[Grande-Bretagne] Stop G8 – Londres, du 10 au 14 juin 2013

Une lutte commune

Ce mois de Juin 2013, les dirigeants du G8 (pays les plus riches du monde) se réunissent en Irlande du Nord. Comme la crise économique fait des ravages, et que la planète brûle, les patrons et leurs politiciens célèbrent les affaires comme d’habitude. Le capitalisme: un système qui tue, exploite et rabaisse la majorité pour le profit d’une minorité.

stopg8-med

Du 10 au 14 juin 2013, nous allons organiser une semaine d’action et d’événements à Londres. Londres est au cœur du capitalisme mondial. Les entreprises, les banques, les fonds spéculatifs, et les milliardaires pillant notre monde ont des noms et des adresses. Ils sont dans les tours de verre de la City, et à huis-clos à Mayfair et à Knightsbridge. Londres est le repère du blanchiment d’argent des dictateurs, la cour de récréation des super-riches. Mais Londres est aussi notre ville. Une ville d’espoir, de résistance et de lutte.

Le capitalisme nous tue. Chômage, coupes budgétaires, et la montée du fascisme en «Occident». La pauvreté, le colonialisme, l’exploitation brutale du «Tiers Monde». La guerre et la famine pour le profit. Les prisons privées, les contrôles de police, la vidéo-surveillance pour nous maintenir dans la peur et nous contrôler. La vie est dépouillée de sens et de beauté, nos rêves et notre dignité sont à vendre.

Ne fais pas semblant de ne pas voir. N’attends pas. Pour nos amis et proches, pour nos communautés, pour notre planète, pour tout ce qu’ils essaient de nous prendre. Le moment est venu. Rassemblons-nous, et battons-nous. Une lutte commune.

Rejoins-nous dans la rue.

network23.org/stopg8

stopg8[at]riseup[point]net

En collaboration avec Contra-info, 30 avril 2013

[Besançon] Quelques affiches contre la répression – 7 août 2012

Dans le cadre de l’appel à des actions de propagande contre la répression lancé par Contra-info, nous avons voulu contribuer à notre manière à la diffusion des informations des luttes anti-capitalistes et anti- étatiques, ainsi que des différentes formes de répression qu’elles subissent.

Inscrire dans l’espace public des messages en solidarité avec celles et ceux emprisonné-e-s pour s’être révolté-e-s contre ce système symbole de misère et d’exploitation est une petite contribution afin de faire connaître à la population les luttes sociales et autres soulèvements populaires qui ont lieu à travers le monde.

Des anarchistes de Besançon, 7 août 2012

Sur les murs de la maison d’arrêt de La Butte:

[Italie] Attaque d’une caserne de carabiniers en mémoire de Carlo Giuliani à Rome – 21 juillet 2012

Rome : attaque solidaire contre une caserne des carabiniers

Le 21 juillet à Rome, via Bignami (dans la zone Medaglie d’Oro), deux gros pétards sont lancés dans la cour de la caserne de carabiniers. Sur le mur extérieur, deux tags : « Carlo vive, sbirri infami » [Carlo est vivant, flics infâmes, NdT]. Il s’agit bien sûr d’une action liée au 11e anniversaire de l’assassinat de Carlo Giuliani à Gênes par les flics lors du contre-sommet du G8 en juillet 2001.

Traduit de l’italien par Brèves du Désordre de leur presse.

[Canada] Une manifestante du contre-sommet du G20 de Toronto condamnée à onze moins de prison

G20 à Toronto: une manifestante condamnée à onze moins de prison pour vandalisme

TORONTO – Une femme qui avait pris une part active dans les actes de vandalisme commis durant le sommet du G20 à Toronto il y a deux ans a été condamnée jeudi à onze mois de prison.

Le juge a estimé que Kelly Pflug-Back faisait partie des dizaines de manifestants qui ont utilisé des tactiques du «Black Block» pour se livrer à ce qu’il a décrit comme une «opération de cassage de fenêtres bien organisée» au centre-ville de Toronto en juin 2010.

Pflug-Back a plaidé coupable à sept accusations de méfaits et à une accusation de port de déguisement dans le but de commettre un acte criminel.

Des vidéos et des photos présentées comme preuves montrent l’accusée, vêtue de noir et masquée, en train de fracasser avec un bâton des vitrines de magasins, une voiture de police et un guichet automatique.

