[Grande-Bretagne] Attaque d’une entreprise de sécurité à Bristol

Pas de paix pour les défenseurs de la société de consommation.

Leur sécurité = une fois de plus une plaisanterie.

Notre dernière cible était la société de vigiles ‘Avon et Somerset’, à Fishponds Rd, ​​nous avons cassé la moitié de la vitrine et attaqué la caméra de vidéosurveillance, laissant un symbole anarchiste tagué sur les lieux. Assez de salopards en uniforme dans nos vies, saccageons les appareils de contrôle.

Force pour l’anti-fasciste d’action Jock Palfreeman, qui est détenue en Bulgarie – amour pour nos camarades, haine pour leurs geôliers.

C’est tout pour le moment.

Traduit de l’anglais de Indymedia UK, 30 avril 2013 à 09h49

[Angleterre] A propos de la présence du maire au salon du livre anarchiste – Bristol, 20 avril 2013

[Au-delà de la saine réaction de quelques compagnonNEs, la question demeure tout de même de comment un maire a pu penser qu’il pourrait tranquillement se balader là… et comment il a pu y rester une heure de plus sans autre incident majeur, avant de rentrer se changer (The Telegraph, 22 avril 2013). Ne s’agirait-il pas là d’un énième exemple du possibilisme anarchiste dans ses grandes largeurs/largesses ? Ou comment à force de demander systématiquement des autorisations au pouvoir pour organiser nos initiatives sous prétexte de ratisser plus large et d’ouverture, on finit par accepter en leur sein ses représentants.

Si cela vous dit quelque chose, on se souvient par exemple qu’en août 2012, à la rencontre de l’Internationale des Fédérations anarchistes de St Imier, une crapule malvenue avait aussi été contestée dans un raout anarchiste du même genre, au grand dam de l’assistance : l’ex-adjoint du chef de la police lausannoise Aristide Pedraza]

Le maire de Bristol prend une douche caféinée au salon du livre anarchiste

actualitte.com, mercredi 24 avril 2013 à 12:41

Il a été poussé, est tombé à terre et a reçu du café sur la tête. « Ce n’était pas chaud, je n’ai pas du tout été brûlé » a déclaré avec humour George Ferguson, maire de Bristol, sur la BBC Radio Bristol. L’incident s’est produit samedi 20 avril 2013, en Grande-Bretagne. Cette année, le salon anarchiste du livre de Bristol s’est tenu au Trinity Centre, en plein air.

Un geste inattendu est venu bousculer cette fête. Sans rancune, le maire reste malgré tout partisan de cet évènement : « Beaucoup de gens étaient ravis, il y avait un bon état d’esprit général, sans compter les idiots ».

Ce qui était en revanche prévu : 65 stands, plus de 30 ateliers avec des présentations et des discussions en compagnie d’éditeurs, sur fond de crise économique mondiale. L’entrée était gratuite. Les politiciens en ligne de mire. Le maire n’était apparemment pas spécialement le bienvenu lorsqu’on connaît les motivations des organisateurs : « nous ne voulons pas payer pour la crise ».

Malgré l’incident plutôt amusant, l’évènement organisé par le Book Fair Collective a une ambition sérieuse. Le message est clair sur leur site : « Nous vivons une période dramatique. Les enjeux sont énormes ». Le comité a été créé en 2008 par des personnes se revendiquant anarchistes, dans leur démarche citoyenne et leurs activités.

Le but, en plus de présenter des livres d’hier et d’aujourd’hui, est d’ouvrir des débats, partager des idées et dans la bonne humeur. Il était précisé sur le site du Bristol Anarchist Bookfair qu’il y aurait des jeux et des activités organisées, un espace pour les enfants et un café délicieux. Le maire n’aurait peut-être pas dû passer par là…

Repris de Brèves du désordre

[Angleterre/Mort de Thatcher] Sabotage de véhicules de la société Mitie (gestionnaire de prisons) – Bristol, 13 & 14 avril 2013

Bristol : Incendie et dégradations contre des véhicules de Mitie

Pendant le week-end, nous avons attaqué deux différents vans de l’entreprise Mitie. Derrière le pub « Bush », situé à 5 minutes de Templemeads, lors d’une soirée ensoleillée pendant l’heure de pointe, nous avons saisi l’opportunité de crever deux pneus et de taguer le véhicule. Nous avons certainement été vus, et alors, bonne chance à eux, nous ressemblons tout simplement à n’importe qui.

