[Etats-Unis/Fuck Nazis] Ripostes antifascistes à la marche raciste du KKK et du NSM – Atlanta, 19 et 20 avril 2013

Le 20 Avril 2013, environ 200 personnes se sont rassemblées pour protester contre un rassemblement « anti-immigration » organisé par le groupe néo-nazi « Mouvement national-socialiste » et le Klu Klux Klan.

L'affiche de la mobilisation

La veille au soir un communiqué anonyme a été publié par quelques antifascistes d’Atlanta:

« Le 19 Avril 2013, des antifascistes d’Atlanta se sont rendus au Wellesley Inn Hôtel, où le groupe néo-nazi connu sous le nom du Mouvement national-socialiste tenait son congrès annuel. Nous avons fracassé toutes les fenêtres et crevé un pneu de la voiture de leur membre Richard Wight. Nous avons fait cela pour perturber leur conférence, attirer l’attention sur leur présence lors de la conférence, les frapper financièrement, et leur montrer qu’il y aura toujours des conséquences pour les organisations fascistes.

-Va te faire foutre abruti de nazi! ATLANTA ANTIFA « 

(Source: Indymedia Atlanta, 19 avril 2013)

(Il a été révélé plus tard que la direction de l’hôtel ait demandée au NSM de partir)

Il y avait seulement 40 fascistes  environ présents lors de la manifestation – opposés aux 200 personnes prêtes à riposter. Les contre-manifestants ont tenu deux banderoles, une disant «Rappelez-vous Tinley Park? » et «(A) – Combattons les fascistes». Les rues environnantes étaient également ornées de propagande antifasciste.

À l’arrivée de contre-manifestants, la police a immédiatement intervenus et a menacé les manifestants. Avec un certain succès les flics ont réussi à séparer la foule en trois parties. Nous devons toujours éviter de se laisser diviser. La solidarité nous donne la force.

Pendant ce temps, il n’y avait aucune présence visible de manifestants nazis (autres que ceux avec des insignes), mais dès que le Klan et le NSM se sont montrés, en marchant sur le trottoir vers le Capitole, la foule a immédiatement commencé à se diriger vers eux. La police de l’État de Géorgie a sorti un fusil d’assaut pour calmer les gens.

Le NSM et le Klan ont été escortés par les flics et leur rassemblement fasciste a commencé. La police a tenté de bloquer une partie de la rue, en plaçant seulement une petite ligne de flics, de taille moyenne, et quelques barrières entre les nazis et la contre-manifestation. La foule s’est rendue compte que les flics n’étaient pas prêts à la contenir si elle chargeait vers l’avant et a pris le trottoir en face de leur marche. La majorité de la racaille nazie n’a jamais tourné le dos à la foule en colère et semblait visiblement peu rassurée comte tenu des insultes qui leur étaient adressées. Des gens de la foule criaient « Tuez-vous », « Crevez s’il vous plaît», «Crevez abrutis de nazis», entre autres. Vers la fin de la marche, certains des plus jeunes néo-nazis sont venus vers les barrières, criant qu’ils voulaient agresser sexuellement et affronter la foule. La foule a répondu à leurs menaces par des crachats et le majeur élevé bien haut. Une fois que plusieurs camera men étaient près d’eux, de nombreux nazis ont craint d’être pris en photo.

Salut nazi d'un membre du NSM devant les antifascistes rassemblés

Salut nazi d’un membre du NSM devant les antifascistes

Lorsque le rassemblement s’est terminé, les nazis ont été escortés dans la rue par les flics et la foule les a suivit, en se mettant de l’autre côté de la rue en leur hurlant de dégager d’Atlanta. Les policiers ne se montraient pas préparés pour ce type de confrontation et ont été contraints de faire appel à d’autres unités d’intervention, dont des patrouilles à cheval. Les nazis ont été forcés de se réfugier dans le parking, conduits à l’intérieur par la police d’Atlanta. Réalisant qu’il y avait qu’une seule entrée, la foule alors entouré le parking. Une partie de la foule était assez proche pour essayer de péter la clôture sur le côté du pont, mais la police a réussi à intervenir avant.

Il y a eu une arrestation pendant la contre-manif après qu’un flic ait harcelé une personne pour avoir refusé de lui remettre une pancarte qui disait « Nazis Fuck off « . La personne a été battu par environ 6 officiers et accusé de délit. (la personne doit être libérée à l’heure qu’il est.)

