[Chili/Attaques en représailles de l’assassinat de Matias Catrileo il y a 5 ans] Attaque à l’explosif contre les locaux de l’agroindustriel Agrosuper – Santiago, 2 janvier 2013

Santiago (Chili) : attaque explosive contre l’agroindustriel Agrosuper

Nous nous attribuons l’attaque explosive contre les bureaux du grossiste distributeur de viande, Agrosuper, le 2 janvier 2013 à l’angle des rues 18 et 10 de Julio, dans l’arrondissement de Santiago Centre [l’engin explosif a provoqué des dégâts contre toute la façade, des fenêtres au portail métallique, NdT].

agrosuper

C’est une attaque frontale contre la bourgeoisie et ses défenseurs. Nous avons choisi cette holding comme objectif, vu qu’elle contrôle l’industrie agro-alimentaire et appartient à Gonzalo Vial, un entrepreneur qui a accumulé une grande partie de sa fortune sous la dictature de Pinochet. Nous saluons l’attitude déterminée et combative de la population de Freirina [à l’extrême nord du pays], qui résiste au capricieux projet de porcopolis [le plus grand complexe industriel d’élevage porcin du Chili] de Vial.

L’explosion et ses conséquences sont un message clair pour toi, Vial : « nous t’avons en ligne de mire« .

A 5 ans de l’assassinat du Waichafe Matías Catrileo. Ta mort n’est pas vaine : haine et vengeance contre les keufs assassins !

Liberté pour les prisonniers du Caso Security !

Brigades incendiaires Mauricio Morales

NdT : C’est la seconde fois que cette usine est attaquée. En septembre 2011, un engin explosif placé contre le système de ventilation avait déjà provoqué des dégâts.

Traduit de l’espagnol (LiberacionTotal, 3 juillet 2013) par Brèves du Désordre

Pour l’anniversaire des 5 ans de la mort de Matias Catrileo, outre la manifestation en sa mémoire qui a viré à l’émeute le 3 janvier dernier, plusieurs attaques incendiaires et assassinat ont été faits en représailles un peu partout au Chili:

[Chili] La marche en mémoire de Mathias Catrileo, assassiné il y a 5 ans par la police, se termine en émeutes… Santiago, 3 janvier 2013

Marche en commémoration de la mort de Mathias Catrileo, tué par le policier Walter Inostroza Ramirez, à Santiago jeudi 3 janvier 2013:

Plusieurs manifestants cagoulés (« encapuchados« ) ont jeté des cocktails molotov contre deux banques dans le centre-ville de Santiago, lors d’une marche organisée par la communauté mapuche en mémoire de Mathias Catrileo, assassiné par la police il y a 5 ans.

get (1)

Après l’incendie de plusieurs distributeurs automatiques de billets, des barricades enflammées ont été érigées dans le secteur, et des affrontements avec les flics ont eu lieu.

Voir une vidéo de la BBC sur ces émeutes:

La marche commémorative a été suivie par environ 200 personnes qui ont déambulé dans la rue Alameda, principale artère commerciale de Santiago.

Matthias Catrileo est mort en janvier 2008 à Santa Margarita, dans la commune de Vilcun, assassiné par le policier Walter Inostroza Ramirez, reconnu coupable devant les tribunaux mais protégé. La famille de Mathias continue à exiger que justice soit faite et que l’impunité cesse.

get (2) get (3) get (4)

get (5) get (8) get (9) get

Traduit de l’espagnol à partir de leur presse (photos: noticias.terra.cl, 03/01/2013 à 23h09)

Ci-dessous l’affiche appelant à une semaine d’agitation en mémoire du jeune mapuche:

Cliquer sur l'affiche pour accéder à davantage d'infos (en espagnol)

Cliquer sur l’affiche pour accéder à davantage d’infos (en espagnol)

Voir également un article sur le site d’information mapuche MapuExpress

[Chili] Protestations étudiantes à Santiago (21/12/2012) et résistance mapuche

Ce vendredi 21 décembre, les étudiant.e. chilien.ne.s sont descendu.e.s dans la rue: la manifestation a été déclarée illégale par les autorités chiliennes dès le début de la journée. La situation a viré à l’émeute vers midi, durant laquelle des encapuchados se sont affrontés avec les policiers anti-émeute à coups de cocktails molotov et de barricades dans les rues (notamment dans le secteur de la rue Alameda), ce qui a paralysé le trafic.

