[SUISSE] Mutinerie à la prison de Champ-Dollon à Genève

Action de protestation d’une vingtaine de détenus à Champ-Dollon

Une vingtaine de détenus de la prison de Champ-Dollon (GE) ont refusé vendredi après-midi de regagner leurs cellules. La police genevoise est intervenue en soirée pour remettre de l’ordre. Les détenus récalcitrants n’ont commis aucun acte de violence.

Les protestataires réclamaient que des prisonniers punis jeudi et vendredi à la suite de bagarres soient sortis de leurs cachots, a expliqué le directeur de la prison de Champ-Dollon Constantin Franziskakis. Les responsables de l’établissement pénitentiaire n’ont pas cédé à ces revendications.

L’intervention de la police dans la prison s’est déroulée sans heurt et aucun blessé n’est à déplorer, a indiqué le département de la sécurité, de la police et de l’environnement (DSPE) dans un communiqué. L’acte de rebellion a entraîné le déploiement d’un important dispositif de sécurité pour limiter les risques.

Presse bourgeoise – Romandie (ats / 19.08.2011 22h09), 19/08/2011

Rébellion à la prison de Champ-Dollon (GE)

Une rébellion a éclaté vendredi après-midi à la prison de Champ-Dollon, à Genève. Vingt-cinq détenus ont refusé de regagner leur cellule après la promenade. Cette mutinerie serait liée à des sanctions prises après des bagarres. Tout est rentré dans l’ordre en début de soirée.

Vers 15h30, à la fin de la promenade, 25 prisonniers ont refusé de retourner dans leur cellule. Certains se sont finalement exécutés, mais d’autres s’y refusent. Les voies d’accès à la prison ont été bloquées durant plusieurs heures. La police est ensuite intervenue sans heurt pour remettre de l’ordre. Aucun acte de violence n’a été commis et aucun blessé n’est à déplorer.

Selon l’envoyée spéciale de la TSR, le mouvement serait lié à des sanctions prises après des bagarres à répétition survenues jeudi soir et vendredi matin. Les protestataires réclamaient que des prisonniers punis soient sortis de leurs cachots. Les responsables de Champ-Dollon n’ont pas cédé à ces revendications.

Ces heurts surviennent alors que le taux de surpopulation demeure très haut, malgré la récente ouverture d’une nouvelle annexe.

Déjà un incident mercredi

Interrogé par Le Matin, Constantin Franziskakis, le directeur de la prison genevoise, affirme qu’il n’y a pas de lien entre cet événement et le fait que mercredi l’un des 470 prisonniers avait mis le feu à sa cellule pour protester contre sa détention.

Le prisonnier avait bouté le feu à son matelas. Les gardiens étaient immédiatement intervenus et avaient pu maîtriser l’incendie. Cinq d’entre eux avaient toutefois dû être conduits à l’hôpital pour un contrôle suite à une intoxication à la fumée.

Selon le directeur de la prison, il y a trois ou quatre émeutes chaque année, « cela fait partie de la vie d’une prison ». La dernière avait eu lieu en mars dernier.

Presse bourgeoise -TSR, 19/08/2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s