[Grèce] Sabotages solidaires avec les prisonniers de la guerre sociale – Athènes, 6 février 2013

feu au prisonsPour le Février Noir

Dans les premières heures du 6 Février (2013), nous sommes descenduEs dans les rues du centre-ville d’Athènes pour peindre des slogans anarchistes sur les murs et faire tout ce qui pourrait survenir à notre encontre. Plein d’enthousiasme, nous avons aveuglé 3 caméras de surveillance d’Agrotiki et des succursales de la Banque nationale et saboté aussi leurs guichets automatiques.

Liberté pour les 4 otages de l’affaire Kozani, pour Freddy, Marcelo, Juan au Chili, et pour Marco Camenisch: nous ne devons pas le laisser vieillir à l’intérieur des geôles suisses!

Traduit d’Athens Indymedia (06/02/2013 à 19h22) en collaboration avec Contra-info

[Grèce] Les partisans d’Aube Dorée travaillent – Athènes, 1er février 2013

Athènes, samedi 3 février : Rassemblement de protestation à Thissio suite au meurtre d’un autre immigré

Le 1er février 2013 à environ 20h30, des vendeurs de rue immigrés dans le quartier de Thissio ont été pourchassés par la police municipale d’Athènes, qui a attrapé un des immigrant à l’angle juste au-dessus de la station de métro Thissio.

Quand les flics ont tenté de voler la marchandise du travailleur en le poussant, Babakar Ndiaye (un sénégalais de 38 ans) est tombé sur les rails du métro d’une hauteur de 7 mètres, où il est mort instantanément.

Après la poursuite meurtrière de la police, plusieurs passants, d’autres vendeurs et des personnes en solidarité se sont rassemblés à l’endroit portant le deuil de la perte de Babakar. Peu après, des escadrons anti-émeutes se sont déployés dans la zone, où ils ont attaqués et dispersés la foule avec des gazs lacrymos, etc.. Pendant les heures suivantes, dans le centre-ville, des dizaines d’immigrés ont été arrêtés par la police. Tous les détenus ont été relâchés, sauf 2 immigrants qui restent détenus aux postes de police. Néanmoins, d’après des témoins oculaires, les tueurs en uniformes municipaux qui ont causé la mort de Babakar à Thissio auraient disparu juste après le meurtre, sans qu’on en ait retrouvé la trace jusqu’à maintenant.

Le jour suivant, l’Assemblée des immigrés et des personnes solidaires de ASOEE a initié à une discussion à laquelle plus de 80 immigrants ont participé, et où les gens ont pu partager plus d’informations sur ce qui s’était passé.

Il a ainsi été décidé de mettre en place un rassemblement de protestation avec système audio devant la station de métro de Thissio le dimanche 3 février à 13h, afin d’informer plus de gens sur ce nouveau meurtre fasciste. De plus, le lundi 4 février à 17h, une discussion ouverte aura lieu dans le bâtiment d’ASOEE (faculté d’économie), sur l’avenue Patission, afin d’échanger des idées, de joindre des forces et d’organiser les actions à venir contre la violence policière et le racisme, en solidarité avec tous les opprimés d’Athènes et d’ailleurs.

Rien ne doit rester sans réponses face aux meurtres étatiques et para-étatiques.
Luttes communes des locaux et des immigrés.

Assemblée d’immigrés et solidaires d’ASOEE

“Shehzad Luqman, 27 ans, massacrés par des partisans de l’Aube Dorée. Le silence face aux attaques fasciste c’est la complicité”

“Shehzad Luqman, 27 ans, massacrés par des partisans de l’Aube Dorée. Le silence face aux attaques fasciste c’est la complicité”

– Banderole du lieu social autogéré Stegastro (“Refuge”) dans le quartier de Galatsi-Lambrini, en relation avec le meurtre d’un travailleur immigré pakistanais (le 17/01) à Ano Petralona, un quartier adjacent à Thissio

Source: Contra-info, 3 février 2013

[Grèce] Revendication d’attaques incendiaires à Athènes

Athènes : Communiqué de revendication pour des attaques incendiaires sur trois jours

Chaque fois que vous nous attaquez, nous devons frapper en retour.