get

Les affrontements ont duré pendant plus de trois heures.

get (1)

« La vraie « fin du monde » est de voir le Chili sans éducation »

get (2) get (4)

8293982551_41974aeb20_z-287x190Par ailleurs, des affrontements se sont déroulés entre la police et des lycéen.nes, qui s’étaient rassemblé.e.s à la Plaza Los Heroes de Santiago: deux manifestant.e.s ont été arrêté.e.s selon terra.cl, alors que biobiochile.cl a annoncé qu’à la fin de la journée, au moins 25 manifestant.e.s ont été interpellé.e.s.

Résumé rédigé à partir de la presse chilienne, 21/12/2012

________________________________________________________________

Des affrontements se sont déroulés ce samedi matin /22/12/2012) entre les flics et des encapuchados mapuches dans la région de l’Araucanie, sur la route entre Carahue et Imperial. Un flic aurait été blessé suite aux émeutes.

Selon RBB, les manifestants ont érigé des barricades sur les routes du secteur. Un peu plus tard, lorsque la police est intervenue pour rétablir la circulation, la volaille s’est fait canardée de cocktails molotov et visée par des tirs de fusil.

Des tracts se référant aux revendications mapuche ont été retrouvés sur la zone d’affrontements.

Résumé rédigé par nos soins à partir d’un article en espagnol de leur presse – Biobiochile.cl, 22/12/2012

[Chili] Le cirque électoral n’arrêtera pas la révolte étudiante et la solidarité avec les prisonnier.e.s mapuche – Santiago, 25 octobre 2012

Ce 25 octobre 2012, les étudiant.e.s et personnel éducatif sont descendu.e.s dans les rues de Santiago, alors que le cirque électoral se déroule actuellement au Chili et que le président Pinera vient de dévoiler le budget 2013 prévu pour l’éducation, qui est de 12,8 millions de dollars et qui est jugé insuffisant par les étudiant.e.s et le reste du personnel éducatif.

D’après les médias de masse chiliens, des affrontements violents se sont déroulés à Santiago, entre des groupes de jeunes cagoulés (encapuchados) et la police anti-émeute: les émeutier.e.s ont utilisé pierres, bouteilles et de nombreux cocktails molotov, alors que les flics ont répliqué avec des canons à eau et lacrymo.

Les jeunes ont aussi manifesté en soutien au peuple mapuche, dont plusieurs d’entre elles/eux sont incarcéré.e.s actuellement: cette journée du 25/10/2012 est marquée du 60ème jour de grève de la faim des prisonniers mapuche (grève de la faim qui a débuté le 27/08/2012).

Ensuite, les policiers ont envahi les locaux de l’Université Métropolitaine des Sciences de l’Education (UMCE) et ont raflé tou.te.s étudiant.e.s qui se trouvaient dans les bâtiments. L’intervention policière à l’intérieur de la faculté a provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, qui ont dénoncé plusieurs cas de violences policières. Les flics ont prétexté que leur intrusion a été faite pour interpeller les encapuchados, qui sont accusés d’avoir lancer des cocktails molotov.

De plus, une coordination de lycéen.ne.s organise en ce moment des assemblées populaires pour appeler la population chilienne à s’abstenir durant les élections municipales.

Résumé d’articles des médias chiliens, 25/10/2012

Quelques photos prises de leur presse – elobservatodo.cl, 25/10/2012 à 22h10:

Feu aux élections…

Une affiche anti-carcérale publiée sur Liberacion Total et traduite de l’espagnol par Contra-info (la traduction en français juste en-dessous de l’affiche):

Chili : Parce qu’en votant tu deviens esclave…

Si tu votes tu acceptes volontairement de participer à ce système de domination en élisant tous les 4 ans celui qui sera le dominateur de service de la commune, du pays et de ta vie. Que ce soit à droite, à gauche ou indépendant, en votant tu ne fais que maintenir et reproduire les conditions de misère et d’exploitation dans lesquelles tu vis.

Si tu votes tu crois illusoirement que la réalité se changera d’un simple trait sur le papier et qu’un candidat stupide résoudra tes problèmes.

NE SOIS PLUS UN PION DE PLUS DANS LEUR JEU D’ÉCHEC. DÉTRUIS TES CHAÎNES, LIBÈRE-TOI !

