[Grèce] Emeutes dans Athènes lors de la venue d’Angela Merkel – 9 octobre 2012

(Reuters) – La police grecque a tiré des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes sur les manifestants dans le centre d’Athènes ce mardi alors qu’ils tentaient de franchir les barrières de sécurité et atteindre la chancelière allemande Angela Merkel.

Des dizaines de milliers de manifestants ont défié l’interdiction de manifester en se rassemblant sur la place Syntagma pour exprimer leur mécontentement avec le dirigeant allemand, qui blâme beaucoup pour forcer des réductions douloureuses sur la Grèce en échange de deux plans de sauvetage UE-FMI d’une valeur de plus de 200 milliards d’euros.

Certains policiers ont essuyé des jets de pierres, des bouteilles et des bâtons, et ont essayé de casser une barricade mise en place afin de protéger Angela Merkel et sa délégation, qui se rencontraient avec le Premier ministre Antonis Samaras à son bureau à plusieurs centaines de mètres.

La police a arrêté des dizaines de manifestants dans ce qu’ils ont dit était l’une des plus grandes manifestations du mois.

Leur presse – Reuters, 09/10/2012 à 10h08

Le fil chronologique de la journée à Athènes:

19h00 les choses sont plus calmes dans le centre de conférences de police, environ 217 détenus au cours de la journée à Athènes et 24 arrestations. Mais les gens qui ont été arrêtés et vient de publier dire qu’il y avait plusieurs centaines de personnes détenues dans le QG de la police.

17h00 attaque violente sur le groupe de personnes qui se trouvaient sur l’avenue Amalias de presque de tous côtés, très peu de gens sur la place Syntagma maintenant.

16h36 Combats de rues toujours en cours dans le centre, à l’heure actuelle il y a un front sur ​​la rue Amalias à côté du Parlement, où la police tente de repousser les gens, mais ceux-ci se défendent avec des pierres. Un bloc de manifestants est sou arrondi par la police antiémeute sur la rue Karagiorgis Servias

16h05 Comme la journée de mobilisation touche à sa fin, la foule semble augmenter. « Flics, porcs, assassins » est devenu le principal et unique chant dans le centre, les gaz chimiques dans l’atmosphère, de nombreux blessés.

16h00 Merkel et Samaras viennent tout juste de commencer leurs discours. Le centre d’Athènes est un champ de bataille où des milliers de personnes sont toujours autour, à se battre.

15h50 Dans les dernières 50 minutes, la police a  attaqué sans provocation les gens sur la place Syntagma qui résistent avec des pierres et tiennent tête durant les affrontements qui sont en cours. La foule qui courait de la rue Panepistimiou vers la place Syntagma a été également frappé sur les côtés par des agents de police. Des gaz lacrymogènes et des blessures dans le secteur. Il y a au moins 3 façades sur la place à l’angle de Panepistimiou et Amalias, un autre sur l’avenue Amalias et une dernière sur la partie inférieure de la place entre la rue Ermou et la place. Les gens restent se battre sur ​​la place Syntagma.

15h00 tensions en face de la barrière sur la place Syntagma, des gaz lacrymogènes et des grenades.

Le rassemblement prévu pour 14h36 à Syntagma devient de plus en plus gros, tandis qu’il y a de plus en plus d’arrestations. Les travailleurs Erikos Dunnan ont réussi à jeter des objets contre le convoi de voiture de Merkel et le Premier ministre grec tandis que le second était sur ​​le chemin vers le palais du premier ministre.

13h57 Il y a des rassemblements de protestation sur les places Syntagma et Omonia. Les lycéens qui se dirigeaient vers la place Syntagma ont été arrêtés en préventive et 13 personnes en plus à l’école de Nikaia à Peirea. Le bloc de Dyktio a été attaqué par la police à Exarchia. Les travailleurs de l’hôpital Erikos Dunnan, qui demeurent impayés depuis plusieurs mois maintenant, quand ils ont essayé de manifester de l’hôpital vers le lieu de manifestations ils/elles ont été repoussé.e.s par la police anti-émeute.

13h45 GMT +2 Angela Merkel vient d’arriver à Athènes tandis que depuis ce matin les militants de la gauche radicale et les anarchistes sont détenus, saisis par la police à leurs portes de domicile, ou dans les zones du centre-ville où les actions de protestation ont été prévue. Le nombre d’arrestations est inconnue.

Traduit de l’anglais de From the greek streets

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s