Nous avons décidé de ne pas uniquement mener notre lutte aux heures sombres, en pensant que l’expression de notre colère, si elle était vue, poserait peut-être question aux témoins. A ce moment-là, nous avons évalué que le risque en valait la peine. Nous avons aussi brûlé un van de Mitie à East Bristol, en l’incendiant en pleine nuit.

Mitie est une des nombreuses entreprises qui ont largement bénéficié de la privatisation initiée par Thatcher dans les années 80. L’externalisation des prisons pour immigrés comme Campsfield, a été le premier pas pour se bâtir un empire, qui comprend maintenant les prisons, les centres pour « jeunes délinquants », les services de probation, et s’étend au logement et aux sources d’énergie « durable ». Nous ne demandons pas que ce qui précède soit contrôlé par l’Etat. Mais nous appelons à incendier toutes les prisons – pour immigrés, pour jeunes, quelles que soient leur forme.

En plus des « centres de détention », Mitie gère maintenant 6 prisons différentes – dont deux instituts pour « jeunes délinquants ». Ils sont partenaires de l’UK Border Agency [Bureaux de l’immigration] et de l’administration pénitentiaire. L’an dernier, des travailleurs de Mitie à Londres ont fait grève après qu’une travailleuse enceinte ait été maltraitée, et ait finit à l’hôpital, tout en travaillant pour Mitie.

A travers le pays, des gens de tous âges sont confiés aux bons soins de Mitie, et sont tabassés et privés de liberté. Ces petites actions sont en solidarité avec eux, et toute personne qui était dans la rue ce week-end [dans les manifs émeutières pour célébrer la mort de Thatcher].

Mitie prétend aider les gens, mais leurs investissements dans le logement et l’énergie ne change pas le fait qu’ils ont l’intention de profiter de tous les aspects de la vie.

Feu aux prisons !
Brûle en enfer, Maggie !

Cliquer pour agrandir / télécharger

Cliquer pour agrandir / télécharger la photo

Traduit de l’anglais de 325 par Brèves du désordre, 18/04/2013

[Angleterre/Mort de Thatcher] Les vitres du club conservateur explosées et un véhicule de police incendié – Bristol, nuit du 11 au 12 avril 2013

Le Tory Club fracassé et 4×4 de flics incendié

Un ennemi de la LIBERTE en moins – Dansons sur sa tombe!

Pour célébrer les nouvelles de la mort de Thatcher nous avons brisé les vitres du club conservateur sur la route de Viviers à Bristol dans les premières heures de ce matin.

Peu importe combien d’hommages à une « grande dame » apparaît dans les médias, nous ne pourrons jamais nous souvenir d’elle autrement que comme un tyran vicieux qui a déroulé le néo-libéralisme qui s’épanouit aujourd’hui. Le seul bon politicien est un politicien mort!

Même par rapport aux politiciens en général, Thatcher a été l’un des personnages les plus détestés de l’histoire récente au Royaume-Uni, ce qui explique pourquoi elle était sous garde armé 24 heures par jour jusqu’à sa mort à l’hôtel cinq étoiles Ritz. Elle a mené un assaut sur les conditions de vie du « sous-prolétariat » qu’elle méprisait ouvertement, a participé à l’enracinement et l’enrichissement des classes dirigeantes. Nous ne sommes que quelques-unEs mais des milliers et des milliers de personnes à faire la queue pour pisser sur sa tombe.

A Bristol, la réponse à sa mort a été immédiate. Lors de la nuit de la nouvelle tombée, il y a eu une grande fête de rue à Easton pour la célébrer. Quand les flics sont arrivés pour la disperser, ils ont été accueillis par des pierres, des bouteilles et des barricades enflammées, blessant plusieurs voyous de l’Etat et endommageant un véhicule de police. Nos pensées sont avec les personnes arrêtées et les nombreuses autres qui ont défié l’escouade anti-émeute et leurs alliés « pacifistes ».

