[Grèce] Les staliniens du PAME et du KNE travaillent avec les flics et l’Etat lors de ce deuxième jour de grève générale – 20 octobre 2011

Grèce, jeudi 20 octobre, mise à jour constante

Deuxième jour de grève générale

20h15 GMT+2
20h15 GMT+2 Des gens sont encerclés par les flics à la station de métro Acropolis (certains pourraient aussi être piégés à l’intérieur). Selon des témoignages, beaucoup de gens sont mis en détention provisoire.

Les flics ont encerclé la station de métro Omonia et viennent d’attaquer les gens à l’intérieur du métro.

19h20 GMT+2 Après la rafle policière à Monastiraki, les gens ont fui dans la station de métro en fermant les portes derrière eux afin de se protéger de la fureur policière. La police et les persécuteurs ont ordonné l’évacuation de la station.

Des flics ont attaqué des manifestants près des portillons de la station de métro Acropolis où trois mises en détention provisoire ont été rapportées ; tous les trois ont réussi à s’échapper grâce à la forte présence de gens là-bas.

Les flics courent maintenant après des gens dans les rues de la zone toute proche de Thissio.

18h40 GMT+2 Un homme âgé de 53 ans qui a participé à la manif d’aujourd’hui à Athènes est décédé.

Les informations confirmées jusqu’à maintenant d’après les camarades de la radio libre 98 FM qui ont contacté des médecins:
– L’homme décédé (membre inscrit du PAME) a été hospitalisé subissant des maux de poitrine, de la fibrillation auriculaire et des difficultés respiratoires et il est décédé à cause d’une crise cardiaque. Il a été confirmé que l’homme âgé de 53 ans n’avait pas de blessures à la tête (comme il a été dit au début dans les médias bourgeois, sur Twitter, etc.) et qu’il est mort parce qu’il a respiré une quantité excessive de gaz lacrymogène tiré par la police grecque. Une autre cause probable serait la tension durant la grève. Enfin, ce ne sont que les diagnostiques des médecins qui peuvent clarifier la situation.
– Ce N’EST PAS le même cas que les rumeurs tout à l’heure sur un manifestant cliniquement mort – celles-ci n’étaient pas vraies. Ce dernier est tombé d’un bord d’un trottoir à la place Syntagma (il n’a jamais été attaqué avec un pavé). Lorsque le premier secours lui a été donné, il était inconscient. Il est plutôt âge, mais il N’EST PAS cliniquement mort, contrairement à ce que le Pouvoir a suggéré au début pour des raisons politiques. Dans le passé, des cercles politiques ont déjà répandu des rumeurs concernant des gens morts. Le Pouvoir n’a pas de scrupules.

La police a attaqué les gens à Monastiraki ; aussi devant le parlement lorsque la place a été complètement occupée par les forces répressives pour environ une heure.

17h20 GMT+2 Les affrontements continuent entre les manifestants et les unités en moto DIAS/DELTA dans les allées dans les parties inférieures de Syntagma (dans les rues Ermou, Athinas, Monastiraki, entre autres). Quelques milliers se sont rassemblés à Syntagma, tandis que plus de gens essayent de se rassembler devant le parlement, mais sont toujours bloqués par les flics dans les rues autour.

17h10 GMT+2 Le PAME a largement quitté la place Syntagma, protégé par les flics tout le long ; les brigades de police et des flics en moto attaquent des gens sans distinction dans les rues Panepistimiou et Trikoupi.
Les flics s’occupent maintenant de la protection du parlement. Le vote des députés pour la nouvelle loi financière aura lieu dans quelques instants.

17h00 GMT+2 Finalement, PAME/KNE se regroupe et se prépare à partir de la rue Amalias et de Syntagma. Bon débarras !

16h50 GMT+2 Au moins une nouvelle unité policière à la rue Filellinon derrière les manifestants. La police a viré les gens de là-bas. Des grévistes des rues Ermou, Mitropoleos, Filellinon et Stadiou ont essayé à plusieurs reprises de s’approcher de la place Syntagma et le bordel de parlement. Les manifestants ont une fois de plus été bloqués par les sécus du PAME !

