[Espagne] Résumé de la contre-manif antifasciste – Madrid, 1er mai 2013

Compte-rendu de la contre-manifestation à Chueca du 1er mai 

Le 1er mai à 18 heures, diverses organisations fascistes, toutes plus pourries les unes que les autres, ont appelé à une manifestation au départ du Tribunal, zone centrale de Madrid, très près de Chueca.

Le même jour à 17 heures, un rassemblement antifasciste a été prévu Place de Chueca. L’appel a été lancé quelques jours auparavant et sans savoir qui y répondra.

1

Bien avant 17 heures, à Chuelca, un large déploiement policier se met en place, de ce fait, le rassemblement fut dès son commencement, conditionné. La stratégie adoptée pour se faire, paraît claire : épuiser les manifestant.e.s et les maintenir à cet endroit jusqu’à ce que se termine la manifestation fasciste. Mais les cris, la bonne humeur, la résistance et la dignité ne faiblissent pas et les camarades, qui durant deux heures furent encerclé.e.s par la police, restèrent uni.e.s et combattant. Aux alentours du rassemblement, divers groupes essayent de rejoindre la place en vain, perdant leur temps et ceux des fascistes.

2

De ce que nous savons, il y a eu deux rencontres avec des nazis perdu.e.s. La première, quand deux d’entre eux arrivant en retard à leur rassemblement, furent aperçus rue Fuencarral (une rue piétonne, très commerciale et pleine de gens et de policier.e.s) courant les 200 mètres pour fuir un groupe d’antifascistes, et qui eurent le malheur de tomber nez à nez avec un autre groupe plus bas. Un des nazis a reçu un coup au visage par un casque que lui proposa gentiment un des camarades présent. Ils ont été sauvé par une patrouille de police qui passait pas là, mais voir un nazi demander protection à un flic, alors qu’il a un patch A.C.A.B sur sa veste, ça n’a pas de prix. La deuxième rencontre eu lieu avec le nazi qui apparaît sur les photos (ou qui disparaît, parce qu’il se fond avec ceux qui sont en bleu). Il a eu une bonne frayeur et bien sûr, il a été sauvé par la fourgonnette antiémeute. Comme on peut le voir sur les photos, la fraternisation   a bien eu lieu. À peine la porte s’est-elle ouverte pour laisser descendre les policiers qu’il était déjà monté dedans…

Où est le nazi?

Où est le nazi?

4

Quand tout.e.s ceux/celles qui étaient au rassemblement à Chueca quittèrent la place après avoir été fouillé, fiché et photographié pour la plupart, ils/elles rejoignirent les autres groupes, qui étaient tenus à l’écart. Ils se dirigèrent vers le Tribunal où se produisit une altercation avec la police et où deux camarades étaient retenus. Vu qu’apparemment ils allaient être mis en détention, les gens ont barricadé la rue et ont lancé des pierres sorties d’un container destiné à la construction.Les flics ont chargé violemment, tirant des balles en caoutchouc et chassant les manifestants, arrêtant une personne, nous ne savons pas si cette personne était avec le groupe ou non. Les deux camarades qui ont été arrêté.e.s plus tôt ont été libéré.e.s, mais d’autres arrestations Plaza de Jacinto Benavente ont eu lieu, loin des rassemblements et longtemps après.

Solidarité avec les détenu-e-s.

Contre le système, démocratique ou fasciste. Pour l’anarchie.

Traduit de l’espagnol (es.contra-info) par La Voz de la Libertad

Affrontements à Varsovie contre la marche des nationalistes – 11/11/2011

Fête de l’Indépendance : bataille entre police et manifestants à Varsovie

VARSOVIE – Une bataille rangée a opposé vendredi à Varsovie la police à des manifestants nationalistes réunis pour la fête de l’Indépendance de la Pologne, célébrée le 11 novembre, faisant plusieurs blessés dont onze policiers.

Des manifestants masqués ont jeté des pierres et des bouteilles en direction de la police qui a riposté en faisant usage de gaz lacrymogène et de canons à eau, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Au total, 186 personnes ont été interpellées. Nous avons onze policiers blessés dont quatre ont dû être hospitalisés, a indiqué à l’AFP le porte-parole de la police locale, Maciej Karczynski.

Les services médicaux de Varsovie ont fait état d’une dizaine de blessés hospitalisés.

