[Lavaur, 81] Plutôt s’évader que de travailler sur un chantier – 11 mai 2013

Tarn : un mineur détenu profite d’un chantier pour s’évader

EVASION – Un mineur détenu au centre pénitentiaire de Lavaur (Tarn) a profité de travailler sur un chantier de débroussaillage pour fausser compagnie à ses gardiens samedi après-midi. Une équipe de chiens et un hélicoptère sont à sa recherche.

Plutôt que débroussailler, il s’est fait la malle. Un mineur, détenu au sein de l’établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Lavaur, dans le Tarn, a profité d’un chantier où il travaillait, à Puylaurens, pour s’évader samedi après-midi en faussant compagnie à ses gardiens.

Pour retrouver le fuyard, âgé de moins de 18 ans, les gendarmes ont déployé un important dispositif. Une équipe de chiens et un hélicoptère doivent les aider dans leurs recherches. Le mineur aurait des attaches familiales à Toulouse, selon l’AFP.

Déjà des évasions en 2012

L’EPM de Lavaur, où l’enfant était surveillé, a déjà connu des évasions de détenus par le passé. Des jeunes s’étaient ainsi enfuis de l’établissement en octobre et novembre 2012. En mai 2011, il avait également dû faire face à des incidents, avec la rébellion de plusieurs détenus, selon les syndicats de personnels travaillant dans l’établissement. Il est le premier EPM ouvert, en juin 2007.

Les EPM, établissements pour mineurs de 13 à 18 ans, condamnés ou prévenus (en attente de jugement), n’accueillent que quelques dizaines de jeunes, fortement encadrés par l’Administration pénitentiaire. Leur objectif prioritaire est d’éduquer et réinsérer ces détenus, d’où leur participation à plusieurs activités extérieures à l’EPM.

Leur presse carcérale – MetroFrance (avec AFP – Pierre Menjot), 12/05/2013 à 11h26

[Russie] Deux membres des Pussy Riot ont fui le pays et sont activement recherchées par les flics

Pussy Riot: deux membres du groupe ont fui la Russie

Deux jeunes femmes membres du groupe de punk rock russe Pussy Riot qui avaient participé à une « prière » contre Vladimir Poutine dans une cathédrale de Moscou ont fui la Russie, afin d’échapper à des poursuites judiciaires, a annoncé dimanche le groupe.

« Nos deux membres recherchées par la police ont réussi à quitter le territoire russe! Elles cherchent à recruter des féministes étrangères pour préparer de nouvelles actions », écrit le groupe sur son compte Twitter, sans préciser dans quel pays se trouvent les jeunes femmes.

Le 17 août, trois membres des Pussy Riot, Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, Ekaterina Samoutsevitch, 30 ans, et Maria Alekhina, 24 ans, ont été condamnées par un tribunal de Moscou à deux ans de camp chacune pour « hooliganisme » et « incitation à la haine religieuse ».

Trois jours plus tard, la police russe a annoncé être à la recherche des deux autres membres du groupe qui étaient montées le 21 février sur l’estrade de l’autel de la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

Imitant une prière, les cinq femmes encagoulées avaient appelé la Sainte-Vierge à « chasser Poutine » – revenu au Kremlin en mai pour un troisième mandat de président après un intermède de quatre ans comme Premier ministre – et avaient été évacuées par des agents de sécurité.

Outre les cinq jeunes femmes, d’autres personnes – dont le nombre n’est pas connu – avaient participé à l’action, notamment en filmant la scène dans la cathédrale.

Le procès des Pussy Riot a acquis un retentissement international et le jugement rendu a été vivement critiqué à l’étranger où il a été qualifié de « disproportionné ».

Les trois femmes ont reçu de nombreuses marques de soutien du monde entier, notamment d’artistes tels Paul McCartney, Madonna, Sting ou Yoko Ono, la veuve de John Lennon.

Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs capitales européennes pour dénoncer le procès, de Paris à Bruxelles en passant par Londres ou Barcelone.

Leur presse – RTL.be (AFP), 26/08/2012 à 15h43