molotowGROSSVous expulsez nos bâtiments, vous emprisonnez nos compagnons et vous attaquez nos manifestations. Nous brûlons vos bureaux, vos banques et vos services. Vous réprimez les subversifs, le mouvement radical afin de “vendre” la paix, l’ordre et la sécurité. Vous lancez des attaques contre nous parce que vous voulez faire du pied à vos électeurs d’extrême-droite qui quittent vos rangs pour Chrissi Avgi/Aube Dorée, afin de leur montrer que vous êtes également fasciste. Vous tentez de maintenir votre domination en investissant dans le traitement de l’”absence de loi”. Vous nous combattez seulement pour cacher vos plus ignobles scandales, votre corruption et vos pots-de-vin. Vous condamnez la violence tandis que vous jetez des populations entières dans la pauvreté. Nous prévoyons la fin de votre monde. Nous avons déjà jeté les fondations de notre civilisation et nous nous élargissons continuellement.

Nous souhaitons n’avoir rien à voir avec vos valeurs pourries. Solidarité, liberté, égalité. Voilà nos principes. Ôtez vos pattes de nos engagements et compagnons. Vos efforts pour stopper notre expansion tomberont dans des oreilles de sourds. Cela fut montré par la manifestation du samedi 12 janvier ; cela fut montré par les nuits enflammées antérieures à aujourd’hui.

Nous revendiquons la responsabilité des attaques incendiaires sur trois jours (vendredi/samedi/dimanche 11-13/01):

Sur des permanences des organisations suivantes :
Les permanences du parti Nea Dimokratia à Dafni, Halandri, Glyfada, Argyroupoli et Kypseli ;
La permanence du parti PASOK à Glyfada ;
Les bureaux de la Compagnie Publique d’Éléctricité à Menidi.

Sur des DAB de succursales bancaires :

À Vyronas (deux DAB dans le même quartier), Nea Smyrni, Neo Iraklio, Kaisariani (deux DAB dans le même quartier), Kypseli, Papagou et Drapetsona (deux DAB dans le même quartier).

  • Deux succursales bancaires à Kaisariani
  • Une voiture du corps diplomatique à Elliniko
  • Un véhicule de la Poste Hellène (ELTA) à Ilion
  • Et pour finir, une moto de flic à Zografou.

Solidarité avec les squats Villa Amalias, Skaramaga et Lelas Karagianni, et avec les compagnons qui sont poursuivis.

Source: Contra-info, 16 janvier 2012

[Grèce] Appel à la solidarité antifasciste internationale – Athènes, 19 janvier 2013

Un appel à la solidarité internationale

Nous appelons les antifascistes qui ont été alertés par la montée d’Aube Dorée et des néo-nazis et ceux qui sont dans la solidarité avec le peuple grec. Notre appel à la solidarité internationale est aujourd’hui devenu celui pour un mouvement international antifasciste.

Des manifestations devant les ambassades et consulats grecs sont maintenant organisés à Londres (Royaume-Uni), Dublin et Derry (Irlande), Barcelone et Ossona (Catalunya), Lyon (France), Tampere (Finlande), Chicago et New York (États-Unis) et des nouvelles d’initiatives dans d’autres pays sont reluisantes.

Nous demandons plus de manifestations en solidarité avec le mouvement antifasciste grec, qui se prépare à une grande manifestation de force sur la place Syntagma, le 19 Janvier. Ce n’est pas seulement une affaire internationale, il fait partie d’un effort concerté visant à construire un mouvement qui va cibler le fascisme et le racisme en hausse en Europe et dans le monde entier.

Nous vous demandons:

  1. De nous contacter et nous donner les détails de vos activités sur la journée, grâce à facebook, twitter ou par courriel: antiracismfascism@yahoo.gr
  2. Pour nous envoyer des photos et des vidéos de soutien, affiches, en indiquant votre solidarité.
  3. Pour nous envoyer des déclarations de soutien qui seront lues à partir de la plate-forme le jour de la manif et concert à la place Syntagma.
  4. De prendre des photos de vos événements/actions de solidarité et de nous les envoyer, afin de faire connaître la taille et l’ampleur de notre mouvement.

Dans le cas où les gens se déplacent à Athènes pour se joindre à nous pour la journée, nous serions reconnaissants si vous pouviez nous contacter. Nous ne pouvons pas fournir de facilités, nous sommes déjà débordés de l’activité, mais il y aura une réunion informelle des invités internationaux, le vendredi soir, la veille de la manif. Et nous voulons que la présence internationale soit aussi organisée que possible à la manifestation elle-même.

