[Québec] Actions directes contre les banques et les flics en réponse aux lois scélérates de l’Etat policier

Manif nocturne: 10 000 personnes dénoncent la loi spéciale

La manifestation nocturne, la 25e de la série, avait la vigueur des premiers rassemblements, avec ses milliers de personnes qui sont descendues dans les rues de Montréal. Or, moins d’une heure après le début du rassemblement, les policiers l’ont déclaré illégal après avoir reçu des projectiles, dont des cocktails Molotov.

Près d’une dizaine de milliers de personnes se sont rendues à la place Émilie-Gamelin à 20h30 pour dénoncer l’adoption de la loi spéciale encadrant les manifestations. Avant même que la marche ne se mette en branle, la tension était déjà palpable. Les consignes de sécurité, annoncées chaque fois depuis 25 soirs, ont été enterrées par les cris et les huées des manifestants. Plusieurs personnes portaient un masque malgré le règlement municipal l’interdisant qui avait été adopté un peu plus tôt en journée.

À l’angle des boulevards Saint-Laurent et René-Lévesque, la tension a atteint un sommet. Les policiers ont reçu au moins un cocktail Molotov qu’ils ont pu maîtriser. «On ne peut pas encore préciser le nombre, mais il s’agit de bouteille remplie de liquide inflammable», a dit Yannick Ouimet, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). En effet, dans les airs et avant d’atteindre sa cible, le projectile avait la forme d’une boule de feu.

Climat de confusion

Les policiers ont alors utilisé des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes pour tenter de disperser la foule. À ce moment, plusieurs manifestants n’avaient toujours pas entendu l’avertissement que l’attroupement était illégal. Quelques minutes se sont écoulées avant que le compte Twitter du SPVM n’indique finalement que le rassemblement était devenu illégal.

«La répression, ça commence déjà et la manifestation n’avait pas encore été déclarée illégale. Moi, en tout cas, je ne l’ai pas entendu», s’est plainte Adèle.

La confusion s’est ajoutée au climat de tension. Les gens qui étaient à l’arrière de la manifestation se sont retrouvés à diriger le groupe. Puis, la foule s’est divisée en deux pour mieux se rejoindre un peu plus tard.

Quatre arrestations

La manifestation s’est par la suite poursuivie pacifiquement, et les policiers l’ont tolérée. Elle s’est démantelée vers 3h30 dans la nuit de vendredi à samedi.

Quatre personnes ont par ailleurs été arrêtées, après qu’une vitrine de la Banque de Montréal, sur l’avenue Mont-Royal, êut été fracassée. Des méfaits ont également été commis.

Deux des individus appréhendés devront faire face à des accusations de voies de fait armées, un autre pour voies de fait contre un agent de la paix, et une autre personne pour s’être promenée nue sur la voie publique.

Presse bourgeoise – La Presse canadienne (photos de l’Agence QMI), 19/05/2012

Voir les vidéos

Montréal: Pendant que l’État aiguise ses couteaux: affrontement avec les flics et attaques sur les banques

Mercredi le 16 mai, pendant que l’État aiguise ses couteaux, des manifs se déroulent dans plusieurs villes contre l’extension de l’État Policier par l’annonce de la préparation de lois spéciale* (municipale et provinciale) dans une tentative désespéré pour reprendre le contrôle. À Montréal plus de 5000 personnes ont pris la rue à 23h étant la troisième manif de la journée.

Après un peu plus de 45 minutes un cave en cravate a commencé à insulter et provoquer la foule et s’est retrouvé entouré, les flics ont commencé à poivrer et la foule a répliqué avec quelques pierres et poubelles. Les flics se sont mis à lancer des bombes assourdissantes et à tirer des balles de plastique. Quelques minutes plus tard les vitrines de plusieurs banques volaient en éclats.

Une personne qui brisait une vitrine s’est fait attaqué par derrière, mais un camarade a vite agis pour la libérer. Surveillez vos arrières et les arrières de vos camarades, il y a des merdes (et pas seulement des flics) qui s’organisent.

Vers 1h am il y a eu des arrestations de masses. 122 personnes ont été arrêtées selon les flics.

*Au moment d’écrire ces lignes, le 18 mai, les règlements et lois « spéciales » sont déjà en application.
Entre autre elles rendent illégales les manifestations qui ne donnent pas leur trajets aux flics en avance et oblige à le modifier si il ne fait pas leur affaire, et il est illégal de porter un masque dans une manifestation à Montréal.

Le nouveau règlement municipal de Montréal :

2.1 Au préalable de sa tenue, le lieu exact et l’itinéraire, le cas échéant, d’une assemblée, d’un défilé ou autre attroupement doit être communiqué au directeur du Service de police ou à l’officier responsable.
3.2 Il est interdit à quiconque participe ou est présent à une assemblée, un défilé ou un attroupement sur le domaine public d’avoir le visage couvert sans motif raisonnable, notamment par un foulard, une cagoule ou un masque

Et voir ici le document officiel de la loi 78 du gouvernement du Québec

SourceSabotage Media, 19 mai 2012

Manifestation de bruit à la prison de Tanguay en solidarité avec les camarades arrêtéEs suite aux actes de sabotage dans le métro de Montreal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s