Nous avons attaqué le club où traînent les lèches-cul de Thatcher, mais ne nous méprenons pas – les partis politiques ne sont que l’une des faces de l’ordre dominant mondial. […] Thatcher a vu de puissantes révoltes contre son régime (grève des mineurs, la rébellion contre les impôts locaux [« Poll Tax »] et bien d’autres…), et les dirigeants d’aujourd’hui peuvent être sûr qu’ils seront également confrontés à notre colère.

Thatcher a activement soutenu et défendu la dictature militaire de Pinochet au Chili. En vertu de la nouvelle dictature économique de la démocratie, les étudiants rebelles, guerriers indigènes mapuches et les anarchistes subversifs continuent  à être persécutés par les mêmes lois fascistes de l’époque. Nous saluons Marcelo, Juan et Freddy à Santiago du donjon de haute sécurité, les combattants solides depuis l’époque du règne de Pinochet, et ceLLESux cibléEs par la dernière perquisition menée par l’Etat chilien et qui sont détenuEs dans la prison pour femmes de Temuco (qui a également été le théâtre d’une émeute récente) .

Enfin, notre équipe prend la responsabilité du récent incendie d’un 4×4 de police dans un garage de Pennywell Road à Easton. Ces serviteurs de l’Etat ne doivent jamais être en sécurité dans les rues de notre attaque ici, comme à Moscou, au Caire ou à Montréal.

NIQUE LA LOI ET LA POLICE DE PAIX!

Guerre aux politiciens, mort à l’Etat!

Des anarchistes indisciplinés (dans l’esprit de Millbank)

Traduit librement de l’anglais depuis indymedia.org.uk, 18/04/2013

[Grande-Bretagne] Fêtes sauvages pour célébrer la mort de Thatcher: émeute à Bristol – 8 avril 2013

Emeute à Bristol – 8 avril 2013

7 policiers ont été blessés – dont un grièvement – lors d’une « fête de rue » improvisée célébrant la mort de l’ancienne premier ministre Margaret Thatcher (« la Dame de Fer ») dans le quartier d’Easton, à Bristol.

timthumb.php6

Les affrontements ont éclaté après minuit alors qu’une foule bruyante de 200 personnes avait refusé d’obéir aux ordres de la police, qui étaient de se disperser.

Des dizaines de policiers en tenue anti-émeute ont utilisé leurs matraques pour disperser la foule, qui a répliqué par des jets de bouteilles et de poubelles.

Une voiture de police a été endommagée par des jets de projectiles et des feux de poubelles se sont propagés dans le quartier.

Plusieurs des policiers blessés ont du être transférés à l’hôpital, dont un est toujours hospitalisé pour une blessure au cou.

Un homme a été arrêté pour « troubles à l’ordre public ». Il aura fallu plus de deux heures à la police pour rétablir le calme.

La « fête » avait commencé devant le Chelsea Inn à Easton, qui est l’un des quartiers les plus pauvres et multi-culturels de Bristol.

Julian Styles, 58 ans, chômeur, qui a été licencié de son travail à l’usine en 1984, a dit: «ça fait 30 ans que j’attends la mort de cette sorcière. »

Selon le chef de police, l’inspecteur Mark Jackson, le rassemblement a pris de l’ampleur vers 22h30 quand la foule a rassemblé entre 150 et 200 personnes, jouant de la musique fort et incendiant le mobilier urbain.

L’émeute a éclaté au moment où plusieurs policiers sont intervenus pour couper la musique venant de la sono. C’est à cet instant que les premiers jets de cannettes ont commencé à partir en direction des forces de l’ordre.

timthumb.php timthumb.php5 timthumb.php2

Traduit approximativement de leur presse – SWNS.com, 09/04/2013

4 vidéos de cette fête populaire:

_____________________________________________________________________________

A Brixton, après la mort de Margaret Thatcher, on chante: «Ding dong, la sorcière est morte»

Thatcher1Tandis que les hommages à Margaret Thatcher continuent d’affluer de la part d’hommes politiques britanniques et étrangers, tous les Britanniques ne sont pas en deuil. Des centaines de personnes sont spontanément descendues dans les rues de plusieurs villes pour fêter sa disparition.

