[NDdL] La ZAD est partout, même dans les boîtes aux lettres !

Transmis par mail, 18/03/2013:

On s’est procuré (la ZAD est partout, même dans les boîtes à lettres des puissants) un échange de courriers entre Xavier Huillard (PDG de Vinci) et François Pinault (PDG de Pinault-Printemps-Redoute et actionnaire de Vinci).

La vérité éclate au grand jour : les PDG ont un coeur ! C’est le scoop-buzz de l’année.

Partage de regrets envoyé de l’un à l’autre quasiment au même moment, c’est tout bonnement hyper-incroyable ! On y apprend que les deux hommes, rongés par d’insoupçonnables remords, conscients de leur condition, aiment profondément le peuple et se désolent d’être si méga méchants.

Choc et VSD ont été devancés par « Les potins du Grand Ouest », le nouveau magazine 100% intox de la ZAD. L’info fait déjà le tour du monde !

En exclusivité, nous avons choisi de publier ces lettres que se sont échangés Xavier et François (junior).

Vive la zizanie !

Ceci était un communiqué de l’Agence Fiente Presse

Ci-dessous les accusés de réception et les courriers originaux

___________________________________________________________________________________

A Grosrouvre, le 13 mars 2013

Cher Xavier,

Je t’écris pour te faire part de mes doutes. En effet, depuis quelques temps je ne trouve plus mon repos. Je suis avec attention l’évolution de notre projet d’aéroport à Notre Dame des Landes et je me rends bien compte à quel point il est impopulaire. La population, que je croyais inconsciente et servile, m’apparaît chaque jour un peu plus réaliste que nous. Bien plus, je dois bien admettre que je ne peux m’empêcher d’être enthousiaste lorsque je vois ces centaines de jeunes et moins jeunes s’évertuer à faire émerger sur la Zone d’Aménagement Différé une société nouvelle, à partir de pas grand chose et avec le soutien quasi inconditionnel des habitants et agriculteurs de la région.

Les temps sont durs, l’économie capitaliste vacille et la population souffre. Et tu sais pertinemment que nous sommes du côté des oppresseurs, que les projets que nous menons participent au sentiment d’oppression du plus grand nombre. Je ne peux plus croire que les centaines de chantiers VINCI à travers le monde soient vraiment bénéfiques à nos sociétés. Crois-tu vraiment que nos géants de verre et d’acier, que nos monstres de béton, soient si indispensables à une époque où chacun se préoccupe du devenir de la planète ?

Oui, Xavier, au risque de te surprendre et que tu te sentes trahi, je voulais te partager mes sentiments, qui ont beaucoup été perturbés par l’intrusion chez moi à La Mormaire d’une quinzaine de jeunes le 27 janvier dernier. J’ai d’abord porté plainte avec Salma, puis mon cœur s’est empli de remords. Pouvons-nous vraiment agir comme nous le faisons ? Ces jeunes gens sont-ils vraiment coupables d’agir avec sincérité pour préserver leurs cadres de vie et leur avenir ? Pouvons-nous continuer à les mépriser en nous enrichissant à l’abri de nos châteaux luxueux ? Je ne crois pas. Je me suis présenté au Tribunal de Versailles pour l’audience de ces militants, afin d’exprimer publiquement mes regrets. C’est important pour moi désormais de ne pas retirer ma plainte, mais de leur dire dans les yeux le fond de ma pensée avant de demander leur relaxe. Leur audience a été reportée au 3 juin prochain, je ferai tout pour m’y présenter.

Il est temps que les puissants comme nous cessent d’agir avec cupidité. Il est temps que nous laissions à la population leur pouvoir de décision. C’est pourquoi, je vais demander à mon père que la famille Pinault se retire du capital de VINCI, car je ne veux plus être complice de tant de tristesse. De tant de violence aussi, car tu n’es pas sans ignorer que dans d’autres pays nous contribuons à renforcer des pouvoirs autoritaires, à imposer les choix d’élites politiques qui méprisent le peuple. L’aéroport de Pnom Penh, l’autoroute Moscou-Saint Petersbourg, les centrales nucléaires chinoises et britanniques, les palais d’Ashgabat ou les centres commerciaux de Kuala Lumpur, tout ça me paraît désormais terriblement destructeur. Dis moi sincèrement : les simples gens ne se voient-ils pas imposer un modèle de société qui n’est pas le leur et qui ne profite qu’aux plus aisés et aux plus individualistes ?

J’ai d’affreux doutes Xavier, il était important pour moi de t’en faire part avant de prendre des décisions cruciales. En espérant que tu me comprendras.

Sincèrement tien,

François Pinault

Cliquer sur l'image pour agrandir la lettre

Cliquer sur l’image pour agrandir la lettre

_____________________________________________________________________________________

A Versailles, le 15 mars 2013

Cher François,

J’ai appris que tu t’étais présenté au procès des militants anti aéroport qui ont pénétré le 27 janvier dernier sur ta propriété à Grosrouvre. D’abord surpris que tu accordes de l’importance à cette audience, j’ai souhaité t’écrire personnellement pour te faire part de mes sentiments.

