[Suisse] Surpopulation à la prison de Champ-Dollon (Genève): L’incendie et la destruction comme solution !

Champ-Dollon atteint un nouveau record avec plus de 700 détenus

La prison genevoise de Champ-Dollon dépasse la barre des 700 détenus, dévoile jeudi la Tribune de Genève. Un record pour l’établissement en pénurie chronique de places de détention.

Prévue à l’origine pour 376 détenus, la prison de Champ-Dollon dépasse jeudi les 700 incarcérations. Certains prisonniers doivent se contenter d’une place à même le sol.

Le directeur de la prison, Constantin Franziskakis, confirme cette information à la Tribune de Genève:  » Nous n’avons jamais eu autant de détenus incarcérés. Sept détenus dorment sur des matelas à même le sol depuis quelques jours. Nous avons déjà commencé à placer six personnes dans des cellules de trois lits. Nous n’avions pas connu cette situation depuis 2010″.

Situation tendue

Le quotidien à l’intérieur des murs reste cependant difficle à gérer. « C’est difficile, mais tout est sous contrôle, grâce à l’engagement hors-norme des cadres et du personnel de l’établissement, poursuit Constantin Franziskakis. « Pour l’instant, toutes les prestations sont maintenues, telles que la promenade, les soins, l’aumônerie. »

« Le fait d’entasser les gens les uns sur les autres crée inévitablement des tensions entre eux », relève Pierre-Alain Dufey, vice-président de la section des gardiens à l’Union du personnel du corps de police.

Leur presse – RTS.ch, 29/11/2012 à 12h13

Champ-Dollon passe la barre des 700 détenus

La surpopulation dans la principale prison genevoise atteint un record. Des détenus dorment à nouveau sur des matelas à même le sol.

La prison de Champ-Dollon prévue pour 376 places accueille depuis ce matin 702 détenus, selon nos informations. Le taux d’occupation atteint 186%. Le directeur de l’établissement, Constantin Franziskakis confirme notre information: «Nous n’avons jamais eu autant de détenus incarcérés.»

Conséquences? «Sept détenus dorment sur des matelas à même le sol depuis quelques jours. Nous avons déjà commencé à placer six personnes dans des cellules de trois lits, explique Constantin Franziskakis. Nous n’avions pas connu cette situation depuis 2010.» A l’époque, la surpopulation était encore plus importante en raison d’un nombre de places moindre. Le taux d’occupation atteignait alors 225%. Depuis, une centaine de places ont été construites (Cento Rapido), laissant une plus grande marge de manœuvre. Mais celle-ci se réduit désormais de jour en jour.

Comment gère-t-on la situation? «C’est difficile, mais tout est sous contrôle, grâce à l’engagement hors-norme des cadres et du personnel de l’établissement, indique Constantin Franziskakis. Pour l’instant, toutes les prestations sont maintenues, telles que la promenade, les soins, l’aumônerie.»

Cette situation pose-t-elle des problèmes de sécurité? «Cela peut comporter des risques lors des interventions du personnel», indique le directeur. Concrètement, «le fait d’entasser les gens les uns sur les autres crée inévitablement des tensions entre eux, relève Pierre-Alain Dufey, vice-président de la section des gardiens à l’Union du personnel du corps de police. S’il y a une bagarre, comme il y a beaucoup plus de monde à gérer, les interventions sont plus difficiles».

Selon le syndicaliste, le nombre de gardiens – plus de 300 pour 700 détenus – est actuellement suffisant, grâce au personnel en formation engagés pour l’ouverture progressive de l’établissement Curabilis programmée fin 2013. «Heureusement que nous avons ce renfort!», soupire Pierre-Alain Dufey.(TDG)

Leur presse carcérale – Tribunal de Genève, 29.11.2012 à 11h23

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s