[Grande-Bretagne] Stop G8 – Londres, du 10 au 14 juin 2013

Une lutte commune

Ce mois de Juin 2013, les dirigeants du G8 (pays les plus riches du monde) se réunissent en Irlande du Nord. Comme la crise économique fait des ravages, et que la planète brûle, les patrons et leurs politiciens célèbrent les affaires comme d’habitude. Le capitalisme: un système qui tue, exploite et rabaisse la majorité pour le profit d’une minorité.

stopg8-med

Du 10 au 14 juin 2013, nous allons organiser une semaine d’action et d’événements à Londres. Londres est au cœur du capitalisme mondial. Les entreprises, les banques, les fonds spéculatifs, et les milliardaires pillant notre monde ont des noms et des adresses. Ils sont dans les tours de verre de la City, et à huis-clos à Mayfair et à Knightsbridge. Londres est le repère du blanchiment d’argent des dictateurs, la cour de récréation des super-riches. Mais Londres est aussi notre ville. Une ville d’espoir, de résistance et de lutte.

Le capitalisme nous tue. Chômage, coupes budgétaires, et la montée du fascisme en «Occident». La pauvreté, le colonialisme, l’exploitation brutale du «Tiers Monde». La guerre et la famine pour le profit. Les prisons privées, les contrôles de police, la vidéo-surveillance pour nous maintenir dans la peur et nous contrôler. La vie est dépouillée de sens et de beauté, nos rêves et notre dignité sont à vendre.

Ne fais pas semblant de ne pas voir. N’attends pas. Pour nos amis et proches, pour nos communautés, pour notre planète, pour tout ce qu’ils essaient de nous prendre. Le moment est venu. Rassemblons-nous, et battons-nous. Une lutte commune.

Rejoins-nous dans la rue.

network23.org/stopg8

stopg8[at]riseup[point]net

En collaboration avec Contra-info, 30 avril 2013

[Europol] Sabotons le congrès de la police à Berlin (16-20 février) ! Manif samedi 16 février 2013 à 20h à Mariannenplatz

Le 16 Février 2013, le Congrès de la police européenne (Europol) se tiendra à Berlin. Selon les chiffres des responsables de l’organisation, près de 1.600 participants en provenance de plus de 50 pays ont assisté au dernier congrès en 2012.

Les flics, les politiciens, les entreprises et autres personnalités s’y rencontrent une fois par an pour coordonner leurs intérêts. Bien que les membres de l’administration obtiennent un accès gratuit, les journalistes et les gens « normaux » doivent payer environ 1000 euros pour l’enregistrement. Les entreprises ayant des intérêts commerciaux payent par mètre carré un terrain d’exposition. Des marques bien connues étaient présentes ces dernières années.

Par exemple Taser, IBM, Microsoft, Oracle ou T-systems. La rencontre d’exposants est internationale, venant aussi bien d’administrations de toute l’Europe, ainsi que des forces de police de pays aussi lointains que Taiwan, et des entreprises multinationales.

Ainsi, le caractère de cet évènement international est un mélange d’un salon professionnel et d’une réunion semi-informelle. Alors que c’est un endroit vraiment apprécié pour la commercialisation de matériel de répression comme les armes et engins de police, la préoccupation la plus courante des porcs est d’acquérir la capacité de gérer des charges énormes de données, qui sont entrés dans l’ère de l’Internet et de la surveillance de masse.

Grâce à ce dilemme, la plupart des exposants offrent des systèmes et des cadres pour l’acquisition et la gestion d’information. De plus, de nombreux ateliers la tenue du congrès traitent de ces problèmes, et offrent un lieu pour échanger des expériences dans ce domaine.

Comme les années précédentes, des groupes autonomes appellent à une action autour de ce temps. Depuis quelques années, le Congrès de la police était une occasion pour de nombreuses personnes de descendre dans la rue et exprimer leur rage contre la surveillance, le contrôle et la répression. Non seulement les manifestations, mais aussi des attaques physiques contre des infrastructures de police ont accompagné les « rencontres » des dernières années. Bien loin de chasser la police de la ville, il est prévu d’augmenter la résistance niveau par niveau.