« Ding dong, la sorcière est morte ». A Brixton, c’est en reprenant la chanson du film culte Le Magicien d’Oz que des centaines de personnes ont investi la place principale du quartier, pour se réjouir sans retenue de la mort de Margaret Thatcher.

Brixton, quartier où réside une partie de la communauté jamaïcaine de Londres, avait été le théâtre d’émeutes violentes et meurtrières dans les années 80, au début de l’ère Thatcher. Des troubles déclenchés par de profondes divisions sociales et des tensions raciales.

« Je suis venu pour fêter symboliquement sa mort avec tous les autres », explique un des manifestants. « C’est elle qui est à l’origine de cette folie néolibérale dont nous sommes les victimes aujourd’hui. Les habitants de Brixton ont souffert. Ils ont souffert directement à cause de sa politique… »

Jeunes et moins jeunes, les manifestants avaient apporté bouteilles de champagne et mégaphones pour rappeler l’autre facette de celle que beaucoup appellent affectueusement « Maggie » depuis quelques années.

« Cette femme a fait de ma jeunesse un enfer »

Eux ne pardonnent pas le soutien au dictateur chilien Augusto Pinochet, le refus de sanctionner l’Afrique du Sud de l’apartheid ou les mesures comme la poll tax. « Cette femme a fait de ma jeunesse un enfer. Elle est responsable de la plupart des maux de notre société et je crois que la plupart des choses qu’on reproche aujourd’hui aux gens pauvres et aux gens malades sont en réalité sa faute », s’emporte un des londoniens présents.

Des rassemblements spontanés avec des réactions tout aussi viscérales se sont produits à Bristol et à Glasgow. Là, 300 personnes ont manifesté jusqu’au petit matin et ont même l’intention de recommencer mercredi prochain, jour des obsèques de la Dame de fer.

Leur presse – RFI.fr (Muriel Delcroix), 09/04/2013

Des fêtes de rue pour célébrer le décès de la « Dame de fer »

Le décès de l’ancienne Premier ministre britannique Margaret Thatcher a suscité autant d’hommages que de commentaires féroces. Certains quartiers ont même été jusqu’à fêter sa disparition dans la rue.

Environ 500 personnes ont improvisé une fête dans les rues du quartier londonien de Brixton, lundi 8 avril, pour célébrer la mort de l’ancienne Premier ministre britannique Margaret Thatcher, au pouvoir entre 1979 et 1990. Preuve que le bilan de la « Dame de fer » reste très controversé au Royaume-Uni, quelques heures après l’annonce de son décès, des habitants de ce quartier populaire et multiethnique se sont spontanément regroupés pour boire, chanter et danser sur des chansons des années 1980.

Certains d’entre eux brandissaient des pancartes sur lesquels ils avaient écrit : « Réjouissez-vous, Thatcher est morte ». D’autres se contentaient d’agiter le journal hebdomadaire de gauche « The Socialist Worker » dont la une titrait : « Réjouissez-vous ! Réjouissez-vous ! », en-dessous d’une caricature de l’ancienne chef du gouvernement.

« Beaucoup de gens sont contents de la voir partir »

Lorsque Margaret Thatcher était au pouvoir, au cours des années 1980, Brixton, où réside une importante population immigrée, fut le théâtre de deux émeutes majeures. « Les émeutes de Brixton étaient le résultat d’une discrimination raciale et sociale dont Thatcher était responsable », explique à FRANCE 24 Judith Orr, rédactrice en chef du « The Socialist Worker ». Et d’ajouter :

« Thatcher est toujours perçue par des millions de personnes issues des classes populaires comme quelqu’un qui a ruiné leur vie ».

Interrogée sur la convenance de fêter dans la rue la mort d’un individu, Judith Orr réplique :

« Beaucoup de gens, moi incluse, sont contents de la voir partir ».

Bien qu’elle soit trop jeune pour se souvenir des années Thatcher, Estelle Tooch, une Londonienne âgée de 23 ans qui réside à Brixton, n’a pas hésité à participer à la fête improvisée. « On peut toujours voir les dommages causés par sa politique, dit-elle, le taux de pauvreté qui existe aujourd’hui est directement lié à l’héritage qu’elle a laissé », se justifie-t-elle.