Si vous avez d’autres idées sur la façon d’aider, n’hésitez pas à nous contacter afin de coordonner nos activités. Le mouvement antifasciste grec est à la tête d’une grande confrontation avec ce qui semble être le soulèvement le plus dangereux de l’extrême-droite néo-nazie depuis des décennies. Nous demandons à nos amis de se lever et de se compter pour le 19 Janvier.

En toute solidarité,

Le comité d’organisation du « 19 Janvier – Athènes ville antifasciste »

Traduit de l’anglais (AthensAntifa19jan, 9 janvier 2013) par un camarade (transmis par mail, 14/01/2013)

Ci-dessous la liste des ambassades et consulats grecs partout en France:

A Paris :

  • Ambassade – Adresse : 17, rue Auguste-Vacquerie 75116 Paris; Tél :  01.47.23.72.28; Fax : 01.47.23.73.85; Courriel : mfapar@wanadoo.fr
  • Bureau consulaire – Adresse : 23, rue Galilée; 75116 Paris; Tél : 01.47.23.72.23/01.47.20.40.64; Fax : 01.47.20.70.28; Courriel : congre1@noos.fr

A Ajaccio:

  • Consulat honoraire – Adresse : Rue du Docteur Petrolacci 20130 Garges; Tél : 04.95.21.91.37; Fax : 04.95.26.43.60

A Bordeaux:

  • Consulat honoraire – Adresse : 95, rue Ducau; 33000 Bordeaux; Tél 05.57.87.04.76; Fax : 05.57.87.04.76; Courriel : consulgrecebordeaux@yahoo.fr

A Cherbourg:

  • Consulat honoraire – Adresse : 104, rue Emmanuel Liais B.P.629 50106 Cherbourg Cedex; Tél :  02.33.10.02.02; Fax : 02.33.10.02.03

A Grenoble:

Au Havre:

  • Consulat honoraire – Adresse: 28, rue du Général de Gaulle 76310 Sainte-Adresse; Tél :  02.35.46.28.92 ; Fax : 02.35.46.73.16

A Lille:

  • Consulat honoraire – Adresse: 21 rue Jules Ferry 59370 Mons-en-Baroeul; Tél : 03.20.33.46.25/03.20.33.28.92; Fax : 03.20.33.28.92; Courriel : consulatgrecelille@yahoo.fr

A Lyon:

  • Consulat honoraire – Adresse: 7, rue Barreme 69006 Lyon; Tél :  04.78.89.46.69  /  04.78.89.22.50; Fax : 04.78.93.37.17

A Nantes:

  • Consulat honoraire – Adresse: 22 rue Kervégan 44000 Nantes; Tél: 02.40.98.20.41; Fax : 02.40.98.20.41; Courriel : consulatdegrecenantes@yahoo.fr

A St-Etienne:

  • Consulat honoraire – Adresse: 15, rue de la Paix 42000 Saint-Etienne; Tél: 04.77.32.41.66; Fax : 04.77.41.47.17

A Strasbourg:

  • Consulat honoraire – Adresse: 49 avenue des Vosges 67000 Strasbourg; Tél: 03.88.35.40.24; Fax : 03.88.25.05.24

A Marseille:

  • Consulat général – Adresse: 38, rue Grignan 13001 Marseille; Tél :  04.91.33.08.69; Fax : 04.91.54.08.31; Courriel : cons.g.gr.mars@wanadoo.fr

A Nice:

  • Consulat général honoraire – Adresse: 2, avenue Desambrois 06000 Nice; Tél : 04.93.85.41.40/04.93.37.85.69; Fax : 09.51.00.60.49

A Calais:

  • Vice-Consulat honoraire – Adresse: 12 boulevard des alliés – B.P 817 62225 Calais Cédex; Tél :  03.21.97.27.00; Fax : 03.21.97.41.59

[Etats-Unis] Le consulat grec tagué en représailles des expulsions des squats Villa Amalias et Skaramaga à Athènes – San Fransisco, 9 janvier 2013

San Francisco: le consulat grec tagué

Combattons le fascisme! Diffusons l’Anarchie!

Dans la nuit du 9 Janvier, nous avons peint à la bombe la façade et l’écusson du consulat grec à San Francisco. Nous aurions fait plus, mais malheureusement, il y a un appartement au-dessus du consulat. Ce souci de la vie est quelque chose que nos ennemis fascistes ne partagent pas.

