[Ouvriers de PSA en lutte] Contre les 11000 suppressions de postes, la destruction plutôt que la négociation – Poissy, 12 décembre 2012

En colère, des salariés de PSA manifestent sur le site de Poissy

 PSA – Les 1 500 suppressions de postes annoncées mardi leur restent en travers de la gorge. Des salariés de PSA Peugeot-Citroën ont pénétré, mercredi 12 décembre, dans le pôle tertiaire du constructeur à Poissy (Yvelines), renversant « pots de fleurs et tableaux d’affichage ». Selon un salarié de PSA sous couvert de l’anonymat, des manifestants ont « détruit des ordinateurs et des tableaux », et « tout broyé sur leur passage ».

1130491

Au total, entre « 300 à 400 personnes » travaillant pour PSA Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) se sont rendus devant le site de Poissy en milieu de journée. Ils ont fait brûler des pneus, rapportent des délégués CGT, syndicat qui appelait à la mobilisation.

« C’est un mouvement de colère des salariés », a déclaré Philippe Julien, de la CGT Aulnay. « La réelle casse, c’est celle de l’emploi : après 8 000 suppressions de postes, la direction en rajoute 1 500 », a renchéri Jacques Salfati, délégué CGT.

Une réunion sur le plan social reportée

« La direction et les cinq autres organisations syndicales dénoncent ces agissements qui sont le fait d’une minorité non représentative de l’ensemble des salariés », a immédiatement réagi un porte-parole de PSA.

Une réunion de négociation sur le plan social, prévue mercredi à 13 heures sur le site de Poissy, a été suspendue et reportée au 20 décembre, « le dialogue social ne pouvant se tenir sous la contrainte ».

Leur presse -Francetv info avec AFP, 12/12/2012 à 17h29

Des salariés de PSA manifestent à Poissy

Plusieurs dizaines de salariés de PSA Peugeot Citroën ont pénétré mercredi 12 décembre dans des bâtiments administratifs du constructeur à Poissy (Yvelines) et causé des dégâts matériels, au lendemain de l’annonce d’une réduction d’effectifs supplémentaire au sein du groupe d’ici à 2014.

1805319_3_d617_les-incidents-se-sont-produits-a-la-mi-journee_4dd6d907fe90063a4f43670243488e39

Les incidents se sont produits à la mi-journée en marge d’un rassemblement organisé par la CGT à l’occasion des négociations sur le plan social lancé en juillet par PSA. La réunion a du coup été annulée et reportée au 20 décembre.

« La colère légitime des salariés s’est exprimée », a déclaré Jean-Pierre Mercier, délégué de la CGT du site d’Aulnay-sous-Bois. « La casse, c’est une direction qui continue de mentir devant les syndicats, le gouvernement, la France entière, qui refuse de négocier sérieusement et qui continue d’organiser des réunions qui ne mènent à rien. » Selon la direction, une minorité de salariés ont forcé les portes du site et provoqué des dégradations dans les locaux.

« QUE LE DIALOGUE SE POURSUIVE »

« La direction dénonce ces agissements qui sont le fait d’une minorité non représentative de l’ensemble des salariés, le dialogue social est en place et dans ce contexte nous ne pouvons accepter ces casses, ces agissements, ces voies de fait, qui sont tout a fait répréhensibles » a déclaré Denis Martin, directeur industriel de PSA, sur i-TELE. Il a ajouté que le groupe avait l’intention de porterplainte.

Interrogé sur le sujet, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a prôné le dialogue social. « Il faut surtout que le dialogue au sein de l’entreprise, la négociation qui avait commencé puisse se poursuivre, c’est l’intérêt de tous », a dit le premier ministre sur BFMTV en marge d’un déplacement à Casablanca, au Maroc. « Il est important que les partenaires sociaux au sein du groupe, au sein de l’entreprise, puissent faire leur travail jusqu’au bout. »

PSA Peugeot Citroën a annoncé mardi soir aux syndicats que l’effectif du groupe en France pourrait être réduit d’ici à la mi-2014 de 1 500 emplois supplémentaires, estimation maximale des départs en retraite ou démissions non remplacés au sein du groupe. Ce total viendrait s’ajouter aux 8 000 suppressions de poste du plan social, que les syndicats ont refusé mardi d’entériner.

Leur presse – Le Monde.fr (avec Reuters), 13/12/01 à 07h37

6 réflexions sur “[Ouvriers de PSA en lutte] Contre les 11000 suppressions de postes, la destruction plutôt que la négociation – Poissy, 12 décembre 2012

  1. A reblogué ceci sur Les AZArricades and commented:
    Se battre pourquoi? On n’a jamais vu ça en Suisse, mais les voitures comme Renault se vendent actuellement à 50% et les maisons mères sont prêtes à les vendre à perte si il le faut. Mais il y a tellement de bagnoles et l’essence, assurance et tout le toutim sont tellement chers que mes ces ristournes n’appâtent pas les consommateurs. De toute façon, on ne sait même plus où parquer!

  2. COMMENT, HEIN? QUOI?

    Après avoir prospéré honteusement sur le dos des prolots, avoir engraissé sur celui des blessés et mutilés du travail,dansé sur le ventre maigre des « suicidés de la misère »,celui dles « harcelés du productivisme », après avoir subi la morgue des cheffaillons, à la botte des DRH, après avoir maté les grèves à la faveur des trahisons multiples des » bureaucraties syndicrades », après avoir insolemment nourri précocement des dizaines de rejetons sur plusieurs générations de « fils-à-papa », ces empaffés voudraient pouvoir se barrer sans que vous ne renversiez un seul pot de géraniums, sans que vous ne balanciez à terre « un panneau d’information de merde, sans que vous ne bronchiez d’un cil????

    Nous serions plutôt d’avis de « communiser » les bagnoles réglées au « tip-top » comme des « formules1 » avec les mômes et autres ados du coin en prévision de superbes rodéo de protestation contre cette arnaque sociale et de foutre le feu au reste!!!

    Faudrait voir à ne pas confondre les mécano avec des oies sages!!! Les bagnoles ont été produites au terme d’un contrat, le contrat n’étant pas honoré, les caisses à la con demeurent propriété de celles et ceux qui les ont produites et libre à chacun d’en jouir à sa guise!!!
    Steph.

  3. Il ne faut pas s’attendre de notre part à ce que nous préconisions la « réappropriation collective de l’outil de production » à l’instar de ce que nous fîmes en relation avec les « LIP » que nous avons soutenus fraternellement dans les années 70′ si c’est pour poursuivre encore et encore, à l’infini, avec la production de misère sociale celle de la production de bagnoles de merde au taux d’obsolescence programmé; il nous plait infiniment mieux de promouvoir la démolition ludique des stocks de la « liberté représentée » que symbolise les caisses à cons! Il nous plait mieux encore de ridiculiser les larbins de l’économie qui auront soutenu l’ensemble de ce dispositif d’aliénation.
    Ceci dit: Nous n’avons pas non plus de « conseil » à vous donner…Nous avons pour notre part choisi ce que nous entendons soutenir, entre la guerre sociale et la domestication.
    Nosotros.incontrolados.

  4. Pingback: [Lutte à l'usine de PSA d'Aulnay] Les ouvriers investissent le site PSA de St-Ouen «Il y a une pression très forte dans les ateliers de la part des salariés grévistes», de nombreux actes d’incivilité» | Le Chat Noir Emeutier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s