[Castres] On aime les bidasses sous la forme de macchabees – Nuit du 7 au 8 septembre 2012

Castres. Bataille rangée au centre ville

C’est une véritable bataille rangée à laquelle ont assisté les noctambules Castrais qui fréquentaient encore les bars du centre ville et ceux du village des jouteurs sur le quai Miredames vers 1h30 dans la nuit de vendredi à samedi. Une violente rixe a opposé une soixantaine d’individus, une trentaine dans chaque «camp». Bilan, un blessé grave et deux personnes interpellées. Une provocation d’une bande de jeunes envers des militaires du 8e RPIMa, qui profitaient de leur quartier libre en buvant un verre dans un bar du centre ville, serait à l’origine de ces scènes de violence. Les militaires auraient été insultés, traités de « sales Français » et «sales militaires » selon des témoins. L’altercation s’est poursuivie à l’extérieur du bar pour se transformer très vite en bagarre générale sur la place Jean-Jaurès. D’autant que des «renforts» arrivaient des deux côtés. Les coups sont violents. Rapidement les forces de l’ordre, police nationale et police municipale, interviennent mais ont le plus grand mal à calmer les esprits sans doute échauffés par l’alcool. Les policiers devront faire usage de tirs de flashball et de gaz lacrymogène pour disperser les assaillants. Comme une volée de moineaux, tout le monde est parti en courant dans tous les sens. « On a vu des groupes de gens courir les uns après les autres, certains avaient des barres de fer à la main», raconte un témoin. «On était en train de fermer les bodégas du village des jouteurs et certains sont venus trouver refuge dans les chalets», raconte encore un organisateur des joutes sur l’Agout qui se tiennent ce weekend.

Mais quelques-uns n’avaient pas fini d’en découvre visiblement. D’autres bagarres plus isolées auront  lieu à différents endroits de la ville avant que le calme ne revienne complètement. Notamment après l’intervention d’une patrouille du 8e RPIMa venue récupérer ses hommes. Au cours de ces violences, un militaire de 21 ans a été grièvement blessé à un oeil par un tesson de bouteille. Il a d’abord été transporté à l’hôpital du pays d’Autan avant d’être transféré à l’hôpital Purpan à Toulouse où il a été opéré. Mais il risque de perdre son oeil.

Les policiers ont pu interpeller sur place un individu identifié comme l’auteur de coups de poings sur la victime. Un deuxième, suspecté d’être l’auteur du coup de tesson de bouteille, a été arrêté hier matin à son domicile de Castres. Les deux hommes, d’une vingtaine d’années, sont en garde à vue. Les policiers devaient entendre encore de nombreux témoignages hier après-midi et également visionner les images des caméras de vidéosurveillance, nombreuses dans l’Écusson. Des rumeurs de «match retour» la nuit suivante circulaient en ville hier. Du côté du 8e RPIMa, des consignes ont été passées aux soldats pour que les choses s’apaisent et qu’il n’y ait pas de représailles. Et les forces de l’ordre se tenaient sur leur garde et restaient très vigilantes pour éviter tout nouveau débordement

La presse en treillis – La Depeche.fr (avec Agence), 09/09/2012 10h56

Castres : la caserne aux arrêts après une bagarre entre jeunes et militaires

SOCIETE. Un soldat éborgné et deux arrestations. La ville de Castres (Tarn) a été le théâtre dans la nuit de vendredi à samedi de violents incidents entre des parachutistes et des jeunes. Ces incidents, qui ont coûté un œil à un soldat, ont conduit le colonel à consigner ses hommes à l’intérieur de la caserne.

Une bagarre générale  a opposé une soixantaine de soldats du 8e Régiment de parachutistes d’infanterie de marine (RPIMA) et de jeunes  en marge d’une fête locale, a-t-on appris dimanche de source proche de l’enquête. Selon leur hiérarchie les soldats auraient été insultés aux cris de « sales militaires » ou « sales Français » à leur sortie d’un bar du centre-ville. L’embrouille aurait commencé alors que des militaires prenaient la défense d’une jeune fille importunée par un groupe de jeunes.

L’alcool aidant, des coups seraient partis. D’autres militaires et d’autres jeunes sont arrivés à la rescousse. L’affrontement a tourné à la bagarre générale sur la grande place du centre-ville, tandis que les participants à la fête se réfugiaient où ils pouvaient.

Des policiers sont intervenus, tirant des balles en caoutchouc et utilisant des lacrymogènes pour séparer les opposants sans empêcher que des pugilats sporadiques continuent ailleurs.

L’auteur présumé du coup de bouteille et un autre jeune ont été interpellés. Ils devaient être présentés à un juge d’instruction de Toulouse dimanche en fin d’après-midi, a indiqué le parquet. Celui-ci ouvrait dimanche une information judiciaire pour des faits criminels.

La nuit des faits, des cadres du régiment ont fait le tour de la ville pour ramener les soldats au bercail. Pour éviter d’autres heurts, le colonel Chasboeuf a limité les quartiers libres dans la nuit de samedi à dimanche. La police, elle, prévoyait de conserver un dispositif renforcé dans la nuit de dimanche à lundi.

Leur presse – LibeToulouse avec AFP, 09/09/2012

2 réflexions sur “[Castres] On aime les bidasses sous la forme de macchabees – Nuit du 7 au 8 septembre 2012

  1. Précisons aussi que 50 « jeunes » ont fait face à 10 militaires.
    Militaires qui ont été insultés de « sales français ».
    Mais que font SOS Racisme, la LICRA, le MRAP ??

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s