Les émeutes continuent de plus belle dans les quartiers londoniens … et s’étendent à Liverpool , Birmingham et Bristol

Emeutes de Londres : « On n’a plus rien à perdre »

REPORTAGE – Le district londonien de Hackney, très populaire, s’est encore embrasé lundi.

Troisième nuit d’émeutes en Angleterre, et le mouvement ne cesse de s’étendre. Lundi soir, Liverpool, Birmingham et Manchester étaient touchées à leur tour par des violences entre jeunes et policiers.

Dans le nord de Londres, le district populaire de Hackney est particulièrement touché. Casques sur la tête, bouclier au bras, les brigades anti-émeute ont multiplié les assauts dans la nuit de lundi à mardi. Face aux chiens de combat de la police, les pitbulls des casseurs, que plus rien n’arrête désormais.

« Le système est pourri »

Au milieu du chaos, posté à un carrefour, Clive, 25 ans, règle ses comptes avec la société. « Avant il y avait le gang de Hackney, le gang de Tottenham, le gang de Woodgreen… Maintenant c’est terminé. Tout le monde dit ‘merde, on y va tous ensemble' », explique-t-il au micro d’Europe 1.

« La seule solution c’est de combattre le feu par le feu », poursuit Clive. « Le système est pourri et nous, on a notre mot à dire (…) Aujourd’hui on n’en peut plus. Et on n’a plus rien à perdre ».

Magasins pillés, poubelles incendiées

Cagoulés, armés de barre de fer, de tessons de bouteilles et de briques, des hordes de casseurs lancés à toute vitesse dans les rues de la ville détruisent tout sur leur passage. Vitrines brisées, magasins pillés, poubelles incendiées…

Après une troisième nuit d’émeutes, les Londoniens se réveillent dans l’angoisse. Ils craignent désormais que la flambée de violence n’embrase toute la ville.

David Cameron, qui a annulé ses vacances en urgence, doit tenir mardi une réunion d’urgence avec les services de secours et les forces de l’ordre.

Presse bourgeoise – Europe1.fr, 09/08/2011

Les émeutes s’étendent en Angleterre, réunion de crise à Londres

LONDRES (Reuters) – Le Premier ministre britannique David Cameron doit tenir une réunion de crise mardi matin après une troisième nuit d’émeutes et de pillages qui ont touché de nombreux quartiers de Londres, mais aussi la province.La police a annoncé avoir arrêté 334 personnes à Londres et une centaine à Birmingham, dans le centre du pays.Au petit matin, les habitants de Londres ont découvert des rues jonchées de verre, de briques, de bouteilles cassées et des magasins vidés. La police a tenté durant la nuit de faire régner l’ordre face à des bandes d’émeutiers, qui ont utilisé téléphones portables et réseaux sociaux pour s’organiser.

Si le calme revenait en début de journées, on pouvait voir des voitures remplies d’objets volés circulant à grande vitesse dans la métropole.

Au plus fort des violences, les pompiers de Londres ont reconnu qu’ils manquaient de véhicules pour éteindre les incendies allumés par les émeutiers. David Cameron a interrompu lundi ses vacances en Italie pour retourner à Londres. Une réunion d’urgence est prévue à 09h00 (08h00 GMT) pour trouver les moyens de faire revenir le calme dans le pays.

IMAGE DU PAYS TERNIE ?

Certains observateurs expliquent que ces émeutes, les pires depuis des décennies dans le royaume, trouvent en partie leur origine dans les coupes claires réalisées dans les services sociaux afin de réduire le déficit budgétaire.De nombreux émeutiers, qui viennent souvent de quartiers où le chômage règne, se disent marginalisés. » »On n’a pas de boulot, pas d’argent (…) Nous avons entendu que des gars prenaient des trucs gratos, alors pourquoi pas nous ? », a dit E.Nan, entouré d’autres jeunes gens dans un quartier populaire de l’est de Londres, très touché par les émeutes.

Dans le quartier de Hackney, dans l’est de Londres, des jeunes, le visage dissimulé sous leur capuche, ont mis le feu à des poubelles, qu’ils ont fait rouler dans la rue sur la police, tout en jetant des bouteilles et des briques. Ils ont aussi vidé un magasin de ses bouteilles de bière et de whisky. »C’est triste de voir tout ça (…) Mais ces gamins n’ont pas de boulot, pas d’avenir et les coupes budgétaires n’ont fait qu’empirer la situation (…). Ce n’est que le début », estime un électricien de 39 ans d’Hackney, Anthony Burns. Des témoins ont assisté à des scènes similaires dans plusieurs quartiers ainsi qu’à Birmingham, Liverpool et Bristol.