Si aucun incident n’a été enregistré à Brixton ou encore à Glasgow, en Écosse, où une fête similaire s’est tenue, ce ne fut pas le cas à Bristol (sud-ouest), où six policiers ont été blessés dans des échauffourées alors que 200 personnes s’étaient rassemblées pour célébrer le décès de Margaret Thatcher.

Leur presse thatcherisée – France24 (Tony Todd), 09/04/2013

Lire un compte-rendu de la soirée Thatcher Street Party à Bristol de lundi dernier (publié sur Indymedia Bristol)

Actions directes contre la police à Bristol et Nottingham

Attaque sur la police de Bristol revendiquée par des anarchistes

Tôt ce matin, nous avons mis le feu à un fourgon anti-émeute au poste de police Bishopston.

Nous nous réjouissons du soulèvement de beaucoup de jeunes brutalisés par l’Etat et marginalisés parce qu’ils établissent un nouveau rapport avec leur environnement, et avec d’autres insurgés quelconque ayant choisi la révolte dans toute l’Angleterre.

A tous les « citoyens » dégoûtés, étant capable de voir la violence de classe quotidienne, inhérente à cette société, seulement lorsque les tables sont retournées – à quoi vous vous êtes attendus ?

Nous assistons à une nouvelle ère de la guerre urbaine reforgée par divers milieux de combattants sociaux – à l’intérieur de laquelle, notre rôle en tant que révolutionnaires et anarchistes est de faire constamment avancer nos trajectoires et nos idées, d’étendre les attaques destructrices à de nouvelles zones et ä de nouveaux niveaux d’engagement, de trouver de complices dans les heurts (où et quand nos désire corrèlent) et de maintenir et d’étendre nos réseaux internationaux informels entre camarades.

Pendant que nous avons fait cette action, nous pensions à tous ceux tués par les flics, arrêtés pendant les émeutes, aux antifascistes emprisonnés dans ce pays.

Source : Indymedia Bristol

Traduit de l’anglais par Le Réveil, 09/08/2011

Cinq postes de police attaqués à Nottingham

Les émeutes ont éclaté à nouveau la nuit dernière à Nottingham lorsque cinq postes de police ont été attaqué avec des devices incendiaires artisanaux (i.e. des bombes d’essence). Les postes de police Canning Circus, The Meadows, Oxclose Lane, Bulwell et St Ann’s ont été pris pour cible par des émeutiers. Une voiture de police devant le poste des Meadows a également été incendié.

La police de Nottingham a déclaré avoir arrêté plus de 80 personnes en lien avec les troubles et ils s’attendent à ce que ce chiffre dépasse 100. Dix personnes ont été arrêtées lors d’un incident impliquant des jeunes grimpant sur le toit de la Nottingham High School près de Forest.

Peu importe que les experts de classe moyenne genre homme-dans-le-pub prétendent que c’est l’œuvre de noirs profiteurs engagé dans des « pillages récréatifs », le fait est que la police était la cible primaire de ce soulèvement. La seule autre cible significative, la Nottingham High School, est un symbole de la richesses et des opporunités des élites : une école payante avec des grands bâtiments et un terrain énorme, à deux pas des quartiers ouvriers d’Arboretum, de Radford et de Forest Fields.

Je ne doute pas qu’il y ait eu des incidents d’opportunisme et de vandalisme de maisons et de voitures ouvrières, mais la cible principale étaient les gens qui gardent les pauvrent en bas – les flics qui brutalisent et criminalisent et les écoles qui excluent les « racailles ».

Source : Indymedia Nottingham

Vu sur le Réveil, 10/08/2011

Les émeutes continuent de plus belle dans les quartiers londoniens … et s’étendent à Liverpool , Birmingham et Bristol

Emeutes de Londres : « On n’a plus rien à perdre »

REPORTAGE – Le district londonien de Hackney, très populaire, s’est encore embrasé lundi.

Troisième nuit d’émeutes en Angleterre, et le mouvement ne cesse de s’étendre. Lundi soir, Liverpool, Birmingham et Manchester étaient touchées à leur tour par des violences entre jeunes et policiers.

Dans le nord de Londres, le district populaire de Hackney est particulièrement touché. Casques sur la tête, bouclier au bras, les brigades anti-émeute ont multiplié les assauts dans la nuit de lundi à mardi. Face aux chiens de combat de la police, les pitbulls des casseurs, que plus rien n’arrête désormais.