Selon les médias polonais, des militants antinazis venus d’Allemagne figurent parmi les personnes interpellées.

Une marche pour l’indépendance des organisations nationalistes et des militants d’extrême droite, rejoints par des centaines de fans de clubs de football, a réuni à Varsovie plusieurs milliers de personnes. Déclarée illégale par la mairie de la capitale à la suite des échauffourées, elle a toutefois été autorisée à nouveau pour permettre à ses participants d’évacuer les lieux en fin d’après-midi.

Sur leur passage, les manifestants nationalistes ont encore détruit, notamment en les incendiant, plusieurs véhicules, dont deux voitures de transmission de télévisions privées.

Auparavant, des manifestants nationalistes et anarchistes s’étaient affrontés entre eux et avec la police qui séparait leurs deux défilés.

Une manifestation des organisations de gauche et des anarchistes a réuni près de 2.000 personnes venues barrer la route à la marche de l’indépendance qui a fini par changer d’itinéraire.

Dans toute la Pologne, des cérémonies officielles se sont déroulées pour marquer le 93e anniversaire du retour à l’indépendance du pays.

A Varsovie, le chef de l’État Bronislaw Komorowski a déposé une gerbe sur la tombe du soldat inconnu pendant une cérémonie militaire. La présidente lituanienne Dalia Grybauskaite a également participé à la cérémonie, en tant qu’invitée d’honneur.

Un défilé de soldats en uniformes historiques a été organisé dans le centre de la capitale polonaise pour fêter l’anniversaire de l’indépendance.

La Pologne a retrouvé son indépendance le 11 novembre 1918 après avoir été effacée de la carte de l’Europe par la Russie, la Prusse et l’Autriche-Hongrie qui se sont partagé son territoire à la fin du XVIIIe siècle.

Presse bourgeoise – Romandie (AFP), 11/11/2011 18h45

Violents heurts à Varsovie pour l’indépendance

VARSOVIE, Pologne – De violents heurts sont survenus vendredi à Varsovie, en Pologne, alors que des extrémistes de droite, des hooligans et des anarchistes ont attaqué la police en lui lançant des pavés et des bouteilles de verre lors de défilés commémorant l’indépendance du pays.

Les défilés des groupes nationalistes et d’extrême-droite le jour de l’indépendance nationale ont crû en importance au cours des dernières années, un nombre toujours plus grand d’activistes de gauche se rassemblant également pour s’y opposer.

Les manifestations de cette année ont été vues comme un test important des capacités des services de sécurité nationaux avant la présentation de l’Euro 2012, que la Pologne co-accueillera avec l’Ukraine l’été prochain.

Le porte-parole de la police nationale, Mariusz Sokolowski, a déclaré que le plan de la police de maintenir les deux défilés hostiles à distance l’un de l’autre avait fonctionné, mais que des «bandits et des hooligans avaient rejoint les défilés pour cibler la police».

Au moins 21 personnes ont été hospitalisées à la suite de blessures lors des altercations, qui font partie des plus violentes survenues en Pologne depuis des années. Plusieurs policiers ont également été blessés.

Habillés de noir et le visage caché par des foulards, des jeunes individus ont lancé des bouteilles, des pétards et des pierres à la police anti-émeute dans le centre-ville de Varsovie, où des groupes d’activistes de droite et de gauche organisaient des défilés séparés.

La police a fait venir des renforts de huit autres villes polonaises et leur présence était particulièrement visible. Certains patrouillaient à dos de cheval, tandis que plusieurs autres entouraient les protestataires en transportant des matraques et portant leur uniforme anti-émeute.

Le premier ministre Donald Tusk s’est engagé à ce que les gens arrêtés pour avoir attaqué la police soient sévèrement punis, a indiqué son porte-parole Pawel Gras.

Les plus violentes confrontations survenues vendredi semblent avoir été l’oeuvre de protestataires d’extrême droite et de hooligans. La police a précisé que la situation avait été ramenée sous contrôle après l’utilisation de canons à eau et de poivre de Cayenne.

Presse bourgeoise – Metro Montreal (AP), 11/11/2011

DSC 0033

DSC 0005

DSC 0182

DSC 0093

DSC 0061

DSC 0045

DSC 0044

Voir d’autres photos