Emploi massif de gaz lacrymogène et de grenades assourdissantes par la police anti-émeutes ; une ambiance étouffante dans la zone ; des gens à de nombreux endroits ripostent avec des pavés ou avec ce qu’ils ont.

En même temps, beaucoup de manifestants blessés sont amenés aux hôpitaux. Des fausses rumeurs concernant un manifestant cliniquement mort (!) ont circulé à Athènes répandant la terreur, mais elles ont été officiellement réfutées.

16h30 GMT+2 Plus tôt à Rethymnon, dans l’île de Crète, les membres du KNE ont menacé des manifestants avec des bâtons en face de l’hôtel de ville.

A Mytilini, dans l’île de Lesvos, l’assemblée de la Périphérie occupée a décidé de terminer l’occupation avec une manif le soir, dans environ une heure quand les grévistes défileront dans les rues de la ville.

16h20 GMT+2 Des milliers de membres du PAME sont devant le parlement. La police s’est retirée des parties inférieures de Syntagma; des petits groupes d’anti-autoritaires, de syndicats de base et d’ultra-gauche essayent de gagner la place; la plupart de manifestants syndicalistes restent bloqués dans les rues autour.

Le ministère de la Finance à la rue Mitropoleos est occupé par des grévistes.

16h10 GMT+2 Emploi massif de gaz lacrymogène à Syntagma. Des staliniens ont attaqué des manifestants qui essayaient de prendre la place.

15h45 GMT+2 Il y a toujours de manifestants à la rue Amalias, devant le parlement, ainsi que dans les rues Fillelinon et Mitropoleos. La place est cependant évacuée et encerclée par les flics. Les staliniens bloquent toujours l’accès.

Il faut que ce soit clair que le PAME et le KNE ne sont pas des communistes ! Ce sont des indics et des voyous staliniens travaillant pour le régime.

Aujourd’hui, ils ont rendu plus de manifestants à la police que dans de nombreux cas dans le passé, notamment en 1998.

15h30 GMT+2 Attaque policière à grande échelle pour nettoyer Syntagma. Une énorme foule poussée dans la rue Ermou.
Une rafle policière coordonnée dans les rues Pesmazoglou et Stadiou .

15h25 GMT+2 Des affrontements entre anarchistes et staliniens surtout dans les rues Filellinon et Voukourestiou.

De la violence généralisée sur une grande partie de Syntagma. Plus de cocktails molotov et de pavés lancés en direction de la foule stalinienne. Un peu plutôt, la police a essayé d’atteindre la place depuis Stadiou et d’attraper des anarchistes.

15h20 GMT+2 Quelques manifestants blessés (au moins 20) sont constamment transférés au centre médical de la place Syntagma. Les membres du PAME semblent être en contact direct avec les officiers de police et ont rendu des manifestants à la police. Ils ont même attaqués des manifestants insurgés. Maintenant, les manifestants contre-attaquent les flics et les ordures du PAME.

IL Y A UN BESOIN URGENT DE PLUS DE MONDE À SYNTAGMA !

15h00 GMT+2 Les affrontements s’intensifient à Syntagma; des cocktails molotov sont lacés dans la foule stalinienne.

14h50 GMT+2 Des membres du mouvement ‘Den Plirono’ (Je ne payerai pas !) se sont d’abord positionnés contre les ‘sécus’ du syndicat PAME près de l’hôtel Grande Bretagne. Ensuite, des blocs d’anti-autoritaires ainsi que l’Assemblée d’anarchistes pour l’autodétermination sociale sont arrivés. Il y a eu des affrontements lorsque des manifestants ont essayé d’atteindre le parlement. Un énorme bloc anarchiste a attaqué les lignes staliniennes. Ils sont face-à-face devant l’hôtel Grande Bretagne à Syntagma. La police a tiré du gaz lacrymogène. Les affrontements sont brutaux; des engins pyrotechniques ont été lancés tout droit dans la foule. Des affrontements généralisés entre des centaines d’anarchistes et des staliniens à Syntagma; des pavés, des bouteilles et des engins pyrotechniques sont lancés. Des manifestants ont essayé de briser les lignes du PAME afin d’atteindre le parlement.

À Syntagma et le long de la rue Panepistimiou, des membres du PAME pestent contre les émeutiers et en ont même tabassé certains.