1366604920-2661

Les flics ne semblaient pas être prêts à réagir s’il y avait eu davantage de personnes présentes et préparées. Les possibilités de rendre la situation incontrôlable étaient nombreuses. Étant donné qu’il y avait certainement plus de manifestant.e.s que de flics et fachos réunis et qu’à de nombreuses reprises les flics ont dû courir pour rattraper l’action, les choses auraient pu peut-être se terminer différemment. Cependant, à la fin, le message était clair: les merdes fascistes et néo-nazies ne sont pas les bienvenus à Atlanta ou dans nos vies.

Fuck Nazis (A)

Traduit de Indymedia Atlanta, 20/04/2013

Une manifestante antifasciste a été violemment interpellée par les flics lors des protestations contre la tenue d’une manifestation anti-immigrés organisée par les néo-nazis du NSM et du KKK, samedi 20 avril 2013 au Capitol de Géorgie, dans le centre d’Atlanta.

Durant son audition au commissariat, la jeune fille de 21 ans a également du faire face au harcèlement misogyne et anti-LGBT des policiers.

Source: Indymedia Atlanta, 2/04/2013 à 15h01

Une vidéo du rassemblement nazi, couvert en partie par les protestations des antifascistes:

Source photos: clatl.com, 22/04/2013 à 10h46

[Etats-Unis] Marche anti-police vers la prison – Atlanta, 22 octobre 2012

Le 22 Octobre à 16h, environ 50 personnes se sont rassemblées dans le Woodruff Park dans le cadre de la journée annuelle contre la «brutalité policière et la criminalisation d’une génération. » Le rassemblement était variée et il y avait une poignée de visages couverts de foulards et masqués dans la foule.

Pendant environ une heure, des intervenants de la Coalition 22 Octobre ont prononcé des discours tandis que d’autres jouaient du tambour ou posé pour des photos devant l’énorme banderole « Fuck the Police ». Autour de 17 heures, la foule a commencé à marcher vers le centre de détention de la ville d’Atlanta. Bien que les organisateurs aient d’abord tenté de garder la foule sur le trottoir, plusieurs manifestant.e.s cagoulé.e.s, des batteurs de tambour et quelques personnes détenant un drapeau rouge ont défilé dans la rue. Le reste de la foule les a rejoint et ont envahi les quatre voies de circulation, tout comme les organisateurs de l’évènement qui ont donné leur accord.

Chants, banderoles et tambours ont enthousiasmé de nombreuses personnes qui se sont précipitées dans la rue avec le majeur en l’air en criant « fuck the police!« 

Quand la foule – qui était passée à plus de 60 personnes- a atteint la Maison d’Arrêt d’Atlanta, des dizaines de manifestant.e.s ont investi la place et ont commencé à taper sur les portes d’entrée vitrées. Les organisateurs de la Coalition 22 octobre ont invité la foule à écouter les discours, forçant à maintenir le reste de la foule sur le trottoir. Certaines personnes qui ont pris la parole étaient des membres de famille tués par la police. La majorité des discours venait des organisateurs de l’évènement eux-mêmes. Tandis que l’évènement passait, quelques personnes ont commencé à s’habiller en noir et à se cagouler. Après environ une heure et demie de discours, la foule est partie.

Après les derniers discours, la foule a commencé à marcher et a immédiatement pris les rues. Quelqu’un de la foule a marqué un (A) cerclé et a écrit « ACAB » sur channel2  tandis que d’autres ont commencé à chanter au son des tambours. […]

Sur la place à la station Five Points, quelqu’un sans un masque a renversé un barrage de police. Je m’attendais à entendre des huées. Au lieu de cela, toute la foule a applaudi et il y a eu des encouragements. Quelqu’un d’autre qui avait rejoint la marche de dessus du trottoir ramassé un barrage de police en acier et est retourné avec plus d’applaudissements et d’enthousiasme. Rapidement, l’un des organisateurs de l’évènement s’est approché du jeune et lui a demandé de s’arrêter. Immédiatement, quelques gens masqués approché l’enfant et lui ont fait savoir que ce qu’il faisait était génial et ils ont échangé entre eux et ont pris contact.