« Le système est pourri »

Au milieu du chaos, posté à un carrefour, Clive, 25 ans, règle ses comptes avec la société. « Avant il y avait le gang de Hackney, le gang de Tottenham, le gang de Woodgreen… Maintenant c’est terminé. Tout le monde dit ‘merde, on y va tous ensemble' », explique-t-il au micro d’Europe 1.

« La seule solution c’est de combattre le feu par le feu », poursuit Clive. « Le système est pourri et nous, on a notre mot à dire (…) Aujourd’hui on n’en peut plus. Et on n’a plus rien à perdre ».

Magasins pillés, poubelles incendiées

Cagoulés, armés de barre de fer, de tessons de bouteilles et de briques, des hordes de casseurs lancés à toute vitesse dans les rues de la ville détruisent tout sur leur passage. Vitrines brisées, magasins pillés, poubelles incendiées…

Après une troisième nuit d’émeutes, les Londoniens se réveillent dans l’angoisse. Ils craignent désormais que la flambée de violence n’embrase toute la ville.

David Cameron, qui a annulé ses vacances en urgence, doit tenir mardi une réunion d’urgence avec les services de secours et les forces de l’ordre.

Presse bourgeoise – Europe1.fr, 09/08/2011

Les émeutes s’étendent en Angleterre, réunion de crise à Londres

LONDRES (Reuters) – Le Premier ministre britannique David Cameron doit tenir une réunion de crise mardi matin après une troisième nuit d’émeutes et de pillages qui ont touché de nombreux quartiers de Londres, mais aussi la province.La police a annoncé avoir arrêté 334 personnes à Londres et une centaine à Birmingham, dans le centre du pays.Au petit matin, les habitants de Londres ont découvert des rues jonchées de verre, de briques, de bouteilles cassées et des magasins vidés. La police a tenté durant la nuit de faire régner l’ordre face à des bandes d’émeutiers, qui ont utilisé téléphones portables et réseaux sociaux pour s’organiser.

Si le calme revenait en début de journées, on pouvait voir des voitures remplies d’objets volés circulant à grande vitesse dans la métropole.

Au plus fort des violences, les pompiers de Londres ont reconnu qu’ils manquaient de véhicules pour éteindre les incendies allumés par les émeutiers. David Cameron a interrompu lundi ses vacances en Italie pour retourner à Londres. Une réunion d’urgence est prévue à 09h00 (08h00 GMT) pour trouver les moyens de faire revenir le calme dans le pays.

IMAGE DU PAYS TERNIE ?

Certains observateurs expliquent que ces émeutes, les pires depuis des décennies dans le royaume, trouvent en partie leur origine dans les coupes claires réalisées dans les services sociaux afin de réduire le déficit budgétaire.De nombreux émeutiers, qui viennent souvent de quartiers où le chômage règne, se disent marginalisés. » »On n’a pas de boulot, pas d’argent (…) Nous avons entendu que des gars prenaient des trucs gratos, alors pourquoi pas nous ? », a dit E.Nan, entouré d’autres jeunes gens dans un quartier populaire de l’est de Londres, très touché par les émeutes.

Dans le quartier de Hackney, dans l’est de Londres, des jeunes, le visage dissimulé sous leur capuche, ont mis le feu à des poubelles, qu’ils ont fait rouler dans la rue sur la police, tout en jetant des bouteilles et des briques. Ils ont aussi vidé un magasin de ses bouteilles de bière et de whisky. »C’est triste de voir tout ça (…) Mais ces gamins n’ont pas de boulot, pas d’avenir et les coupes budgétaires n’ont fait qu’empirer la situation (…). Ce n’est que le début », estime un électricien de 39 ans d’Hackney, Anthony Burns. Des témoins ont assisté à des scènes similaires dans plusieurs quartiers ainsi qu’à Birmingham, Liverpool et Bristol.