La défense avait recommandé une peine avec sursis, alors que la Couronne a exhorté le magistrat à envoyer Kelly Pflug-Back derrière les barreaux pendant deux ans.

La réplique de la police au vandalisme a mené à l’arrestation de plus de 1100 personnes, dont plusieurs spectateurs innocents. Des accusations ont plus tard été portées contre certains policiers impliqués dans ces évènements.

Leur presse – La Presse Canadienne, 19/07/2012

[Etats-Unis] Deux banques et un Starbucks attaqués par des anarchistes à Seattle – 16 juillet 2012

Des vandales brisent les fenêtres de deux banques de Seattle

Des vandales ont brisé des fenêtres de deux succursales bancaires de Wells Fargo lundi matin à Seattle.

La police recherche des inconnus suspects qui ont utilisé des pierres pour briser deux grandes fenêtres et les portes d’entrée d’une banque dans le nord de Seattle sur le chemin Sandpoint NE à environ 1h30 du matin.

A 03h00, des inconnus ont également brisé au moins neuf fenêtres d’une autre banque Wells Fargo dans le quartier de Madison Park.

KING-TV rapporte que des graffitis anarchistes ont été laissé sur la porte d’une banque.

Les banques Wells Fargo à Seattle ont été la cible de vandales cette année. La succursale Madison Park et une banque du centre-ville ont été vandalisés en janvier dernier. Trois autres banques ont été endommagés par des vandales masqués en février dans le quartier de Capitol Hill.

Traduit de l’anglais de leur presse – Seattle Times (Associated Press), 16/07/2012 – photos de King Five via Pugetsoundanarchists

L’action a été revendiquée par des anarchistes sur Pugetsoundanarchists:

La nuit du 15 juillet à Seattle nous avons fracassé les vitres de deux banques et d’un Starbucks. Il est affligeant de voir que tellement de gens voient les banques comme les institutions de l’exploitation mais refusent de les attaquer, tout comme défoncer un Starbucks, ça doit être la seule tradition de Seattle qui vaut le coup d’être prolongée depuis l’OMC.

Ces actes spécifiques ont été faits en solidarité avec les dix personnes qui se sont vu condamnés à de longues peines de prison en Italie il y a quelques jours pour leur participation au contre-G8 en 2001, et en solidarité aussi avec les anarchistes victimes de la dernière vague de répression en Italie connue sous le nom de l’”Opération Ardire”.

C’est important de se rappeler qu’à ce sommet en 2001 la police a tué Carlo Giuliani et a torturé et emprisonné des centaines de personnes. Il faut aussi se souvenir qu’il est toujours possible pour des milliers de personnes de se soulever comme ils l’ont fait à Gênes en 2001 et d’attaquer les manifestations d’un système pourri sous lequel nous vivons tous.

Des anarchistes

Traduit de l’anglais par Contra-Info, 17 juillet 2012

[Italie] Actions de solidarité avec les émeutiers condamnés du G8 de Gênes 2001

Rome : une centaine d’années de prison confirmée en cassation contre 10 émeutiers du contre-sommet de Gênes en juillet 2001 [mis à jour]

Synthèse effectuée par nos soins à partir de la presse italienne et de sites anarchistes. On pourra trouver là la déclaration d’un des compagnons condamnés devant le tribunal, ainsi qu’un tract des compagnons de Gênes suite au verdict en première instance : « Cette Semaine » n°95, printemps 2008, p.34-35.

Le 13 juillet 2012, la Cour de Cassation de Rome a rendu son arrêt contre dix manifestants arrêtés à Gênes, lors du contre-sommet du G8 des 20 et 21 juillet 2001. Elle a confirmé leur condamnation pour « dévastation » et « pillage », avec des peines de six à quinze ans de prison (légèrement réduites par rapport à celles prononcées par la Cour d’Appel de Gênes du 9 octobre 2009).

Le 5 juillet dernier, elle avait déjà confirmé la condamnation symbolique de treize hauts responsables de la police italienne, notamment pour le massacre de l’école Diaz (« complicité dans la fabrication de fausses preuves »). Aucun d’entre eux n’ira en détention grâce à une amnistie des « courtes » peines datant de 2006. Ils seront exclus de la fonction publique pendant cinq ans.

