[Anti-nucléaire] Des pylônes THT sabotés dans la région nantaise – 6 août 2012

plusieurs pylônes sabotés contre le nucléaire et contre la répression…

Petit à petit la ligne THT progresse, la production nucléaire s’accroît, la répression suit de près toutes celles et ceux qui osent encore élever la voix. Le 6 août un camarade était poursuivi pour avoir participé au camp anti-nucléaire du Chefresnes. 8 mois ont été requis contre lui alors que de notre côté nous comptons encore les blessés, qu’un ami va perdre son oeil en silence et que le monde se meurt de la folie des Hommes. Folie mégalomaniaque et avide des classes dominantes mais aussi folie complice et égocentrique, ou simple lâcheté, des classes dominées dont le seul but ne semble qu’être l’accès a toujours plus de consommation, que ce soit au Nord ou au Sud. On pense que si l’on résis­tait, le remède serait pire que le mal. La liberté abso­lue offense, déconcerte. On préfère alors invo­quer la mala­die, la démo­ra­li­sa­tion, la déviance… pour légi­ti­mer son oppres­sion. Celles et ceux qui refusent activement cet état de fait ne semblent être qu’une simple minorité. Or, une mino­rité est impuis­sante tant qu’elle se conforme a la majo­rité, mais elle devient irré­sis­ti­ble quand elle la bloque de tout son poids !

Nous avons donc pris la route ce 6 août, dans la nuit noire et obscure mais porteuse de nos espoirs, pour frapper au porte-monnaie de l’industrie nucléaire. Nous avons commencé par embraser un pylône de la nouvelle ligne THT aux alentours de St Pierre La Cour, puis nous avons pris la N137 et nous nous sommes arrêtés entre Grand Fougerais et Saffre pour en scier un autre. Enfin nous avons vu sur nos cartes un petit bled du nom de Malville au bord de la N165. Là nous y avons brûlé un autre pylône en hommage à notre camarade Vital Michalon mort à Creys-Malville le 31 juillet 1977, d’une grenade offensive. Le même type d’engin soit disant « non-létal » avec lesquels ils nous visaient au Chefresne ou aileurs…

Nous avons fini la nuit à Nantes Nécropole sur les quais. Un jeune nous a proposé de partager un petit pilon avec lui, plaisir infiniment plus grand que leurs pylônes de mort et nous avons songé que décidément le THC est bien meilleur que la THT !

Le lendemain sur la route, quand la lumière aveugle les plus sages et que l’horreur de ce monde s’impose à nous sans répit, nous avons sourit de voir à quel point leurs infrastructures sont vulnérables : transformateurs, relais électriques, concentrateurs et pylônes forment autant de cibles facilement accessibles que nous ne tarderont pas à frapper encore et encore, jusqu’à ce que ce vieux monde s’écroule enfin !

Source: Indymedia Nantes, 13 août 2012

Une réflexion sur “[Anti-nucléaire] Des pylônes THT sabotés dans la région nantaise – 6 août 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s