Une manifestation est annoncée pour le 23 16 Février.

Pour plus d’informations, consultez le blog polizeikongress2013.blogsport.de

Une vidéo de la mobilisation de l’année dernière:

Les flics essayent d’entrer dans un squat après la manifestation contre le Congrès de police 2012:

Traduit de l’anglais du blog Le Révolté, 9 décembre 2012

[Australie] Action de solidarité avec Kelly Rose et les autres prisonnier-e-s du G20 de Toronto – Sydney, 5 août 2012

Sydney 5 août: banderoles déployées en solidarité avec les prisonnier-e-s du G20 de Toronto

Le 5 août, des anarchistes ont déployé deux banderoles sur le pont autoroutier Carhill devant le consulat du Canada. L’action était en réponse à un appel du 5 août à être un jour d’actions de solidarité pour Kelly Rose Pflug-Back, otage anarchiste de l’État canadien, récemment condamnée à 15 mois de prison pour sa résistance au G20 de Toronto en 2010.

On pouvait lire sur les banderoles:

« Chaque prisonnier est un prisonnier politique » et « Liberté pour Kelly Rose »

Quelques centaines de tracts condamnant la répression et la célébration de la résistance dans le territoire occupé du Canada ont également été lancées à partir du pont. Notre petit acte était une expression de solidarité avec Kelly et tous les rebelles qui ont rejeté la logique passive de protestation légale et ont bâti d’un socle en béton la contestation contre la réunion annuelle des gestionnaires de capitaux mondiaux.

Prisonnier-e-s dans les rues !
Ni G20 Ni Etat !

Source (anglais): Indymedia Australie, 8 août 2012


[Canada] Une manifestante du contre-sommet du G20 de Toronto condamnée à onze moins de prison

G20 à Toronto: une manifestante condamnée à onze moins de prison pour vandalisme

TORONTO – Une femme qui avait pris une part active dans les actes de vandalisme commis durant le sommet du G20 à Toronto il y a deux ans a été condamnée jeudi à onze mois de prison.

Le juge a estimé que Kelly Pflug-Back faisait partie des dizaines de manifestants qui ont utilisé des tactiques du «Black Block» pour se livrer à ce qu’il a décrit comme une «opération de cassage de fenêtres bien organisée» au centre-ville de Toronto en juin 2010.

Pflug-Back a plaidé coupable à sept accusations de méfaits et à une accusation de port de déguisement dans le but de commettre un acte criminel.

Des vidéos et des photos présentées comme preuves montrent l’accusée, vêtue de noir et masquée, en train de fracasser avec un bâton des vitrines de magasins, une voiture de police et un guichet automatique.

La défense avait recommandé une peine avec sursis, alors que la Couronne a exhorté le magistrat à envoyer Kelly Pflug-Back derrière les barreaux pendant deux ans.

La réplique de la police au vandalisme a mené à l’arrestation de plus de 1100 personnes, dont plusieurs spectateurs innocents. Des accusations ont plus tard été portées contre certains policiers impliqués dans ces évènements.

Leur presse – La Presse Canadienne, 19/07/2012

[Québec] Solidarité avec les prisonnier-e-s du G20 de Toronto depuis les rues de Montréal

Solidarité dans les rues avec les prisonniers.ères du G20

Le mois de juin 2012 marque deux ans depuis le sommet du G20 à Toronto et la résistance courageuse démontrée à son encontre. Il marque également la condamnation de notre camarade Charles Bicari à sept mois derrière les barreaux pour avoir fracassé les fenêtres de deux voitures de police, deux magasins et un guichet automatique avec un marteau. Pour marquer l’occasion, nous avons passé quelques soirées à propager des slogans antisystème et de solidarité avec les prisonniers du G20 dans les rues de Montréal.

Solidarité continue avec les prisonniers.ères du G20

Aucun.e camarade laissé.e dans les prisons de l’ennemi sans réponse!