Toi seul es capable de changer ta réalité de façon autonome, en rompant avec tout système électoral, démocratique et toute autorité.
Parce que la fête des élections c’est bon pour les esclaves. Il n’y a rien à célébrer.

RÉCUPÉRONS NOS VIES POUR LA LIBÉRATION TOTALE.
PEU IMPORTE QUI GOUVERNE, NOUS SERONS TOUJOURS INGOUVERNABLES !

[Chili] Les encapuchados affrontent la police a Santiago – 6 et 7 septembre 2012

Jeudi 6 septembre vers 20h30, des affrontements ont eu lieu devant l’universite de Santiago apres qu’un groupe d’encapuchados aient bloque la circulation routiere sur l’artere principale de l’Alameda. La police anti-emeute est alors intervenue avec des canons a eau et gaz lacrymogenes.

Les affrontement ont dure une bonne partie de la soiree et la police n’a pas hesite a lancer des jets d’eau a l’interieur de l’Institut National et de l’Universite de Santiago. Ces deux batiments sont actuellement occupes par les etudiants, en lutte pour la gratuite scolaire entre autre.

Les manifestants ont fait leur action en soutien au peuple mapuche.

Le lendemain, vendredi 7 septembre, un groupe d’une vingtaine de jeunes a egalement bloque la rue principale Alameda et s’est affronte avec la police anti-emeute peu apres 14h dans le secteur de l’USACH vers la gare centrale de Santiago.

D’apres leur presse chilienne, les affrontements entre encapuchados et policiers ont ete nombreux ces derniers jours a Santiago.

Via Anthropologie du Present

[CHILI] Emeutes lors de la manifestation pour la défense des peuples autochtones à Santiago – 10 octobre 2011

La manifestation pour la défense des indigènes chiliens se terminent en émeutes

Quelques dix mille personnes, selon les autorités, ont participé hier à Santiago du Chili à une marche pacifique pour la défense des peuples autochtones, qui s’est cependant terminée par des émeutes au cours de laquelle sept personnes ont été arrêtées.


Les émeutes sont survenues à la fin de la manifestation qui s’est déroulée de manière pacifique à travers le centre-ville de Santiago pendant quatre heures.

Dans le voisinage de la Bibliothèque nationale, un groupe de jeunes cagoulés a commencé à briser des feux de circulation et à provoquer des troubles, puis se sont affrontés avec la police qui a utilisé des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour les disperser.
Lors d’une activité publique, le gouverneur de la région métropolitaine de Santiago, Cecilia Perez, a déclaré qu’il y avait eu sept personnes arrêtées suite aux affrontements survenus dans trois parties du centre-ville.

Perez a apprécié « la responsabilité, l’engagement et la coordination des dirigeants mapuches», qui s’est isolé et distancié eux-mêmes des hoodies.

Protestation d’un rejet

Pour les mapuches, le 12 Octobre « signifie l’arrivée des usurpateurs espagnole et tout ce qui représente le colonialisme et l’impérialisme », a déclaré Manuel Diaz, un porte-parole de l’organisation Meli Mapou Witran.

« C’est une démonstration de la répudiation de l’invasion il y a plus de 500 ans, mais aussi une manifestation qui critique le rôle de l’État et le modèle économique envers les peuples autochtones », ont-ils dit dans le communiqué de presse.

Presse bourgeoise – vanguardia , 11/10/2011

Traduit par le chat noir émeutier, 13/10/2011

@avn

@radio.uchile.cl

@latribuna.hn

Résistance mapuche face à l’Etat chilien

Un policier du raid a été abattu dans les communautés mapuches  à Ercilla

La police a mené plusieurs opérations dans la zone pour trouver des armes à feu.

TEMUCO .- Un agent de police a été abattu lors d’un raid mené dans les dernières heures dans les communautés autochtones à Ercilla, Araucanie.

Soytemuco.cl a rapporté,  que le lieutenant dans les Forces spéciales de la préfecture de Malleco, a été transporté à l’Hôpital de l’Universidad Mayor à Temuco. Il était difficile de se prononcer sur son état de santé.

Cette fois, la police a mené plusieurs raids dans les communautés mapuches de la région, en particulier celles situées dans la zone de la commune de Ercilla Pidima.

Selon Radio Bío Bío, l’opération a été ordonnée par la Cour de garantie Collipulli pour détecter des armes.

