[Tunisie] Révoltes sociales contre le gouvernement, son ordre moral et ses lois sécuritaires – Sidi Bouzid et Tunis, 9 août 2012

Tunisie: nouvelles manifestations à Tunis et Sidi Bouzid

Plus de deux cents personnes manifestaient jeudi après-midi devant le siège de l’Assemblée nationale constituante à Tunis pour dénoncer des atteintes aux libertés publiques et aux droits de la femme orchestrées, selon eux, par le gouvernement dominé par des islamistes.

La manifestation regroupait des représentants de partis d’opposition et ONG dont le Parti des travailleurs tunisiens (communistes) et Nida Tounes de l’ex-premier ministre Beji Caïd Essebsi – ainsi que des féministes, a constaté une journaliste de l’AFP.

« Non au retour de la répression », « Nous réclamons une justice indépendante », « Pas de révolution sans les femmes », pouvait-on notamment lire sur les banderoles déployées.

Jawher Ben M’barek, dirigeant du réseau Doustourouna, s’est félicité de ce que cette manifestation réunisse pour la première fois différents courants de l’opposition au gouvernement dominé par le parti Ennahda.

« C’est l’une des rares actions où tous les partis se retrouvent », a-t-il dit à l’AFP, dénonçant Ennahda qui s’attaque, selon lui, aux libertés fondamentales et tente de mettre la justice sous coupe réglée.

Les critiques de l’opposition se sont multipliées ces derniers jours avec l’introduction d’un projet de loi punissant de peines de prison les atteintes au sacré, une violation de la liberté d’expression selon des représentants de la société civile.

Autre polémique, l’introduction d’un projet d’article de la Constitution évoquant la complémentarité et non l’égalité homme-femme.

Enfin, sur le plan judiciaire, un projet de loi prévoit de laisser au chef du gouvernement le droit de bloquer les nominations et révocations de juges décidées par le conseil de la magistrature.

Dans le même temps, une manifestation de l’opposition a été dispersée jeudi par la police, qui a tiré des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène à Sidi Bouzid (centre-ouest), berceau de la révolution de 2011.

Leur presse – Aufait Maroc (AFP), 09/08/2012 à 14h24

Une manifestation à Sidi Bouzid tourne à l’émeute

La « journée de la libération de Sidi Bouzid » a tourné à l’émeute jeudi. Les forces de l’ordre sont intervenues faisant usage de balles de caoutchouc et de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants qui ont détruit la grande porte du siège du gouvernorat en voulant y entrer de force, selon le correspondant de l’agence TAP.

Les protestataires ont scandé des slogans hostiles au gouvernement. Ils ont appelé à la démission du gouverneur et du gouvernement et  dénoncé le traitement sécuritaire des questions sociales.

Les manifestants ont été pourchassés par les forces de l’ordre à travers la ville. Une personne a été touchée par une balle de caoutchouc. Quelques journalistes (on parle de deux) ont été blessés. Des cas d’étouffement par le gaz lacrymogène ont été également enregistrés.

Le ministre de l’intérieur a qualifié sur Mosaïquefm ces incidents de « complot politique »

Les organisateurs de cette manifestation sont le front 17 décembre des forces progressistes et le comité 17 décembre pour la protection de la révolution à Sidi Bouzid.

La marche avait été organisée pour demander la libération des personnes arrêtées, le limogeage du gouverneur, du chef du district de la garde nationale et du procureur de la République

Leur presse – Leaders.com.tn, 09/08/2012

Sidi Bouzid : Un bilan de 5 blessés et plusieurs arrestations

Suite au mouvement de protestation contre le gouvernement organisé jeudi à Sidi Bouzid, les forces de l’ordre sont intervenues faisant usage de balles de caoutchouc et de gaz lacrymogène.

Les protestataires ont scandé des slogans hostiles au gouvernement. Ils ont appelé à la démission du gouvernement et ont dénoncé le traitement sécuritaire des questions sociales.

Les manifestants ont été pourchassés par les forces de l’ordre à travers la ville. Le bilan est ainsi :

– 5 personnes touchées dont 2 journalistes

– Plusieurs cas d’étouffement par le gaz lacrymogène.

– Plusieurs arrestations

Les organisateurs de cette manifestation sont le front 17 décembre des forces progressistes et le comité 17 décembre pour la protection de la révolution à Sidi Bouzid.

La marche avait été organisée pour demander la libération des personnes arrêtées, le limogeage du gouverneur, du chef du district de la garde nationale et du procureur de la République.

Les organisateurs de la manifestation avaient publié une déclaration pour dénoncer les campagnes de violences et les arrestations de jeunes, de blessés de la révolution et d’ouvriers de chantiers.

Leur presse – Tuniscope.com, 09/08/2012

Une réflexion sur “[Tunisie] Révoltes sociales contre le gouvernement, son ordre moral et ses lois sécuritaires – Sidi Bouzid et Tunis, 9 août 2012

  1. Pingback: [Tunisie] Emeutes contre le manque d’eau potable: le siège du parti Ennadha saccagé à Thyna – 10 août 2012 | Le Chat Noir Emeutier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s