Une autre personne dans la foule a renversé un panneau de devanture d’un restaurant local en face du propriétaire. Le chef d’entreprise chargé dans la foule et a attrapé une personne masquée la plus proche de lui et a exigé qu’il ramasse le panneau. Ils ne sont pas conformes, mais personne n’a aidé à repousser le propriétaire du magasin en colère. Peut-être que la dynamique des foules indisciplinées étaient plus diffus parce qu’il n’y avait pas de black bloc, ce qui est quelque chose à laquelle nous avons également assisté au printemps dernier. Ce n’est pas une excuse pour renoncer à l’organisation de groupes affinitaires, sans lesquels nous sommes vulnérables.

La manif a défilé vers Woodruff Park où les gens ont discuté avec enthousiasme de cette marche et ont échangé leurs coordonnées. […]

Des photos de cette manifestation contre les violences policières ici et .

Une vidéo

Traduit de l’anglais d’Indymedia Atlanta (23/10/2012) via Anarchist News

[Etats-Unis] Nouvelles attaques solidaires dans plusieurs villes

Etats-Unis : attaques solidaires dans plusieurs villes [mis à jour]

[Dans la matinée du mercredi 25 juillet, plusieurs domiciles ont été perquisitionnés par le FBI et la Force opérationnelle interarmées anti-terroriste de Portland. Six camarades de Portland, Olympia et Seattle ont été convoqués devant le « Grand Jury » fédéral au Palais de justice de Seattle le 2 août. Deux autres sont dans la nature.

Les 6 doivent notamment témoigner sur plusieurs attaques, dont celle contre le tribunal de Seattle lors de la manif du 1er mai dernier. C’est bien sûr un prétexte pour lancer une nouvelle opération répressive contre les subversifs du coin.

Plusieurs d’entre eux, dont Dennison Williams et Leah-Lynn Plante ont déjà annoncé dans une lettre publique qu’ils refuseraient de collaborer à l’enquête menée par le « Grand Jury » contre les anarchistes [cet organisme n’est pas un tribunal, mais est chargé d’enquêter en demandant de balancer noms et faits, et de rechercher des « preuves »], en ne répondant pas aux questions. Lorsque quelqu’un refuse de collaborer à un « Grand Jury », il est généralement incarcéré jusqu’à 18 mois de prison, pour « obstruction à la cour ». Un autre a écrit une lettre pour expliquer pourquoi il s’est tracé.

En solidarité avec eux se développent actuellement aux Etats-Unis des attaques solidaires dans plusieurs villes (1 et 2) […]


Dear Northwest (Milwaukee, WI) : le Qg d’Obama et des véhicules de police attaqués

Traduit de anews, 9 août 2012

La nuit du 2 août, nous avons mis hors service 3 voitures de police et un de leur panier à salade. Nous avons ensuite attaqué la pizzéria des keufs (NYPD) en modifiant son enseigne pour écrire « suicidons nos flics », en référence à un groupe hard core du Milwaukee d’avant.

Le 3 août, nous avons brisé les vitres du centre de campagne d’Obama, laissé le tag « ou est ton dieu ? » [sic] sur le mur.

En attendant plus.

Fuck it, just do it.
Milwaukee


Atlanta (GA) : banderole et parcmètres défoncés

Traduit de saynothing, 7 août 2012

La nuit du 5 août, nous avons utilisé de l’adhésif industriel et un marteau pour mettre hors service tous les parcmètres de l’Edgewood Avenue, quartier de Old Fourth Ward à atlanta (45 parcmètres défoncés). Sur un mur, nous avons tagué “FUCK THE GRAND JURY – ❤ FOR PNW (A)”.

Ce n’est qu’un petit geste de solidarité avec les compagnons de Portland, Seattle et Olympia qui résistent au « grand jury » qui a lancé 6 convocations le mois dernier. Nous savons que l’objectif de ces auditions est d’éliminer la rébellion de ceux de la côte du Nord-Ouest du Pacifique qui ont contribué à la montée de la guerre sociale dont nous faisons tous partie. A travers tout le pays – à San Francisco, Oakland, New York, East St. Louis, the Twin Cities, Seattle, et ailleurs – des anarchistes ont décidé d’affronter cette répression en continuant d’attaquer l’ordre social dominant. Nous espérons que notre modeste action réchauffera les coeurs de tous ceux qui résistent.

Enfin, nous voulons préciser qu’il existe une haine profonde contre le renforcement de la privatisation des parkings à Atlanta. Nous avons choisi cette cible pour les effets immédiats qu’elle a dans nos vies et pour étendre les flammes de rage contre le renforcement des parkings payants et de la loi en général.

Pour plus d’information, visitez http://saynothing.info

Il est facile d’attaquer !

Des anarchistes

Source: Brèves du désordre