En Suisse et en Grèce, l’Etat et la justice travaillent …

Il souffle un vent de répression dans plusieurs pays sur des groupes d’extrême-gauche et anarchiste: il s’agit pour l’Etat de punir en infligeant de lourdes peines, en mettant les militants en cellules d’isolement, etc.. Il est clair que les Etats bourgeois occidentaux ont la trouille de voir la multiplication et la profusion des révoltes, notamment celles qui ont lieu en Grèce, au Chili, mais aussi en Afrique du Sud et au Maghreb pour ne citer qu’elles. Ces mêmes révoltes sont étouffées par les médias. Et pendant ce temps-là, dans les palais d'(in)justice des Etats bourgeois les militants d’extrême-gauche en sont la cible (comme au Québec dernièrement).

Les actions de solidarité envers nos camarades emprisonnés doivent se multiplier face à cette répression !  Solidarité internationale !

La lutte anti-capitaliste continue !

Les anarchistes Verts devront expliquer pourquoi ils transportaient de l’explosif

Bellinzone | Trois prévenus accusés de préparer un attentat contre un centre de recherches sont jugés depuis hier

«La lotta al biotech non si ferma.»

(La bataille contre les biotechs ne s’arrête pas). C’est l’un des slogans que scandaient une cinquantaine de manifestants hier matin devant le Tribunal pénal fédéral (TPF) à Bellinzone. Les protestataires venaient du Tessin, de Suisse alémanique et d’Italie. Leurs banderoles et leurs slogans visaient à soutenir les trois prévenus qui comparaissent depuis hier devant le TPF.

Un Tessinois, Luca B. (36 ans, surnommé «Billy») et deux Italiens, Costa R. (34 ans) et son épouse Silvia G. (29 ans), sont accusés d’avoir fomenté l’an dernier un attentat dans le canton de Zurich. Le trio se réclame du groupuscule Il Silvestro, une phalange «d’anarchistes Verts» italiens. Les prévenus devront expliquer aujourd’hui pourquoi ils étaient en possession de près de 500 grammes d’explosif ce 15 avril 2010, lorsque la police zurichoise les a arrêtés lors d’un contrôle de routine. «Ils avaient procédé à des préparatifs complets, indiquait l’Office fédéral de la police (Fedpol) dans son rapport annuel de 2010. Des explosifs à usage industriel, des mèches d’allumage de sûreté, des bouteilles de gaz et des détonateurs se trouvaient dans la voiture de location des suspects.» Dans la voiture également, quelque 31 lettres de revendication signées par l’«Earth Liberation Front Switzerland». Leur cible? Le centre de recherches en biotechnologies d’IBM et de l’Ecole polytechnique fédérale à Rüschlikon (ZH).

Ce groupuscule aurait des liens directs avec la Fédération anarchiste informelle (FAI), qui avait envoyé des colis explosifs à plusieurs ambassades à Rome, fin 2010, et une lettre piégée à un cadre de la centrale nucléaire de Mühleberg, en mars dernier. L’une des revendications de la FAI était la libération des trois prévenus. Des liens semblent établis également avec l’éco-terroriste grison Marco Camenisch, condamné en 2004 à 17 ans de réclusion pour le meurtre d’un douanier. Les trois détenus et Camenisch auraient mené l’an dernier des grèves de la faim en guise de soutien mutuel.

En ouverture du procès hier, Me Marcel Bosonnet, défenseur d’un des trois inculpés, a dénoncé une «violation de la Convention des droits de l’homme». Les prévenus seraient soumis à un régime d’isolation totale: «Ils n’ont aucun contact avec l’extérieur et n’ont même plus la notion du temps, car leurs montres leur ont été enlevées.»

Arrestation planifiée

Une requête déposée par Me Bosonnet a été rejetée hier matin par la Cour. L’avocat zurichois avait demandé que le TPF verse aux actes des documents publiés en Italie, selon lesquels l’arrestation des trois accusés dans le canton de Zurich n’aurait pas eu lieu à la suite d’un simple contrôle de la police routière. Citant le sous-secrétaire d’Etat italien à la sécurité, Alfredo Mantovano, qui a accordé une interview au quotidien Il Giornale, l’avocat a affirmé que les trois anarchistes présumés étaient déjà dans le collimateur de la justice italienne qui aurait planifié leur arrestation avec les autorités suisses.

