[ISRAEL] A propos du mouvement social en cours

Un mouvement de protestation historique éclate en Israël sous le silence médiatique !

26 juillet. A TEL AVIV Le mouvement de masse continue depuis 5 jours, sans relais médiatiques (dans le pays)

Sur la pancarte : « Mubarak. Asad. Netanyahu. »

Environ 30.000 manifestants ont défilé à Tel-Aviv, hier soir, avec des militants pour la justice sociale bloquant les rues du centre et des chants de « Moubarak. Assad. Netanyahu dehors »remplissant l’air.

Tel-Aviv la police a arrêté 42 « activistes », qui est un nombre extrêmement rare », sinon sans précédent, ». Les manifestations font partie d’un vaste mouvement qui a commencé comme une opposition à la hausse des prix des logements, et est toujours centrée autour de cette question, mais s’est propagé à la justice sociale et d’autres causes progressistes.

Ces protestations sont décrits comme « le plus grand défi Netanyahu sur le front intérieur », et montrent que la gauche progressiste en Israël s’est réveillée.

« Nous voulons la justice sociale ! » – 972 Magazine.

Changement en Israël peut être à venir. Ces protestations, qui ont commencé comme la colère explicites à la hausse des prix de location dans les villes à travers le pays, ont été alimentés par la réponse du gouvernement Netanyahou, qui, initialement, avec une rhétorique hostile, les a rejeté comme étant partie d’un grand mouvement de gauche étant financé par tenues comme le New Israel Fund. La rhétorique initiale, qui a affirmé que les manifestations n’étaient pas d’autre chose que la « gauche sioniste de l’agenda politique, a seulement servi à augmenter la colère des manifestants.

Ces réactions de Netanyahu et d’autres responsables gouvernementaux ont servi à élargir les protestations, qui ont maintenant dépassé la question des prix des loyers pour des questions de justice sociale : droits des femmes, droits syndicaux et la réforme de l’éducation, entre autres choses…

http://www.alternet.org/newsandviews/article/639318/israel_erupts_in_protest

Des villes de tentes commencent à s’élever  à travers tout le pays et des milliers de personnes protestent désormais dans les rues contre la hausse des prix du logement et la passivité du gouvernement.
La centrale syndicale nationale, la Histadrout, s’est jointe aux protestataires le 27 juillet et somme le gouvernement de mettre en place, des négociations, et de fournir de véritables solutions, à la crise du logement, faute de quoi, de nouvelle protestations, sont à attendre.
Ce qui a d’abord commencé comme une petite protestation d’étudiants à Tel Aviv a rapidement pris de l’ampleur et s’est métamorphosée en un mouvement national avec des gens de tout âge et de tout niveau social.
On répertorie à présent des sites de tentes dans plus de 20 villes israéliennes, la dernière étant Netanya.
Dans cette ville, 22 tentes ont été montées. Contacté par Guysen International News, l’organisateur de ce rassemblement Shlomo Sarfati, explique qu’il souhaite agrandir ce campement et toucher la communauté francophone très présente et influente dans cette ville.
Le campement compte aujourd’hui 15 personne mais 120 autres y sont attendues.
« On espère que la communauté francophone va se joindre à notre cause car cela les concerne», explique-t-il.
Sur le plan régional, une pression constante est faite sur la mairie de Netanya, afin qu’elle arrête  d’entreprendre des projets d’appartements de 4 ou 5 pièces et qu’elle s’occuppe des étudiants et jeunes couples.
Autre symbole fort, les jardinières d’enfants et jeunes parents se sont joints  au mouvement général de protestation. Ils ont notamment prévu d’organiser une « marche des poussettes » dans plusieurs grandes villes d’Israël pour dénoncer le coût élevé des frais d’éducation.
Une autre manifestation est prévue samedi à Tel Aviv. Ce soulèvement national est en grande voix de faire tomber le gouvernement.
La grogne sociale est donc de mise en Israël. D’autant que le mouvement de grève des médecins se poursuit et que la controverse autour du prix des produits alimentaires, n’est pas éteinte.
Un durcissement du mécontentement qui tombe au plus mal pour un Benyamin Netanyahou déjà très occupé par les grands dossiers internationaux.
Signe de l’importance de cette crise, le Premier Ministre a annoncé le report de toute prise de décision définitive concernant l’attitude à adopter vis-à-vis de la Turquie quant à d’éventuelles excuses pour le raid mené l’an passé contre le Mavi Marmara. Raison officielle invoquée pour expliquer ce report : la contestation sociale.