Traduit de l’anglais de Montreal Counter-Information par SabotageMedia, 4 juillet 2012

Affiche de solidarité avec les inculpé-es du contre-G8 de Gênes, du mouvement No TAV au Val Susa…

‘je suis l’administrateur de la maison de soin de Villa Serena, on voudrait de la protection… »  »eh bah, barricadez-vous dedans… fermez tout… »  »rappelez vous que… une clinique privée est la première cible par rapport aux hôpitaux publique parce que en gros ce gens ils en veulent à ceux qui ont de l’argent. »  »eh… ils en veulent a tout le monde, même à la police que au final n’a pas autant d’argent que ça »
APPEL AU 113, LE 20 JUILLET 2001, à 16.05, GENES

11 ans sont passés depuis que Gênes s’est soulevé contre ce monde, ses châteaux et ses représentants. 11 ans sont passés depuis que Carlo, un garçon de 23 ans, ai été tué par les chiens de garde de ce système. Il y a 11 ans exactement l’Etat, que pendant les mêmes jours par pure coïncidence où par une mise en garde exemplaire commence ces procès contre certains des participants à la révolte NO-TAV de l’été dernier et contre les anarchistes du Fuori Luogo de Bologne, le 13 juillet 2012 décidera de façon définitive sur la vie des 10 hommes et femmes qui prirent parti à ce soulèvement. 10 boucs émissaires qui purgeront une peine, si confirmé, jusqu’à 15 ans pour dévastation et pillage.

Face à l’attaque continue du capitalisme et du gouvernement, les révolte de ces deux dernières années ont fait comprendre à tout le monde, avec violence, qu’il n’y a plus le temps pour la chasse aux sorcières et la nominalisation ; que les politiciens et les aspirant politiciens, surtout à un jeune comme Carlo, il n’ont plus rien à offrir, si jamais qu’ils en auraient les moyens.

Piazza San Giovanni à Roma le 15 octobre 2011, a hurlé au ciel qu’on en a marre, mais qu’on peut le dire ensemble, en face, en ayant plus peur. Tout cela n’empêche pas le fait qu’il y ait toujours des gens qui continuent, aujourd’hui comme hier, à spéculer sur ces moments de ruptures, pour apporter de l’eau au moulin de la représentation politique, favorisant ainsi le jeu de l’isolement contre ceux cueillis pour payer la note. A partir de leur tour d’ivoire, leur redondant discours n’arrivera rien qui puisse soulever les sort de sous, les exploité.es exaspéré.es et de tout.e.s ceLLESux qui couvent une rancoeur contre cette société cannibale.

11 ans se sont écoulés, 11 ans pendant lesquels chacun a cherché à nous raconter sa vérité, à nous amener de son côté, de grossir les rangs de ses fidèles. Il y a eu la rage, la peur, le sens de la revanche, la douleur, la fin de quelque chose et le début de quelque chose d’autre. 11 ans pendant lesquels dans toute l’Europe, Gênes évoque dans la tête de beaucoup, bien avant le port et la lanterne, le G8, en laissant chacun avec son idée et surtout avec son recueil personnel de sensation. Mais une chose est sûre : entre temps, en ces 11 ans les mêmes patrons et gouvernants d’alors ont continué à soustraire toujours un peu plus nos vies, ont érodé notre liberté, ont violé notre imaginaire, ont humilié nos aspirations, ils nous ont enfermé dans les salles, dans les bureaux, dans les usines et quand c’était nécessaire dans les prisons, dans les C.I.E, dans les hôpitaux psychiatriques ; à nous séparer les uns des autres en étouffant nos espaces, en les rendant toujours plus semblables à des sièges opératoires ; à occuper la rue avec centres commerciaux, chantiers, centres financiers, police et militaire pour nous empêcher de vivre ensemble, si pas sous forme d’esclaves ou de dociles consommateurs. Pendant qu’eux, les puissants et leurs sbires, par auto-représentation symbolique ou par nécessité réelle, ils continuent à s’enfermer dans leurs palais et forteresses.