Le juge Walter Wüthrich estime, lui, que «l’acte d’accusation du Ministère public de la Confédération (MPC) est suffisant et complet et ne contient aucun secret. Le seul élément concret est l’explosif que les suspects portaient sur eux lorsqu’ils ont été contrôlés.» Le procès se poursuit aujourd’hui.

Presse bourgeoise – 24 heure.ch, 19/07/2011

Grèce: lourdes peines de prison dans le procès des anarchistes des Cellules de feu

ATHENES — Deux jeunes Grecs de 23 ans, principaux accusés du procès du groupe extrémiste anarchiste grec Conspiration des cellules de feu, ont été condamnés mardi à 37 ans de prison chacun, après avoir été reconnus coupables de « participation à un groupe terroriste ».

Connu surtout pour l’envoi de colis piégés à des ambassades étrangères et des dirigeants européens qui avait mis en alerte toute l’Europe en novembre 2010, ce groupe a signé de nombreux attentats en Grèce depuis son apparition en 2008 entraînant d’importants dégâts matériels mais jamais de tués.

Après plus de six mois d’audience, le tribunal d’exception formé de trois juges et siégeant dans la prison de Korydallos où étaient détenus provisoirement la plupart des coupables, a infligé des peines à sept des neuf jeunes jugés, âgés de 20 à 31 ans.

Deux accusés ont été acquittés faute de preuves.

Haralambos Hatzimihélakis et Panayiotis Argyros, 23 ans chacun, ont été condamnés à 77 ans de prison pour différents crimes dont « constitution et participation à une organisation criminelle », ramenés à 37 ans après fusion des peines.

Ils ont également été condamnés pour « instigation morale » à des attentats à l’engin explosif en 2009 contre les domiciles de l’ex-secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Panayotis Hinofotis et le domicile de l’ex-ministre socialiste Louka Katséli à Athènes, cadre socialiste à l’époque, ainsi que contre le ministère de Macédoine-Thrace à Salonique.

Georges Karayannides, 31 ans, a été condamné à 20 ans de prison ferme pour « participation à une organisation criminelle » et pour « complicité » dans l’attentat contre Mme Katséli.

Trois autres, deux hommes de 22 ans et une femme de 20 ans, se sont vus infliger des peines de 11,5 ans de prison chacun.

Enfin, Emmanuel Yiospas, a été condamné à 2 ans et 9 mois de prison avec sursis pour des faits relevant du droit commun, non explicitement liés à des actes extrémistes.

Dans la salle d’audience, l’annonce du verdict a été accompagnée d’incidents, après le rejet par le tribunal des demandes de sursis pour deux accusés. Un groupe de jeunes a crié des slogans contre les juges avant que la police n’intervienne pour les évacuer des lieux, selon une source judiciaire.

S’attaquant à des personnalités ou à des institutions, le groupe a débuté ses actions en 2008 avec de petits engins incendiaires avant de les multiplier, surtout après les troubles urbains provoqués par la mort d’un adolescent tué par la police en décembre 2008 à Athènes.

Le groupe a revendiqué l’envoi en novembre 2010 de colis piégés aux dirigeants allemand Angela Merkel, italien Silvio Berlusconi et français Nicolas Sarkozy et à d’autres institutions et ambassades européennes, à qui avaient été adressés des livres évidés remplis de poudre explosive.

Son démantèlement a commencé en septembre 2009, après la découverte de deux « caches » à Athènes et l’arrestation depuis de plus d’une vingtaine de personnes.

Dans un premier temps, neuf d’entre eux ont été déférés devant la justice, pour des actes commis en 2008 et 2009. Les accusés dans l’affaire des colis piégés, dont Hatzimihelakis et Karayannides, doivent être jugés d’ici début 2012.

Les Cellules de feu font partie d’une nouvelle génération de groupes extrémistes grecs après ceux de la fin de la junte des colonels (1974), dont le plus connu, le groupe meurtrier du 17-Novembre, avait été démantelé en 2000.

Le groupe revendique des liens avec d’autres groupes anarchistes à l’étranger, dont l’Italien FAI, Fédération anarchiste informelle, qui a exprimé sa solidarité en avril à ses « camarades emprisonnés grecs ».

Presse bourgeoise – AFP, 19/07/2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s