Plus tôt ce matin, sous la direction de la droite PM Samaras et son ministre de l’Ordre public, la police grecque a expulsé la réoccupation du squat Villa Amalias, puis expulsé le squat Skaramaga. Cela a suffi à susciter notre colère et cette modeste action est de montrer la solidarité avec nos camarades lointains. Il y a assez de documentation de la collaboration entre le gouvernement grec et le parti fasciste Golden Dawn. Villa Amalias a été expulsé en raison de son emplacement spécifique à Athènes, à la frontière entre le territoire fasciste et le quartier immigré. Il est impératif que la lutte contre le fascisme s’intensifie face à cet assaut.

Cette action a pris trois heures de nos vies. Nous comprenons que les gens se sentent tristes et sans espoir, mais nous tenons à vous rappeler qu’il est facile d’agir. La rage peut être libérée, la tristesse peut se changer en joie. Nous encourageons les gens à planifier des manifestations contre les consulats et les ambassades grecques, cibler des sociétés grecques, et se ruer sur n’importe quelle cible qui soit digne d’attaquer. Faire plus que nous, mieux que nous, et de combattre jusqu’au bout.

1, 100, 1000 Villa Amalias ! Défendons tous les squats !

Vive l’anarchie !

Brigada-Maricones

PS: Nous sommes hellas faible aux États-Unis, mais nous essayons de ne pas l’être =)

Traduit de l’anglais d’Indybay (10/01/2013 à 12h21) par Le Chat Noir Emeutier, 11/01/2013 à 13h36

[Crève la taule…partout] Gestes et actions contre les prisons lors de la nuit de la St-Sylvestre

A Rennes (35):

Nique la taule

Salpètre et chlorate

Vers minuit, on se promenaient, fin sobres, en longeant les murs pour échapper à l’hypocrite élan socialisant annuel des passants, le sourire aux lèvres rouges avinées et de bave gluante dans les yeux (ceux qui fêtent la nouvelle année en fait).

Derrière les ombres immobiles des murs de la taule de meufs à Rennes, nous aperçumes plusieurs groupes de gen-te-s qui, en hurlant des trucs sympas, firent exploser (non pas les murs mais) des bidules pyrotechniques, pas bien dang’reux mais assez spectaculaires. Les entaulées étaient nombreuses à répondre, à crier et à faire du bruit contre les barreaux.

Gardons l’espoir qu’un jour, on fera péter les murs !!!

Source: Indymedia Nantes, 1er janvier 2013

________________________________________________________________

Ailleurs, notamment à Athènes avec un rassemblement de plusieurs centaines de personnes devant la prison de Korydallos durant la soirée du lundi 31 décembre 2012:

S vlcsnap-2013-01-01-01h44m40s118

Quelques échanges avec les détenus, malgré les murs et barreaux…

vlcsnap-2013-01-01-01h48m28s102 vlcsnap-2013-01-01-01h48m44s21

Voir la vidéo mise en ligne par social-revolution sur Vimeo:

Source (en grec) via Contra-info, 1er janvier 2013

________________________________________________________________

A Hambourg, deux actions contre les prisons ont été menées dans les soirées des 30 et 31 décembre 2012:

FAP

Dans la soirée du 31 décembre 2012 à Hambourg, vers 23h30, un groupe de 120 personnes s’est rassemblé, dont une partie était en cortège, devant la prison Holstenglacis.

Les manifestant.e.s se sont clairement fait entendre des engeôlé.e.s  avec de nombreux pétards, fusées et feux d’artifice, sonos, et que la solidarité était clairement visible grâce à plusieurs banderoles contre les prisons.

Les prisonniers ont répondu par des cris et en jetant des bouts de papiers enflammés à travers les barreaux de leurs cellules.

A 01h30, l’action anti-carcérale a pris fin, sous des slogans scandés et de la musique…

La veille (30/12/2012), 30 personnes s’étaient rassemblées à l’extérieur de la prison Holstenglacis, notamment sous les cellules du secteur pour femmes, où cris et bruit (en tapant sur les murs et portes de leurs cellules) des oubliées ont répondu aux pétards et tirs de feux d’artifice de l’extérieur.

