[Chili] Emeute suite à la venue du président chilien à Valparaiso – 21 mai 2012

Emeutes et arrestations à Valparaiso

Une manifestation qui a attiré quelque 8.000 personnes à Valparaiso, coïncidant avec la reddition de comptes de la part du président du Chili, Sebastián Piñera devant le Congrès, s’est terminée aujourd’hui par de violents affrontements qui ont fait deux policiers blessés, des dégâts et au moins 40 arrestations.

Après la manifestation organisée par la Confédération des travailleurs (CUT) afin d’exiger de meilleurs salaires, au moins 300 encapuchados ont vandalisé les rues, ont attaqué les locaux de deux casernes de pompiers et se sont affrontés avec la police jusqu’à ce qu’ils soient dispersés.

Selon une évaluation préliminaire, les incidents se sont soldés par 40 arrestations, dont deux pour avoir transporter des bombes incendiaires, qui devaient être jetés à la police au cours de la manifestation dans les rues de cette ville portuaire.

Le porte-parole de la police Zone V, le commandant Ramon Borquez et le gouverneur de la province de Valparaiso, Pablo Zúñiga, ont fait une évaluation positive des manifestations et a souligné l’appui et la coopération de la communauté pour prévenir les actes des encapuchados.

« Nous rejetons catégoriquement la violence de certaines personnes qui ont endommagé la propriété publique et privée, et aussi attaqué la police et de mettre l’accent sur le rôle des citoyens», a déclaré Zuniga.

Des encapuchados ont tenté de lyncher deux personnes après avoir découverts qu’elles étaient membres de la police. L’un d’eux a été grièvement blessé après avoir été sauvagement battu.

En outre, des clôtures installées par la police ont été utilisées comme des barricades, des caméras de sécurité et de lumières dans les rues proches du siège de la législature ont été détruites et des magasins ont été attaqués avec des tentatives de pillages.

Le général de la police, Richard Quezada, a déclaré aux journalistes que les agents des forces spéciales qui gardent le Congrès ont du attendre une heure et 20 minutes, sous la constante tombée d’objets contondants lancés par des manifestants, avant d’intervenir.

La police a ensuite utilisé un camion à eau sous pression et des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui s’étaient rassemblés près du Congrès, à 125 kilomètres au nord-ouest de Santiago.

Lors du rassemblement, où étaient également présents les leaders étudiants Gabriel Vallejo et Camila Borique ainsi que le président de Teachers ‘College, Jaime Gajardo, on pouvait remarquer un drapeau noir avec la légende « Si nécessaire, vous devez tuer le président. »

Presse bourgeoise – Elsol (avec Reuters), 21/05/2012

De nombreux articles en espagnol sur les évènements

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s