14h20 GMT+2 À Athènes, six détentions ont été rapportées à la rue Dragatsaniou, près de la place Klathmonos – certains des détenus sont probablement des mineurs. Au moins un témoin ayant appelé la radio libre 98 FM, mais qui a aussi essayé d’appeler l’équipe d’aide juridique ainsi que le commissariat de police d’Athènes, a témoigné que les flics avaient une ou plusieurs bouteilles sur eux qu’ils essayaient de lancer sur les manifestants.

Au moins sept détentions de plus ont été effectuées par les flics en moto à la rue Athinas (près de la station de métro Monastiraki). Beaucoup de passants ont été vu en train d’applaudir les bâtards de flics là-bas.

13.20 GMT +2 A Athènes, les staliniens du PAME se sont une fois de plus alignés devant les escadrons de la police et en face du mur de plexiglas-fer à côté du parlement, ne permettant pas aux gens de les approcher. Les membres du PAME -plusieurs d’entre eux avec des matraques et des casques- ont même demandé des identités journalistiques aux  manifestants afin de leur permettre de passer. De nombreux manifestants expriment un mécontentement croissant.

A Héraklion, en Crète, les grévistes ont fait une intervention-blocage de la chaîne de restauration rapide, Goody’s.

Sur l’île de Lesvos environ 400 personnes ont participé à la manif. Des nouvelles actions seront décidées lors d’une assemblée générale dans le bâtiment occupé de la Périphérie.

[…]

13h00 GMT+2 Patras a vu une manifestation assez décevante avec un millier de participants.

12h30 GMT+2 Les travailleurs municipaux (POE-OTA) sont applaudis par d’autres manifestants lorsqu’ils gagnent la rue Filellinon tout en se dirigeant vers Syntagma.

Il a été rapporté que des membres du KNE, l’aile de jeunesse du Parti « communiste » de Grèce (KKE), ont attaqué d’autres manifestants dans la ville d’Ioannina située dans le Nord-Est

12h20 GMT+2 Un groupe de gens tenant des drapeaux grecs a bougé de la rue Ermou à la place Syntagma, ils déploient leurs torchons nationaux au Monument du Soldat inconnu.

[…]

Voir l’intégralité du compte-rendu de cette journée sur Contra-info

Ce qu’en dit la presse bourgeoise:

Grèce: Nouveaux affrontements à Athènes en marge de manifestations

AUSTÉRITÉ – Les manifestants veulent faire tomber le gouvernement George Papandreou…

Affrontements entre manifestants et policiers le 19 ocotbre 2011 à Athènes.

Des affrontements entre groupes de jeunes cagoulés et simples manifestants ont éclaté ce jeudi lors du rassemblement contre l’austérité devant le Parlement grec, à Athènes. Plus de 60.000 personnes, selon la police, s’étaient rassemblés depuis le début de la journée, avant le vote par les députés d’un nouveau train de mesures contre l’austérité.

Sous le regard de la police, des centaines de jeunes ont jeté pierres et cocktails Molotov sur les manifestants rassemblés derrière la bannière du PAME, le syndicat communiste qui privilégie les rassemblements organisés et pacifiques. Au moins six personnes ont été blessées et secourues par des secouristes bénévoles. L’ambiance était restée calme jusqu’à ces affrontements, sous les vitres des hôtels de luxe de la place Syntagma. Mercredi déjà, les manifestations avaient tourné à l’affrontement avec les forces de l’ordre.

Le feu vert pour la cure de rigueur en voie d’être donné

Après une première lecture mercredi du projet gouvernemental établi suivant les demandes de l’Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI), les parlementaires devraient donner leur feu vert à cette cure de rigueur pour résoudre la crise de la dette grecque.

Le gouvernement de George Papandreou peut compter sur une majorité de 154 sièges sur 300 au Parlement mais deux élus de la coalition au pouvoir ont fait savoir qu’ils s’opposeront au texte, réduisant la marge de manoeuvre du Premier ministre.

«La limite a été atteinte»

Celui-ci a appelé sa majorité à faire preuve de cohésion afin d’adopter un texte montrant la détermination des autorités grecques avant le sommet européen de dimanche au cours duquel sera discuté le déblocage d’une nouvelle tranche d’aide cruciale.

