[Besançon] Les 24 caméras de surveillance, c’est pour bientôt….

Le 23 février dernier, la presse locale nous apprend que le conseil municipal de Besançon a voté le budget de 850.000 euros pour l’installation de 24 caméras de vidéosurveillance dans plusieurs quartiers de la ville et de l’embauche de 7 employés de la ville à temps plein qui travailleront derrière les écrans: 10 d’entre elles seront installées dans la boucle (espace commercial oblige), 4 dans le quartier Battant et 5 dans le quartier de la Grette (« les 408 ») et à Planoise. Elles s’ajoutent à celles déjà installées sur les édifices publics et privées (banques, tribunal…).

Quelques « citations » du maire PS prises de l’Est Répugnant du 22/02 dernier (qui se passent de commentaires mais qui en disent long…):

  • « Je suis maire de Besançon, donc responsable de la qualité de vie de cette ville et cette qualité passe par la sécurité »
  • « Je ne dis pas que l’insécurité a réellement augmenté, je dis que le sentiment d’insécurité n’a pas baissé. »
  • « Je m’attends à un certain nombre de critiques […] Les grandes positions idéologiques c’est bien, mais j’invite ceux qui les ont à venir habiter à Battant ou aux 408. »

L’inauguration de ces outils de surveillance est prochaine….(se tenir informer des dépêches de la presse locale) Mais en attendant, on peut enrayer la machine à contrôler par des gestes simples:

Comment? par le sabotage… les différents moyens et techniques ne manquent pas (en prenant les précautions nécessaires bien sûr..)

Vu à Besançon, ce 8 mai 2013:

Récemment, la caméra filmant l’entrée du rectorat de Besançon (mais pas que évidemment!) a été recouverte de peinture.. Un slogan contre cette société de surveillance a également été inscrit:

DSCN0868 DSCN0867

Récemment, en Allemagne, le jeu Camover, créé en marge du Congrès de la police européenne qui s’est tenu du 16 au 20/02/2013, consistait à saboter le plus de caméras de vidéosurveillance. Petite illustration en vidéo

Transmis par mail, le 9 mai 2013

[Grande-Bretagne] Attaque d’une entreprise de sécurité à Bristol

Pas de paix pour les défenseurs de la société de consommation.

Leur sécurité = une fois de plus une plaisanterie.

Notre dernière cible était la société de vigiles ‘Avon et Somerset’, à Fishponds Rd, ​​nous avons cassé la moitié de la vitrine et attaqué la caméra de vidéosurveillance, laissant un symbole anarchiste tagué sur les lieux. Assez de salopards en uniforme dans nos vies, saccageons les appareils de contrôle.

Force pour l’anti-fasciste d’action Jock Palfreeman, qui est détenue en Bulgarie – amour pour nos camarades, haine pour leurs geôliers.

C’est tout pour le moment.

Traduit de l’anglais de Indymedia UK, 30 avril 2013 à 09h49

[Castres] Et par le mât, le dispositif de surveillance est hors-service – Quartier d’Aillot, soirée du 28 avril 2013

Castres. Aillot : vandalisme contre la vidéosurveillance

Castres

Le week end a été agité du côté du quartier d’Aillot à Castres avec plusieurs faits d’incivilités et de vandalisme qui ont débuté vendredi soir après un contrôle de police auquel s’est opposé un jeune homme. Les policiers s’étaient rendus sur place après une plainte pour tapage. Le garçon a été placé en garde à vue et sera jugé prochainement pour «outrages et rébellion». Mais dans la nuit qui a suivi, une voiture et quatre containers d’ordures ménagères ont été incendiés volontairement (notre édition d’hier). Des cailloux ont même été jetés en direction des pompiers venus sur place pour éteindre le sinistre.

Samedi soir, ce sont encore des poubelles qui ont brûlé.

Dimanche, vers 22h45, un nouveau feu de véhicule a été perpétré rue de Bretagne mais ce coup ci, les vandales avaient pris soin de casser les ampoules de plusieurs lampadaires d’éclairage public avant de s’en prendre au mât de support de deux caméras de vidéosurveillance.