Tout d’abord, je souhaitais m’excuser auprès de toi que tu aies eu à subir les conséquences des excès de mon entreprise. J’admets en effet volontiers que VINCI n’a pas toujours contribué au bien-être des masses, bien au contraire. Je connais le fond de ta pensée sur le sujet et c’est pourquoi je t’écris : nous savons l’un comme l’autre qu’il faudrait sortir de l’impasse qui nous conduit à détruire le peu d’espaces vierges qu’il reste sur cette planète. Avec Bouygues, Vinci est l’une des plus puissantes entreprises de BTP au monde, et à ce titre notre empreinte est partout.

Le peuple a sans doute raison de s’inquiéter pour notre avenir, d’autant plus lorsqu’il est témoin des masses d’argent investies dans des projets pharaoniques dont il ne profite que de manière extrêmement limitée, et cela alors même que l’économie mondiale est en crise. Si je prends pour exemple notre projet d’aéroport à Notre Dame des Landes, je suis forcé d’admettre que son utilité est toute relative, voire même inexistante. Jean-Marc y tenait tellement lorsqu’il était maire de Nantes, voyant dans ce projet un moyen de redynamiser sa ville. Mais soyons sincères, tout ceci est un leurre et le peuple n’est pas dupe : il sait bien que de tels éléphants blancs servent avant tout nos intérêts personnels et ceux des édiles politiques. Nantes n’a absolument pas besoin d’être redynamisée !

Et quand bien même, le peuple se fout bien d’un tel dynamisme. Crois-tu que les ouvriers, les chômeurs et les paysans voient dans cet aéroport une quelconque opportunité d’amélioration de leur qualité de vie et de leur environnement ? Non, forcément pas. Le peuple veut s’émanciper, veut avoir du temps pour profiter de l’existence, un environnement sain dans lequel il peut respirer sans craindre d’attraper un cancer, des paysages préservés du béton, de la grisaille et de la pollution…. Je t’avoue que même moi j’y aspire ! Parfois, dans mon manoir à Versailles je me prends à rêver que les mal logés aient eux aussi les moyens de vivre comme nous vivons toi et moi. Je suis fatigué de jouer le rôle d’oppresseur, de brasser mes billets alors que tant de gens n’ont rien.

Des milliers de gens sont enthousiasmés par ce qu’il se passe à Notre Dame des Landes, par l’énergie créative qui s’en dégage. Personne ne peut nier qu’il s’y joue quelque chose de vivant et de fort. Comment pouvons-nous encore justifier notre béton armé face à leurs maisons de bois, leurs plantations et leur volonté de vivre ensemble ? Comment argumenter face au désir de préserver le peu qu’il reste, alors que nous participons au pillage des ressources, à la destruction des espaces naturels, à une logique de croissance toujours plus néfaste pour les sociétés humaines ?

Je ne sais plus que penser, François, mais il me semble que nous devrions nous voir urgemment pour envisager de changer cet état des choses et pour réfléchir ensemble aux moyens de rattraper nos erreurs et de renoncer à nos désirs de puissance. La société va de l’avant, elle a besoin d’air nouveau, mais elle a aussi besoin de voir que des personnes telles que nous, qui incarnons le pouvoir, pouvons revenir à plus d’humilité, de simplicité, d’humanité. Notre condition sociale ne devrait pas être une fatalité. Je te prie de croire en ma sincère amitié et j’espère que tu me comprendras si je venais à prendre des décisions mettant en péril l’entreprise. Crois-moi, ce serait une décision historique dont nous ne pourrions qu’être fiers.

Amicalement,

Xavier Huillard

Cliquer sur l'image pour agrandir la lettre

Cliquer sur l’image pour agrandir la lettre

pinault-huillard

4 réflexions sur “[NDdL] La ZAD est partout, même dans les boîtes aux lettres !

  1. Quand on regarde les recommandés, on voit que les deux adresses ont été rédigées par la même personne (les caractères sont tellement typés que ça saute aux yeux !), et probablement qu’il en est de même avec ces deux lettres dont le ton est ressemblant. De plus seuls 2 sites web semblent avoir relayé l’info, ce qui parait quand même très léger !

    Ceci dit prenons nous à rêver grâce à ces deux textes : car le changement vient de l’évolution de conscience de chacun, et cette évolution ne doit surtout pas laisser en reste les décisionnaires, les élus, les gens de pouvoirs et autres riches. En espérant que ces lettres soient lues par leurs soit disant auteurs, et que ces mots touchent leurs cœurs, et les aide à prendre de bonnes décisions pour l’avenir de chacun, toute race/ethnie/statut confondus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s