A Ealing, dans l’ouest de la capitale, un habitant a dit à Reuters avoir vu 150 jeunes en capuches marchant dans la rue, cassant toutes les vitres des voitures sur leur passage.Le gouvernement britannique a qualifié lundi de criminels les émeutiers qui ont attaqué la police, pillé des magasins et incendié des bâtiments, en affirmant que ces violences n’affecteraient pas la tenue des Jeux olympiques 2012.Mais les images qui passent en boucle sur les chaînes d’information, montrant des bâtiments en feu et des jeunes armés de battes de baseball en train de saccager des magasins, risquent de ternir l’image de la Grande-Bretagne. »C’était de la violence gratuite et du vol opportuniste, rien de plus, rien de mois. C’est absolument inacceptable », a déclaré le vice-Premier ministre Nick Clegg. En raison des violences, des matches de football de la Coupe de la Ligue anglaise prévus mardi soir ont dû être annulés.

Les émeutes trouvent leur origine dans une marche à Nottingham, dans le nord de Londres, en mémoire d’un homme de 29 ans décédé jeudi lors d’un échange de coups de feu avec la police. La marche a ensuite dégénéré et les premières violences ont débuté samedi soir à Nottingham.

Presse bourgeoise  -Le Point, 09/08/2011

Nouvelles émeutes à Londres

Les violences ont repris hier soir pour le 3e jour consécutif./Photo AFP

Londres, sous le choc, a connu une troisième journée consécutive de violences et de pillages lundi, contraignant le Premier ministre britannique David Cameron à écourter ses vacances pour rentrer dans la capitale en urgence. Le Premier ministre, qui était en vacances en Toscane, tiendra une réunion d’urgence aujourd’hui avec les services de secours et va s’entretenir avec la ministre de l’Intérieur et le chef de la police.Au total, 215 personnes – dont un garçon de onze ans – ont été arrêtées depuis le début des violences.De nouveaux affrontements entre les jeunes et la police ont éclaté hier dans plusieurs quartiers de la capitale après les premières violences survenues samedi à Tottenham (nord de Londres) et pendant tout le week-end. « Je demande aux parents de commencer à contacter leurs enfants pour leur demander où ils se trouvent », a déclaré le chef de la police Tim Godwin, au cours d’un point de presse improvisé.Dans la soirée, des groupes de jeunes se sont rassemblés dans le quartier de Hackney, à quelques encablures du site des futurs Jeux olympiques, pillant des magasins et un camion. Plusieurs voitures ont été incendiées jusqu’à ce que la police repousse les émeutiers.La police a également dû intervenir dans plusieurs quartiers de la capitale et à Birmingham..Les premiers troubles avaient éclaté samedi à Tottenham, quartier multiethnique et déshérité du nord de Londres dans la foulée d’une manifestation pour réclamer « justice » après la mort d’un homme de 29 ans, Mark Duggan, tué lors d’une opération des forces de l’ordre.Le numéro deux du gouvernement, Nick Clegg, qui s’est rendu à Tottenham, hier, a condamné une « vague de violence gratuite », n’ayant « absolument rien à voir avec la mort de Mark Duggan », un père de famille.

Presse bourgeoise  – La Dépêche, 09/08/2011

les émeutes s’étendent à Birmingham, Liverpool et Bristol

La pression ne retombe pas à Londres. Les violences se sont poursuivies dans la nuit de lundi à mardi dans la capitale britannique, pour la troisième journée consécutive, et se sont étendues à la province. 

Le Premier ministre britannique David Cameron a même décidé d’écourter ses vacances en Toscane (Italie) pour rentrer à Londres dans la nuit de lundi à mardi.

Il devrait tenir une réunion d’urgence avec les services de secours.

Londres (Royaume-Uni), 8 août. Une voiture brûle dans le quartier du Hackney, dans le nord de Londres, peu avant la tombée de la nuit.

Dans la nuit de lundi à mardi, violences et pillages se sont également propagés dans la nuit aux villes anglaises de Birmingham, de Liverpool et de Bristol, soit au centre, au nord-ouest et au sud-ouest de l’Angleterre. Lundi soir à Londres, des groupes de jeunes s’étaient rassemblés dans le quartier de Hackney, dans l’est de la capitale, pillant des magasins et un camion. Plusieurs voitures ont également été incendiées jusqu’à ce que la police repousse les émeutiers.

