. « D’après les informations qui me sont parvenues, la jeune femme blessée, une militante altermondialiste pacifiste, est dans un état sérieux. S’il y a eu dérapage, c’est du côté de la police », affirme l’élu écologiste.

Presse bourgeoise – Ouest France (Marc LE DUC). 28/07/2011

Des infos complémentaires sur le Jura Libertaire

[CAEN] Expulsion du squat La vie là – 01/07/2011

Expulsion du squat La vie là.

Expulsion ce matin par la police du squat de la rue porte Millet, le « 22 vlà la vie là ».

Durant de nombreux mois ce squat a accueilli des activités : concerts, projections, discussions… et abrité de nombreux habitants cherchant à se réapproprier la question du logement.

Le lieu appartenait à ICF, bailleur social lié à la SNCF, qui l’avait acheté il y a de cela quelques mois… en vue d’y construire des logements.

Ce matin ICF a donc mis à la rue de nouveau squatters, confirmant la longue tradition d’expulsion des bailleurs sociaux, bien peu prompts à laisser des gens s’occuper par leurs propres moyens de leur logement, et visant principalement à faire de la question du logement social, un marché.

Pas d’arrestation à déplorer ce matin. Le bâtiment a été muré.

Que mille squats refleurissent là où les as de la gentrification et du social business ne cessent de proliférer…

Collectif caenneais Pas-Dupes, 1er juillet 2011

[CONTRE VINCI ET SON AEROPORT] Appel à convergence des luttes anti-capitalistes – Village autogéré à partir du 11 juillet !

Vinci fond, fond, fond !

Vinci aménage, construit des cellules et des logements sinistres, accompagnés des nécessaires parkings pour ces bagnoles qui emportent ceux qui ne sont pas incarcérés au boulot, au supermarché, à l’aéroport; celui-là même qui leurs permet de s’envoler là où l’euro est plus précieux.

C’est en ce moment, à Notre-Dâme des Landes (44) que Vinci nous prépare un aéroport « éco-labélisé » (?) dans une zone désormais en résistance: la Z.A.D.
Vinci est partout, mais nous aussi. Et dans la nuit de mercredi à jeudi, à Bègles (33), le chantier d’un parking est investi, cables coupés, moteurs pourris et murs marqués.

La solidarité sabote

VINCI FOND, FOND, FOND !

Indymedia Nantes, 18/06/2011

Appel à convergence des luttes anti-capitalistes d’un village autogéré du 11 juillet à la fin du mois (au moins!)

A L’OCCASION DE LA TENUE EN FRANCE DU G8 ET DU G20,
APPEL À CONVERGENCE DES LUTTES ANTICAPITALISTES LORS D’UN VILLAGE AUTOGERE, DU 11 JUILLET 2011 A LA FIN DU MOIS (AU MOINS!)

POURQUOI CETTE MOBILISATION ?

La nocivité du capitalisme n’est plus à démontrer. Après des décennies d’analyses politiques   et de débats interminables nous savons combien ses effets sont violents, autant à l’égard des peuples que de leur environnement. Les « élites » économiques et politiques se sont arrangées pour instaurer et maintenir un système servant leurs intérêts. La machine est rodée. Elle se renforce et nous ressentons toujours plus la rage et le besoin de nous insurger contre ce monde qui ne nous correspond pas.

Notre lutte contre le capitalisme n’en est pas à ses débuts. Au delà des actions locales et individuelles, ce combat a souvent pris la forme de nombreux rassemblements et campements internationaux contre le G8 et le G20. En parallèle de ces contre-sommets, partout en Europe la pratique des campements thématiques s’est développée : les camps No Border, les Camps Action Climat et aujourd’hui les campements de résistance.
Le constat tiré des contre-sommets nous a montré que la pression du temps et la répression nous gênaient dans la réalisation de nos objectifs. Depuis quelques temps, la volonté de sortir des schémas de luttes classiques émerge. Il nous faut utiliser des temporalités et des lieux différents que ceux décidés et utilisés par les gouvernements lors des contre-sommets. Nous souhaitons, surtout, sortir de la simple critique et nous concentrer sur la convergence internationale, l’échange et le partage de pratiques pour la solidification de nos réseaux.
C’est pour toutes ces raisons, et après un bilan critique des mobilisations passées, que les participant.es aux réunions de préparation des contre-sommets des G8 et G20 (Dijon, novembre 2010 et Paris, février et avril 2011), réuni.es dans un collectif informel, NoG2011, ont voulu changer les modes d’organisation et faire naître un projet qui soit quelque peu différent des contre-sommets ou des camps habituels.
Le premier temps de cette mobilisation, celui des actions décentralisées contre le G8, s’est déroulé les 26 et 27 mai 2011. Dans près d’une trentaine de villes et 6 pays différents, des actions ont exprimé notre refus de ce monde qu’ils prétendent nous imposer.

LE VILLAGE AUTOGERE, sur la ZAD, A PARTIR DU 11 JUILLET 2011

Y’a la construction d’un aéroport à empêcher peut-être?
Ou pourquoi nous souhaitons lier la mobilisation internationale contre les G8/G20 en France à la lutte en cours à sur la ZAD

La Zone A Defendre (ZAD)

Au nord de Nantes existe depuis 40 ans le projet de détruire 2000ha de bocages pour construire un 2ème aéroport parfaitement inutile. L’objectif à terme est de bétonner toute la région, pour le plus grand profit des industriels ! Depuis le Camp Action Climat de 2009 un appel à occuper la zone a été lancé : de plus en plus nombreuses sont les personnes ayant répondu à cet appel et ont rejoint la lutte locale.

http://zad.nadir.org/

Le village doit pour nous être un moment de lien entre cette lutte locale et la lutte plus globale contre le capitalisme. A nous d’enrichir cette lutte, d’apprendre et d’échanger avec celleux qui la mènent. Au delà de l’expérience autogestionnaire, du vivre ensemble sans dieu ni maitres, nous espérons contribuer à développer les infrastructures locales et inciter les personnes qui le souhaitent à y rester investies.

Par ailleurs ce village se veut aussi un « entre sommets ». Réaliser des actions décentralisées nous paraît important, pour autant pour en tirer des expériences nous avons besoin d’un temps collectif d’analyse de ce qui aura été entrepris. Le village permet ce temps de partage ainsi que la préparation collective de la mobilisation contre le G20 en novembre. En se dégageant de la nasse policière le village doit se donner de l’air ! En prenant du temps en plus on multiplie les possibilités d’ateliers, débats, échanges pratiques et théoriques. Par ailleurs en prenant le temps de se rencontrer, de construire des liens ensemble, on prépare aussi des mobilisations futures plus efficaces !
Enfin ce village sera un espace ouvert et festif, ou seront proposées concerts, espaces jeux et enfants et bien sur cuisines collectives à prix libre et bars.

AGENDA :

1 au 8 juillet– semaine de préparation du village, récupération du matériel  sur la ZAD
9 juillet : investissement du terrain pour le montage
11 juillet : ouverture officielle du village

Un lieu sur Nantes servira de centre de convergence pour la semaine du 1er au 8 juillet, l’adresse sera communiquée sous peu sur le blog (nog2011.noblogs.org). Venez nombreu.ses aider à finaliser le projet ! Le 9 juillet commencera le montage sur un terrain de la ZAD, pour ouvrir officiellement le 11 juillet. Projet collectif le village ne fonctionnera que collectivement, emparez vous en, amenez vos ateliers, préparez les débats qui vous tiennent à cœur, faites tourner l’info autour de vous !

POUR TOUT CONTACT : nog2011@riseup.net

Source: nog2011.noblogs.org