Près de cette même zone,  des personnes cagoulées pénètrent dans une zone pourtant sous protection de la police et ont mis le feu à un hangar où est stocké du fourrage, faisant des dégâts estimés à environ 15 M $.

Presse bourgeoise – emol.com, 18/08/2011

Traduit par Le Chat Noir Emeutier le 18/08/2011

Ci-dessous l’article original:

Carabinero fue herido a bala en allanamiento a comunidades mapuches en Ercilla

La policía realizó varios operativos en la zona con el fin de encontrar armas de fuego.

TEMUCO.- Un funcionario de Carabineros fue herido a bala durante un allanamiento realizado en las últimas horas en comunidades indígenas de Ercilla, en La Araucanía.

Según informó Soytemuco.cl, se trata de un teniente de Fuerzas Especiales de la Prefectura de Malleco, quien fue trasladado al Hospital Clínico de la Universidad Mayor, en Temuco. Por ahora se desconoce su estado de salud.

Esta jornada la policía ha realizado varios allanamientos en las comunidades mapuches de la zona, especialmente en las ubicadas en el sector de Pidima de la comuna de Ercilla.

De acuerdo a radio Bío Bío, el operativo fue ordenado por el Tribunal de Garantía de Collipulli para detectar armas.

En las cercanías de esa zona, unos encapuchados ingresaron a un predio que cuenta con resguardo policial y le prendieron fuego a un galpón donde se almacenaba forraje, lo que dejó daños que se estiman en unos $15 millones.

Deux policiers blessés par des Mapuches à l’aide de chevrotines lors de raids policiers à Ercilla

Deux policiers ont été blessés par des chevrotines  lors de raids en milieu Mapuche à Ercilla
Pendant ce temps, des personnes cagoulées ont attaqué une propriété d’un individu et brûlé une maison. Les dommages ont été évalués à environ 15 millions $.

Dans le cadre d’une saisie des commandes et l’enregistrement évacués de tribunaux Collipulli, la police a mené une vaste opération dans le domaine de Pidima, au sud de Ercilla, région de l’Araucanie, zone dite de conflit mapuche.

Des incidents mineurs ont été enregistrés, en raison de l’opposition de la population locale, a rapporté la police.

Information de la police s’est rendu compte qu’une douzaine d’hommes masqués ont attaqué le site et même mis le feu à une grange qui a été endommagé et qui est estimé à 15 millions de pesos.

Les deux incidents survenus dans les locaux sont particulièrement entretenu et contrôlé par les raids, ce qui n’exclurait pas de nouvelles manifestations mapuches dans les prochaines heures, comme cela a été la tendance dans les dernières semaines dans la zone de conflit autochtone.

Presse bourgeoise – Latercera, 18/08/2011

Traduit par Le Chat Noir Emeutier, 18/08/2011

Dos mapuches resultaron heridos con perdigones durante allanamientos en Ercilla

En tanto, desconocidos atacaron un predio de un particular y quemaron un galpón. Los daños fueron avaluados en unos $15 millones.

En el marco de una orden de entrada y registro evacuada desde los tribunales de Collipulli, Carabineros realizó un amplio operativo en la zona de Pidima, al sur de Ercilla, en la región de La Araucanía, en la denominada zona de conflicto mapuche.

Durante los allamientos a 16 viviendas se registraron incidentes menores, debido a la oposición de los comuneros, los cuales han denunciado fuertes arremetidas policiales, que incluso derivaron en que al menos dos mapuches resultaran con heridas de perdigones, siendo atendidos al interior de las propias comunidades.

En forma paralela al allanamiento se registraron enfrentamientos en el predio del agricultor Julio Molina, donde el teniente de Fuerzas Especiales Alejandro Sáez resultó con una herida de arma de fuego en su brazo derecho, siendo trasladado hasta el hospital clínico de la Universidad Mayor en Temuco.

Informaciones policiales dieron cuenta que una veintena de encapuchados atacaron el predio e incluso prendieron fuego a un galpón, que resultó con daños, los que fueron avaluados en unos 15 millones de pesos.

Tanto los incidentes en el predio particular como los allanamientos se mantienen controlados, no descartándose que se inicien nuevas movilizaciones en las próximas horas, como ha sido la tónica en las últimas semanas en la zona del conflicto indígena.