Scotland Yard a annoncé avoir déployé 1 700 policiers supplémentaires pour faire face aux pires incidents survenus dans la capitale britannique depuis des années. La police a également dû intervenir à Croydon, où des feux spectaculaires étaient en cours lundi soir selon les images de la BBC, à Lewisham et à Peckham, dans le sud de Londres. A Peckham, des commerces étaient en feu et les flammes menaçaient de se propager à d’autres immeubles alors que des jeunes ont tenté de mettre le feu à un autobus à impériale, selon des images de télévision.

«Incroyable niveau de violence» contre les policiers

Toute la journée de lundi, des groupes de jeunes ont harcelé les forces de l’ordre et pillé des magasins dans plusieurs quartiers de la ville. Ces nouveaux incidents font suites aux émeutes survenues dans la nuit de samedi à dimanche à Tottenham, dans la foulée d’une manifestation pour réclamer «justice» après la mort d’un homme de 29 ans, Mark Duggan, tué lors d’une opération des forces de l’ordre contre la criminalité au sein de la communauté noire.

Mardi, 334 personnes, dont un garçon de onze ans, avaient été arrêtées depuis le début des violences. Au moins neuf membres des forces de l’ordre ont été blessés durant la nuit de dimanche à lundi, dont trois après avoir été heurtés par un véhicule roulant à vive allure. Trente-cinq au total ont été blessés depuis le début de ces émeutes, a indiqué la police, qui s’est dite «choquée par cet incroyable niveau de violence à leur encontre».

Scènes de pillage en province

En province, la police des West Midlands a confirmé l’arrestation de 87 jeunes qui, dans le centre de Birmingham, brisaient des vitrines de magasins et se livraient au pillage. Elle a indiqué qu’un commissariat de Birmingham était en feu. A Liverpool, la police locale a elle aussi indiqué être confrontée à des scènes de violence, notamment l’incendie de plusieurs voitures.

En ce qui concerne la capitale britannique, le chef de la police Tim Godwin a demandé «aux parents de commencer à contacter leurs enfants pour leur demander où ils se trouvent».

Presse bourgeoise – LeParisien.fr, 09/08/2011

Jeunes et policiers s’affrontent de nouveau à l’est de Londres

La BBC a filmé un groupe de jeunes attaquant des voitures de police, en fin d'après-midi dans le quartier de Hackney, à l'est de Londres.

La BBC a filmé un groupe de jeunes attaquant des voitures de police, en fin d’après-midi dans le quartier de Hackney, à l’est de Londres.BBC

De nouvelles violences ont éclaté lundi soir à Hackney, un quartier de la banlieue est de Londres. D’après les images de la BBC, des groupes de jeunes armés de bâtons, de barres de fer et de projectiles ont commencé à s’attaquer aux vitrines de magasins et à des bus en fin d’après-midi, puis ont affronté des policiers en tenue anti-émeute. Au moins un véhicule de police a été détruit.

D’après leGuardian, les violences ont commencé lors d’une opération de contrôle. Scotland Yard a en effet autorisé dans plusieurs quartiers une procédure exceptionnelle permettant aux agents de procéder à des contrôles d’identité et à des fouilles sans motif précis.

RETOUR DE LA MINISTRE DE L’INTÉRIEUR

La ministre de l’intérieur, Theresa May, a rencontré cet après-midi les responsables de la police. En vacances lors du déclenchement des violences, samedi, la ministre a été critiquée pour ne pas être rentrée plus tôt. Le maire de Londres, Boris Johnson, doit rentrer dans la capitale demain mardi.

L’IPCC, la police des polices, a affirmé ce lundi que les résultats des expertises balistiques sur la mort de Mark Duggan, l’homme dont la mort a déclenché les violences, seraient publiés sous 24 heures. Abattu par la police alors qu’il se rendait en taxi chez son amie, l’homme transportait une arme à feu, selon les premiers éléments de l’enquête. Au cours de la fusillade, un officier de police avait été blessé par balle, mais d’après des sources policières, la balle pourrait avoir été tirée par un autre officier de police. L’IPCC s’est refusée à commenter l’avancée de l’enquête, mais devrait annoncer d’ici à mardi soir si Mark Duggan avait ou non utilisé une arme avant d’être abattu.

Presse bourgeoise – Le Monde.fr, 08/08/211 à 19h07