Un texte sous forme d’affiche (voir ci-dessous) a circulé un peu partout en Allemagne (ce texte a également été traduit en français)

Traduit de l’allemand à partir d’un compte-rendu publié sur Indymedia Linksunten (lire en entier le résumé de l’action en allemand), 1er janvier 2013 à 16h24

________________________________________________________________

A New-York (USA), le 31 décembre 2012:

Le 31 Décembre, au moins 60 personnes ont répondu à l’appel pour une manifestation bruyante à l’extérieur du Centre Correctionnel Métropolitain (MCC) dans le centre de Manhattan. La foule a facilement occupé la rue en face de l’établissement et un chahut sonore a envahit le secteur, à l’aide de slogans, chants et coups de klaxon…

Les chants anti-carcérales et anti-police de la foule ont accompagné la banderole « Brûlons la société carcérale. » Les rebelles dans les rues ont acclamé les engeôlés et les exclus, puisqu’ils tapaient sur leurs fenêtres, faisaient clignoter leurs lumières, et donnaient d’autres signes de vie à partir d’un bâtiment sans vie. Nous nous sommes déplacés tout autour de la taule pour être sûr que chacun puissent entendre les cris et essayé d’être aussi proche que possible de la cellule du pirate anarchiste Jeremy Hammond, étant donné que nous avons scandé son nom.

Faisons de 2013 une année terrible pour les capitalistes et les chiens de l’État du monde entier et une année plus joyeuse pour ceLLESux qui veulent le triomphe de la vie sur la mort.

NOTRE PASSION POUR LA LIBERTÉ EST PLUS FORTE QUE LEURS PRISONS

Pour l’anéantissement de la prison et de la société carcérale

Traduit de l’anglais d’Anarchist News, 01/01/2013 à 04h49

________________________________________________________________

En Suisse:

Action pour tou-te-s les prisonni-ère-er-s et contre toute forme d’enfermement, le 1er janvier 2013, salutation aux feux d’artifices devant cinq établissements pénitentiaires vaudois et fribourgeois     

Alors que des milliards d’ignares fêtaient le passage à l’an 2013 et la non-fin du monde, quelques personnes ont choisi d’aller saluer celles et ceux qui n’ont pas la possibilité de festoyer comme les autres, enfermé-e-s contre leur gré dans les prisons de l’État.

Les murs des établissements pénitentiaires vaudois de la Plaine de l’Orbe et de la Croisée à Orbe, de la Tuilière à Lonay et de Bois-Mermet à Lausanne, ainsi que la prison de Bellechasse à Sugiez (FR), ont été égayés par les lumières et les explosions de feux d’artifices et autres « engins pyrotechniques ».

Ils n’ont également pas pu étouffer les cris de joie et de remerciement des prisonni-ère-er-s répondant de l’intérieur.

Pour tou-te-s les prisonni-ère-er-s et contre toute forme d’enfermement

Nous construirons des ponts avec les briques de leurs prisons.

Indymedia Suisse romande, 1er janvier 2013 via @JuraLibertaire

________________________________________________________________

A Helsinki, un groupe de 20 personnes a manifesté autour du centre de rétention pour sans-papiers de Metsala.

Quelques échanges ont eu lieu avec un détenu, la solidarité s’est exprimé par du vacarme nocturne avec tambours, slogans contre les CRA et les frontières, feux d’artifices et banderole:

9_1_1_

Un camarade a été arrêté par les flics mais.relâché quelques heures plus tard.

a_1_4_

Source: Takku.net, 1er janvier 2013 à 19h31

________________________________________________________________

Vu sur Indymedia Bruxelles, 31/12/2012 à 14h07:

A imprimer et diffuser!

Les histoires de révolte qui ne sortent plus dans les médias. Les histoires de répression aussi qu’ils voudraient passer sous silence.

Pour en finir avec toutes les prisons!

nouvelles_nr_4

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

[Grèce] La résistance antifasciste en actes – Athènes, 4 décembre 2012

Un court-métrage du Réseau de Solidarité et d’Information pour l’Action Antifasciste et Anti-répressive en Grèce, sur les liens étroits qu’entretiennent les néo-nazis d’Aube Dorée avec la police d’Etat. A voir et à faire tourner largement…

(Aube Dorée) Hélas pour nous – vostfr.

