A quoi joue le nouveau préfet ? Decharrière, si tu veux la guerre, tu l’auras !

En moins d’une semaine, la préfecture du Doubs a fait une démonstration de force et de violences  à l’égard du mouvement de défense de l’éducation. Du jamais vu à l’égard de parents accompagnés de leurs enfants. Jusqu’à présent, nous étions habitués dans nos cortèges à avoir ces larbins du capital collés au cul à chaque manif. Des tensions avec les flics, il y en a toujours…Mais des gaz lacrymos et des CRS, c’est moins fréquent mais apparemment avec Christian Decharrière, cet ancien directeur du cabinet d’Eric Besson (ancien ministre du racisme d’Etat et chargé de la déportation rappelons-le, ça va l’être de plus en plus…

Tout commence lundi, avec l’occupation de l’Inspection Académique du Doubs par les profs et parents d’élèves en lutte contre les 35 suppressions de postes prévues dans le département. Christian appelle directement les CRS de Dijon (9 cars au total) pour expulser les quelques profs et parents d’élèves: démesuré certes, mais ridicule aussi. On se serait cru en plein Paris pendant des fêtes commerciales! Quelques gestes violents et brusques des CRS à l’encontre des occupants, histoire de montrer leur virilité.

Arrive cette journée de mercredi 6 avril où une manifestation est prévue, dont le but premier est de maintenir la pression sur la commission paritaire qui se réunit cette semaine. Bref l’ambiance est bonne jusqu’au moment où les flics, censés arrêter la circulation des véhicules lors de rassemblement ou manifestation (surtout quand il y a des bambins de très jeunes âges dans le cortège), laissent passer un car de touristes en provenance de la Citadelle, ce qui oblige la foule à se serrer sur le trottoir et en l’occurrence, à côté des flics. Voyant plusieurs lycéens en première ligne, les flics vont avoir une envie soudaine de taper (les poulets aiment bien taper les jeunes, ça doit être leur fantasme secret!). S’en suit gazage en règle sans sommation…Selon le préfet, les flics auraient été écrasés contre la porte du Rectorat et ils y auraient eu 4 blessés de leur côté. De vrais boulets ou de simples mythos!

Quelques mois avant à Besançon, 2 jeunes du quartier des « 408 » sont passés en jugement pour avoir, selon les flics, tabassé un des leurs. A l’époque, la presse locale bisontine a repris, comme à son habitude, la version des porcs. Une directrice  d’école, qui avait assisté à la scène, est venue témoignée devant tout le monde au tribunal, bien consciente des problèmes qu’elle encoure à contredire la version des flics. Tout le monde avait compris que les poulets avaient menti et, quand il s’agit de jeunes des quartiers, c’est plus facile de les enfoncer et de les condamner à de la prison ferme (vu le climat raciste et sécuritaire permanent).

Etant présent au tribunal, j’étais sorti fumer une clope et me souviens avoir entendu un journaliste en pleine discussion dire « de toute façon, les flics mentent comme ils respirent, mais la justice le sait mais ne peut pas les désavouer! ». Ce qui n’a pas empêché les journalistes de tomber dans ce traquenard médiatique tendu par les flics.

Ce témoin est actuellement en lutte avec son compagnon pour sauver des classes et des postes et mise en avant de par sa position de directrice. Faut-il y voir un lien? Témoigner contre les keufs, ce qui correspond pour eux à « défendre les jeunes des quartiers  » et lutter contre la politique d’Etat de casse du service public de l’éducation, c’en est trop pour les flics!

Voir des flics gazés des gamins dans des poussettes avec  leurs parents signifie bien qu’on a passé un cap. Tout ce qu’il se passe actuellement est une occasion pour nous, militants anarchistes, de créer des liens avec  nombre de gens qui, pour la plupart, manifestaient pour la première fois et qui n’étaient pas sensibilisés vis-à-vis des violences policières.

Constater sur place ces violences, ces bavures lorsque l’on est lobotomisé quotidiennement par les médias de masse qui donnent uniquement les versions policières des faits, doit nous permettre, que l’on soit jeunes de quartiers, sans-papiers, professeurs, lycéen.e.s ou étudiant.e.s,  de nous organiser et de lutter ensemble contre la répression et ses agents.

Tou.te.s uni.e.s dans les luttes sociales nous gagnerons !

Solidarité face à la répression !

 

 6 avril 2011 

Un anarchiste mobilisé

2 réflexions sur “A quoi joue le nouveau préfet ? Decharrière, si tu veux la guerre, tu l’auras !

  1. Pingback: Rassemblement de dangereux parents d’élèves devant L’inspection Academique à Besançon le 7 Avril | Taz Mobile

  2. Pingback: [BESANCON] Rassemblement contre l’expulsion des familles Roms du Forum de Planoise – jeudi 30 juin 2011 , 17h00 « le chat noir emeutier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s