[Besançon] Enfin un local syndical à la fac de lettres – 27 novembre 2012

Transmis par mail, 28/11/2012:

Mardi 27 novembre 2012. Faculté de Lettres de Besançon.

Suite à l’appel de la CNT 25 et de l’AMEB, 15 personnes se sont rassemblées dans la cour du Grand Salon (bâtiment Chifflet) pour faire pression sur le conseil de gestion de l’UFR SLHS, qui se tenait ce mardi.

Des tracts distribués, une bataille acharnée pour pouvoir afficher tracts et appels au rassemblement (le personnel de nettoyage est forcé par l’administration de l’UFR SLHS d’enlever toute affiche ou/et tract qui ne rentrerait pas dans la case légale des panneaux d’affichage…lorsqu’on sait que ces panneaux sont recouverts régulièrement de grosses affiches fluos dégueulasses appelant à enrichir commerces et boîtes de nuit, on n’a pas d’autres choix que de coller illégalement…et franchement, on préfère ça mais que la fac nous foutent la paix!). 

Bref, la mobilisation a quand même l’air d’avoir payer: le conseil de gestion a voté à l’unanimité pour l’attribution d’un local syndical, alors que ça devait faire plus de 3 mois qu’on devait l’obtenir… Et que si leur mascarade de cérémonie nous avait refusé ce local, nous serions monté.e.s à 15 (et ça suffit largement) sans tergiverser.

Cependant, faut voir la gueule de ce local qui doit être dans le bâtiment Granvelle, qui est en état de décomposition permanent (comme tous les bâtiments de la fac de lettres).

Concernant l’attribution d’un local pour la convertir en cafét’, le doyen Mariage nous affirme qu’il n’y a plus de locaux disponibles à part sur la fac « décharge/poubelle » de l’ancienne fac de médecine, où une cafét’ est déjà en phase d’ouvrir par les étudiant.e.s d’Erasmus. Cependant, on en veut une autogérée et sur le site mégevand (où ça fait des années qu’il n’y a rien… Sauf en période de (g)rèves et de blocages…)

Sinon, le doyen aurait déclaré que désormais, lorsque nous souhaiterons organiser tables de presse, accrocher des banderoles ou encore diffuser des tracts, il faudra demander l’autorisation au doyen ou à l’administration! En gros, pouvoir contrôler les contestations sociales comme le font les flics, lorsque syndicats réformistes et partis déclarent gentiment à l’Etat leurs grèves ou manifestations. 

Après avoir appelé les keufs pour une simple action contre l’UNI, c’est clair qu’il va falloir rester vigilant.e.s quant à ces tentatives de flicage et de contrôle social !

Restons ingouvernables et incontrôlables.

Un anarchiste de la fac de lettres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s