Le siège du 3 juillet 2011 à la zone rouge du « fortino-cantiere » du TAV à la Maddalena n’a sûrement pas restitué la terre au val Susiens, mais à certainement représenté un des plus beaux jours de vengeance dans la vie de ceLLESux qui en ont pris partie, en transmettant ces sensations de confiance, de courage et réciprocité qui trop souvent ont été amené.e.s à être mis de côté dans nos quotidiens. Ce sont justement nos existences à être en jeu, plus encore que les autres, les insurgés de ce mois de juillet à Gênes continue à être un témoignage, comme dans la société totalitaire, n’est pas dans le coeur de leurs palais et de leurs forteresses militaires qu’on doit jouer la partie, mais dans nos lieux de vie.

S’il existait même une seule chose que Carlo et les révolté.e.s de Gênes, Rome, Athènes et du monde entier nous ont appris ces onze dernières années, c’est que les rues des villes dans lesquels nous vivons sont comme nos vies : quand on le veut, même juste pour un jour, elles sont à nous.

Reprenons-les ! Aujourd’hui comme avant.

SOLIDARITE, COMPLICITE AVEC LES 10 INCULPES POUR LA REVOLTE DE GENES CONTRE LE G8, AVEC LES SUSPECTS POUR LES EMEUTES DE ROME DU 14 DECEMBRE 2010 ET DU 15 OCTOBRE 2011, AVEC LES CAMARADES DU FUORILUOGO DE BOLOGNE POUR « ASSOCIATION DE MALFAITEURS » ET AVEC LES ARRETES POUR LA RESISTANCE CONTRE LE TAV AU VAL SUSA.

AUCUNE CONDAMNATIONS, AUCUNE SENTENCE, AUCUN TRIBUNAL

(Cliquez sur l’affiche pour la télécharger en format pdf)

Mailing-list, 14 juillet 2012

Appel pour une mobilisation internationale en solidarité avec les émeutiers condamnés du contre-sommet du G8 de Gênes 2001

Appel pour une mobilisation internationale en solidarité avec les émeutiers condamnés de Gènes 2001

Le 13 juillet sera tenu le dernier degré du procès contre 10 compagnons condamnés pour avoir participé dans les affrontements à Gènes en 2001 à l’occasion du sommet du G8.

Les compagnons avaient été condamné par le Tribunal de Gènes à de lourdes peines allant de 10 à 15 ans de prison et maintenant leur emprisonnement pourrait devenir effectif.

Dix personnes sont utilisés comme boucs émissaires : à travers eux l’État veut attaquer les centaines de milliers de personnes qui ont pris les rues ces jours et plus particulièrement ceux qui ont contribué à déchaîner la révolte contre l’arrogance des Puissants. Nous n’acceptons pas les représailles de l’État; condamner ces compagnons signifie attaquer tout le mouvement.

Dans le même temps les responsables des massacres aveugles, le raid sur l’école Diaz, les tortures dans les bâtiments de la police de Bolzaneto et le meurtre de Carlo Giuliani peuvent tranquillement dormir dans leur lits alors qu’ils ont été récompensé pour leurs actions de bouchers.

Nous pensons que c’est notre responsabilité précise de donner de la solidarité aux compagnons condamnés, de se battre contre cet acte d’oppression et de répression et de faire valoir l’importance des jours de Gènes.

Nous pensons aussi que dans cette période d’attaque violente par le système capitaliste contre les exploités il est important de s’opposer à la criminalisation de toutes ces luttes qui vont au-delà de l’espace restreint qui est donné… Cette criminalisation se manifeste aussi dans les lourdes peines amenés par l’accusation de “pillage et dévastation”.

Pour ces raisons il est important d’organiser une mobilisation en soutien aux compagnons condamnés. Ceci est notre appel pour la solidarité internationale, pour des actions et des initiatives menées durant la semaine avant le jour du procès.

De plus, nous invitons tout un chacun à la manifestation de solidarité qui sera tenue le jour de l’audition à la Cour de Cassation de Rome, pour qu’ainsi les inquisiteurs puisse entendre directement nos voix.

06-12 juillet – journées d’action
13 juillet – sit-in près de la Cour de Cassation à Rome

Des anarchistes

Pour plus d’infos et des mises à jour : hateg8@distruzione.org

Site internet de solidarité

Traduit de l’anglais par Contra-info (01/07/2012) de 325nostate