[Résistons Ensemble] Brebis galeuses? Novembre 2012

Brebis galeuses ?

« Des “renseignements ou directives” donnés aux tueurs d’un indicateur par des policiers de la BAC nord Marseille relèvent de la complicité d’assassinat » dit l’avocat de la famille qui a déposé une plainte contre X. Après les trafics, vols, compromissions divers, un petit coin du voile se lève sur la collaboration, voire sur l’osmose entre les corps de police et le milieu.

Ce n’est pas la faim qui pousse les hommes à en vouloir toujours plus, mais la gourmandise. L’affaire est sortie dans la presse sur la collusion entre le crime et la police à Marseille, mais en réalité cette collusion est vieille comme le monde, elle n’a pu perdurer jusqu’à maintenant que par la loi du silence et un semblant de normalité dans la société.

Cette affaire nous éclaire sur l’état de décomposition d’une nation et de sa police. Il ne faut pas considérer seulement les quelques cas isolés de fonctionnaires de la police ayant cédé à l’appel du bifton, mais voir que c’est tout un système étatique. Un système qui se repose sur une propagande politique et psychologique en vue de camoufler le rôle de la police : le bras armé de l’État. Mais quel homme politique admettra que la police est perméable à l’agonie d’une société qui s’effondre sur elle-même. Ça serait leur faire avouer leur propre immoralité.

Des affaires, comme à Marseille, il fallait bien que cela arrive un jour à force de presser toujours le même citron. Ne nous laissons pas avoir par ce jeu de dupe que l’actuel gouvernement essaie d’installer en nous disant que l’affaire de la BAC de Marseille ne concerne que des cas isolés, la bête va mal achevons-la.

________________________________________________________________

1961 – 2012 – 2063

Le 17 octobre dernier, François Hollande, au bout de 51 ans de négation étatique, a reconnu la responsabilité de la République dans la « sanglante répression » des Algériens qui manifestait en 1961 contre le couvre-feu qui les visait spécifiquement. Hélas, comme toujours avec la gôche, le nouveau-né n’est pas une promesse d’un avenir meilleur, il porte les stigmates du passé.

Hollande n’avoue pas le nombre de morts, au moins 200, il ne dit pas que les Algériens battus à mort, jetés et noyés dans la Seine manifestaient pacifiquement. Silence pudique sur le fait qu’au-delà de l’ex-nazi Papon, préfet de police, il y avait le président de la République, l’intouchable Charles de Gaulle qui tirait les manettes.

Au lendemain du 17 octobre 61, Alexis Violet, bravant la répression, a peint sur un quai de la Seine : « Ici on noie les Algériens ». Alexis est mort en 2006, il était membre actif du réseau Résistons ensemble depuis sa creation en 2002. Aujourd’hui, il aurait sûrement tagué : « les meurtres étatiques continuent ». Par étouffement, par la méthode du « pliage », à coup de taser, par le « parchocage », par balles… Et comme en 1961, la République couvre.

En même temps que le mea culpa de Hollande, la « justice » a déclaré un non-lieu, en dépit des preuves éclatantes à charge, pour les policiers responsables de la mort d’Ali Ziri, de Mamadou Marega et d’Abou Bakari Tandia. Quant aux responsables de la mort de Zyed et Bouna, ils ne sont finalement accusés que de « non-assistance à personne en danger ». Les policiers dont l’existence et les méthodes inspirent une telle terreur que les gamins revenant d’un match de foot, préfèrent se réfugier dans un transformateur !

Comme il y a 51 ans, on meurt aujourd’hui entre les mains de la police. Faut-il attendre, un autre demi-siècle, jusqu’à 2063, pour que l’État, même du bout de lèvres, reconnaisse ses crimes ?

________________________________________________________________

> [ RIPOSTE dans les quartiers populaires ]

Jeudi 4 octobre, dans le square Léon à Paris, des CRS lancés dans une récurrente opération de contrôle d’identité se sont heurtés à la résistance d’une quarantaine de personnes « menaçantes ». Pris à partie, les cognes ont dû appeler des renforts pour se dégager à coups de gaz lacrymogène. Un homme à été interpellé.

Samedi 13 octobre à Nice (06), le contrôle d’un deux-roues par la BAC entraîne la réaction d’une dizaine d’habitants des environs. L’échange est musclé, un flic a le petit doigt cassé, une voiture de police est détruite, une autre endommagée par un projectile.

Vendredi 19 octobre à Clichy-sous-Bois (93), dans la nuit une dizaine de cocktails Molotov ont atterri sur le portail et dans la cour du commissariat. Deux adolescents ont été interpellés et placés en garde-à-vue.

Dimanche 21 octobre à Vigneux (91), trois policiers de la BAC tentent d’interpeller deux individus qu’ils jugent au « comportement suspect ». La police au trousse, les deux hommes s’enfuient direction le quartier de la Croix-Blanche. Sur place une trentaine de personnes exprimeront leur désaccord, prenant à partie les forces de l’ordre, qui molestées feront usage d’une grenade de désencerclement et de gomme-cogne pour se dégager.