Heureusement que, régulièrement, une partie du mouvement antifasciste passe à l’action directe en posant des bombes dans leurs locaux, en sabotant leur propagande, comme le 4 décembre dernier dans le quartier d’Aspropyrgos à Athènes, où un local d’Aube Dorée a été dévasté. ci-dessous le communiqué (en anglais) revendiquant cet attentat par le Front Antifasciste/Fédération Anarchiste Informelle:

Responsibility claim for the bomb which was detonated at the nationalist party’s local headquarters in Aspropyrgos in the early hours of December 4th, 2012:

The Antifascist Front/Informal Anarchist Federation (FAI) claims responsibility for the planting of a homemade explosive device at the West Attica regional offices of the Golden Dawn in the suburb of Aspropyrgos, at the 17th km of the Athens–Corinth national road. The particular characteristics of the location (it’s an area with almost no traffic, especially during night hours) gave us the advantage of planting the explosive device without having to make a warning phone call — something that would perhaps prompt the cops to deactivate the clockwork device which we’d have to use, in order to protect the offices of their collaborators and friends, the chrissavgites/goldendawners.

Besides, the comrades who detonated the explosive device had checked the perimeter of the area prior to the attack, so that no random passerby would get injured. It was not our intention to cause damage to a signs-inscriptions shop on the ground floor, since our target was exclusively the Golden Dawn offices on the first floor. But we have to make it clear that those who tolerate being housed in the same building with the fascists are responsible for bringing the problem to their doorstep. Consequently, they should ask for compensation from their dastard neo-Nazi neighbours.

We chose to strike the Golden Dawn’s offices because we believe that, when it comes to the fascists, one has to strike first and not wait for them to make the first move. We are not going to sit and wait and do nothing while the serpent is being hatched. We refuse to accept the passivity of public denunciations as well as the role of an eternal victim that cannot find the guts to openly confront the fascists. We detest the humanitarian hypocrisy and the professional respectability of politicians and journalists who demonize the Golden Dawn in order to consecrate the democracy of demagoguery. We get angry with any constitutional appeal to legality as well as the ridiculous plead that ‘Golden Dawn should be outlawed’.

To us, it’s not even an issue whether the Golden Dawn is outlawed but that it should be extinct. Only then will Elias Kasidiaris — this effeminate kid with the thousand nervous tics [sic] — understand he is making a huge mistake when he states [as the party’s spokesman] that ‘neither bombs nor bullets can stop the Golden Dawn’. Besides, big words never helped anyone.

Of course we are aware that today, apart from some dozens of shaved headed meatballs with a peanut for a brain, the Golden Dawn has an organized party structure (which also implies state funding of millions of euros) and an extended popular footing in a part of society. We are also aware that not everyone among the thousands who voted for them is a neo-Nazi. Their voting body is the quaint mosaic of a conservative mob, consisting of fossils such as the monarchy-dictatorship partisans, of dastard young males marveled at the goldendawners’ militaristic lifestyle, of disillusioned democrats dazzled by the hardboiled surface and populism of the far-righters, of neopoors whose nationalistic fantasies are their only property that’s left, of frightened petty-bourgeois people who have projected their financial dead end onto the foreigners and turned it into hatred, and of dozens of other grievous social caricatures that are trying to compensate for their misery and cowardice by adopting the pseudo-macho attitude of the Golden Dawn.

The bulk of these voters are not neo-Nazis, yet that doesn’t mean they are innocent. They are just the tail of the serpent. Of course there’s no immunity for them but the head comes first.

Very often the Golden Dawn uses some anti-systemic rhetoric in order to keep this tail intact. The anti-systemic Golden Dawn is the Golden Dawn that receives state funding, that is led by a member of the KYP intelligence service (i.e. Nikolaos Michaloliakos was in the official payroll of the Greek secret agency in its first phase), that consists of ruffians, who snitch on their own former henchmen — as is the case of Haris Kousoumvris [who was denounced by the Nazi scum after publishing a book under the title ‘Demolishing the Myth of the Golden Dawn’] — and make deals with the police on give-and-take of intelligence information about their new recruits, so that they can map the ‘far-right scene’. It is also a well known fact that the Golden Dawn party, beyond the staged skirmishes with cops, is in excellent friendly terms with the repressive forces, drawing from the police ranks a great part of its voters. So, having the cops to cover their backs, they go round unperturbed, parading their pseudo-machismo by kicking empty cartons that immigrant street vendors use or by stabbing others…

In an apparent antipode, the professional jesters of the Left are trying to deal with the issue of immigrants by scattering the magical glitter of ‘humanitarianism’. However, dealing with refugees cannot mitigate any scoundrelism. There can be no excuse for anyone who rapes (whether that person is ‘Greek’ or ‘immigrant’), nor any pity for anyone who ties up, gags and tortures other people to steal some money from them instead of going to rob a bank. So, all conservatism and social acceleration of fascism is in fact increased by the leftist and anarchist rhetoric on defense, as expressed in vague generalizations of ‘not guilty’ like the slogan ‘we are all immigrants’.

