[Béziers] Une tentative d’évasion à la prison de Gasquinoy qui laisse des séquelles … 4 février 2013

Béziers : un détenu tente de s’évader en prétextant avoir avalé des lames de rasoir

Lundi soir, un détenu conduit à l’hôpital pour cause médicale a tenté de s’évader vers 22 h. Une quinzaine de personnels sont intervenus pour le maîtriser.

Lundi soir, vers 20 h, un détenu, enfermé à la prison du Gasquinoy,  prétend avoir avalé des lames de rasoir et demande à être conduit à l’hôpital de Béziers. Deux gardiens de prison vont l’accompagner mais après plusieurs examens médicaux il s’avère qu’il n’en est rien.

Un détenu très violent

 » Le psychiatre nous a assuré qu’il n’était pas suicidaire et déjà dans la chambre où il était retenu « , insiste le représentant des gardiens  » il commençait à tout casser et à arracher une table du mur. »

« C’est bon on est en place »

L’homme est alors reconduit, dans une pièce spécifique pour les détenus. C’est alors qu’il croise une personne dans le couloir de l’hôpital et un des gardiens aurait entendu :  » C’est bon, on est en place ». Plus vigilants, les deux fonctionnaires sont sur leur garde quand tout d’un coup le détenu s’arrête au milieu du couloir et refuse d’avancer.

Il veut aller dehors pour fumer ce que les gardiens refusent. Le mis en cause rentre alors dans une rage folle. Les deux fonctionnaires qui ne parviennent que très difficilement à maîtriser le forcené appellent à l’aide.

Plus de 10 personnes en renfort

Cinq personnes de l’hôpital interviennent, puis huit policiers appelés en renfort pour arriver à maîtriser totalement l’individu. Ce dernier était encore ce matin à l’hôpital. Une enquête a été ouverte. Deux personnes ont été mordues dans les affrontements par un homme qui était menotté par devant et non derrière ce qui l’aurait entravé d’avantage.

La CGT pénitentiaire dénonce le manque de moyens

Un représentant de la CGT Pénitentiaire de la prison de Béziers dénonce le manque de moyen des gardiens et la dangerosité de ce type de transport vers les hôpitaux.  » Nous avons dans les locaux de la prison de Béziers un cabinet médical très  bien équipé et performant, mais dans lequel il n’y a pas de médecin de garde la nuit. Nous demandons que ce manque soit comblé. « 

Leur presse carcérale – Midi Libre (J-P A.), 05/03/2013 à 10h57

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s