Un ou plusieurs individus sont parvenus à forcer puis ouvrir une trappe situé au pied du mât et a allumer un feu à l’intérieur ce qui a mis hors service le dispositif de surveillance.

Les forces de police étaient présentes sur place et une enquête a été ouverte par le commissariat de Castres afin de déterminer l’identité des auteurs de ces violences.

Leur presse – LaDépêche.fr, 30/04/2013 à 08h07

[Mulhouse] Caméra de surveillance vandalisé et feux de voitures – Nuits des 1er, 2 et 3 avril 2013

Caméra vandalisée : une deuxième filme la scène

Depuis quelques jours, une caméra de vidéo-protection de la ville de Mulhouse, située rue Saint-Nazaire, subit des actes de vandalisme. Lundi soir, un groupe d’individus a installé, sous cette caméra, des pneus avant d’y mettre le feu. Une patrouille de police s’était rendue sur place, mais trop tard. Mardi soir, des cailloux ont été lancés sur l’installation. Cette fois, la scène a été filmée par une autre caméra, installée non loin. Une patrouille de la brigade anticriminalité du commissariat de Mulhouse s’est immédiatement rendue sur place et les policiers ont arrêté un jeune. Ce dernier a d’abord nié les faits en bloc. Sauf que devant les preuves qui lui ont été montrées, il a bien été obligé d’avouer. Surtout qu’il avait déjà été mis en cause pour le même type de faits, commis en décembre 2012. Les policiers ont également retrouvé sur lui un téléphone portable volé. Hier soir, ce Mulhousien de 18 ans était toujours en garde à vue au commissariat de Mulhouse.

Feux de voitures

Les pompiers ont éteint une voiture en feu, lundi vers 19 h, rue de Quimper à Mulhouse.

Dans la nuit de lundi à mardi, ils ont été appelés pour une autre voiture incendiée, rue de Turenne à Mulhouse.

Dans la nuit de mardi à mercredi, vers minuit, les pompiers d’Illzach se sont rendus pour les mêmes raisons, rue des Jonquilles, dans leur commune.

Leur presse – L’Alsace.fr, 04/04/2013 à 05h00

[Saint-Loup-sur-Semouse, 70] Une caméra de surveillance incendiée – Nuit du 18 au 19 avril 2013

CAMÉRA DE SURVEILLANCE DÉTRUITE PAR LE FEU

Saint-Loup-sur-Semouse. Une des caméras de surveillance située rue Pasteur, sur le bâtiment des Francas, près de l’école du Chanois, a été détruite par un incendie dans la nuit de jeudi à vendredi vers 1 h. C‘est à l’aide d’un pneu, attaché au pied de la caméra, que les flammes ont détruit l’appareil de surveillance. Ainsi l’acte paraît volontaire. Les pompiers ont maîtrisé les flammes.

Une enquête est ouverte par la communauté de brigades de Saint-Loup-sur-Semouse et un technicien d’investigation criminelle était hier sur place pour faire des relevés.

Leur presse locale – Est Répugnant, 20/04/2013 à 05h00

[Québec] Souriez, vos caméras ne fonctionnent pas – Montréal, 26 février et 3 mars 2013

Montréal: souriez – vos caméras ne fonctionnent pas

Dans la nuit du 26 février, inspiré par les attaques contre la police et la volonté des manifestant-es de ne pas vouloir être dispersé durant la manifestation cet après midi, un extincteur rempli de peinture a été utilisé afin projeter de la peinture sur une caméra de sécurité et pour faire un énorme (A) sur le mur du Cégep du Vieux Montréal.

Dans la nuit du 3 mars, nous avons brisé une caméra de sécurité du Cégep Maisonneuve en lançant un bloc de béton du toît sur celle-ci. Les portes de l’entrée principale ont étés brisés à coup de marteau.

Parce que nous en avons plein le cul de la démocratie étudiante. Parce que le « 50% + 1 » est un frein à la révolte et créer l’isolement des idées et des individus. Et surtout, parce que la majorité est la plus part du temps de l’autre coté des barricades ou simplement assit devant leurs télévisons. Parce que y’en a marre de ces systèmes de contrôle social, des caméras qui nous scrutent où que nous soyons, des gardes de sécurité qui sont dans chaque couloirs, des flics dans les rues, des délateurs qui nous trahissent, et nous allons agir contre toutes ces formes de domination peu importe le résultat d’un vote en assemblée générale.