Actualutte, 26 juillet 2011

En Israël, les mouvements de protestation s’amplifient

Un camp de tentes érigé à Tel-Aviv pour manifester contre les prix élevés du logement. Le 18 juillet 2011.

Un camp de tentes érigé à Tel-Aviv pour manifester contre les prix élevés du logement. Le 18 juillet 2011. (Reuters/Nir Elias)

Israël a désormais ses « indignés » : depuis une douzaine de jours, des milliers de manifestants ont érigé des tentes dans les grandes villes pour dénoncer la crise du logement. Du coup, le Premier ministre Netanyahou a annoncé un plan d’urgence, d’ores et déjà jugé insuffisants par les contestataires.

Décidemment, l’été est chaud en Israël. En dépit de bons résultats économiques, une croissance de 5% pour 2011 et le taux de chômage le plus bas depuis vingt ans, les Israéliens descendent dans la rue.

Un mouvement social qui prend des proportions inconnues jusque-là. Les centres des principales villes du pays sont envahis par des camps de toile. Des jeunes, pour la plupart des étudiants, qui protestent contre les difficultés de logements et les prix élevés des loyers.

Pour tenter de calmer le jeu, le Premier ministre Benjamin Netanyahu promet de mettre en œuvre une vaste réforme de la question du logement. Il s’agit de mettre en vente des terrains domaniaux et de subventionner des loyers aux économiquement faibles. Projet rejeté déjà par les manifestants qui multiplient les marches et les démonstrations de force.

Les médecins, eux aussi, ont abandonné les hôpitaux et marchent sur Jérusalem pour demander de revoir leurs conditions de travail. Le secrétaire général de la Histadrout, la centrale syndicale, se mêle de la partie et lance un ultimatum à Netanyahu : « A partir de dimanche, nous mobiliserons tous les comités d’entreprise », menace-t-il.

Selon un sondage, 97% des Israéliens soutiennent le combat des manifestants. Le Premier ministre, avec un taux de popularité au plus bas, a décidé de renoncer à un déplacement en Pologne.

Presse bourgeoise – RFI, 27/07/2011

Israël : manifs contre la hausse du prix de l’immobilier

Des dizaines de militants de gauche israéliens sont montés jeudi sur le toit du bâtiment de la Bourse de Tel-Aviv dans le cadre du mouvement de protestation de masse déclenché il y a deux semaines contre la hausse des prix des logements, a annoncé la radio militaire. Parallèlement, la puissante centrale syndicale Histadrout a apporté son appui aux contestataires, qui sont installés par milliers sous des tentes boulevard Rothschild, un des endroits les plus huppés de Tel-Aviv, ainsi que dans d’autres villes telles que Jérusalem et Haïfa. »Si d’ici samedi soir notre secrétaire général Ofer Eini n’est pas reçu par le Premier ministre (Benjamin Netanyahu) pour discuter des solutions à apporter à la crise sociale, l’Histadrout usera de tous les moyens à sa disposition pour soutenir les revendications des manifestants », a affirmé à l’AFP une porte-parole de la centrale syndicale. La porte-parole s’est refusée à préciser si l’Histadrout comptait appeler à une grève générale. Une nouvelle manifestation est prévue samedi soir à Tel-Aviv. Pour sa part, la radio a précisé que les manifestants présents sur le toit de la Bourse avaient expliqué leur geste en affirmant que « dix grands groupes contrôlent 80% du marché des actions et se sont emparés de tous les fruits de la croissance de l’économie nationale ».

Confronté à un déferlement de protestations face à l’augmentation vertigineuse des prix de l’immobilier, M. Netanyahu a annoncé mardi un plan d’urgence en vue de la construction de logements, jugé insuffisant par les manifestants. En un an, les prix des logements ont bondi de 32% à Tel-Aviv et de 17% à Jérusalem, une tendance qui vaut pour l’ensemble du pays, alors que les salaires stagnent. Il s’agit du plus important mouvement social en Israël en quatre décennies. Selon un sondage publié mardi par le journal Haaretz, 87% des Israéliens soutiennent le mouvement de protestation et 54% se disent « mécontents » de la gestion de cette crise par M. Netanyahu.

Presse bourgeoise – TF1, 30/07/2011

Israël: manifestations massives pour la « justice sociale » dans dix villes

La contestation contre la cherté de la vie et pour la « justice sociale » s’est étendue samedi soir à dix villes israéliennes avec la participation de 80.000 à 120.000 manifestants, selon les estimations de la police ou celles des médias.

