[Anti-Carcéral] Tentatives d’évasions à Réau (92) et à Villepinte (93) – 10 mars 2013

Explosions dans une prison de Seine-et-Marne, deux interpellés

Deux détenus ont tenté sans succès dimanche soir de faire sauter une porte, sans doute pour s’évader, à la prison de Réau (Seine-et-Marne) et ont été interpellés et placés en garde à vue, a-t-on appris de sources concordantes.

«Il s’agit de deux détenus du quartier maison centrale, ceux qui sont condamnés à de longues peines», a expliqué à l’AFP une source judiciaire.

«L’un appartient à la mouvance islamique terroriste et a été condamné à perpétuité pour des attentats commis en 1995 et un autre, assez jeune, est lié au grand banditisme mais il ne s’agit pas d’Antonio Ferrara», actuellement incarcéré à Réau, a précisé cette source.

«A l’issue de leur promenade, vers 19h00, ils ont refusé de regagner leurs cellules et ont utilisé des matériels, soit des pétards, soit des fumigènes, soit des explosifs. Trois ou 4 détonations ont été entendues», selon cette source judiciaire.

Des explosions ont retenti au Centre Pénitentiaire du Sud Francilien, à Réau, dimanche soir, a-t-on appris de deux sources policières.

«Il y a deux détenus qui se sont isolés dans la cour de promenade et qui ont essayé de faire sauter une porte mais qui n’ont pas réussi», a précisé à l’AFP une source préfectorale.

«Les détenus ont refusé de regagner leur cellule, ils sont allés dans un local qui sert à faire du sport, situé à côté de la cour de promenade», selon la source judiciaire.

Le périmètre a alors été sécurisé et des membres de l’équipe régionale d’intervention et de sécurité (ERIS) sont intervenus vers 21h00. «Ils ont maîtrisé les deux détenus. Il n’y a pas eu d’incident, pas de mutinerie, pas de blessés», a expliqué la source judiciaire.

Une enquête en flagrance a été ouverte, «au moins pour association de malfaiteurs», selon la même source. La brigade criminelle de la police judiciaire de Versailles est chargée de l’enquête et devra entendre les deux hommes, placés en garde à vue.

L’incident qui a nécessité des renforts policiers était «réglé» dimanche vers 22h00, a assuré une source préfectorale, précisant que les autres détenus étaient «confinés dans leurs cellules».

Leur presse carcérale – Libération.fr (AFP), 10/03/2013 à 23h22

___________________________________________________________________________________

Seine-Saint-Denis : un détenu prétend avoir la jambe cassée et tente de s’enfuir de l’hôpital

Il ne courait pas assez vite. Un détenu, qui prétendait avoir la jambe cassée, a été conduit à l’hôpital. Une fois sur place, il a tenté de s’enfuir en courant. Mais il a finalement été rattrapé par la police.

Un détenu de la maison d’arrêt de Villepinte, en Seine-Saint-Denis, prétendant avoir une jambe cassée pour être transféré à l’hôpital, a ensuite pris la fuite en courant dimanche avant d’être rapidement rattrapé par les surveillants. « En revenant de la promenade, un détenu a prétexté qu’il s’était cassé la jambe en courant », a expliqué Blaise Gangbazo, secrétaire régional Ile-de-France du syndicat CFTC Justice. Un médecin ne pouvant se déplacer, le détenu a été transféré à l’hôpital Robert-Ballanger d’Aulnay-sous-Bois.

« Dès l’arrivée et confortablement installé sur le fauteuil roulant pour se rendre à l’hôpital, le prévenu a subitement retrouvé l’usage de ses jambes et a couru », a raconté Blaise Gangbazo. Mais le fugitif n’a parcouru que quelques mètres avant d’être rattrapé par les surveillants. Blaise Gangbazo s’est félicité du « professionnalisme » de ses collègues qui ont rattrapé le détenu mais « s’interroge sur les moyens mis en place lors des extractions » de prisonniers.

Mi-janvier, le personnel médical de la maison d’arrêt avait exercé son droit de retrait après deux agressions, avant de reprendre le travail, après avoir obtenu la présence provisoire d’un deuxième surveillant lors des soins. Un ophtalmologue avait été violemment blessé au visage et à l’oeil début janvier par un détenu muni d’un demi-ciseau, et quelques jours plus tard une préparatrice en pharmacie avait été menacée verbalement.

Leur presse carcérale – lci.tf1.fr, 10/03/2013 à 21h39

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s