Que la rage vive dans la rue et pas seulement dans des assemblés!

Que toutes caméras sur nos chemins soient détruites!

Que vive la révolte.

-des anarchistes

_______________________________________________________________________________________

Pour remplir un extincteur de peinture:

-Seulement certains types d’extincteurs peuvent être remplies; ils sont habituellement de couleur argent, le modèle le plus petit se met bien dans un sac à dos alors que l’autre modèle est trop grand pour le sac à dos. Les deux grandeurs ont un embout sur le dessus qui s’enlève, et doivent avoir un embout pour une pompe à vélo (pour les représsuriser).

-Videz l’extincteur de son contenu et enlevez le dessus (la gâchette et le tuyau). Pour le plus grand format, videz un galon de peinture latex dans l’extincteur. Remplissez ensuite ce même galon de peinture à la moitié avec de l’eau et ajouter l’eau à la peinture déjà mise dans l’extincteur. Il est supposé avoir assez d’espace pour l’air.

-Remettre le dessus de l’extincteur et brasser le contenu pendant quelques minutes pour bien mélanger.

-Mettez de l’air dans l’extincteur, vous pouvez utiliser une pompe à vélo manuelle, pomper jusqu’à ce que l’aiguille soit dans la zone verte.

-Nettoyez bien l’extincteur afin de ne laisser aucune empreinte, utiliser de l’alcool à friction.

-Utile pour les caméras hors d’atteinte, pour faire des énormes graffitis, pour projeter sur les visières de l’anti-émeute, pour rajouter de la couleur aux voitures de police afin de bloquer leur vision durant les manifestations – les possibilités sont infinies!

La publication de ce communiqué à été fait d’une façon sécuritaire en utilisant Tails sur un ordinateur anonyme (lié à aucune personne et l’adresse Media Access Control à été changé) et en utilisant un réseau sans fil non-sécurisé trouvé sur la rue et caché de la vue de toute caméras.

Source: AnarchistNews, 04 mars 2013 à 13h24

[Allemagne] Berlin brûle – Samedi 16 février 2013

Dans la soirée de samedi 16 février 2013, des émeutes ont éclaté à Berlin dans le cadre des protestations contre la tenue du Congrès de la Police Européenne, qui aura lieu les 19 et 20 février 2013 à Alexanderplatz.

Dans le quartier de Kreuzberg et de Mitte, des manifestant.e.s (600 selon la police) ont attaqué deux magasins et brisé des sucettes publicitaires et abribus. Deux banques de la Sparkasse ont également été attaquées à l’aide de pavés, plusieurs voitures de keufs ont été vandalisées. Des tags anarchistes ont également recouvert les murs du quartier.

Des barricades enflammés de poubelles et de bennes à ordures ont été montées à travers les rues et des affrontements sporadiques avec les flics se sont déroulés une bonne partie de la soirée.

Au moins 20 personnes ont été arrêtées, et quelques flics ont été blessés.

Cette mobilisation, dont le site internet a pour slogan « Gegen den Staat und seine Freunde, Berlin muss brennen » [Contre l’Etat et ses amis, Berlin doit brûler], a été placée à haut risque par les autorités: la police a mobilisé plus de 1000 agents pour cet évènement.

75502

Résumé à partir de plusieurs articles de leur presse (Berliner Zeitung, Tagespiegel…), 17/02/2013

Quelques photos de la soirée (Tagespiegel & Morgenpost.de, 17/02/2013):

2-format10 2-format10 (1) 2-format10 (2)

Façade de bâtiment public (Bundesdruckerei) recouvert de goudron

Façade de bâtiment public (Bundesdruckerei) recouvert de goudron

Krawalle (1)

Façade d'une des deux banques vandalisées

Façade d’une des deux banques vandalisées

Krawalle title

Des articles en allemand d’analyses et de récits sur cette manif