A Ealing, dans l’ouest de la capitale, un habitant a dit à Reuters avoir vu 150 jeunes en capuches marchant dans la rue, cassant toutes les vitres des voitures sur leur passage.Le gouvernement britannique a qualifié lundi de criminels les émeutiers qui ont attaqué la police, pillé des magasins et incendié des bâtiments, en affirmant que ces violences n’affecteraient pas la tenue des Jeux olympiques 2012.Mais les images qui passent en boucle sur les chaînes d’information, montrant des bâtiments en feu et des jeunes armés de battes de baseball en train de saccager des magasins, risquent de ternir l’image de la Grande-Bretagne. »C’était de la violence gratuite et du vol opportuniste, rien de plus, rien de mois. C’est absolument inacceptable », a déclaré le vice-Premier ministre Nick Clegg. En raison des violences, des matches de football de la Coupe de la Ligue anglaise prévus mardi soir ont dû être annulés.

Les émeutes trouvent leur origine dans une marche à Nottingham, dans le nord de Londres, en mémoire d’un homme de 29 ans décédé jeudi lors d’un échange de coups de feu avec la police. La marche a ensuite dégénéré et les premières violences ont débuté samedi soir à Nottingham.

Presse bourgeoise  -Le Point, 09/08/2011

Nouvelles émeutes à Londres

Les violences ont repris hier soir pour le 3e jour consécutif./Photo AFP

Londres, sous le choc, a connu une troisième journée consécutive de violences et de pillages lundi, contraignant le Premier ministre britannique David Cameron à écourter ses vacances pour rentrer dans la capitale en urgence. Le Premier ministre, qui était en vacances en Toscane, tiendra une réunion d’urgence aujourd’hui avec les services de secours et va s’entretenir avec la ministre de l’Intérieur et le chef de la police.Au total, 215 personnes – dont un garçon de onze ans – ont été arrêtées depuis le début des violences.De nouveaux affrontements entre les jeunes et la police ont éclaté hier dans plusieurs quartiers de la capitale après les premières violences survenues samedi à Tottenham (nord de Londres) et pendant tout le week-end. « Je demande aux parents de commencer à contacter leurs enfants pour leur demander où ils se trouvent », a déclaré le chef de la police Tim Godwin, au cours d’un point de presse improvisé.Dans la soirée, des groupes de jeunes se sont rassemblés dans le quartier de Hackney, à quelques encablures du site des futurs Jeux olympiques, pillant des magasins et un camion. Plusieurs voitures ont été incendiées jusqu’à ce que la police repousse les émeutiers.La police a également dû intervenir dans plusieurs quartiers de la capitale et à Birmingham..Les premiers troubles avaient éclaté samedi à Tottenham, quartier multiethnique et déshérité du nord de Londres dans la foulée d’une manifestation pour réclamer « justice » après la mort d’un homme de 29 ans, Mark Duggan, tué lors d’une opération des forces de l’ordre.Le numéro deux du gouvernement, Nick Clegg, qui s’est rendu à Tottenham, hier, a condamné une « vague de violence gratuite », n’ayant « absolument rien à voir avec la mort de Mark Duggan », un père de famille.

Presse bourgeoise  – La Dépêche, 09/08/2011

les émeutes s’étendent à Birmingham, Liverpool et Bristol

La pression ne retombe pas à Londres. Les violences se sont poursuivies dans la nuit de lundi à mardi dans la capitale britannique, pour la troisième journée consécutive, et se sont étendues à la province. 

Le Premier ministre britannique David Cameron a même décidé d’écourter ses vacances en Toscane (Italie) pour rentrer à Londres dans la nuit de lundi à mardi.

Il devrait tenir une réunion d’urgence avec les services de secours.

Londres (Royaume-Uni), 8 août. Une voiture brûle dans le quartier du Hackney, dans le nord de Londres, peu avant la tombée de la nuit.

Dans la nuit de lundi à mardi, violences et pillages se sont également propagés dans la nuit aux villes anglaises de Birmingham, de Liverpool et de Bristol, soit au centre, au nord-ouest et au sud-ouest de l’Angleterre. Lundi soir à Londres, des groupes de jeunes s’étaient rassemblés dans le quartier de Hackney, dans l’est de la capitale, pillant des magasins et un camion. Plusieurs voitures ont également été incendiées jusqu’à ce que la police repousse les émeutiers.

