[Italie] No police, no capitalism – 27 octobre 2012

Des milliers d’Italiens manifestent pour le « No Monti day »

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont défilé, samedi 27 octobre, à Rome, à l’appel de partis d’extrême gauche et syndicats autonomes, pour protester dans le cadre d’un « no Monty Day » contre les mesures d’austérité du gouvernement italien. Le défilé a débuté en début d’après-midi et s’est déroulé dans l’ensemble dans le calme, sous une nuée de drapeaux rouges arborant la faucille et le marteau.

Les magasins avaient fermé leurs devantures par sécurité et le parcours était placé sous stricte surveillance policière pour éviter tout débordement, comme cela avait le cas lors d’une manifestation analogue à l’appel des « indignés » il y a un an contre le gouvernement de Silvio Berlusconi, alors que l’Italie était dans la tourmente financière.

« Avec l’Europe qui se rebelle, chassons le gouvernement Monti », était inscrit sur une grande banderole en tête du cortège parti de la piazza della Repubblica et arrivé plus d’une heure plus tard piazza San Giovanni. Sur le trajet, de petits groupes de jeunes des centres sociaux ont lancé des oeufs, des bouteilles et des pétards sur des succursales de banques italiennes.

Vers la fin de la manifestation, près de l’église Santa Croce in Gerusalemme, des groupes plus importants ont formé un « cortège sauvage » en dehors de l’itinéraire prévu par la police. Certains manifestants encagoulés et vêtus de noir ont bloqué une voie rapide et lancé des gaz fumigènes, des pétards et des bouteilles contre les forces de l’ordre. Certains avaient auparavant renversé des poubelles à verre, pour se saisir de réserves de bouteilles.

Le calme était revenu en début de soirée.

Dans la manifestation principale, les protestataires arboraient des marionnettes géantes de Mario Monti, Angela Merkel et Barack Obama. Pour condamner la mondialisation, la crise financière et l’Union européenne. Ils répondaient à l’appel notamment du Parti communiste des travailleurs et de Refondation communiste, et de syndicats autonomes.

Le collectif No Tav contre le train à grande vitesse devant relier Turin à Lyon (et en français), à l’origine d’une contestation ayant été parfois marquée par des incidents violents dans une vallée alpine, et des mouvements d’étudiants et de précaires qui protestent contre l’austérité et le chômage ont soutenu l’initiative. La préfecture de Rome avait imposé un parcours au cortège, interdisant toute circulation automobile dans le quartier, et le maire de la capitale avait lancé un appel aux manifestants à « respecter la ville » (suite aux émeutes du 15/10/2011 lors la mobilisation du mouvement des Indignés).

Leur presse – LeMonde.fr (Agences de presse), 27/10/2012 à 19h59

Source photos: Demotix.com & polisblog.it, 27/10/2012

Voir un diaporama des affrontements à Rome

Voir d’autres vidéos

Par ailleurs, des affrontements ont eu lieu à Riva del Garda, lorsque les manifestant.e.s ont voulu forcer le barrage de police afin de s’approcher du Palais des Congrès où le premier ministre Mario Monti s’exprimait.

Quelques photos:

Source: YouReporterNews.it, 27/10/2012

Quelques vidéos (via @AlainBertho):

Par ailleurs, des attaques ont eu lieu ces derniers jours, notamment contre les fascistes italiens du CasaPound, qui a vu son local complètement saccagé:

Fermo (Italie) : explosion solidaire contre le tribunal

On apprend des journaux locaux qu’un billet avec le texte « Liberté pour les anarchistes incarcérés » a été retrouvé près du tribunal de Fermo [région des Marches], où un engin artisanal a explosé la nuit dernière contre une de ses portes d’entrée secondaires. Il s’agirait probablement d’une « bomba-carta« , soit d’un gros pétard extrêmement puissant… et hors commerce.

Traduit de l’italien de informa-azione par Brèves du désordre, Mer, 24/10/2012 – 11:34

 Naples : le local de Casapound dévasté

Naples, 19 octobre : des inconnus sont entrés la nuit dernière dans le local de CasaPound [néo-fascistes] situé dans la rue très centrale de Naples, via Foria, en forçant le cadenas de la porte d’entrée. Les inconnus ont balancé de la peinture sur les murs et détruits le mobilier trouvé à l’intérieur, avant de disparaître. La police mène l’enquête.

Traduit de l’italien de informa-azione par Brèves du désordre, Gio, 25/10/2012 – 13:25

Une réflexion sur “[Italie] No police, no capitalism – 27 octobre 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s