Les observateurs s’attendent à voir la rue continuer à manifester son mécontentement, les Grecs ayant le sentiment que la cure d’austérité exigée touche les plus démunis sans affecter les fraudeurs et les hommes politiques jugés corrompus. Les manifestations de mercredi ont tourné à l’affrontement avec les forces de l’ordre qui ont essuyé des jets de cocktails Molotov et de pierres.  «Les gens ont adressé mercredi le message que la limite a été atteinte et qu’ils ne peuvent pas supporter plus d’austérité», a commenté Theodore Couloumbis du cercle de réflexion Eliamep.

«Toutefois, ce genre de manifestations ne pourra pas renverser le gouvernement. Je ne vois pas ça se produire maintenant», a-t-il ajouté.  Les violences de mercredi ont eclipsé la première journée de la grève nationale de 48 heures qui a laissé le pays paralysé et rassemblé au moins 100.000 personnes dans les rues de la capitale.

« Ils vont sentir un tremblement de terre»

«Les manifestations vont de nouveau bousculer le gouvernement. Ils vont sentir un tremblement de terre», a promis Ilias Iliopoulos, secrétaire général du syndicat Adedy qui représente le secteur public.

Le texte prévoit une réduction de 20% des effectifs du service public ainsi qu’un abaissement du seuil du niveau d’imposition.  La Grèce, dont l’économie connaît une troisième année de récession, accuse une dette publique représentant 162% de son produit intérieur brut.

20 minutes  avec Reuters, 20/10/2011

Violents incidents entre manifestants anti-austérité à Athènes

ATHENES (AP) — Des émeutiers ont attaqué des manifestants pacifiques avec des cocktails Molotov et des pierres jeudi à Athènes alors que plus de 50.000 personnes protestaient devant le Parlement contre l’adoption prévue de nouvelles mesures d’austérité exigées en échange de l’aide internationale à la Grèce.

Deux personnes ont subi de graves blessures à la tête tandis qu’une dizaines d’autres étaient soignées pour des blessures plus légères, des coupures au visage pour la plupart.

Des sympathisants du Parti communiste avait formé un cordon devant le Parlement sur la place Syntagma afin d’éviter que des éléments radicaux n’agressent les policiers, comme la veille, mais ils n’ont pas pu résister aux attaques répétées de centaines d’émeutiers casqués. Ces derniers ont lancé dans la foule des cocktails Molotov et des morceaux de marbre prélevés sur des bâtiments alentour, et des bagarres ont éclaté avec des manifestants communistes.

Une grande mêlée a suivi, opposant des manifestants à des jeunes masqués et armés de bâtons, tandis que la police en tenue anti-émeute lançait des gaz lacrymogènes pour tenter de séparer les deux camps.

Nouvel Obs avec l’AP

grece athenes manifestations communistes

Grece athenes manifestations communistes

Grece athenes manifestations

4 réflexions sur “[Grèce] Les staliniens du PAME et du KNE travaillent avec les flics et l’Etat lors de ce deuxième jour de grève générale – 20 octobre 2011

  1. Sans doute décisif, une évolution en cours un écart avec « l’affrontement à l’état » comme seule dimension de l’existence collective :

    « Ces expériences renvoient à nombre de préoccupations et de questions politiques partagées en France notamment : Quelles peuvent être les raisons spécifiques qui ont conduit une partie du mouvement anarchiste grec, largement teintée d’insurrectionnalisme, à créer des structures syndicales de base, alors même qu’ils se montrent très critiques à l’encontre du syndicalisme ?
    comment peut-on entendre le rapport entretenu entre une critique radicale du travail salarié construite à travers diverses formes d’organisation et de débrouille collective (squat, récupération, petits larcins, potagers collectifs…) et l’investissement dans la défense des droits des salariés précaires sur les lieux de travail ? »

    Extrait de Retour à la base – Méditations sur le renouveau du syndicalisme grec
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5876

  2. Ce n’est pas le syndicalisme qui est en cause mais les communistes autoritaires contre-révolutionnaires qui veulent préserver le pouvoir car ils aspirent à se l’approprier.

  3. Pingback: [GRECE] Retour sur la journée de grève générale du 20 octobre 2011 – Grèves, occupations et désobéissance fiscale | le chat noir emeutier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s