Pour les dix camarades condamnés le 13 juillet, la Cour de cassation a en revanche confirmé pas moins d’une centaine d’années de prison en tout. Pour trois manifestants, elle a changé un détail du verdict d’appel, histoire de justifier son utilité, annulant le délit supplémentaire de possession de molotov, considérant qu’il était déjà inclus dans leur condamnation.

D’un côté, 5 manifestants seront à nouveau renvoyés en appel à l’automne, pas pour statuer sur leur « culpabilité », rendue définitive, mais uniquement pour réévaluer leur peine selon une nouvelle circonstance atténuante possible (« avoir agi sous l’effet de la foule en tumulte » !). Carlo Arculeo (8 ans en appel), Carlo Cuccomarino (8 ans), Antonino Valguarnera (8 ans), Luca Finotti (10 ans et 9 mois), Dario Ursino (7 ans) restent donc pour l’instant « en liberté ».

D’un autre côté, le verdict d’appel de Gênes d’octobre 2009 devient exécutoire contre les 5 derniers camarades, ce qui signifie leur incarcération immédiate. Ce sont les plus lourdement condamnés, ceux accusés d’une partie des attaques du Black Bloc. Il s’agit de Francesco Puglisi (14 ans), Vincenzo Vecchi (12 ans et 6 mois), Marina Cugnaschi (11 ans et 6 mois), Alberto Funaro (10 ans) et Ines Morasca (6 ans et 6 mois).

Les deux premiers sont actuellement dans la nature et les carabiniers n’ont pas réussi à mettre la main dessus malgré un mandat d’amener. Marina et Alberto ont par contre été incarcérés à Milan et Rome dès le lendemain, samedi 14 juillet, tandis qu’Inès bénéficie provisoirement d’une suspension de peine, vu qu’elle vient d’accoucher d’une petite fille.
Pour les deux incarcérés, rappelons qu’Alberto Funaro (44 ans) est un animateur historique de Radio Onda Rossa, et que Marina (46 ans) est une compagnonne anarchiste, qui a par ailleurs une autre peine de quatre ans en suspend suite aux affrontements de Milan en 2006 contre une manifestation des fascistes de Forza Nuova.

Le jour de la sentence, une manif sauvage a réuni 300 personnes parties du rassemblement à Trastevere. Elle s’est rendue devant le ministère de la Justice, où des oeufs, de la peinture rouge, des pétards et un fumigène ont été jetés contre la façade, avant de se disperser sans arrestation.

Le soir, un groupe d’inconnus masqués en noir a brûlé des containers érigés en barricade dans le quartier de Pigneto.

Le lendemain a eu lieu un petit rassemblement devant le commissariat où Alberto s’est rendu avant d’être emmené en prison.

Enfin, dimanche 15 juillet au matin, la police n’a pu que constater qu’une banque Unicredit située via Somalia à Rome avait eu ses vitres défoncées. A côté, deux tags disaient « Alberto libero » et « I saccheggiatori siete voi » [« Les pilleurs c’est vous] avec des A cerclés.

Des banderoles de solidarité à Athènes et à Lyon:

Source: Brèves du Désordre, 16 juillet 2012

Pour rappel

Une affiche de solidarité avec les condamné-e-s de G8 de Gênes 2001 (et avec tou-te-s celles et ceux qui luttent et qui sont entre les griffes de l’Etat

[Québec] Solidarité avec les prisonnier-e-s du G20 de Toronto depuis les rues de Montréal

Solidarité dans les rues avec les prisonniers.ères du G20

Le mois de juin 2012 marque deux ans depuis le sommet du G20 à Toronto et la résistance courageuse démontrée à son encontre. Il marque également la condamnation de notre camarade Charles Bicari à sept mois derrière les barreaux pour avoir fracassé les fenêtres de deux voitures de police, deux magasins et un guichet automatique avec un marteau. Pour marquer l’occasion, nous avons passé quelques soirées à propager des slogans antisystème et de solidarité avec les prisonniers du G20 dans les rues de Montréal.

Solidarité continue avec les prisonniers.ères du G20

Aucun.e camarade laissé.e dans les prisons de l’ennemi sans réponse!

Traduit de l’anglais de Montreal Counter-Information par SabotageMedia, 4 juillet 2012