Ethnicity and diversity can neither be a criterion of guilt, nor a presumption of innocence. Every person must be judged on the basis of his/her choices and actions, not on grounds of race or skin color.

Nowadays the Golden Dawn members and their followers find refuge in the cowardice of patriotism. It’s the era of togetherness among the frightened. The Antifascist Front/Informal Anarchist Federation is fighting against the regime of fear. Breaking away from bureaucratic platforms, from defense, we go on the attack. We do not expect anything and anyone. There are no excuses. It’s time to end passivity and defeatism. We attack the fascists by any means — with beatings, knives, screwdrivers, fire, bombings and bullets.

We are cartographers charting the goldendawners’ moves, we ambush them, we trash them with punches and kicks, we burn their motorcycles, and we ‘withdraw’ them from their pretentious bullying. Better to cast some of them down to the ground now, before they start believing that they can lift their heads for good. It doesn’t take any militaristic specialization; it takes only consciousness, courage and determination… There is also no need for anylycophilia (spurious friendship) or any adventurism for the sake of opportunistic gain within the ephemeral alliances ‘against the fascist threat’ that highlight the Golden Dawn as a countervailing force to democracy, thus acquitting the parliamentary dictatorship of all its crimes.

However, the most dangerous fascism is not the quaint shaven donuts of the Golden Dawn but the kind of fascism which is not visible to everyone; the fascism which is hidden behind the velvet courtesies of the democratic totalitarianism; the statutory fascism of bosses, multinational companies, courts, of the prison, the army, the police, the sterile knowledge of school, the church, of laws, advertisements, control in everyday life, boredom and loneliness that reign in the modern concentration camps of metropolises. As much as they may hide behind a wall of uniforms and firearms, all these tyrants of our lives will always be in the firing line of the Antifascist Front/Informal Anarchist Federation.

The attack against the Golden Dawn is also (albeit prematurely, prior to the announced dates) a salute and an active participation to the call that the Anticivilization Fraction of the Earth Liberation Front (FAI) made through a double bombing attack in Mexico by inviting to an International Direct Action Week for our anarchist brother Mario López, who is imprisoned there.

Comradely regards to all our brothers and sisters who make the Informal Anarchist Federation a reality…

May our insurgency for freedom set fire to our hearts.

THINK REVOLUTIONARILY – ACT OFFENSIVELY

Antifascist Front/Informal Anarchist Federation-International Revolutionary Front
(FAI-IRF)

PS. We also send our conspiratorial salutes to everyone who’s attacking the fascists, from Veria to Patras and from Crete and Agrinio to Xanthi. Each and every one of the beatings against goldendawners and the destruction of their offices are part of the antifascist front. Fascism can really be trashed with deeds, not words…

Traduit du grec d’Indymedia Athènes par Contra-info, 9 décembre 2012

Ce qui en a été dit dans la presse bourgeoise collabo:

Une bombe a explosé devant les locaux du parti grec d’extrême-droite Aube dorée en Grèce. Elle n’a pas fait de victimes mais des dégâts. La déflagration s’est produite ce mardi matin à  Aspropyrgos, dans la banlieue ouest d’Athènes. Les locaux étaient alors inoccupés.

Des voix de plus en plus nombreuses réclament une mobilisation contre la percée néonazie et dénoncent des discours racistes et actes violents.

“Après la guerre de communication lancée contre notre parti, nous faisons face à une explosion, déplore Ilias Kassidiaris, député et porte-parole d’Aube dorée. Notre réponse, c’est qu’Aube dorée ne va pas s’arrêter, quoi que fassent les autres partis contre nous. Nous n’arrêterons pas même face à des attaques armées.”

D’après des médias grecs, le chef du parti socialiste Pasok aurait souhaité interdire Aube dorée. Le Parlement a récemment levé l’immunité de trois des députés du parti d’extrême-droite, dont Ilias Kassidiaris qui avait giflé une parlementaire. Aube dorée est dirigé par 
Nikolaos Michaloliakos. Le parti était crédité en octobre de 14% des intentions de vote.

Leur presse – Euronews (Avec AFP et Reuters), 04/12/2012 à 16h35

 

L’ensemble des articles évoquant le fascisme en Grèce et les différentes formes de résistance qui va avec