Dimanche 28 octobre aux Mureaux (78), deux policiers qui patrouillaient à cheval ont été la cible de jets de pierre. Une personne a été interpellée.

En mémoire de Jamal Ghermaoui…

Il y a un an, Jamal Ghermaoui habitant de la cité du Luth à Gennevilliers s’est fait tuer à l’âge de 23 ans dans sa cellule du mitard de la maison d’arrêt de Nanterre. Une centaine de personnes s’est réunie le 13 octobre devant la prison de Nanterre pour faire vivre sa mémoire et pour organiser la poursuite de la lutte pour la vérité et la justice sur sa mort.

Contact : justicepourjamal@gmail.com ; tél :  06 60 81 50 50.

Plus d’Info

________________________________________________________________

> [SUR LE VIF]

Chaïn, lycéen en 1ère ES

raconte sa nuit de 5 octobre à Sucy-en-Brie. « On marchait lorsqu’une voiture de police s’est arrêtée. Trois personnes sont sorties et l’une d’entre elles a voulu m’attraper le bras. Je l’ai immédiatement enlevé et je me suis mis à courir car j’avais peur […] J’ai alors reçu un coup à l’œil gauche (d’un policer) et il m’a mis par terre avant de me frapper dans les côtes et à l’arrière du crâne. […] Ils m’ont dit : on va s’amuser un peu […] Ils m’ont frappé et pressé les parties génitales. J’ai pensé que j’allais mourir. » Suite à une plainte de la famille, l’IGS enquête. Parions : encore une affaire qui sera enterrée.

La prison torture !

« Dans le centre de détention de Salon de Provence, j’ai été agressé par plusieurs surveillants qui m’ont rossé de coups de partout sur le corps et étranglé avec un fil, ou je ne sais pas. Je suis tombé dans les pommes. […] J’étais tout nu au mitard le lendemain matin. La cellule s’est ouverte avec d’autres surveillants qui m’ont rossé de coups. » Transféré au centre de détention de Varenne le Grand. « Le chef m’a dit de porter plainte et que les gendarmes venaient pour m’emmener à la gendarmerie. » Depuis le juge à prononcé un non-lieu. « C’est vraiment dégueulasse on essaie d’étouffer l’affaire car c’est très grave ce qui m’est arrivé, […] Moi-même si j’avais fait ça, j’aurais été jugé depuis longtemps. C’est le vice de la justice, ils font fonctionner la loi comme ça les arrange. »

Lire le témoignage de Jamel Maalal

________________________________________________________________

> [ AGIR]

Mahamadou Maréga mort il y a deux ans, commémoration le 1er décembre…

plaqué face contre le sol d’un ascenseur par plusieurs policiers, ses pieds et mains étaient attachés. Il a été asphyxié au gaz lacrymogène, électrocuté par 16 tirs de Taser dont plusieurs en contact direct et matraqué à sang par 17 policiers. Le juge a ordonné un non-lieu. RdV samedi 1er décembre 2012 à 14h, 555 rue Gabriel Péri – 92700 Colombes, accès : RER A La Défense + Bus 272 : Arrêt Place de Belgique. info : http://collectif-vjp-mmarega.blogspot.com

Zone A Défendre !!!

Solidarité avec les squatteurs, paysans et habitants de Notre-Dame-des-Landes (au nord de Nantes) qui résistent aux gendarmes et aux CRS depuis le 16 octobre ! Malgré la destruction de la majorité des maisons et corps de ferme squattés, ainsi que des auto-constructions au sol et dans les arbres, la lutte n’est pas désespérée face à l’État, Vinci et le PS ! Les premiers travaux pour la desserte routière de l’aéroport ne doivent pas pouvoir commencer.

Grande manif de réoccupation et reconstruction sur la ZAD le 17 novembre dans la matinée. Heure et lieu de rendez-vous restent à définir.

Infos précieuses et quotidiennes sur http://zad.nadir.org

Free Aurore Martin

Deux pétitions pour la libération de la militante politique basque Aurore Martin arrêtée le 1er novembre, et livrée aux autorités espagnoles, où elle risque jusqu’à douze années de prison.

Sans papiers en lutte

Rassemblements à l’initiative des CSP 92, CSP 77, CSP 12, CSP 95 : les mercredis 7 et 14 novembre – 16 h, place Chassaigne Goyan Paris 8e (Métro 9 – St philippe du Roule), vendredi 9 novembre – 14 h devant le PS rue de Solférino (Métro 12 – Soférino).

Lire le communiqué

Une caisse de solidarité

avec les inculpéEs, condamnéEs, enferméEs…, « La Belle… », frangine des Kaliméros, a été créée en Dordogne. Contact:  06 05 72 65 62 ; mèl: labelle@riseup.net

Cliquer sur l’image pour télécharger le bulletin no 113 de Résistons Ensemble

Une réflexion sur “[Résistons Ensemble] Brebis galeuses? Novembre 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s