[Algérie] Révolte des chômeu.r.se.s : plusieurs grandes banques du centre de Ghardaïa défoncées – 26 mars 2013

Violents affrontements dans la vieille ville

Ghardaïa : la Fête du tapis “chahutée”

L’on dénombre une dizaine d’arrestations parmi les militants des droits de l’Homme et une autre dizaine parmi les émeutiers alors que les forces de l’ordre enregistrent quelques blessés.

Les heurts entre chômeurs et policiers qui ont eu lieu lors des festivités d’ouverture de la 46e Fête du tapis traditionnel de Ghardaïa se sont vite transformés en violents affrontements entre policiers et quelques jeunes de la vieille médina de Ghardaïa. Il semble que l’arrestation des militants des droits de l’Homme a été à l’origine de ces heurts. L’avenue Émir-Abdelkader où sont installées les plus grandes banques de la place a été complètement vandalisée, Société Générale et le DAB de l’ancienne agence du CPA ont fait les frais de la fureur des émeutiers. Il ne reste pratiquement plus rien ni de la porte d’entrée ni du distributeur automatique de billets et même les faux plafonds ont été arrachés. 

L’ancienne auberge de jeunesse, actuellement centre d’animation de la jeunesse, a aussi été “visitée”, les grilles d’entrée, la belle porte en bois massif et les vitraux ont été saccagés.  Le bitume est entièrement jonché de pierres, de troncs d’arbre et de toutes sortes d’objets hétéroclites. Même les cabines téléphoniques ont été arrachées et jetées sur le sol. À notre arrivée, une odeur âcre de gaz moutarde nous a étreint, rendant l’air irrespirable alors que des détonations de grenades lacrymogènes retentissaient.

Deux policiers blessés sont évacués devant nous alors que d’autres policiers en tenue arrivaient en renfort et investissaient les ruelles de la vieille ville. Tout autour, c’est devenu des quartiers fantômes, les gens se sont barricadés chez eux ou sont carrément partis chez des proches dans des quartiers plus tranquilles.

Du jamais vu depuis que cette fête existe il y a près d’un demi-siècle. Des gaz lacrymogènes ont été utilisés par les forces de l’ordre pour disperser des centaines de jeunes qui ont investi le parcours que devait prendre la procession de chars (camions habillés de tapis et de produits artisanaux de la région) pour la parade d’ouverture, parcours le long duquel un impressionnant cordon de sécurité était mis en place, ce qui n’augurait déjà rien de bon.

Il faut dire qu’en quelque sorte, ils ont réussi à gâcher cette fête puisque les festivités, qui n’ont pas dépassé les 30 minutes, ont été réduits au strict minimum par rapport aux années passées quand celles-ci duraient toute la matinée avec les traditionnels groupes folkloriques qui égayaient le parcours avec leurs zornas et leurs karabilas qui détonaient le baroud à profusion, témoin obligatoire et incontournable de toute espèce de fête du Sud.

Pour l’instant et au milieu de l’après-midi d’hier, on nous dit qu’il y a eu une dizaine d’arrestations parmi les militants des droits de l’Homme et une autre dizaine parmi les émeutiers alors que les forces de l’ordre enregistrent quelques blessés sans gravité. Au vu de la tournure que prennent les évènements, la nuit risque d’être longue.

Leur presse de l’ordre – Liberté Algérie.com (KACHEMAD L.), 27/03/2013 à 09h50

El Oued : Sit-in de centaines de chômeurs de Oued Righ devant le siège de la daïra

Des centaines de chômeurs de Oued Righ regroupant 8 communes du nord-est de la wilaya d’El Oued se sont rassemblés pacifiquement, aujourd’hui, devant le siège de la daïra de Djamaâ (à 120 km d’ElOued) pour revendiquer leur droit au travail et au développement.

 Les forces de sécurité parlent de 300 manifestants alors que les organisateurs affirment qu’ils étaient au nombre de 1500. Les chômeurs protestataires n’ont pas cessé de scander le slogan «Non à la hogra, non à la marginalisation».

Ils ont insisté sur l’application immédiate de l’instruction du Premier ministre Abdelmalek Sellal selon laquelle les entreprises activant dans le sud du pays doivent recruter en priorité les chômeurs locaux. Sur ce point, certains nous ont indiqué que, dans les deux stations de pompage (SP1 et SP2) de Djamaâ, qui acheminent du pétrole vers Skikda,  « aucune personne de la daïra ne travaille dans ces stations».

D’autres manifestants diront que la situation sociale est difficile dans cette région du fait du faible développement de leur région. Par ailleurs, les préparatifs vont bon train pour l’organisation le 30 mars d’une marche pacifique au monument des Martyrs, au centre-ville d’El Oued.

Selon le communiqué du Comité national pour la défense des droits des chômeurs (CNDDC), l’objectif de cette marche est un appel à l’instauration de l’Etat de droit. Il y est précisé que les décisions prises par le gouvernement pour les chômeurs du Sud ne seront pas appliquées d’une manière juste et équitable par les institutions et autres structures existantes.

Selon les organisateurs, cette grande manifestation, coïncidant avec les vacances scolaires et la fête de la ville aux mille coupoles, sera supervisée par les membres du bureau de la CNDDC.

Leur presse – ElWatan.com (Rezzag Salem Youcef), 24/03/2013 à 19h31

Une réflexion sur “[Algérie] Révolte des chômeu.r.se.s : plusieurs grandes banques du centre de Ghardaïa défoncées – 26 mars 2013

  1. Pingback: [Algérie] Révolte des chômeu.r.se.s (2) : comme une traînée de poudre – Ghardaïa, 27 mars 2013 | Le Chat Noir Emeutier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s