Les manifestants, en majorité des jeunes laïcs, ont pour principal slogan « Le peuple veut la justice sociale pas la charité« . Ils réclament un retour à un « Etat providence » tel qu’il avait été mis en place par la gauche sioniste dans les premières années de l’Etat.

A Tel-Aviv, principal foyer de la contestation, plus de 50.000 manifestants ont marché au centre-ville, a indiqué à l’AFP le porte-parole de la police Micky Rosenfeld.

Les manifestants ont arboré dans une ambiance de kermesse des drapeaux israéliens ainsi que quelques drapeaux rouges.

« Je suis venue parce que je n’arrive plus à boucler les fins de mois et que l’argent des impôts va dans les poches des magnats« , confie une manifestante, qui dirige un jardin d’enfants.

A Jérusalem, quinze mille manifestants se sont rassemblés devant la résidence du Premier ministre Benjamin Netanyahu, arborant des banderoles avec l’inscription « Toute une génération veut un avenir« .

A Haïfa, dans le nord d’Israël, plus de dix mille manifestants sont descendus dans la rue, selon la police.

La protestation, qui visait au départ la flambée des prix des logements, porte plus généralement sur l’aggravation des inégalités sociales et la dégradation des services publics, notamment dans le domaine médical et de l’éducation.

Avançant toute une gamme de revendications, les manifestants ont fustigé le Premier ministre, accusant le pouvoir d’être au service de magnats de la finance, s’insurgeant contre la force des monopoles et des cartels en Israël, et réclamant la baisse des impôts indirects.

Pour la première fois depuis que le mouvement a été lancé il y a un mois, la minorité arabe, qui souffre de discriminations particulières, s’y est associée.

La contestation provient en premier lieu de classes moyennes écrasées par l’augmentation constante du coût de la vie, résultant d’une économie de marché contrôlée par quelques familles.

Lancée en juin via Facebook par le boycottage du fromage blanc, un aliment de base dont le prix avait flambé, la fronde a été ravivée par une étudiante qui a planté sa tente au centre de Tel-Aviv pour clamer sa détresse face aux loyers chers.

Soutenue par l’Association israélienne des étudiants, par les partis de l’opposition, par des artistes qui ont chanté lors des rassemblements et, plus récemment, par la centrale syndicale Histadrout, cette initiative s’est répandue comme une traînée de poudre.

Il y a aujourd’hui des camps de toile dans la plupart des villes du pays, et la protestation s’amplifie malgré les promesses lancées dans l’urgence par le Premier ministre Benjamin Netanyahu de réformer le marché de l’immobilier.

Il s’agit du plus important mouvement social en Israël en quatre décennies.

Presse bourgeoise – RTBF (avec l’AFP), 30/07/2011

3 réflexions sur “[ISRAEL] A propos du mouvement social en cours

  1. Pingback: L'ALSACE LIBERTAIRE » Pendant ce temps, en Israël…

  2. C’est plus de 175’000 manifestants qui sont descendus dans les rues hier. Ils s’indignent contre les hausses d’appartements dûs à la spéculation immobilière, la hausse des prix des articles de base et ont osé prononcé le mot « corruption ». Ces sales manifestants gauchistes font partie des pauvres qui n’ont pas eu les moyens de quitter Israël pour l’Irlande. Une véritable exode de l’intellingensia israélienne qui se sont ruées en Irlande depuis l’année passée.
    Ayant été en Israël, j’ai vu à quel point la vie était chère. Cette politique de Droite menée par Netanyaou est enfin mise à nue par les Israéliens eux-mêmes. Personne n’aurait pensé que cela prendrait une telle dimension…Et à nouveau grâce à facebook.
    Bras de fer entre les fumeurs de narguilés et de joint contre un pouvoir qui demande des impôts colossaux à des gens normaux, mais parce que ces derniers ont en marre qu’ils se font traîtés de joueurs de guitare à la Woodstock et de sales gauchistes. Netanyaou ne pliera pas. Kèsse donc que 175’000 manifestants sur les 6 millions…Il préfère garder l’argent pour faire régner la peur et la sécurité sur son pays. Un homme buté qui ne comprend pas que la révolution du Printemps ne met pas spécialement son pays en danger, mais c’est son attitude qui fera que le monde se révoltera.
    Il ne comprend pas que cette révolution du Printemps est un énorme renversement pour toutes les collectivités occidentales.
    Sur qu’avec ce genres de position, il fonce droit dans le Mur…des lamentations!

  3. Pingback: [Israel] Banques attaquées lors d’une manifestation contre l’arrestation d’une militante à Tel Aviv – 23 juin 2012 | Le Chat Noir Emeutier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s