Scotland Yard a annoncé avoir déployé 1 700 policiers supplémentaires pour faire face aux pires incidents survenus dans la capitale britannique depuis des années. La police a également dû intervenir à Croydon, où des feux spectaculaires étaient en cours lundi soir selon les images de la BBC, à Lewisham et à Peckham, dans le sud de Londres. A Peckham, des commerces étaient en feu et les flammes menaçaient de se propager à d’autres immeubles alors que des jeunes ont tenté de mettre le feu à un autobus à impériale, selon des images de télévision.

«Incroyable niveau de violence» contre les policiers

Toute la journée de lundi, des groupes de jeunes ont harcelé les forces de l’ordre et pillé des magasins dans plusieurs quartiers de la ville. Ces nouveaux incidents font suites aux émeutes survenues dans la nuit de samedi à dimanche à Tottenham, dans la foulée d’une manifestation pour réclamer «justice» après la mort d’un homme de 29 ans, Mark Duggan, tué lors d’une opération des forces de l’ordre contre la criminalité au sein de la communauté noire.

Mardi, 334 personnes, dont un garçon de onze ans, avaient été arrêtées depuis le début des violences. Au moins neuf membres des forces de l’ordre ont été blessés durant la nuit de dimanche à lundi, dont trois après avoir été heurtés par un véhicule roulant à vive allure. Trente-cinq au total ont été blessés depuis le début de ces émeutes, a indiqué la police, qui s’est dite «choquée par cet incroyable niveau de violence à leur encontre».

Scènes de pillage en province

En province, la police des West Midlands a confirmé l’arrestation de 87 jeunes qui, dans le centre de Birmingham, brisaient des vitrines de magasins et se livraient au pillage. Elle a indiqué qu’un commissariat de Birmingham était en feu. A Liverpool, la police locale a elle aussi indiqué être confrontée à des scènes de violence, notamment l’incendie de plusieurs voitures.

En ce qui concerne la capitale britannique, le chef de la police Tim Godwin a demandé «aux parents de commencer à contacter leurs enfants pour leur demander où ils se trouvent».

Presse bourgeoise – LeParisien.fr, 09/08/2011

Jeunes et policiers s’affrontent de nouveau à l’est de Londres

La BBC a filmé un groupe de jeunes attaquant des voitures de police, en fin d'après-midi dans le quartier de Hackney, à l'est de Londres.

La BBC a filmé un groupe de jeunes attaquant des voitures de police, en fin d’après-midi dans le quartier de Hackney, à l’est de Londres.BBC

De nouvelles violences ont éclaté lundi soir à Hackney, un quartier de la banlieue est de Londres. D’après les images de la BBC, des groupes de jeunes armés de bâtons, de barres de fer et de projectiles ont commencé à s’attaquer aux vitrines de magasins et à des bus en fin d’après-midi, puis ont affronté des policiers en tenue anti-émeute. Au moins un véhicule de police a été détruit.

D’après leGuardian, les violences ont commencé lors d’une opération de contrôle. Scotland Yard a en effet autorisé dans plusieurs quartiers une procédure exceptionnelle permettant aux agents de procéder à des contrôles d’identité et à des fouilles sans motif précis.

RETOUR DE LA MINISTRE DE L’INTÉRIEUR

La ministre de l’intérieur, Theresa May, a rencontré cet après-midi les responsables de la police. En vacances lors du déclenchement des violences, samedi, la ministre a été critiquée pour ne pas être rentrée plus tôt. Le maire de Londres, Boris Johnson, doit rentrer dans la capitale demain mardi.

L’IPCC, la police des polices, a affirmé ce lundi que les résultats des expertises balistiques sur la mort de Mark Duggan, l’homme dont la mort a déclenché les violences, seraient publiés sous 24 heures. Abattu par la police alors qu’il se rendait en taxi chez son amie, l’homme transportait une arme à feu, selon les premiers éléments de l’enquête. Au cours de la fusillade, un officier de police avait été blessé par balle, mais d’après des sources policières, la balle pourrait avoir été tirée par un autre officier de police. L’IPCC s’est refusée à commenter l’avancée de l’enquête, mais devrait annoncer d’ici à mardi soir si Mark Duggan avait ou non utilisé une arme avant d’être abattu.

Presse bourgeoise – Le Monde.fr, 08/08/211 à 19h07

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s